Hiboux Nomade Notes
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


La Fontaine aux lions

Page: <--  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
   Répondre au sujet   Forum >> Le Parc
Auteur Message

Joueuse


Messages : 406
Guilde : Escape Guilde
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 4e année
MessageDate du message: Ven. 30 Juin 2017, 17:18  Répondre en citant

// Addaline soupira face au sarcasme de la Serdaigle. Elle qui avait essayé de paraître aimable jusqu'à là, commençait un peu à trouver cette fille peu fréquentable. Elle ne lui avait rien demander et encore moins de faire des commentaires qui se voulaient blessants. Addaline savait ce qu'elle faisait et n'avait sans doute pas besoin qu'une fille sortie de nul part essaye de lui faire la leçon. //

- Ah, tiens, si en effet il y a bien de quoi tester un sortilège de métamorphose sans abimer ces affaires de classe... Mais bon, peut-être qu'après tout une plume en pierre fait un bon presse papier. Et puis... j'espère que tu n'as transformé que ta plume, sinon ton sac doit être bien lourd...

// Addaline avait bien transformé plusieurs objet en pierre dont une feuille qu'elle avait ramassé par terre, elle aussi mais se garda bien de le dire. Son sac n'était pas si lourd puisque seule la plume et deux autres objets s'y trouvaient. Addaline dégagea les quelques mèches de cheveux qui s'étaient prises sous la lanière de son sac et haussa les épaules. //

- Heureusement alors que le contenu et le poids de mon sac ne concerne que moi.

// Cela avait été dit sans réelle méchanceté ou marque de sarcasme mais au final elle se fichait bien de comment cette fille prendrait la remarque. Elle, elle ne se gênait pas pour paraître désagréable, Addaline n'allait quand même pas s'inquiéter de se qu'elle pensait. //

- J'ai une plume de rechange si tu veux, de toutes façons elle ne me sert pas pour l'instant.

// Addaline observa la jeune fille cherchant la moindre trace de gentillesse dans ses traits, peut être pour se rattraper de ses dires mais ne trouva rien. Elle haussa un sourcil et secoua la tête. //

- Non merci, je ne voudrais pas prendre le risque de créer un second presse papier inutile.

// Addaline lui offrir son plus beau faux sourire et se retourna, allant récupérer son livre de sortilège qu'elle avait laissé au sol en se relevant. Elle ne comprenait pas l' attitude de cette jeune fille et ne voulait pas essayer de la comprendre non plus. Quand on se comporte ainsi, c'est qu'on cherche à ne pas être apprécié et Addaline ne comptait pas s'imposer la fastidieuse tâche de faire la discussion à cette fille. //


Couleurs utilisées dans ce message : #122F76, #5B3768
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP
Anyara

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 02 Juil 2017, 21:37  Répondre en citant

- Non merci, je ne voudrais pas prendre le risque de créer un second presse papier inutile.

// C'était une réaction prévisible, Evelyn le savait bien, la plupart de ses discussions finissaient ainsi, apparemment ce n'était pas aujourd'hui que cela allait changer. L'autre se pencha pour ramasser son manuel de cours, ça n'aurait pas du surprendre Evelyn plus que ça - d'ailleurs surprendre n'était peut-être pas le mot qui convenait le mieux - mais elle s'étonnait toujours de voir que certaines personnes appréciaient la magie. La plupart du temps elle se faisait ce constat en regardant ces camarades prendre des notes pendant qu'elle se contentait d'écouter le professeur en cours, elle s'en fichait bien souvent mais pas cette fois-là étrangement.
Elle s'en était pris à l'autre fille sans vraiment de raison, seulement parce qu'elle l'avait vu en train de faire de la magie. Mis pouvait-elle vraiment se comporter ainsi avec quelqu'un uniquement parce qu'il faisait quelque chose qu'elle n'aimait pas ? Après tout elle ne détestait pas sa sœur pourtant elle n'aimait pas la danse alors que celle-ci la pratiquait assidument.
Evelyn jeta un regard aux alentours, elles étaient seules elle et la fille qui venait de se relever, que risquait-elle à tenter de se montrer un peu plus agréable personne n'était la pour la voir. Elle jeta un regard indécis à la jeune fille puis se décida. Elle tendit d'un geste maladroit sa main gauche à l'autre, priant presque pour qu'elle ne l'ignore pas. //

- Ecoute, je... je suis désolée d'avoir agit comme je l'ai fait. Tu te fiches peut-être de mes excuses mais tant pis. Evelyn se tut un moment puis ajouta, je m'appelle Evelyn et toi ? J'ai l'impression de t'avoir déjà vu mais je ne sais plus du tout où...

// Voilà, c'était dit. Ses futurs efforts de sociabilisation reposaient sans doute dans la réaction de l'autre, mais au moins elle avait essayé, de là à savoir si elle allait réitérer avec quelqu'un d'autre un jour... //


Couleurs utilisées dans ce message : #5B3768, #122F76

Joueuse


Messages : 406
Guilde : Escape Guilde
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 4e année
MessageDate du message: Dim. 02 Juil 2017, 23:37  Répondre en citant

// Addaline s'apprêtait à tourner les talons quand la bleu et argent parla. Elle la fixa la blonde, cherchant à deviner si ce qu'elle disait était vrai ou si elle essayait de lui jouer un tour. Addaline plissa doucement les yeux, examina quelques secondes la main tendue devant elle. Elle hésita une demi seconde avant de la saisir, son éternel sourire reprenant la place sur son visage. Addaline était comme ça une Poufsouffle dans le sang. Donner des secondes chances au gens faisait partit d'elle sans pour autant oublier quand il la faisait tourner en bourrique. La rouquine serra doucement la main de la jeune femme, bien qu'elle aurait préférer la serrer dans les bras mais elle avait vite compris qu'avec elle, les contacts seraient assez limités. //

- Pas de soucis, je peux comprendre.

// En réalité, Addaline ne comprenait pas vraiment la réaction de la jeune femme mais elle préférait passer outre surtout que la Serdaigle s'était excusée. Elle semblait sincère et ça lui suffisait pour accepter à apprendre à connaître la jeune femme. Addaline ne s'étonna pas en apprenant le prénom de la jeune femme, se remémorant les match où son prénom avait été dit. Sans doute Evelyn n'avait jamais fait attention à elle mais au moins elle se rappelait l'avoir vu quelque part. //

- Addaline. Je suis une des poursuiveuse de l'équipe de Poufsouffle, on a du se croiser pendant un des match.


Couleurs utilisées dans ce message : #5B3768
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP
Anyara

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 23 Juil 2017, 07:39  Répondre en citant

// A la plus grande surprise d'Evelyn, la Poufssoufle lui serra la main, l'instant de stupeur passé la Serdaigle retira la sienne, peut-être un peu trop vivement mais vraiment elle détestait ça. //

- Pas de soucis, je peux comprendre.

// Evelyn hocha légèrement la tête, même si elle doutait fortement de la véracité de ces propos, elle même avait déjà du mal à se comprendre alors comment quelqu'un d'autre qui venait à peine de la rencontrer pourrait y arriver ? //

- Addaline. Je suis une des poursuiveuse de l'équipe de Poufsouffle, on a du se croiser pendant un des match.


// Tandis qu'elle écoutait la réponse, la Serdaigle regarda plus attentivement l'autre fille, effectivement il était possible qu'elle l'ai vu lors d'un match. Cela dit elle préférait quand même garder un œil sur le souaffle plutôt que sur les joueurs, ce qui expliquait que la plupart d'entre eux ne la marquait pas plus que ça.

Evelyn ne savait pas quoi dire de plus, elle aurait bien prolongé un peu la conversation elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'une personne sociable dirait à cet instant de la discussion : devait-elle continuer sur le Quidditch ? Sans doute, mais pour dire quoi ? Se maudissant intérieurement pour s'être lancé dans cette affaire - on avait beau dire la vie était tout de même plus simple lorsque personne ne vous appréciez - Evelyn prit la parole d'un ton où on aurait presque pu percevoir une pointe de désespoir : //

- Oui sans doute.

// Elle hésita un bref moment ne sachant que dire et ajouta : //

- Tu joues au Quidditch depuis combien de temps ?


Couleurs utilisées dans ce message : #5B3768, #122F76

Joueuse


Messages : 406
Guilde : Escape Guilde
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 4e année
MessageDate du message: Mer. 01 Nov 2017, 00:23  Répondre en citant

- Tu joues au Quidditch depuis combien de temps ?

// Addaline sourit, appréciant l'effort que faisait son interlocutrice pour lui faire la conversation. Après tout, rien n'avait obligé Evelyn à lui parler, à part peut être la fait que la Poufsouffle se tenait là où la jeune femme avait eu envie d'être seule. //

- Depuis ma troisième année à Poudlard donc ça sera ma cinquième année dans l'équipe.

// Un mèche remise à sa place et un coup d'œil à sa montre, Addaline écarquilla les yeux en voyant l'heure qu'il était. Ses études avaient dû lui prendre plus de temps que prévue et s'était mise en retard, encore. Elle offrit un sourire ennuyé à la Serdaigle et un léger signe de la main plus tard, lui lança : //

- Tu m'excuseras mais il faut que je file en cours, à un de ces jour sur le terrain.

// C'est au pas de course qu'Addaline rejoignit le château, courant dans les couloirs dès que personne était là pour la disputer pour rejoindre sa salle de classe.//

[Fin de RP]


Couleurs utilisées dans ce message : #122F76, #5B3768
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 920
Guilde : Les Maraudeurs
Maison : Serdaigle
Poudlard : 4e année
MessageDate du message: Jeu. 30 Aoû 2018, 09:04  Répondre en citant

[RP unique de Eva Holdein]


// Eva savait, qu'à une heure si tardive, personne ne viendrait la déranger dans le parc. Elle avait emmené avec elle son journal et profitait de l'air pur du soir. Elle commença à rédiger quelques lignes quand, devant ses yeux éberlués, un paon aux plumes ocellées fit la roue, il se parait de milles couleurs. Elle lâcha son stylo d'étonnement et vit soudain l'animal s'estomper progressivement, comme gommé. Comprenant que le magnifique paon n'était pas naturel et qu'il n'était qu'une illusion, elle s'énerva. Fermant son journal à l'aide d'un sortilège puis l'attirant vers elle grâce à "Accio", elle regarda autour d'elle, scrutant les arbres à la recherche d'un quelconque plaisantin. //

** Il était si coloré que ça ne pouvait pas être un simple patronus. Il faut un sortilège digne d'un sixième ou septième année pour en arriver à une si parfaite illusion. J'y ai vraiment cru. Qui voudrait m'impressionner à ce point ? Sont-ils donc près à tout pour m'éblouir... ou me faire un tour ? **

// L'image du paon aux plumes éclatantes de beauté continua à monopoliser ses pensées. Qui lui avais joué ce tour ? Pourquoi ?

Maintenant qu'elle y repensait, elle avait la nette impression d'avoir entendu un rire résonner entre les arbres quand elle avait lâché son stylo avec stupeur.

Sans doute ne saurait-elle jamais qui avait créé ce paon... Mais elle se le demanderais toujours. Un mystère qui ne sera jamais résolu. Tout comme celui de cette fontaine aux lions, devant elle... //


Couleurs utilisées dans ce message : #9E0B01
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueur


Messages : 232
Guilde : Aucune
Maison : Serdaigle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Dim. 03 Mar 2019, 17:08  Répondre en citant

[Participation de Zlatz Roux à l'event de Saint-Valentin en binôme avec Welmina Sayn]

&


// Zlatz avait été donné une heure pour rencontrer celle qui avait été choisie pour faire équipe avec lui pour s’occuper de faire fuir les colombes d’Europe de l’enceinte de Poudlard, mais il s’était rendu au lieu du rendez-vous, la fontaine des lions du parc, avec beaucoup d’avance afin de s’assurer d’être là en premier. Ainsi, ce ne serait pas à lui de faire le premier pas, d’initier le premier contact. Devant attendre, il passa le temps en lisant son livre du moment, qui traitait le sujet de Winston Churchill tout en mâchant un bâton de réglisse. Après un certain temps, le serdaigle entendit quelqu’un toussoter devant lui. Levant les yeux de son bouquin, il découvrit une jeune fille qui le regardait. //

- Bonjour ! Je suis Welmina Sayn, ta coéquipière. J'espère ne pas t’avoir trop fait attendre...

// Elle sourit et lui tendit sa main. L’adolescent hésita un instant avant de la lui serrer. Il ne savait pas trop comment se comporter avec des inconnus, mais il ferait un effort pour que cette coopération se passe bien. Enfin, il essayerait au moins. Sans doute. Le positif, c’est que même si les choses tournaient mal entre eux deux, au vu de la différence d’âge, il serait sûrement capable de la battre au combat. //

- Enchanté Welmina, moi c'est Zlatz. Avant toute autre chose, est-ce que tu aimes le réglisse ?


- Euh... oui mais je grignote pas entre les repas.


// Wow. Voir une fille d’au moins cinq ans sa cadette se montrer plus raisonnable que lui inspira à Zlatz une impression étrange. Etait-ce qu’il pensait que les rôles auraient dût être inversés, qu’il aurait dût représenter la voix de la raison ? Ou était-ce juste qu’il n’arrivait pas à comprendre qu’elle puisse se tenir à des règles aussi strictes ? Lui pouvait parfois résister à la tentation, mais cela restait au stade de l’exception. Il offrit l’un de ses bâtons à Welmina avant de ramener la conversation vers la raison pour laquelle ils étaient là. //

- Vu qu'ils détestent le rouge, on pourrai aller les voir et leur expliquer que le parc appartient au peuple, qu'ils n'ont rien à faire ici et qu'on va les envoyer au goulag ! Tu imite bien l'accent russe ? Le mien est au mieux passable.


// Et il était généreux avec lui-même. Passable n’était pas le mot qu’il aurai utilisé pour qualifier son accent si c’était celui d’un autre. D’ailleurs, Welmina était-elle une gryffondor ? Associer la couleur de sa maison à un régime totalitaire et meurtrier n’était pas la chose la plus délicate à faire si c’était le cas. Plus important, comment avait-il pût mettre tant de temps à découvrir le lien entre gryffondor et l’URSS ? Il faudrait qu’il rattrape ça en changeant le lion représentant la maison du courage par le marteau et la faucille quelque part dans la salle commune des rouges-et-or. //

- Excuse moi mais c'est quoi le goulag ?


// Alors celle-là, il ne l’avait pas vu venir. Il y avait moins de cinq minutes, Zlatz lisait un chapitre sur les opinions qu’avait défendu Churchill durant la guerre froide, sa tête était encore fixée sur le sujet et il n’avait même pas réfléchi avant de blaguer sur le sujet. Comment expliquer ce qu’était un goulag ? Et surtout, comment détourner le sujet ? Il n’avait pas trop réfléchi à des stratégies à adopter, la seule qu’il avait à proposer n’était pas une qu’il désirait appliquer. Il ferait avec. //

- Un goulag c'est... Alors, en gros, à l'époque de l'URSS, on y envoyait les opposants aux parti, en prenant une définition d'opposition assez... Large et disons que ça se situe quelque part entre un camp de travail classique et Auschwitz. Sinon on peut mettre le feu au nid. Le problème, c'est que c'est quand même un peu cruel. A par ça, ma seule idée, c'est de les enfermer quelques heures dans la salle commune de Gryffondor, mais c'est tout aussi cruel. Enfin, à moins qu'on arrive à faire évacuer les élèves. Malheureusement, je n'ai pas d'idée sérieuse - enfin, à part celle du feu -, et toi ?

// L’idée d’enfermer les oiseaux dans la tour de Gryffondor était bienvenue, ce serait l’opportunité parfaite pour placer des symboles du bloc soviétique sur les tapisseries. La question qui demeurait était s’il était préférable de rester discret dans l’espoir qu’ils passent inaperçus ou choisir d’être flamboyant, de marquer les mémoires en laissant les griffondors rentrer chez eux pour découvrir leur sanctuaire transformé en un temple à la gloire de l’URSS. Pas que cela ai tant d’importance, ce plan ne serait certainement pas appliqué, et il serait contraint de le faire de nuit, en toute discrétion. Ce qui ne lui laisserait pas la possibilité d’être exubérant. //

- En fait, j'ai surtout fait des recherches sur son habitat et ses aptitudes plutôt que de trouver un plan pour les faire fuir. Je trouve que ton idée du feu est plutôt intelligente, on devrait partir sur cette base par contre comme tu le dis c'est un peu cruel de les envoyer brûler dedans. Je sais pas trop si c'est réalisable mais peut-être pourrions nous faire croire à du feu ? Ou essayer d'en faire un mais en essayant de limiter les destructions ? Mais je ne suis pas assez expérimentée en magie pour en créer un et encore moins pour le contrôler. Et l'autre problème est de savoir où les emmener mais je crois que c'est pas si grave que ça parce qu'ils peuvent vivre un peu partout...

// Tromper les oiseaux pour obtenir des résultats équivalents sans avoir à effectivement courir un risque ? Trouvant que l’idée était intéressante, le serdaigle se demanda jusqu’où le principe pouvait être poussé. Y avait-il moyen de faire fuir tous les oiseaux d’un coup ? En leur faisant croire qu’il se produisait quelque chose de grande ampleur, du type éruption volcanique ou tremblement de terre placé haut sur l’échelle de Richter. D’ailleurs, comment un animal capable de voler réagirait-il face à un phénomène n’affectant que le sol et non les airs ? Ne pouvait-il pas se contenter de voler en attendant que les choses se calment ? Quoiqu’un tremblement de terre pouvait être un signe avant coureur d’autre chose de plus grave. Il fuirait sans doute. Maintenant, ne lui restait plus qu’à trouver comment imiter un tremblement de terre. Combien de temps lui faudrait-il pour en être capable ? Combien d’années de retard aurait-il s’il essayait de s’orienter sur cette voie ? //

- Oui, ce n'est pas vraiment un oiseau exotique, il peuvent se débrouiller. Du coup je ne pense pas que l'on doive vraiment se préoccuper d'où ils vont tant que c'est hors de Poudlard. Par contre, comment leur faire croire qu'il y a du feu sans en créer ? Des illusions ? Je n'ai aucune idée de comment faire. Quand à le maîtriser, je pense que c'est la meilleure option. Il y a toujours un risque mais à deux ça devrait bien se passer. Tu maîtrise aquamenti ? D'ailleurs, est-ce que tu penses qu'ils pourraient voler en étant trempés ? Parce que si oui, on peut mettre le feu à sa plume puis l'éteindre tout de suite. Un choc pareil suffirait sans doute à faire fuir n'importe quel oiseau. Et aussi à battre des records de cruauté. Même moi je n'aime pas l'idée.


// Pas que Zlatz se considère comme étant particulièrement cruel, mais des deux il estimait être le plus radical. Déjà, il n’aurait pas pensé et proposé de brûler le plumage de pauvres oiseaux innocents s’il n’avait été que pitié et bienveillance au fond de lui. La seule pitié qu'il ressentait était pour lui et personne d’autre. Et la pitié était une chose très étrange pour la conserver avec jalousie. //

- J'aurai préféré partir sur les illusions, ça limiterait les dégâts mais si tu ne sais pas comment faire, j'imagine qu'il vaut mieux laisser tomber. Comme je te le disais je ne suis pas très douée en magie pour l'instant, je ne suis qu'en première année mais si tu m'aides à réaliser certains sortilèges assez facile, je veux bien essayer. Pour ton idée de les mouiller en plein vol, ça me semble un peu dur à atteindre et ça risque d'être dangereux. Pour eux comme pour nous. Ou alors tout en gardant l'idée du feu, on peut utiliser quelque chose qui est crée à partir du feu, la lumière par exemple mais il faut qu'elle soit rouge sinon on s'éloigne complètement. T'en penses quoi ?

- Et bien, oui, ça me paraît bien. Au pire, si ça ne suffit pas, on peut toujours aviser après avoir essayé. D'ailleurs, ça te va si on se met en route maintenant ? On pourra continuer à réfléchir sur le trajet. Ah, et pour la lumière rouge, aurais-tu un tissu rouge sur toi ? Un mouchoir par exemple. Qu'on puisse mettre notre plan à l’œuvre dès notre arrivée. En le mettant au bout de ta baguette magique, ça donnera la couleur. A part ça, il ne devrait pas avoir besoin de magies dures à maîtriser.

- Le bracelet de ma montre est rouge. Je sais pas si ça peut faire l'affaire comme c'est pas un tissu... Sinon, on prend un tissu et on utilise le sortilège de changement de couleur. Je pense que le plan peut marcher mais un seul petit tissu, c'est peut pas suffisant mais ça dépend du nombre d'oiseaux. Peut-être qu'on pourra les faire fuir mais ça risque de prendre du temps.

// Clairement, quelques jeux de lumières n’allaient pas être top niveau performances. Utiliser les flammes serait sans le moindre doute plus efficace. Bon, difficile de savoir combien de temps serait nécessaire avant de mettre le plan en application, mais cela resterait long. Enfin, au pire du pire, ils pourraient changer de plan après avoir constaté à quel point leur stratégie serait inefficace. //

- Oui, la lumière ne pourra pas passez à travers. Mais oui, avec de la magie, c'est faisable. C'est marrant, j'oublie encore de considérer les possibilités des sorts après des années à en apprendre dans cette école. C'est un peu triste. Pour tous les faire fuir, oui, ce sera long, mais bon... Ça se fait. On peut toujours essayer de trouver des méthodes plus efficaces pendant qu'on avance. Du coup, si tu n'as plus rien à faire dans le château on peut y aller ?

// Zlatz se mit en mouvement, se dirigeant vers les arbres autour de la fontaine puisque c’est là-bas qu'ils devraient travailler. Il s’arrêta au bout de quelques pas afin de vérifier que Welmina le suivait. Il voulait juste éviter de passer la journée planté là à discuter sans progresser, pas abandonner sa coéquipière. Les deux élèves avancèrent en silence pendant un moment. En s’éloignant de la clairière, les cris des nombreux oiseaux envahirent l’air. C'était vraiment agaçant, à force. Tous ces piaillements mélangés, on se croirait dans un pub bondé un peu tard, lorsque l’alcool commence vraiment à se faire sentir. Enfin, les cris des oiseaux étaient plus harmonieux, mais le résultat restait une cacophonie qui cassait les oreilles et en pire, car cela ne se passait pas à un endroit où le serdaigle pouvait juste choisir de ne pas aller. Les deux sorciers s'arrêtèrent une dernière fois avant de se mettre à la tâche. Welmina retira son écharpe pour l’examiner. //

- OK, allons-y ! Je crois que mon écharpe peut nous servir de tissu. Elle est assez longue et la lumière peut passer à travers. De toute façon, si c'est pas efficace, on aura assez de temps pour chercher un drap ou un truc du genre dans le château. Et si ça marche on peut repartir sur l'idée du feu ou d'un autre truc de couleur. Des fumigènes, par exemple mais je sais pas vraiment comment m'en procurer.


- Je ne sais pas. On devrait pouvoir trouver comment en faire dans la bibliothèque ou en utilisant la Salle sur Demande. Enfin, moi je peux créer de la fumée, mais la colorer, c’est une autre histoire. Bon, comment on s’organise pour vider le parc ? Je pense qu’il serait préférable de commencer à deux histoire de se rôder puis essayer de se séparer une fois qu’on a pris le coup de main. Si on peut tous les deux se débrouiller sans l’aide de l’autre, autant se séparer pour aller plus vite, non ?

// Zlatz sortit sa baguette magique de sa poche, hésita un instant, puis en donna un coup sur l'écharpe dans les mains de Welmina, qui se changea pour devenir uniformément rouge. Elle pourrait ainsi l’utiliser pour teinter sa lumière, il faudrait juste que le serdaigle n’oublie pas de la retourner à son état d’origine une fois son utilité révolue. Enfin, une fois que l’écharpe n’aurait plus d’autre rôle à remplir que celui pour lequel elle avait était faite. Les deux sorciers se mirent à chercher des colombes, et il ne leur fallu guère de temps pour en trouver un couple. Ils allumèrent le bout leurs baguettes de concert puis s’assurèrent que la lumière soit de la bonne couleur, la cadette en enroulant son écharpe autour de la source de lumière pour la teinter tandis que l’aîné se concentra un instant, sa lumière magique se colorant toute seule par l’effet de sa volonté. En voyant arriver les deux humains, les oiseaux s’envolèrent pour aller se poser sur un arbre un peu plus loin d’eux, les gardant à l’œil tant qu'ils resteraient auprès de leur nid. Sans doute comptaient-ils revenir dès que les humains seraient partis. N’ayant nullement l'intention de les laisser faire, Zlatz mit le nid en pièces à coup de pied. Rien d’irréparable, les nids d’oiseaux étaient mieux fait que cela, mais il fallait que les oiseaux comprennent qu’ils n'avaient plus leur place à Poudlard. Les deux sorciers furent contraints de poursuivre encore les oiseaux pour les faire partir pour de bon. Même si leur plan n’avait pas été d’un succès retentissant, ils avaient réussi, aussi se séparèrent-ils pour ratisser le parc chacun de leur coté, les colombes étant trop nombreuses pour être toutes gérées pendant la journée sans cela.
Pour le premier nid qu’il attaqua seul, Zlatz tenta de modifier l’intensité lumineuse de façon brusque pour causer des flashs de lumière rouge. Les oiseaux n’avaient pas l’air d’aimer, mais l’impact se faisait à peine ressentir. Ils s’étaient juste posés un peu plus loin. Pour le nid suivant, il testa de modifier sa couleur pour le rouge par magie et de quitter les lieux une fois cela fait. Le positif était que les colombes refusaient de retourner à leur nid, le négatif qu’elles se contentaient de commencer à un construire un nouveau. Son espoir de pouvoir se contenter de recolorer tous les nids qu’il croisait anéanti, le serdaigle eu encore plus de mal à chasser les deux oiseaux, ceux-ci s’étant séparés pour rechercher de quoi reconstruire leur nid. Un plan abandonné n’allait pas l’arrêter et il continua de tester comment réduire ses efforts. Il finit par adopter un rythme de croisière où dès qu’il trouvait des colombes, il détruisait leur nid par magie, les attaques physiques n'étant pas pratiques lorsque la cible était dans un arbre, plusieurs mètres au dessus du sol, puis faisait fuir les oiseaux en lançant des étincelles rouges ou des sortilèges aux effets de la même couleur près d’eux. Bon, il en avait bien touché deux ou trois, mais aucun de ces accidents n’avaient eu des conséquences graves. Le seul où il avait frôlé la catastrophe était la fois où il avait stupéfixé une colombe au moment où elle atteignait la rive du lac, mais heureusement, elle n’était pas tombé dans l'eau et avait pût repartir sans attendre après qu’il l’eut réveillée. D’ailleurs, au vu de l’ardeur qu’elle mettait, cela aurait été une bonne idée de toutes les stupéfixier. Mais bon, devoir aller là où elles tomberaient à chaque fois lui prendrait trop de temps. Zlatz s’était donc contenté de faire de son mieux pour que ses sorts se contentent de frôler ses cibles. Lorsqu'il commença à approcher de la fin, il récupéra un nid qu’il déposa à la fontaine d’où il était parti afin de l’y récupérer plus tard et de le conserver en souvenir. Alors qu’il finissait sa tâche, il fut rejoint par Welmina. //

- Zlatz ! Les oiseaux se sont presque tous envoler de mon côté. Il ne m'en reste que 2. Si tu t'en sors bien, je pense qu'on aura fini d'ici peu. Notre plan a bien marché.

- Oui, je suis d'accord. Moi, ça c'est bien passé aussi, je vais juste refaire un dernier tour de là où je suis passé pour m'occuper de ceux que j'aurai raté. J'espère juste que les autres auront avancé aussi, moins d'autres oiseaux facilitera la tâche. D'ailleurs, si j'en ai raté ne serait-ce qu'un, ce sera totalement la faute des autres.


// Zlatz repassa par là où il était passé pour vérifier s’il avait loupé d’autres colombes. Il en trouva effectivement un couple mais il estima que vu que les colombes pouvaient se reproduire dans des lieux de même climat que Poudlard sans qu’aucune magie ne soit impliquée, il pouvait bien en laisser deux dans le parc. Ayant ainsi justifié sa paresse, il rejoignit Welmina qu’il trouva allongée dans l'herbe à l'attendre. //

- C'était vraiment cool de travailler en équipe avec toi, je suis contente que notre plan ai fonctionné. J'espère qu'on se reverra... Et aussi ton bâton de réglisse était délicieux !

- N'est-ce pas ? Je ne suis pas un très grand fan de réglisse, mais en bâton, je trouve que c'est irrésistible. Pas qu'il y ai beaucoup de bonbons que je trouve résistibles, remarque. Mais oui, c'était sympa de collaborer. Et pour ce qui est de se revoir, peut-être à l'occasion ? Je ne suis pas difficile à trouver, il suffit de se rendre aux cuisines en début de nuit. J'essaie d'y apprendre à bien préparer le thé.

- Je ne suis pas une amatrice de thé mais j'adore discuter autour d'une boisson. Bref... À plus tard.

// Zlatz dissipa l'enchantement qu'il avait appliqué à l'écharpe de Welmina qui reprit son apparence originelle. Ceci fait, il ne se sentait plus dans l’obligation de rester ici. Son travail était finalement totalement terminé, il était temps pour lui de tirer sa révérence. Il était fatigué à force d’arpenter le parc, il fallait donc qu’il se repose pour être bien réveillé lorsque la nuit tomberai, ce qui ne devrait plus trop tarder d’ailleurs, d’autant qu’il lui faudrait récupérer le nid qu’il s’était mis de coté. Le temps était passé vite à cause de la répétition des tâches qu’il effectuait à chaque nid et il ne s’en rendait compte que maintenant. Dire que non seulement ces oiseaux lui avaient fait manqué l’heure du thé – la grand-mère du né-moldu en serait d’ailleurs choquée et scandalisée -, mais en plus, ils le faisait se sentir mal à cause de la façon dont il les avait traités. Ils auraient mérités qu’il leur lance vraiment des sort dessus plutôt que de se contenter de les effrayer. //

- Bon, allez, à la prochaine, enfin, si on se revoit.


[participation finie]


Couleurs utilisées dans ce message : #4080FF, #884DA7
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 226
Guilde : Les Maraudeurs
Maison : Serpentard
Poudlard : 3e année
MessageDate du message: Mer. 06 Mar 2019, 18:07  Répondre en citant

[Participation de Welmina San à l'event de Saint-Valentin en binôme avec Zlatz Roux]

&


// Welmina arriva à la fontaine au lion, elle y avait rendez-vous avec un jeune homme dont elle ne connaissait pas le nom pour faire fuir des oiseaux. En effet elle s‘était portée volontaire pour déloger des oiseaux qui avaient fait leur nid dans le parc de l’école. La jeune fille et son coéquipier, étaient chargé de chasser des Colombes d’Europe de l’enceinte du château. Elle arriva exactement à l’heure du rendez-vous qu’on lui avait fixé.Son coéquipier était déjà là, il avait l'air d'être installé depuis longtemps puisqu'il lisait. Elle était arrivée discrètement et il avait la tête baissé sur son livre puisqu’il ne semblait pas avoir remarqué la présence de la jeune rousse. Elle toussota et il leva la tête. C’était un jeune homme de 5 ans ou 6 ans de plus qu’elle, ses cheveux noir pas coiffés et son visage neutre lui donnait un air rêveur. //

- Bonjour ! Je suis Welmina Sayn, ta coéquipière. J'espère ne pas t’avoir trop fait attendre...

// Elle sourit et lui tendit sa main pour le saluer. Le garçon la regarda avec hésitation puis finalement la serra. Welmina se demanda si elle n’avait pas était trop directe mais elle était d’un naturel vif lordqu’il s’agissait de rencontrer de nouvelles personnes et n’avait pas pensé que ce n’était peut-être pas le cas de son partenaire. //

"Enchanté Welmina, moi c'est Zlatz. Avant toute autre chose, est-ce que tu aimes le réglisse ?"


// Visiblement elle s’était tromper. Welmina fut un peu étonnée et déstabilisée par la question mais elle comprit que ce n’était pas tout à fait hors-sujet puisqu’il mangeait un bâton de réglisse. Il lui en tendit un. En général, elle avait pour habitude de ne pas grignoter pour garder ne pas grossir et Welmina n’était pas vraiment une fan de sucre. //

"Euh... oui mais je grignote pas entre les repas. "


// Elle accepta un petit bout et très vite, ils se mirent au travail. Welmina se remémora ses recherches. Elle ne savait pas trop par où commencer ou quoi demander à Zlatz. Elle regretta de ne pas avoir notés ce qu’elle savait et avait trouvé. Zlatz, en revanche avait l’air de savoir exactement ce qu’il voulait dire. //

"Vu qu'ils détestent le rouge, on pourrai aller les voir et leur expliquer que le parc appartient au peuple, qu'ils n'ont rien à faire ici et qu'on va les envoyer au goulag ! Tu imite bien l'accent russe ? Le mien est au mieux passable.

// Welmina mit un peu de temps à comprendre s’il était sérieux, plaisantin ou inconscient. Il avait pourtant l’air sur de lui. Ne comprenant le mot « goulag », elle se dit qu’il manquait peut-être quelque chose à sa compréhension. Puisqu’elle ne voyait pas du tout le lien entre la Russie et la couleur rouge. //

- Excuse-moi mais c'est quoi le goulag ?



- Un goulag c'est... Alors, en gros, à l'époque de l'URSS, on y envoyait les opposants aux parti, en prenant une définition d'opposition assez... Large et disons que ça se situe quelque part entre un camp de travail classique et Auschwitz. Sinon on peut mettre le feu au nid. Le problème, c'est que c'est quand même un peu cruel. A par ça, ma seule idée, c'est de les enfermer quelques heures dans la salle commune de Gryffondor, mais c'est tout aussi cruel. Enfin, à moins qu'on arrive à faire évacuer les élèves. Malheureusement, je n'ai pas d'idée sérieuse - enfin, à part celle du feu -, et toi ?"

// L’idée de la salle commune était un peu irréaliste et coûterait un certain budget nettoyage. La jeune rousse laissa de côtés ces deux idées légèrement… décalées et se concentra uniquement sur celle du feu. Welmina avait de son côté fait beaucoup de recherches sur le sujet mais plus concernant l’oiseau en lui-même. Elle n’avait pas tellement d’idées pour les faire fuir et elle préférait rebondir sur celles de Zlatz. Il avait beaucoup d’imagination contrairement à Welmina. Ensembles, ils formaient un duo assez complémentaire pour le moment.//

- En fait, j'ai surtout fait des recherches sur son habitat et ses aptitudes plutôt que de trouver un plan pour les faire fuir. Je trouve que ton idée du feu est plutôt intelligente, on devrait partir sur cette base par contre comme tu le dis c'est un peu cruel de les envoyer brûler dedans. Je sais pas trop si c'est réalisable mais peut-être pourrions nous faire croire à du feu ? Ou essayer d'en faire un mais en essayant de limiter les destructions ? Mais je ne suis pas assez expérimentée en magie pour en créer un et encore moins pour le contrôler. Et l'autre problème est de savoir où les emmener mais je crois que c'est pas si grave que ça parce qu'ils peuvent vivre un peu partout...


- Oui, ce n'est pas vraiment un oiseau exotique, il peuvent se débrouiller. Du coup je ne pense pas que l'on doive vraiment se préoccuper d'où ils vont tant que c'est hors de Poudlard. Par contre, comment leur faire croire qu'il y a du feu sans en créer ? Des illusions ? Je n'ai aucune idée de comment faire. Quand à le maîtriser, je pense que c'est la meilleure option. Il y a toujours un risque mais à deux ça devrait bien se passer. Tu maîtrise aquamenti ? D'ailleurs, est-ce que tu penses qu'ils pourraient voler en étant trempés ? Parce que si oui, on peut mettre le feu à sa plume puis l'éteindre tout de suite. Un choc pareil suffirait sans doute à faire fuir n'importe quel oiseau. Et aussi à battre des records de cruauté. Même moi je n'aime pas l'idée.

// L’idée d’un vrai feu ne plaisait vraiment pas à Welmina, mais si c’était leur dernière option, il valait mieux que tout se passe. Elle ne voulait pas être cruelle mais en même temps, ils devait remplir leur mission. Après tout, ils n’étaient qu’au début de leur discussion et les idées n’avaient pas l’air de manquer. Zlatz avait l’air responsable et lui-même disait ne pas apprécier l’idée mais Welmina ne voulait pas accorder son entière confiance à un inconnu. Elle essaya de dévier légèrement la conversation. //

- J'aurai préféré partir sur les illusions, ça limiterait les dégâts mais si tu ne sais pas comment faire, j'imagine qu'il vaut mieux laisser tomber. Comme je te le disais je ne suis pas très douée en magie pour l'instant, je ne suis qu'en première année mais si tu m'aides à réaliser certains sortilèges assez facile, je veux bien essayer. Pour ton idée de les mouiller en plein vol, ça me semble un peu dur à atteindre et ça risque d'être dangereux. Pour eux comme pour nous. Ou alors tout en gardant l'idée du feu, on peut utiliser quelque chose qui est crée à partir du feu, la lumière par exemple mais il faut qu'elle soit rouge sinon on s'éloigne complètement. T'en penses quoi ?


- Et bien, oui, ça me paraît bien. Au pire, si ça ne suffit pas, on peut toujours aviser après avoir essayé. D'ailleurs, ça te va si on se met en route maintenant ? On pourra continuer à réfléchir sur le trajet. Ah, et pour la lumière rouge, aurais-tu un tissu rouge sur toi ? Un mouchoir par exemple. Qu'on puisse mettre notre plan à l’œuvre dès notre arrivée. En le mettant au bout de ta baguette magique, ça donnera la couleur. A part ça, il ne devrait pas avoir besoin de magies dures à maîtriser.

// Welmina réfléchît et regarda dans ses poches elle n'avait pas de tissus rouge. Le seul objet rouge qu'elle portait était sa montre mais ça ne serais sûrement pas efficace. Elle le proposa quand même à Zlatz. //

- Le bracelet de ma montre est rouge. Je sais pas si ça peut faire l'affaire comme c'est pas un tissu... Sinon, on prend un tissu et on utilise le sortilège de changement de couleur. Je pense que le plan peut marcher mais un seul petit tissu, c'est peut-être pas suffisant mais ça dépend du nombre d'oiseaux. Peut-être qu'on pourra les faire fuir mais ça risque de prendre du temps.

- Oui, la lumière ne pourra pas passez à travers. Mais oui, avec de la magie, c'est faisable. C'est marrant, j'oublie encore de considérer les possibilités des sorts après des années à en apprendre dans cette école. C'est un peu triste. Pour tous les faire fuir, oui, ce sera long, mais bon... Ça se fait. On peut toujours essayer de trouver des méthodes plus efficaces pendant qu'on avance. Du coup, si tu n'as plus rien à faire dans le château on peut y aller ?

// Zlatz commença à marcher et Welmina le suivit. Elle espérait que leur plan réussise sans devoir recourir au feu. Elle était encore un peu jeune et innocente mais n’aimait pas la cruauté animale et tout se qui se rapportait à la guerre. //

- Ok, allons-y ! Je crois que mon écharpe peut nous servir de tissu. Elle est assez longue et la lumière peut passer à travers. De toute façon, si c'est pas efficace, on aura assez de temps pour chercher un drap ou un truc du genre dans le château. Et si ça marche on peut repartir sur l'idée du feu ou d'un autre truc de couleur. Des fumigènes, par exemple mais je sais pas vraiment comment m'en procurer.

- Je ne sais pas. On devrait pouvoir trouver comment en faire dans la bibliothèque ou en utilisant la Salle sur Demande. Enfin, moi je peux créer de la fumée, mais la colorer, c’est une autre histoire. Bon, comment on s’organise pour vider le parc ? Je pense qu’il serait préférable de commencer à deux histoire de se rôder puis essayer de se séparer une fois qu’on a pris le coup de main. Si on peut tous les deux se débrouiller sans l’aide de l’autre, autant se séparer pour aller plus vite, non ?

// Welmina tendit son écharpe devant son compagnon en essayant de faire le moins de bruit possible puisque Zlatz la transformait, à l'aide de sa magie, en rouge. Ils trouvèrent un couple de colombes et Zltaz redonna son écharpe à Welmina. Elle la posa au dessus de sa baguette illuminé, Zlatz quant à lui utilisa le sortilège de changement de couleur. Les oiseaux s’envolèrent plus à cause de la présence humaine que par la couleur mais allèrent se poser plus loin. Zlatz mit un coup de pied dans leur nid, Welmina crut d’abord que c’était de fureur ou de frustration mais lorsqu’il leur courut après elle se rendit compte qu’il cherchait juste à les faire fuir. Elle le suivit et au bout d’un moment les oiseaux, fatigués de leur effort, s’envolèrent. Ils se séparèrent pour aller lus vite et Welmina commença son chemin vers l’est avec son écharpe devenue rouge à la main, elle décida d'abord d'abord d'essayer de prendre les colombes par surprise et par derrière en leur faisant peur. Elles s'envolèrent toutes mais certaines restèrent sur le terrain. Elle choisit une autre méthode en essayant d'utiliser cette fois, l'écharpe qui correspondait à leur point faible : le rouge. Elle repéra un couple ou du moins un duo de colombe assis sur une des statues de lions présentes sur tout le terrain. Cette fois-ci, elle se cacha dérrière son écharpe, pour que les oiseaux ne la voient pas et s'approcha lentement pour se poser derrière eux. Il se passa un peu de temps avant qu'ils ne se tournent mais lorsqu'ils la regardèrent, ils s'envolèrent dans le ciel. Welmina était fière d'avoir réussi à faire fuir deux oiseaux mais il en restait tellement... Elle utilisa la même méthode et elle fit fuir les plus peureux. Mais à chaque fois les autres s'envolaient juste à côtés ou restaient au même endroit. Sa technique ne marchait plus mais elle ne baissa pas les bras pour autant. La jeune fille marcha un peu et comprit que les colombes étaient toutes plus ou moins réunies autour d'un arbre qui était le centre de la zone de recherche de Welmina. Elle sortit sa baguette et dit ://

- Lumos

// Puis posa délicatement son écharpe sur sa baguette, elle avait repensé au paroles de Zlatz qui avait proposé de la mettre au bout de la baguette. Le plan marcha et beaucoup d'oiseaux fuirent de leurs côtés. Certains étaient sur les plus hautes branches de l'arbre et ne soucias pas d'elle. Elle essaya d'accentuer son sortilège avec des formules tel que Lumos Maxima mais la luminosité du jour empêchait celle de sa baguette d'atteindre les colombes. Elle regarda autour d'elle mais sa seule solution était de monter à l'arbre, elle dut s'y résigner même si elle n'en avait pas très envie. Elle releva les manches de son sweat et mit son pied sur ce qui était un creux de l'arbre, attrapa une branche, puis une autre et se hissa sur une troisième tout en se tenant. Sa baguette, dans la bouche et son écharpe autour de son cou, elle tenta de monter sur une autre afin de se rapprocher des oiseaux. Elle mit son pied droit dessus et entendit un craquement, immédiatement elle l'enleva. Elle ne voulait pas risquer d'avoir un avertissement pour « destruction de la faune et flore de Poudlard ». La jeune fille détacha un de ses bras de l'arbre et prit sa baguette dans les mains, elle n'était pas assez proche des oiseaux pour être sûre de les faire fuir mais rien ne l'empêchait d'essayer. Elle brandit sa baguette dans leur direction et tenta un Lumos Solem. Bien que le sort soit difficile à faire à cause de son effet surpuissant, il produit un grande lumière pas aussi grande que voulue mais quand même imposante. Elle ne dura pas très longtemps mais assez pour que les oiseaux, éblouis, partent et Welmina sourit. Elle descendit avec beaucoup de précautions quand elle fut enfin par terre elle frotta ses habits et se remit en route. Sur son chemin, elle rencontra d'autres colombes qu'elle fit fuirent avec les méthodes qu'elle avait déjà utilisé. Elle s'en sortait plutôt bien et se demanda se demanda si c'était de même pour son partenaire. Ne trouvant plus d'oiseaux de son côtés, elle décida d'aller voir comment il s'en sortait. Sur le chemin, elle vit deux oiseaux mais se dit que si Zlatz avait fini, il fallait mieux le prévenir plutôt que de le faire attendre. Il était loin et toujours en train de chassés des colombes, elle l'interpella pour lui annoncer qu'elle avait fini. //

- Zlatz ! Les oiseaux se sont presque tous envoler de mon côté. Il ne m'en reste que 2. Si tu t'en sors bien, je pense qu'on aura fini d'ici peu. Notre plan a bien marché.

- Oui, je suis d'accord. Moi, ça c'est bien passé aussi, je vais juste refaire un dernier tour de là où je suis passé pour m'occuper de ceux que j'aurai raté. J'espère juste que les autres auront avancé aussi, moins d'autres oiseaux facilitera la tâche. D'ailleurs, si j'en ai raté ne serait-ce qu'un, ce sera totalement la faute des autres.

// Welmina fit envoler les deux dernier oiseaux et s'étala dans l'herbe en attendant que Zlatz finisse. Lorsqu'il l'a rejoignit, elle lui sourit et lui dit : //

- C'était vraiment cool de travailler en équipe avec toi, je suis contente que notre plan ai fonctionné. J'espère qu'on se reverra... Et aussi ton bâton de réglisse était délicieux !

- N'est-ce pas ? Je ne suis pas un très grand fan de réglisse, mais en bâton, je trouve que c'est irrésistible. Pas qu'il y ai beaucoup de bonbons que je trouve résistibles, remarque. Mais oui, c'était sympa de collaborer. Et pour ce qui est de se revoir, peut-être à l'occasion ? Je ne suis pas difficile à trouver, il suffit de se rendre aux cuisines en début de nuit. J'essaie d'y apprendre à bien préparer le thé.

- Je ne suis pas une amatrice de thé mais j'adore discuter autour d'une boisson. Bref... À plus tard.

// Zlatz rendit son apparence normale à l’écharpe de Welmina et lui tendit. Elle la remit autour de son cou en enlevant une plume qui était restée collée dessus. Elle la prit et puis la mit dans sa poche, en souvenir de cette aventure. //

- Bon, allez, à la prochaine, enfin, si on se revoit.

// Elle avait passé une bonne journée et était contente d’avoir rempli sa mission. Bien que Zlatz ne semblait pas très sociable, il s’était montré gentil et à son écoute. Elle espérait juse que les oiseaux n’avaient pas souffert de changer de territoire et trouveraient facilement un autre. Mais elle était prête à aider Poudlard si il le fallait. //

[Fin de la participation]


Couleurs utilisées dans ce message : #4080FF, #884DA7
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Direction
Auror
Team RP


Messages : 2796
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Serpentard
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Mer. 06 Mar 2019, 18:44  Répondre en citant

Participation à l'event Saint-Valentin 2019
RP unique – Ciryen Fill (Aquilea) en binôme avec Jonas Al-Mahmoud (Hell)
Avec l'intervention de Gordon Malher et Mr Jacquot




    // C’était avec une pointe d’émotion que Ciryen Fill passa pour la toute première fois les grandes grilles métalliques de Poudlard. Elle avait beaucoup entendu parler de l’école depuis son arrivée à Pré-au-Lard l’année passée, mais elle n’avait encore jamais eu l’opportunité de s’y rendre. Certes, elle avait bien un petit aperçu de l’aspect extérieur du château, puisqu’il surplombait le village ; mais pour ce qui était du parc et de l’intérieur du bâtiment, Ciryen s’était contenté de faire travailler son imagination selon les descriptions que ses clients lui faisaient.

    L’occasion de visiter l’école s’était enfin présentée à la jeune femme la semaine précédente, suite à une nouvelle annonce de Cooper Lawford dans la Gazette du Sorcier. Poudlard était envahi par des oiseaux tapageurs qui saccageaient tout le parc ; le Directeur devait sûrement se sentir débordé pour lancer un appel aux volontaires à l’extérieur de l’école. La télépathe avait donc saisi la balle au bond et s’était inscrite sur le champ. Quelques jours plus tard, un hibou lui était revenu, avec une grosse enveloppe contenant un pass pour Poudlard, un parchemin avec la date et l’heure du rendez-vous, une description physique rapide de son futur binôme et une fiche détaillée à propos de la race d’oiseau dont ils devraient s’occuper.

    Ciryen fut accueillie par un homme de grande taille mal rasé aux cheveux châtains ébouriffés qui se présenta comme étant le garde-chasse de l’école. Gordon lui indiqua ensuite la calèche en bois qui se tenait à quelques pas d’eux. Elle la conduirait à l’école en compagnie des autres « extérieurs » qui ne tarderaient sans doute plus à arriver. La demi-elfe s’y installa donc, cherchant du regard les animaux de traits qui devaient probablement être attachés quelque part, en vain. Elle haussa les épaules, sortit la note sur les perroquets du Gabon de son sac et se plongea dans la lecture en attendant les derniers arrivants. Quelques minutes plus tard, une dizaine de personnes de tout âge et de tout profil l’avaient rejointe dans la carriole, qui se mit en mouvement toute seule, sous le regard effaré de Ciryen. Elle reposa son parchemin, bien décidée à ne pas louper la moindre miette de la balade le long du Lac Noir jusqu’à l’entrée du château.

    La calèche s’arrêta dans la cour de l’école ; Ciryen fût l’une des premières à en descendre et se précipita vers les grandes portes de bois. En pénétrant dans le hall, son enthousiasme prit le large plus rapidement qu’un snekkja sur la Mer du Nord. La décoration était aux antipodes de ce qu’elle s’était imaginée ; l’opulence n’était pas vraiment de mise, et la luminosité naturelle était inexistante. Ce château manquait cruellement de modernité.

    Mais la jeune femme n’était pas venue là pour jouer les critiques immobilières. Elle parcourut la foule d’élèves du regard et repéra rapidement l’étudiant qui ferait équipe avec elle. D’une foulée rapide, elle combla les quelques mètres qui les séparaient et engagea la conversation à sa manière. //


** Tu es Jonas Al-Mahmoud, c’est ça ? Ciryen, enchantée. **

    // L’interpellé sursauta et répondit : //


- Heu, oui … C’est moi. Enchanté aussi … Tu es là pour … ?

    // La jeune femme fronça légèrement les sourcils. Le dénommé Jonas ne semblait pas très vif d’esprit ; elle inspira un grand coup pour tenter de faire disparaître cette exaspération qui commençait déjà à lui monter au nez. //


** Je dois faire équipe avec toi pour… désoiseautiser l’école. Tu es au courant que vous vous êtes fait envahir par des volatiles et que votre directeur souhaite les faire partir n’est-ce pas ?! **

    // Le visage du jeune homme s’éclaira tout à coup, comme si il venait de comprendre quelque chose d’important et il reprit avec bonne humeur : //


- Ha ça ! Oui oui, ça tombe bien que tu te présentes, je n’avais pas la moindre idée de qui était ma coéquipière !

    // Puis son expression changea de nouveau ; son front se plissa et ses yeux s’emplirent d’effarement à mesure qu’il prenait conscience du mode de communication de son interlocutrice : //


- Mais … tu parles sans bouger les lèvres ?

    // Interlocutrice qui, cette fois-ci, ne put réprimer un soupir las. Son coéquipier la fatiguait déjà… //


** Oui, je suis télépathe. Il va falloir t’y faire si on doit collaborer, parce que je ne m’exprime que comme ça. **

- Mais … c’est parce que tu n’as jamais appris à parler ? Ou c’est un handicap de naissance ?

    // Ciryen hésita un instant à lui faire remarquer que sa curiosité pouvait être très mal interprétée ; mais ne souhaitant pas s’enliser dans une potentielle discussion sans fin, elle préféra éluder la question pour orienter l’échange vers l’essentiel. //


** Dans le hibou que j’ai reçu, Lawford m’a écrit qu’on devait récupérer les perroquets du Gabon. ** Elle tendit la fiche sur les oiseaux à Jonas. ** Ils sont originaires d’Afrique, ils ont donc sûrement niché dans un coin plutôt chaud. **

- Oui c’est ça ! Et ils parlent en plus, je ne comprends pas pourquoi on ne peut pas les laisser ici, ils pourraient nous apprendre plein de chose sur leur pays et sur les autres oiseaux !

    // Jonas semblait très enthousiaste à l’idée de discuter avec les cacatoès ; beaucoup trop au goût de la jeune femme, qui le dévisageait avec stupeur. Ce garçon semblait tellement dans son monde, elle se devait de lui remettre les pieds sur terre au plus vite pour qu’il ne fasse pas capoter leur mission ! Elle avança un premier argument, espérant qu’il suffirait à recentrer Jonas… //


** Ils n’ont rien à faire dans ce pays voyons. Le climat d’Ecosse n’a absolument rien à voir avec celui d’Afrique. Et puis je ne connais pas leur régime alimentaire ; imagine, s’ils mangent des petits oiseaux. Ils pourraient changer tout l’écosystème ! Ils doivent retourner chez eux. **

- Je suis d’accord qu’on ne peut pas garder tous les oiseaux ici, mais ceux-là parlent quand même ! Ils pourraient peut-être t’enseigner ça aussi… Je pense que c’est la technique humaine qui ne correspond pas à ta façon d’apprendre !

** Mais de quoi je me mêle ?! **

    // Manifestement, sa tentative d’interruption était un échec. Qui plus est, il était en train de l’agacer prodigieusement avec ses remarques à trois Noises. Mais au-delà de son exaspération, d’une certaine manière, ça la touchait un peu qu’il se creuse la tête sur sa condition alors qu’ils ne se connaissaient que depuis quelques minutes… //


- Et puis les moldus ont des perroquets comme ceux-là... Puis ils doivent apprécier notre climat sinon ils ne seraient pas venus. Je devrais peut être les cacher en faisant semblant de les avoir ramené chez eux et dans quelques jours je les laisserais sortir...

    // Touchant peut-être, mais elle ne pouvait pas laisser la naïveté de ce jeune homme gâcher la quête qui leur incombait ! Ciryen abattit alors la deuxième carte de son argumentation. //


** Si tu veux négocier avec ton directeur, fais-toi plaisir. Mais il est hors de question que tu m’entraînes dans une magouille qui va à l’encontre de ses directives. L’honnêteté est une valeur primordiale, jeune homme ; tricher c’est mal. **

    // Alors qu’il semblait réfléchir au sens de cette dernière tirade, la télépathe eut une illumination soudaine et se mit à marmonner : //


** Bien qu’en fait, si on les garde secrètement sous le coude, je pourrais peut-être en profiter pour faire quelques recherches nécromantiques… Après tout, ses notes ne concernent que des rituels sur des singes et des hommes… **

    // Jonas tiqua instantanément et braqua ses grands yeux verts écarquillés sur elle : //


- Nécro-quoi ? C’est pas le truc … avec euh la mort … tout ça … ?

    // Ciryen acquiesça lentement, un petit sourire aux lèvres et un éclat de plaisir dans les mirettes. Le jeune homme eut un frisson d’angoisse, que son acolyte télépathe ressentit aussitôt, et répliqua : //


- Mais tu as raison, je ne devrais pas trahir le directeur, on va trouver un moyen de leur faire aimer de nouveau l’Afrique !

    // Soupir de déception. C’était l’occasion rêvée pour elle de tester les formules de sa mère ; mais après avoir tanné son camarade pour le convaincre de suivre les instructions de Lawford, elle ne pouvait décemment pas faire machine arrière. Tant pis. //


** Bien. Toi qui connaît Poudlard, à ton avis, à quel endroit ces perroquets auraient pu s’installer ? **

- Heu, je ne sais pas trop … Peut être près de la fontaine aux lions … les ornements pourraient leur rappeler l’Afrique et c’est un point d’eau facilement accessible aussi ! Je peux te faire un plan pour te montrer où c’est, et moi pendant ce temps, je vais faire des recherches à la Bibliothèque pour en savoir plus sur l’Afrique, ces oiseaux, et leur environnement !

    // Ciryen n’eut pas le temps de réagir que le garçon sortait une plume, de l’encre et un parchemin et se mit à dessiner frénétiquement en lui lançant des coups d’œil furtifs. Elle comprit alors qu’elle l’avait effrayé et s’apprêtait à lui prodiguer des paroles un peu plus douces ; mais Selwen décida à ce moment précis de sortir de sous sa cape, juste sous le nez de Jonas.

    La réaction ne se fit pas attendre : il balança le parchemin à Ciryen et s’éloigna d’un pas rapide en lui criant par-dessus son épaule : //


- Voilà tu devrais trouver, je file il ne faut pas faire traîner cette mission !

    // C’est ainsi que Ciryen se retrouva seule au milieu de l’école qu’elle ne connaissait pas, un plan incomplet et mal dessiné dans la main, en quête d’une fontaine dont elle ignorait tout, de sa forme jusqu'à son emplacement exact. //


***


** Toi je te jure, si tu n’étais pas mort je te tuerais ! **

    // Selwen montra ses dents à Ciryen, une mimique ironique qu’il avait pris l’habitude d’utiliser en réponse à la menace de sa maîtresse qu’elle avait tendance à proférer à son encontre plusieurs fois par semaine. C’était presque devenu un petit rituel entre eux : le singe-squelette faisait une bêtise, la demi-elfe se fâchait, il répliquait, et quelques jours plus tard il recommençait. Pire qu’un gosse…

    D’un autre côté, il fallait avouer que Jonas était facilement impressionnable ; ce n’était pas entièrement de la faute de l’animal s’il avait pris ses jambes à son cou avant même que Ciryen ne puisse le rassurer. Résultats des courses, elle n’avait aucune idée de l’endroit où elle devait se rendre. La jeune femme observait l’extrait de plan depuis dix bonnes minutes au moins sans avoir la moindre petite idée de ce que les courbes, les croix et les flèches pouvaient représenter. Quelques instants plus tard, sa patience bien érodée, Ciryen décida de partir en exploration elle-même. Elle trouverait bien quelques personnes en chemin qui pourraient lui indiquer la route…

    Après presque deux heures à déambuler dans tout le parc, se promener sur les rives du Lac Noir ou observer le contenu intrigant des serres de botanique, elle fit une halte dans la cabane de Gordon Malher. Le garde-chasse lui proposa de déjeuner avec lui et elle accepta avec grand plaisir. Elle découvrit alors un homme très chaleureux, boute-en-train et avenant, intarissable sur l’art de la chasse. //


- Par contre, pour ce qui est de la pêche, non merci ! J’ai bien essayé, ceci-dit. Quand j’ai été embauché, le vieux Quintus a nolisé une barque pour m’emmener à la pêche au Pitiponk dans le Lac. Mais on s’est fait prendre en chasse par le Calmar Géant au bout de quelques minutes et on est rentrés bredouilles. La trouille qu’on a eue. Surtout le vieux ; j’ai cru qu’il allait me claquer dans les bras !

    // Son rire tonitruant faisait trembler sa cabane. Ciryen lui demanda ensuite s’il savait où elle pourrait trouver la fontaine dont Jonas lui avait parlé dans la matinée. Gordon lui donna toutes les indications nécessaires, ainsi qu’un petit sachet de biscuits secs, et la jeune femme fila aussitôt. Son binôme devait sûrement l’attendre, et elle avait pris suffisamment de retard comme ça.

    En suivant les directives de son hôte, la télépathe arriva rapidement au bosquet d’arbres centenaires et de buissons. Elle se morigéna intérieurement d’être passée à côté au moins trois fois sans y avoir prêté attention, et s’engouffra entre les troncs pour arriver face à une magnifique petite fontaine de pierre entourée de statues de lions. //


** D’où son nom de Fontaine aux Lions… **

    // Et Jonas avait vu juste dans sa réflexion ; la clairière était envahi par des volatiles gris à la queue rouge qui la dévisageaient avec un éclat de profond mécontentement dans le regard. Ciryen frissonna, mal à l’aise ; l’un des individus ailés s’approcha d’elle, se perchant sur la tête du félin de pierre le plus proche d’elle, et prit la parole d’une voix grinçante : //


- Qu’est-ce que vous voulez encore ?

** Encore ? Comment ça, encore ? **

    // Intriguée par la prise de contact du cacatoès, la jeune femme projeta prudemment son esprit pour lui répondre. Elle n’avait encore jamais été confrontée à un animal vivant intelligent, capable de réellement comprendre le sens de ses paroles, et elle ne savait pas comment celui-ci allait réagir au contact télépathique… //


** C’est la première fois que… **

    // Ciryen n’eut pas le temps de finir sa phrase que le psittacidé se mit à piailler et à battre des ailes, les yeux exorbités. Tous ses congénères s’émurent à leur tour, pris de panique, et la jeune femme étendit sa connexion mentale à tout le bosquet pour hurler : //


** CALMEZ-VOUS ! JE NE VOUS VEUX AUCUN MAL ! **

    // Le perroquet en face d’elle cessa de s’agiter et se contenta de la fixer averbités. //


** Eh bah… On n’est pas sorti du sable. **

    // Ciryen se concentra pour paraître la plus courtoise possible et s’adressa à l’animal : //


** Pardonnez-moi si je vous ai effrayé. Je ne peux m’exprimer que par la pensée malheureusement. **

- Ce n’est donc pas vous qui nous avez dérangé il y a quelques minutes ? Bah, vous les humains, vous vous ressemblez tous. Forcément, j’ai dû m’emmêler les rémiges. Dites-moi donc ce qui vous amène, humain.

** Humaine **, corrigea l’intéressée. ** Mon nom est… **

- Si vous pensez que j’en ai quelque chose à faire, de votre identité.

    // L’intonation condescendante du cacatoès la piqua au vif, et elle répliqua avec amertume : //


** Ecoute, le piaf. Déjà, tu baisses d’un ton ; ensuite, toi et tes copains, vous allez dégager d’ici fissa. **

- Oh non, pas encore ?!

    // L’oiseau battit des ailes d’un air courroucé. //


- Qu’est-ce que vous avez tous à vouloir nous faire partir ? On est bien dans ce boqueteau ! L’autre humain m’a déjà bassiné tout à l’heure avec ses histoires…

    // La télépathe, prise d’un curieux pressentiment, lui demanda alors : //


** Il ressemblait à quoi, l’autre humain ? **

- A un humain tout ce qu’il y a de plus humain. Deux jambes, deux bras et une tête. Un humain quoi !

** Et par où est-il parti cet humain ? **

    // Le perroquet indiqua une direction à Ciryen du bout de l’aile ; la jeune femme écarta le pan de sa cape pour permettre à Selwen d’en sortir. //


** Va voir par là-bas. Si tu trouves Jonas, ramène-le sur le champ avant que je ne fasse de la purée d’oiseau. **

    // Le petit singe-squelette déguerpit aussitôt et disparut en sortant du bosquet. Ciryen reporta son attention sur le cacatoès, occupé à lisser ostensiblement ses plumes. //


** Il a l’air décidé à me faire sortir de mes gonds, celui-là ! **

    // Elle prit une lente inspiration pour se calmer un peu et sortit le sachet de shortbreads que Gordon lui avait donné. //


** Bon écoute. On est parti du mauvais pied, toi et moi - ou de la mauvaise patte plutôt. Je te propose qu’on fasse une trêve ; qu’on se pose un peu et qu’on essaye de trouver un compromis. Regarde, en gage de ma bonne foi… **

    // Elle posa délicatement un biscuit devant l’oiseau. Celui-ci regarda le gâteau quelques secondes, puis il réagit encore plus violemment qu’à leur premier contact ; Ciryen reçut mentalement une vague de fureur, un tourbillon de colère qui la fit reculer malgré la petite taille de son opposant. //


- POUR QUI ME PRENDS-TU, SALE HUMAINE ? TU OSES ME MANQUER DE RESPECT ?! JE SUIS LE CHEF DE MON CLAN, MADAME, JE SUIS INCORRUPTIBLE ! JE SUIS…

    // Alors qu’il continuait de vociférer avec sa voix éraillée, Ciryen décida de battre en retraite le temps que son coéquipier la rejoigne. Elle s’approcha de la lisière de la clairière ; un bruit de branches écartées et de feuilles mortes écrasées arrivait vers elle, et elle s’écarta juste à temps pour éviter de se faire rentrer dedans par… //


** JONAS ! Enfin te voilà ! **

- Ho, tu es là ? Tu n’as pas eu de mal à trouver j’espère !

    // Trop préoccupée par l’échange qu’elle venait d’avoir avec le gris du Gabon, Ciryen ne releva pas. Selwen débarqua à son tour et grimpa le long de ses vêtements pour s’installer sur son épaule, fier d’avoir rempli sa mission. //


- Quoi qu’il en soit, j’ai essayé de convaincre Mr Jacquot, mais il ne veut rien entendre, une vraie tête de mule !

** Mr Jacquot ? **

    // C’était sûrement le nom d’un des oiseaux. //


** J’ai tenté d’établir une discussion avec l’un d’entre eux, moi aussi, mais je crois qu’il n’a pas apprécié la connexion télépathique. Ni les shortbreads d’ailleurs… **

    // Alors que Jonas ouvrait la bouche pour répondre, Ciryen lui fit signe de se taire. //


** Pense tes réponses, en te concentrant un peu. Je les entendrai dans ma tête mais les perroquets ne t’entendront pas, eux. Je n’ai pas tellement confiance en eux… ** Elle lança un regard soupçonneux aux volatiles. **Est-ce que tu as trouvé quelque chose d’intéressant au cours de tes recherches ce matin ? **

** Mr Jacquot à l’air d’être leur chef, parce qu’ils fonctionnent en tribu généralement même s’ils s’éloignent pour la saison des amours pour former les couples et après ils sont inséparables. En tous cas, il m’a dit préférer rester ici, où la vie est plus douce pour ceux de son espèce. Mais il est très intelligent et sensé ! Et je ne pense pas que le problème soit la télépathie mais plutôt le truc en os qui te suit partout… Je pense qu’on devrait s’éloigner un peu pour discuter de ce qu’on a appris et mettre au point un plan d’attaque ! Sans les blesser bien entendu, c’est une façon de… penser. **

    // La blague arracha à Ciryen un petit sourire amusé. //


** Ça marche, je te suis. **

    // Le jeune homme se mit en marche vers l’extérieur du bosquet, suivi par Ciryen, Selwen toujours sur son épaule. Tout à coup, il lança un regard horrifié à la télépathe, qui sursauta. //


** Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? **, demanda-t-elle, paniquée.

    // Alors qu’elle regardait tout autour d’eux pour tenter d’apercevoir ce que Jonas avait sûrement vu ou entendu, le garçon poussa un soupir de soulagement. //


- Tu ne lis pas vraiment dans les pensées alors ? Je dis ça parce que je n’ai pas eu des pensées très sympathiques … pour ton truc d’os, … le singe là !

    // Ciryen éclata de rire mentalement, rassurée. //


** Non, je ne lis pas dans les pensées. J’entends juste les paroles, et je ressens aussi les émotions quand elles sont très fortes et qu’elles échappent au contrôle de la personne. Comme toi tout à l’heure, quand tu as vu Selwen - c’est son nom, à mon “truc d’os” comme tu dis. ** Elle leva la main jusqu'à la tête du singe pour lui prodiguer quelques caresses affectueuses. ** Tu as de la chance qu’il ne puisse pas entendre tes pensées, ceci dit. S’il t’avait entendu dire du mal de lui, il t’aurait sûrement… **

    // Ciryen s’interrompit alors, remarquant le palissement soudain de Jonas à mesure qu’elle s’exprimait. Vraiment, ce garçon était très émotif. //


** Mais ne parlons pas de ce qui ne s’est pas produit, n’est-ce pas ? T’en fais pas, il ne te fera pas de mal. **

    // Le jeune homme déglutit bruyamment, puis reporta son attention sur son interlocutrice. //


- Tu as raison, dit-il d’une voix qui se voulait assurée, parlons de Mr Jacquot et de sa tribu, comment est-ce qu’on peut les faire changer d’avis sans les traumatiser ? Il aime parler ça c’est certain, mais je n’ai pas encore trouvé ce qui pourrait le faire changer d’avis, il parle très souvent de Mme Raymonde, sa moitié, mais comme elle est pleine elle passe ses journée à dormir, c’est pour ça qu’il était ravi de me faire la conversation !

    // Ciryen haussa un sourcil sous le coup de la surprise. En fin de compte, il avait réussi à obtenir pas mal d’informations depuis le début de matinée, et certaines d’entre elles pourraient sûrement s’avérer très utiles ! Et puis, si ce Mr Jacquot s’était si facilement confié à Jonas, c’est qu’une certaine intimité avait dû se développer entre eux… //


** Apparemment il te fait un minimum confiance. Dans ce cas, tu devrais faire le porte-parole auprès de lui, et moi je reste en arrière pour appuyer tes propos en cas de besoin. Et Selwen restera bien caché dans ma cape et n’en sortira pas, je te le garantis. **

- Pourquoi pas, mais je ne vois pas trop quoi lui dire de plus … A part que ça serait dommage que ses oisillons ne voient jamais l’Afrique ...

    // Il plissa les yeux, comme s’il réfléchissait intensément. //


** Mais c’est un excellent début d’argumentaire ça ! ** s’exclama Ciryen. ** Tu peux lui dire qu’ici, il pleut tout le temps et il ne fait pas très chaud, du coup ses bébés risquent d’attraper un rhume aviaire… **

- Mais tu as raison, répondit-il avec entrain, il faut tout miser sur la corde sensible ! Tu as vraiment des idées génialissimes !

    // La jeune femme l’observa un instant, ne sachant pas si son coéquipier voulait volontairement lui donner les honneurs de son idée, ou s’il avait simplement oublié entre-temps que c’était lui qui avait proposé l’argument. Mais vu son regard pétillant de candeur, elle comprit bien vite qu’il était simplement naïf et tête en l’air…

    Les deux jeunes gens se mirent à chercher des arguments pertinents et à peaufiner le discours de Jonas. Il avait un vrai potentiel en matière d’élocution, songeait Ciryen. A mesure qu’il répétait son monologue, il prenait en assurance et en charisme. A la fin de leur entraînement, ils retournèrent auprès des oiseaux, plus confiants que jamais. Ils avaient une mission à mener, et ils s’en sortiraient, coûte que coûte !

    Jonas s’avança vers la fontaine, tandis que la demi-elfe restait en retrait. Même si le psittacidé lui avait confié ne pas pouvoir distinguer les différences entre les humains, il valait tout de même mieux ne pas risquer qu’il la reconnaisse et se braque. Peine perdue ; le volatile lui lança un regard mauvais. Elle soupira et encouragea intérieurement son binôme qui se lançait dans son soliloque argumentatif. //


- Rebonjour Mr Jacquot, j’ai appris que le contact avec ma collègue ne s’était pas très bien passé, j’espère qu’elle ne vous a pas offensé, vous savez les britanniques n’ont pas beaucoup de savoir vivre ! Ils ont aussi des singes squelettes et des gâteaux secs plein les poches, pour les donner à leurs rats. Qui mangent les œufs d’ailleurs si je ne m’abuse... Quoi qu’il en soit, je ne comprends pas pourquoi vous voulez priver vos oisillons ainsi que votre bien-aimée Raymonde…

    // Le cacatoès jeta un coup d’œil machinal dans un buisson proche de la fontaine. Ciryen se demanda alors si ce n’était pas l’endroit où ladite Raymonde se cachait et profita du discours de Jonas pour se faufiler discrètement jusque là-bas. Un plan B venait de lui venir en tête. Elle aperçut aussitôt une grosse femelle grise installée confortablement dans son nid douillet, sûrement prête à pondre dans les jours qui viendraient. Ciryen étendit délicatement son esprit vers elle pour prendre contact avec elle sans lui faire peur, puis elle lui susurra mentalement : //


** Ma petite cocotte ; si tu ne veux pas devenir veuve-oiseau, fait comprendre à ton compagnon qu’il a tout intérêt à suivre les recommandations de mon ami, sinon… **

    // Raymonde n’attendit pas la fin de la phrase et piailla bruyamment en direction de son mari. La télépathe rejoignit Jonas, qui lui tourna un regard interrogateur. //


** T’inquiète… **

***


** Qu’est-ce que tu as bien pût dire à Mme Raymonde pour la convaincre ? **, demanda télépathiquement Jonas, tandis qu’ils se dirigeaient lentement vers le château pour négocier les conditions de rapatriement que Mr Jacquot avait exigé.

    // En effet, après un long débat entre les deux cacatoès, il était revenu vers eux les plumes basses. Sa moitié avait exprimé son envie de rentrer chez eux, et avait fait pression sur lui pour qu’il accepte de quitter Poudlard. Il avait cependant quelques conditions pour l’organisation de leur retour. //


- Nous exigeons un trajet rapide et sécurisé. Ma Raymonde étant sur le point de pondre - ce n’est plus qu’une question de jours -, je refuse de lui faire risquer une fausse ponte. Puisque vous êtes magiciens, utilisez votre magie pour nous ramener chez nous.

    // Le jeune homme avait alors promis qu’il exprimerait ses volontés au directeur, et qu’il lui proposerait de les faire voyager par transplanage. Le moyen le plus sûr et le plus rapide, avait-il assuré. //


** Oh, je lui ai simplement fait remarquer que si son conjoint venait à perdre la vie du fait de son entêtement, élever ses oisillons serait bien plus compliqué… Non Selwen ! **

    // Elle attrapa son singe à la volée alors qu’il tentait de sauter de son épaule à celle du jeune homme. Ce dernier bascula en arrière et se retrouva assis au sol. //


- Il vient d’essayer de me tuer, s’exclama-t-il.

    // Ciryen éclata mentalement d’un vrai rire franc et chaleureux et aida Jonas à se relever. Au fil de la journée, elle s’était radoucie au contact du jeune homme ; elle en était arrivée à apprécier sa candeur qui l’avait tant énervée lorsqu’ils s’étaient rencontrés, et elle restait impressionnée par l’assurance avec laquelle il avait déclamé son monologue au perroquet. Quant à la trouille qu’il éprouvait à la vue de son animal de compagnie - si on pouvait le qualifier ainsi -, ça avait le mérite de faire un peu d’animation ! //


** Tu lui prêtes de mauvaises intentions, à tort. Selwen est un petit singe vraiment adorable, il ne ferait pas de mal à une mouche ! Mais c’est vrai qu’il n’a pas un physique très avenant ; enfin c’est une question de goût j’imagine. **

    // Elle cala le singe dans ses bras et lui caressa doucement les os. Jonas lui lança un regard soupçonneux. //


** Quoi qu’il en soit, on a fini notre mission sauvetage du parc … Les feuilles de certains arbres commençaient à être blanches à cause des fientes ! **

    // Ciryen fit un high five à Jonas. //


** C’était du bon travail, camarade ! Par contre, promet-moi de ne jamais tenter de faire carrière dans la cartographie. **

    // Elle avait prononcé ces mots avec un ton faussement accusateur. Dans un sens, c’était de sa faute si elle s’était perdue et avait erré toute la matinée jusqu'à atterrir dans la cabane de Gordon Malher. Mais elle ne lui en voulait pas vraiment : //


** Un biscuit ? **

** Effectivement le dessin ne fait pas parti de mes talents, hahaha ! Merci bien ! **

    // Elle lui tendit un shortbread, dont il se saisit, et en enfourna ensuite un autre dans sa propre bouche. Tout en marchant en direction du château, Ciryen se fit la remarque qu’elle avait passé une excellente journée, et se prit à espérer revenir un jour dans l’école… //


Fin de participation


Couleurs utilisées dans ce message : #2F8042, #024500, #730800, #990099, #CC0000
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Envoyer un e-mail Fiche de personnage RP
Montrer les messages depuis:   
Page: <--  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
   Répondre au sujet    Forum >> Le Parc
Page 10 sur 10