Hiboux Nomade Notes
❄ Très Bonne Année à toutes et tous ! ❂ Profitez-en pour compléter les Résolutions Défis de 2020 ! ☃ Venez répondre au sondage concernant le contexte RP ❄
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


Salle d'Etude

Page: <--  1 ... 8, 9, 10, 11, 12  -->
   Répondre au sujet   Forum >> Les Étages
Auteur Message
Mélédia de Tourmente

Personnage
Non Joueur





MessageDate du message: Lun. 31 Oct 2016, 14:29  Répondre en citant

// Mélédia était agacée. Il fallait qu’elle fasse une dernière ronde dans le château pour vérifier que ces satanés élèves ne trainent pas dans les salles de classe. Le directeur avait insisté pour que tous les professeurs et personnels du château se relaient pour faire des rondes afin de vérifier que les élèves ne quittent pas la zone sécurisée.

Elle n’avait pas spécialement peur, ni même était impressionnée par ce détenu. Elle n’avait besoin que de sa baguette et de ses serres acérées pour se défendre et il n’aurait aucune chance.

Elle arrivait dans les étages, la plupart des salles de classe était vides, cependant elle entendait du bruit provenant de la salle d’étude. //


** Encore ces garnement qui n’ont rien d’autre à faire que de me faire perdre mon temps ! **


// Elle ouvrit à la volée la porte de la salle d’étude et la franchit en faisant attention à ses ailes argentées. Calypso Tremblay et Katniss Pierce. Elle les détailla d’un regard dédaigneux. Les bras croisés et ses griffes tapotant sa peau, elle les toisa du regard avant de parler. //


- Mesdemoiselles. Puis-je savoir quel mot vous n’avez pas compris dans le message du directeur ? Peut-être que le mot sécurité ne vous parle pas, ou peut-être est-ce le mot danger ? Sachez que je connais le danger et rien de me ferait plus plaisir de…


// Elle laissa sa phrase dans le vide. Elle savait que les deux jeunes filles en face d’elle étaient terrifiées. //


- Eh bien ne restez pas planté là !


// Elle avait pris une voix menaçante, elle posa son regard perçant sur la jeune Tremblay qui avait perdu toute couleur. Mélédia était quasiment certaine qu’elle était en apnée, trop effrayée pour respirer. Elle sourit et s’avança, laissant son doigt prolongé de sa griffe, érafler la table. //


- Je vous conseillerai de retourner dans votre salle commune… Sinon qui sait ce qui pourrait vous arriver... La nuit est à présent tombée...


// Elle laissa son regard vagabonder vers la forêt interdite qu'elle pouvait apercevoir par le fenêtre et se retourna gracieusement, ses ailes balayant la table à proximité. //


Couleurs utilisées dans ce message : #C15555

Gagnante du jeu de l'oie


Messages : 3842
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Gryffondor
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Sam. 19 Nov 2016, 14:49  Répondre en citant

- Tu... Heu... Je n'ai aucune informations. Mais je peux t'aider, enfin, si je peux servir à quelques chose. C'est que... je ne peux pas me mettre à ta place, ce n'est pas la même chose, avoir un frère que l'on ne connait pas, et une amie que l'on considère comme sa sœur.

// Katniss hocha la tête soulagée, enfin quelqu'un qui n'était pas procrastinateur et qui acceptait de l'aider sans partir la queue entre les jambes. Alors qu'elle s'apprêtait à répondre à Calypso la porte de la salle s'ouvrit sur Mélédia de Tourmente, le professeur de métamorphose dont les deux jeunes filles avaient parlé un peu plus tôt. Le cœur de la Gryffondor s'emballa, déjà qu'elle n'était pas d'humeur chaleureuse d'habitude, aujourd'hui la harpie les aurait flambé sur place avec son regard si elle avait put.//

- Mesdemoiselles. Puis-je savoir quel mot vous n’avez pas compris dans le message du directeur ? Peut-être que le mot sécurité ne vous parle pas, ou peut-être est-ce le mot danger ? Sachez que je connais le danger et rien de me ferait plus plaisir de …

// Un frisson parcourut le dos de la septième année, elle n'était pas dans les petits papiers de leur professeur on pourrait même dire que cette dernière ne l'appréciait pas, allez savoir pourquoi. En tous cas la Rouge et Or n'osait pas bouger, ni même respirer de peur de contrarier De Tourmente mais d'un autre côté son immobilité pouvait aussi lui attirer des ennuis. Elle jeta un rapide coup d’œil à sa cadette et la vit à peu près dans le même état qu'elle, décidément ce professeur avait le don de lui filer les chocotte. Avant même qu'elle ai put reprendre contenance, la harpie repris : //

- Eh bien ne restez pas planté là ! Je vous conseillerai de retourner dans votre salle commune… Sinon qui sait ce qui pourrait vous arriver... La nuit est à présent tombée...

// Katniss secoua la tête pour reprendre ses esprits, De Tourmente était définitivement terrifiante. La jeune fille pris une grande inspiration et son courage à au moins quatre mains puis fit un grand sourire totalement faux à son professeur de métamorphose avant de lui répondre ://

- Ho excusez nous Madame, nous étions en train de travailler et nous n'avons pas vu le temps passer. Nous allons de ce pas suivre vos conseils et rentrer dans notre salle commune !

// Manifestement réponse fut satisfaisante pour l'horrible femme-oiseau puisqu'elle les laissa enfin. Sans attendre une micro-seconde la septième année commença à ranger ses affaires pour éviter de subir le courroux dévastateur de Mélédia de Tourmente. //

- Bon, je pense que le message est claire, on devrait rentrer.

// Pourtant la blondinette avait encore envie de creuser certaines pistes qui lui étaient venues à l'esprit c'est pourquoi elle décida de faire un détour par le bureau du Directeur avant de rejoindre les Gryffondor. C'est donc avec beaucoup de prestance qu'elle se retourna négligemment vers sa cadette pour lui lancer ://

- Au plaisir de te recroiser en salle Co'. Bonne soirée.

// Et elle partie, toujours aussi déterminé à retrouver sa meilleure amie coûte que coûte, mais avec un léger poids dans l'estomac qui devait venir de la présence de la harpie dans les couloirs.//

[Fin du RP]


Couleurs utilisées dans ce message : #C44C51, #CC0000, #C15555, #665FCA
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 2118
Guilde : Escape Guilde
Maison : Serdaigle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Dim. 01 Jan 2017, 17:25  Répondre en citant

[Début de RP entre Elia Mandrautôt (Cokoala) et Swann Drety (Chocoballe Drety)]





// Elia s'assit sur une chaise et sortit son devoir de métamorphose. Elle avait donné rendez-vous à Swann, quelques semaines plus tôt, dans la Salle d'Etude et espérait qu'avec le temps, cette dernière n'avait pas complètement oublié leurs retrouvailles. Pas bien sûre de la présence de sa camarade, la jeune Serdaigle avait apporté une balle rebondissante moldue pleine de paillettes pour ne pas trop s'ennuyer. En effet, elle n'avait pas su s'empêcher de finir tous ses devoirs dans sa chambre chez son père. Celui-ci buvait tellement d'alcool durant l'enfance d'Elia que cela l'avait rendue totalement abstème. Alors, durant la soirée de nouvel an, elle était partie dans son lit dès qu'avait commencé le dessert en prétextant un mal de ventre, ce qui lui avait permis d'échapper aux amis de Richard, et de coucher ses soeurs par la même occasion. Les vacances étant passées et Elia n'ayant reçu que très peu de coups, elle était de très bonne humeur et c'est pourquoi elle s'était permis d'attendre Swann en riant et en chantonnant de joie.

Cependant, elle eut beau attendre vingt minutes, une demi-heure, Swann n'arrivait toujours pas. Elia se résigna vite et se leva tout en prenant son sac et sa cape d'hiver sur le bras. //


Couleurs utilisées dans ce message : #CC0000
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Envoyer un e-mail Fiche de personnage RP

Auror
Animatrice


Messages : 1734
Guilde : Les Tourneurs de pages
Maison : Gryffondor
Poudlard : 4e année
MessageDate du message: Mer. 17 Mai 2017, 03:31  Répondre en citant

[Début de rp entre Timothy Seymour (Crountie) et Morgane Potter (Morgane Potter)]


    // Elle y était arrivée ! Elle pourrait presque crier tant la joie éprouvée était grande. Il était vingt deux heures, le couvre feu était dépassé mais elle avait enfin la paix.

    Voilà deux jours qu'elles courraient entre ses cours et les entraînements de Quidditch sans répit. La perpective d'y ajouter, sous peu, des cours de soutiens à donner à leur stupide attrapeur ne l'enchantait guère et elle sentait ses nerfs lâchaient. Le matin même, elle avait bien senti le regard insistant que le professeur Hy posait sur elle et elle en avait déjà plus qu'assez des sous entendus, qui se voulaient sûrement discrets, glissés par leur capitaine qui semblait se foutre que Morgane veuille assassiner son condisciple. Lui ne voulait que garder une équipe complète et fixe, sans postes vacants mais il ne se rendait pas compte qu'il courrait le risque que la jeune femme étripe ce Saint Graal qu'il voulait tant préserver.

    Si elle était restée dans sa salle commune 5 minutes de plus, elle aurait sûrement craquer. C'était pour cette raison qu'elle s'était faufilée par le portrait de la grosse dame, qui était outrée qu'on la dérange d'ailleurs. Elle avait réussi le tour de force d'éviter les rondes des préfets, elle devait l'avouer ; les myrins, glissés dans la poche d'un des préfets des rouge et or, avaient bien aidé. Elle avait ensuite déployer des trésors de concentration pour éviter les professeurs. Ses sens étaient décuplés par par le mélange de peur et d'excitation et elle tendit l'oreille toit le long du trajet. Elle avait évité de justesse l'esprit frappeur de Poudlard mais pouvait à présent se féliciter ! Elle était arrivée à se faufiler dans la pièce et elle n'avait attirée l'attention de personne.

    Elle soupira, profitant du silence dans la pièce. Qui aurait cru qu'elle apprécierait autant de pouvoir écouter les battements de son coeur. Morgane s'était dirigée vers la salle d'étude. Elle n'avait pas de raison particulière de s'y rendre mais elle était sûre au moins que c'était un endroit qui n'attirait pas plus que ça, elle avait donc moins de chance de se faire chopper à hors de son dortoir. Elle entendait dans sa tête le chantonnement heureux de Peeves quand il découvrait un ou une élève la nuit à errer dans les couloirs : //

-Élève hors des dortoirs ! Élève errant dans les couloirs !

    // Elle eut presque l'impression que c'était réel tant la voix agaçante de ce petit être avait pu lui rester en tête. Elle se posa sur une chaise et tira le livre qu'elle lisait dans sa salle commune. Elle allait enfin être tranquille pour connaitre la suite et fin de l'histoire passionnante qu'elle dévorait depuis quelques jours. //

** Ah les auteurs moldus auront raison de mon coeur avec leurs romances moldus. **

    // Telle fut sa dernière pensée avant de se plonger dans une lecture qui accapara toute son attention. Elle n'en releva la tête que lorsqu'elle perçut un bruit, très furtif. Inquiète, elle ferma son livre et regarda autour d'elle. //

** Je deviens parano... **


Couleurs utilisées dans ce message : #200050, #872387
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Envoyer un e-mail Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur

Joueur


Messages : 2692
Guilde : L'Amafia
Maison : Serdaigle
Poudlard : 6e année
MessageDate du message: Jeu. 18 Mai 2017, 18:54  Répondre en citant

//C’était intéressant, aux yeux de Timothy du moins, de noter la différence incroyable qui s’opérait dans l’école au couvre-feu. La joie, la chaleur et la bonne humeur étaient, en même temps que les élèves, transférées de l’ensemble du château à ses seules salles communes. Et les couloirs restaient ainsi, vide, dépeuplés, tristes et sombres. Les tableaux, eux-mêmes, se taisaient, comme dans l’attente d’un renouveau que leur apporterait, dès le lendemain, la présence des élèves. La lumière baissait et les escaliers se calmaient. Seul certains couloirs, pour des besoins de service essentiellement, étaient continuellement éclairés. Les fantômes, eux-mêmes, se faisaient silencieux et solitaires, ressassant dans leurs silences profond et frais, des pensées n’appartenant qu’à eux. Quelles pensées ? Tim n’en savait rien, grand bien lui fasse. Veiller sur les vivants était déjà une tâche complexe et prenante en soi, alors s’il avait fallu y ajouter les morts…

Il frissonna doucement et s’ébroua tel un petit ours sortit d’un fleuve froid. Il n’aimait pas quand ses pensées partaient sur ce chemin-là. La fin était généralement peu agréable. Alors qu’au contraire, il appréciait grandement ses rondes dans le château. Le plus souvent seul, parfois en duo avec l’une ou l’autres des préfets, c’était soit des bons moments de convivialité, soit de doux moments de calmes, de réflexion et de silence. Oui, de tous les aspects de son rôle, c’était probablement son préféré. Ces longues heures de marches dans le silence.

Ceci dit, faire des améliorations dans les couloirs serait quand même une bonne idée. Par exemple, modifier la règle du couvre-feu pour l’adapter en fonction des années, créer une ou deux salles de partages aussi, reliées magiquement et en fonction des maisons, aux différentes maisons et qui permettraient à chacun de passer quelques heures avec des amis d’autres maisons, pour des devoirs en groupes, pour des discussions sans fin, pour des jeux de sociétés. Oui ce serait vraiment une superbe avancée pour Poudlard. Il en parlerait aux autres préfets. Ce serait toujours une bonne chose de fait.

En parlant de ronde, il venait de remarquer deux choses qui n’étaient pas comme elles étaient censées être. D’une, un bruit était sorti, assourdi de la salle d’étude et de deux, cette même salle d’étude n’était pas fermée alors même qu’elle aurait dû l’être. //

-Élève hors des dortoirs ! Élève errant dans les couloirs !

//Il soupira devant sa propre forme de mélodrame et tira sa baguette de son holster, et la cape d’invisibilité de l’amafia de son sac, lançant un assurdiato et se recouvrant de l’artefact le cachant aux yeux obscurs. Puis, en silence, a priori assurdiato était un sort fiable mais on n’était jamais trop prudent. Puis il entra dans la salle, l’œil et les oreilles aux aguets.

Il sourit doucement devant le portrait qui s’offrait à lui et secoua doucement la tête et sourit en s’appuyant un instant sur le mur. Ainsi donc Morgane Potter défiait le couvre-feu. Il se demanda si toutes les grandes familles étaient ainsi ? A avoir ce besoin d’être ailleurs, seuls, de sécher le couvre-feu, de se balader ? Quelque part c’était assez logique. Ils étaient élevés selon certaines règles, dont notamment le silence et le calme. Deux choses qui pouvaient manquer lorsqu’on était élèves à Poudlard. A l’inverse, ceux qui n’étaient pas issus des traditions avaient cette curiosité, cette volonté de vivre et de profiter à chaque instant qu’il trouvait admirable mais qui parfois nuisait à son calme.

La dénoncer ou lui faire la leçon ne lui était même pas venu à l’idée. De même que lui, elle était majeure, en septième et libre de ses mouvements selon lui. Il en avait pris la responsabilités plusieurs fois pour plusieurs de ses camarades sans qu’ils n’en sachent rien, s’attirant quelques réprimandes de certains des membres les plus idiots du corps professoral. Mais il avait tenu bon et gardé bouche close.

La jeune lady et héritière Potter… Comme pour lui, la charge était de toute évidence bien trop lourde à porter pour être gérée seule et dans le bruit. S’échapper et venir lire ici était en fait plus qu’un besoin lui semblait-il. Une nécessité. Il la dépassa, toujours invisible, et alla s’asseoir sur le bureau de la salle, une jambe pendant dans le vide, un autre plié devant lui, sn genou lui offrant un accoudoir pour son menton. Il dissipa ses sortilèges, remarqua qu’elle ne l’avait pas vu, pris son propre livre « le Petit Prince » d’un auteur moldu et plongea à son tour dans sa lecture.//

-**Lire tranquille est un tel bonheur**




// Un quart d’heure passa quand un bruit soudain brisa l’harmonie du lieu, un pull, oublié sur une chaise, était tombé à cause d’un léger courant d’air venu de dehors. Il releva la tête, sens aux aguets bien que ce fut impossible à saisir pour quiconque n’y ferait pas attention et entendit l’héritière Potter réagir à son tour, bouger la tête et s’agiter légèrement. Il hésita dès lors à faire montre de sa présence. Il craignait cependant de briser l’harmonie du moment. Ses relations avec la jeune Potter n’était ni bonne ni mauvaise mais elle avait un caractère qu’il aimait bien et ne savait pas trop quoi dire ou faire, ne voulant ni déranger ni donner l’impression d’espionner, ce qui, dans son cas, était proprement ironique. //



Couleurs utilisées dans ce message : #200050, #046380
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Auror
Animatrice


Messages : 1734
Guilde : Les Tourneurs de pages
Maison : Gryffondor
Poudlard : 4e année
MessageDate du message: Ven. 19 Mai 2017, 02:56  Répondre en citant

    // Depuis le début de la journée, elle avait enchaîné les catastrophes. À commencer par l'incident de l'entraînement de Quidditch, où elle avait failli laisser sa peau. Puis la dispute qui avait éclaté entre Peters et elle, quand elle était montée à la salle commune, et qu'il s'était permis une remarque. Ajoutez à ça, qu'elle fut obligée de supporter Alistair Hogan pendant plusieurs longues heures et ça donnait une Morgane aux nerfs en pelote.
    Ce petit échappatoire qu'elle s'était offert en quittant la salle commune de Gryffondor, avait été plus que nécessaire. Et qu'est-ce qu'elle n'aurait pas payé pour ne prolonger cet instant de pur bonheur. Seule en compagnie de sa conscience, dans un endroit calme, avec un bon livre à lire.
    Elle n'aurait pu rêver de mieux pour une fin de soirée tranquille. C'était même ce qu'elle définissait comme un moment parfait. La vie semblait néanmoins vouloir s'amuser avec ses nerfs, en ce moment, car le mouvement qu'elle avait perçu avait brisé sa bulle de tranquillité. Elle s'agita, tirant sa baguette de sa robe de sorcière, la pointant dans le noir en tentant de discerner la moindre silhouette dans la pénombre de la pièce. Elle finit par se rendre à l'évidence ; la lumière de la pleine lune, qui filtrait par les fenêtres de la salle, suffisait pour qu'elle puisse lire mais pas pour trouver l'origine du bruit qui l'avait sorti de sa lecture. //


** Non mais sérieusement, si c'est un préfet, je le mange s'il se permet la moindre remarque. Déjà qu'il m'empêche de savoir si elle se réveille ou pas, à la fin de ce fichu bouquin, si en plus il essaye de me faire la morale, je le mange. **

    // La peur d'être trouvée là lui nouait le ventre. Elle n'avait vraiment pas besoin d'attention supplémentaire de la part du professeur Hy, elle avait même au contraire de retrouver sa liberté d'agir au sein du château. Elle se sentait largement oppressée par tout ce que l'on attendait d'elle, elle n'avait pas besoin de se retrouver coller en plus à côté et finir par passer des heures sous la surveillance rapprochée d'un professeur qui serait aussi ennuyé qu'elle. //


** Définitivement, c'est le genre de journée où je devrais ne pas sortir de mon lit le matin. Si j'étais restée dans mon lit, rien de tout ça ne se serait passer. J'aurais pas frôlé la mort sur mon balais, je n'aurais pas manqué de fracasser mon poing sur le nez de Peters, je n'aurais pas eu à supporter Hogan et je ne risquerais pas de me faire coller actuellement ! Si j'étais restée confortablement installée dans mon lit ce matin, j'aurais été en paix. **

    // Elle finit par se résoudre à recourir à un sortilège pour inspecter les alentours. Tant pis, si elle risquait d'attirer encore plus l'attention sur elle, elle devait être fixée. Était-elle seule ou pas ? //

-Lumos !

    // Sa réaction en découvrant la personne assise au bureau face à elle fut si forte qu'elle failli faire tomber sa chaise en se levant. Elle était persuadée qu'en entrant, elle était seule. Elle y aurait mis sa main à couper. Pourtant, il était bien là, s'adonnant au même plaisir de la lecture qu'elle. Elle eut un mouvement de recul, lança un regard autour d'elle, ouvrit la bouche pour dire quelque chose avant de la refermer, incapable de sortir le moindre son.

    Comment ça avait pu se passer ? Comment il avait pu entrer dans la pièce sans qu'elle je le vois passer ?
    Un sort de désillusion peut-être ? Peu probable. La jeune femme n'avait même pas entendu les pas du sorcier. Elle n'arrivait pas à y croire et du cligner des yeux plusieurs fois avant d'admettre qu'il était vraiment là.
    Depuis combien de temps est-ce qu'il était dans la même pièce qu'elle ? Pourquoi ne pas avoir signaler sa présence ? L'espionnait-elle ? Le nombre de questions qui tournait dans son esprit était vertigineux. Toutes sans réponses pour l'instant.
    L'étonnement laissa place à l'intrigue que le sorcier suscitait chez la Gryffondor.

    Un préfet se tenait face à elle, et étonnement, il ne tentait même pas de lui faire la morale sur l'importance du couvre feu pour la sécurité des élèves, l'importance du règlement, de son respect et le baratin habituel servi par ses comparses. Elle savait en plus, de source sûre, que Timothy Seymour était en ronde ce soir et qu'il lui incombait donc la responsabilité de l'obliger à remonter à la tour Gryffondor à renfort de grand coup de pied aux fesses s'il le fallait. Pourtant il ne faisait rien et cela intriguait énormément la jeune femme. C'était étrange... Et drôlement nouveau.

    Elle finit par murmurer entre ses dents serrés, faisant en sorte qu'il comprenne bien qu'elle était sidérée. //

-Ça va pas de faire peur aux gens comme ça ! Vous vous êtes passé le mot pour que j'ai une crise cardiaque aujourd'hui ?

    // Elle n'en revenait toujours pas. //


-Ça fait longtemps que t'es là ?


Dernière édition effectuée par Morgane Potter (Sam. 20 Mai 2017, 00:58) ; édité 1 fois

Couleurs utilisées dans ce message : #872387
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Envoyer un e-mail Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur

Joueur


Messages : 2692
Guilde : L'Amafia
Maison : Serdaigle
Poudlard : 6e année
MessageDate du message: Ven. 19 Mai 2017, 16:59  Répondre en citant

    // Harmonie. Ce terme désignait tellement de choses à ses yeux. Sa définition littérale était trop vague à ses yeux, ou trop complète en fait. Qualité d'un ensemble qui résulte de l'accord de ses parties ou de ses éléments et de leur adaptation à une fin… Il eut un sourire ironique en se repassant la définition du dictionnaire dans sa tête. Oui, c’était évident ce lien entre l’accord et la qualité de l’ensemble des pièces à accorder. Mais c’était plus profond à ses yeux. On ne pouvait parler d’harmonie quand la situation déclenchait en quelqu’un ce sentiment de bien-présence en un lieu. Pas le fait d’être bienvenu ou attendu, non simplement le fait que là, en cet instant précis, on mettait le doigt sur la différence entre plaisir et bonheur. Ce moment où tout s’arrête, tout s’oublie et tout bascule et durant lequel les soucis, les inquiétudes, et quelque part, la joie, disparaissent pour laisser place à un moment de calme, de plénitude et de bien-être dans sa vie. Oui, l’harmonie était, en quelque sorte, une forme de préfiguration d’un bonheur à vivre et à construire et dans le cas de l’art, du partage de ce bonheur par l’artiste. Il aimait l’harmonie purement. Il l’aimait pour cet arrêt sur image qu’elle lui offrait pour ce calme et ce silence qu’elle apportait dans son cœur et parce que jamais elle ne pouvait disparaître totalement du monde. Il la trouvait dans la crique, dans les cachots avec Nicéphore, dans le silence de la salle de l’Amafia la nuit, dans les affrontements politiques du magenmagot même. Et ici, elle était, ou plutôt avait été présente pendant un précieux, si précieux, instant. Et rien que pour cela, il avait envie d’entrainer Morgane dans une danse viennoise, pour célébrer cet instant parfait dans une vie.

    Hélas, elle venait d’être brisée. A l’image d’une statue s’effondrant dans le silence d’un musée, il y avait eu un avant et un après. Son esprit n’était jamais l’image même du calme et de la concentration, toujours aux aguets comme il était, mais il se détendait par moment. Ce mouvement avait arrêté la détente, d’autant que morgane s’agita vite et beaucoup, tirant sa baguette et inspectant la situation dans son ensemble ou presque, pour le moment, elle ne l’avait pas vu. Il réprima un grognement, c’eut été indigne qu’il soit découvert ainsi, en particulier après avoir réussi l’exploit d’entrer sans arracher le moindre bruit ou le moindre souffle. Néanmoins, sans cesser de lire, il posa sa main gauche sur sa baguette, dans le holster de sa main droite, juste au cas où. Il avait déjà subi les sorts hasardeux de 2 serpentards qu’il avait surpris un peu plus tôt et il avait été ravi de ses réflexes. Morgane Potter, en tant qu’étudiante de 7ème faisait partie de ces gens capable de lancer un vrai sort offensif et il ne pouvait pas se faire blesser à un moment aussi crucial de sa vie. Alors il préférait être prêt à tout.

    Il garda les yeux fixés sur Morgane, se souvenant que c’était uniquement pour se protéger de toute tentative de sa part, se morigénant de la détailler dans la semi-obscurité. Enfin ! Il était Timothy, héritier de la Très Noble et Très Ancienne Maison Seymour, Co-Directeur de l’Amafia, future Maître du Consortium et futur Ministre de la Magie ! Et en situation de danger potentiel. Ce dernier point acheva de le ramener à l’analyse globale de la situation. S’il poussait très fort sur son pied posé sur le bureau, il pourrait éviter un sort et trouver une position défendable derrière ce bureau. Par ailleurs, si la jeune femme semblait inquiète et tendue, elle n’avait pas non plus l’air agressive. A priori, leurs armes étaient équivalentes, baguette contre baguette. Il ne portait que rarement son autre arme, uniquement pour des parades et, évidemment, chez lui quand il pouvait le faire sans crainte d’être vu.

    Une dernière fois, elle sembla tenter de voir sans trouver. Il sut ce qui allait suivre et ferma les yeux pour pouvoir s’habituer plus facilement après, lorsqu’elle aurait conjuré son sort. //


-Lumos !

    // Il laissa passer 3 secondes, ouvrit doucement les yeux et ne fut ainsi pas ébloui. Par chance, elle cherchait encore l’origine du bruit et il put reprendre son expression habituelle, un visage ouvert, plus ou moins souriant, concerné et présent. Sa face de rencontre au final. Elle finit par se tourner vers lui et faillit tomber. Elle sauta d’un bon hors de sa chaise qui bascula à moitié avant de revenir à sa position initiale. Quant à elle, elle faillit suivre le chemin de chute et se maintint finalement par réflexe vivace. Il eut de toute façon freiner sa chute immédiatement si elle était tombée.

    Elle s’approcha de lui et ouvrit la bouche un instant sans que rien ne sorte, ce qui le fit rire intérieurement. Il adorait apporter ce genre de réaction d’étonnement complet en voyant qu’il s’était juste ajouté au nombre des présents, dans un silence et une invisibilité complète. Assurdiato était un ami fidèle, tant de lui que de l’harmonie.

    Le temps qu’elle se reprenne, il ferma son livre à la couverture fuchsia d’un geste calme et assuré, la regardant avec douceur, attendant qu’elle retrouve suffisamment ses esprits pour reprendre son raisonnement. Il pouvait voir avec amusement de nombreuses émotions traverser ses yeux, étonnement, ébahissement, réflexion intente, une pointe de colère. Elle le détailla, son regard restant un long moment posé sur son badge de préfet. Enfin, les lèvres quasiment jointe et presque dans un murmure, elle finit par s’exprimer à haute voix et non plus seulement par une facette d’émotions sur ce visage… //


-Ça va pas de faire peur aux gens comme ça ! Vous vous êtes passé le mot pour que j'ai une crise cardiaque aujourd'hui ?

**Une pointe de colère seulement ? Mon vieux Tim dans quoi t’es-tu encore fourré cette fois ? Et puis d’abord pourquoi la laisser te voir alors qu’il te suffisait de remettre la cape d’invisibilité ? **

-Ça fait longtemps que t'es là ?

    //Entre les questions de la jeune femme et les siennes propres, ça commençait à faire beaucoup de choses à gérer. Il se doutait de la réponse à certaines choses, refusait certains avis de son cerveau et les enferma soigneusement dans une pièce du manoir de son esprit et jeta la clé avec soin pour se concentrer sur les questions, concrètes et plus simples, de la jeune femme. Il n’hésita pas longtemps avant de se décider pour l’honnêteté la plus complète à son égard. Après tout, il avait choisi de se laisser trouver, il devait maintenant assumer. //


Je suis sincèrement désolé de t’avoir fait peur. Quand je suis entré ici, tu semblais parfaitement bien et apaisée et je n’avais pas le cœur à te sortir de ta lecture pour simplement te saluer. Je ne renvoie que très rarement les 7ème années dans leurs salles communes alors je ne comptais pas te déranger pour rien et je me suis simplement installé dans mon coin pour être sûr que rien n’arrive ici. C’est du moins mon interprétation du règlement. Certains professeurs n’apprécient pas, mais c’est ainsi et tant pis pour eux. Je suis arrivé il y a une petite heure je dirai.

Timothy Seymour, ou Tim, selon l’évolution de cette conversation. Mais j’imagine que tu le sais déjà. Puis-je savoir pourquoi cette salle parmi toutes ?




Couleurs utilisées dans ce message : #872387, #CC0000, #046380
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Auror
Animatrice


Messages : 1734
Guilde : Les Tourneurs de pages
Maison : Gryffondor
Poudlard : 4e année
MessageDate du message: Dim. 27 Aoû 2017, 01:35  Répondre en citant

    // Elle fixa un long moment le garçon qui avait brisé sa bulle de tranquillité. Elle avait l'impression qu'il lui avait le peu de calme et de repos qu'elle avait pu avoir de la journée. Et elle ne supportait pas ça. Elle était lasse, fatiguée... Ce qui faisait qu'elle avait la colère assez facile. Et personne n'a jamais apprécié de la voir s'énerver. Elle n'avait pas bâti une réputation de furie sur des simples rumeurs, sur des murmures. Elle avait un sale caractère et elle l'assumait totalement. //

** Donc, si je résume, tu m'as espionné pendant une heure et tu as gardé un oeil sur moi... pour rien ? Non parce qu'on ne me fera pas croire que la salle d'étude est le théâtre d'aventures incroyables qu'il faut surveiller pour qu'elles ne dérapent pas. C'est même un des rares endroits du château où on ne rencontrait que des élèves studieux, calmes et qui relevaient à peine la tête pour vous saluer. **

/
    / La Potter prit quand même le temps d'une longue inspiration pour se constituer un visage impassible avant de répondre sur un ton neutre, le visage fermé. //

-J'aime bien lire ici. C'est reposant. Ça me change. Ça fait 8 ans que je traîne dans ce château poussiéreux, j'en connais chaque recoin et je sais donc que c'est bien la dernière pièce où il peut se passer quelque chose d'intéressant. Voilà pourquoi, Timothy Seymour, préfet de Serdaigle.

    // Morgane devenait presque amère en se rappelant de la raison pour laquelle elle était coincée dans ce château pour une huitième année alors qu'elle avait tant étudiée pendant sa septième. Elle avait, dès l'instant où on lui avait annoncé qu'elle n'allait pas passé ses A.S.P.I.C.S, détesté leur nouveau directeur. Elle avait maudit chaque personne qui avait été impliquée dans la prise de cette décision. Pour qui s'étaient-ils tous pris, à décider de leur avenir à tous ?
    Elle avait été longuement énervée contre tous ses idiots, comme elle les qualifiait. Et même près d'un an après, elle n'avouerait sûrement pas qu'elle passait une bonne année et que ce n'était peut-être après tout pas complètement perdu. Surtout pas à ce moment là. //

** Si on ne m'avait pas collé une fichue deuxième septième année, je serais dans un studio sur le chemin de traverse et non à faire face à un Serdaigle. Ce n'est quand même pas compliqué, je veux être seule et en paix, alors si tu ne comptes pas me reporter à mon directeur de maison, tu peux retourner vaquer à tes occupations de préfet et me laisser vaquer aux miennes. Ça semble comme un bon deal ? Non ? **

    // La jeune femme en voulait réellement à la terre entière ce jour là. C'était plus fort qu'elle. Elle avait passé une très mauvaise journée et avait besoin de solitude pour retrouver son calme. Elle avait cru la trouver, elle avait cru que la poisse avait fini de la suivre, mais elle s'était fourrée le doigt dans l'oeil. Bien profondément même. Elle se retenait difficilement de jurer contre l'univers et ce malin hasard qui semblaient tous deux prendre un malin plaisir à se moquer d'elle, à se jouer de ses nerfs. Elle ne savait pas pour eux, mais elle ne trouvait pas ça drôle du tout. //

** Et maintenant, je suis censée faire quoi, hein mon cher ami ? Me présenter et t'offrir un verre de thé ? En bonne anglaise bien éduquée ? **

    // La rouquine haussa un sourcil, ferma son livre et s'avança vers le jeune homme, un sourire moqueur dessiné malgré elle sur ces lèvres. Il était dans sa nature de se comporter ainsi, même énervée elle ne pouvait s'en empêcher. Elle replaça une mèche derrière son oreille avant de lancer au bleu et argent. //

-Suis-je obligée de dire que je m'appelle Morgane Potter ? Mes amis me surnomment Mo'. Sommes-nous amis, Timothy Seymour ?

** La véritable question qui se cachait là était plutôt "Veux-tu que nous soyons ennemis, Timothy Seymour ?". Spoiler... La réponse est non. **


Couleurs utilisées dans ce message : #872387
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Envoyer un e-mail Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur

Joueur


Messages : 2692
Guilde : L'Amafia
Maison : Serdaigle
Poudlard : 6e année
MessageDate du message: Dim. 27 Aoû 2017, 03:04  Répondre en citant

    // L’orage, voilà ce qu’il sentit se former dans le confinement de cette salle d’étude. Mais il avait beau cherché, il n’arrivait pas exactement à comprendre le pourquoi de l’énervement qu’il sentit dans le port de sa camarade. Il n’avait, pour une fois, pas écraser quelqu’un qu’elle appréciait suffisamment pour s’en soucier, il ne pensait pas s’en être déjà pris à elle et, dans ce cas précis, pour une raison qu’il ignorait totalement, ou qu’au moins il refusait de voir, il l’avait plutôt protégé qu’ennuyée. De plus il avait été parfaitement silencieux, allant jusqu’à ne même pas la saluer pour ne pas gâcher l’harmonie de son moment. Non clairement il ne comprenait pas.

    Un masque se posa sur son visage, alors qu’elle fixait ses traits dans une posture qu’elle voulait impassible. Mais pour l’avoir vu juste avant, il savait que ce n’était qu’une image qu’elle souhaitait renvoyer. D’autant plus qu’en fixant pendant quelques instants les prunelles violettes, il pouvait lire une colère mal contenue. La voix, neutre, cracha cependant la colère, tout simplement par le contenu de ce qu’elle avait à donner comme message. //


-J'aime bien lire ici. C'est reposant. Ça me change. Ça fait 8 ans que je traîne dans ce château poussiéreux, j'en connais chaque recoin et je sais donc que c'est bien la dernière pièce où il peut se passer quelque chose d'intéressant. Voilà pourquoi, Timothy Seymour, préfet de Serdaigle.

    //Il avait une fiche sur Morgane, comme sur chacun de ses condisciples. Mais celle de Morgane était particulière pour plusieurs raisons. L’une d’entre elle était que Timothy en était l’unique auteur : Peter avait insisté pour que le jeune homme pense à un mariage arrangé et lui avait, par là même occasion, imposé d’enquêter sur certaines personnes. Quitte à le faire, il n’avait pas laissé quelqu’un lui faire son travail. Une autre raison était que Tim avait bien évidemment noté l’âge et la durée d’étude de la jeune femme. Le fait qu’elle arpente le château depuis 8 ans ne pouvait pas le déséquilibrer.

    Il hésita, cependant, n’étant pas sûr de bien analyser les dernières paroles de la jeune fille. Lui annonçait-elle simplement qu’elle le connaissait ? Ou bien était-ce une menace implicite ? Rares étaient les gens, ou les Familles qui pouvaient se permettre la deuxième option, mais les Potter restaient une famille maîtresse… Bien qu’il doute qu’un duel soit une volonté familiale. Il parierait plus sur le caractère de cochon de sa vis-à-vis….

    La fiche lui revint en mémoire et l’invita à penser en premier lieu à penser qu’il s’agissait effectivement d’un caractère assez frais de sa part… Finalement, elle ne lui laissa pas le temps de réagir à sa première tirade. Déjà, elle se levait et s’approchait de lui à pas assurés, un air moqueur plaqué sur le visage. Elle prit le temps de coiffer ses cheveux à la va-vite sans cesser de le fixer. Assis sur sa table, il la regarda approcher, le regard légèrement rêveur, un visage ouvert, un léger sourire, tandis qu’elle, presque sévère dans sa neutralité, le regard fixé sur lui, presque durement, les yeux bleu clair furent trouvés par les violets profonds//


-Suis-je obligée de dire que je m'appelle Morgane Potter ? Mes amis me surnomment Mo'. Sommes-nous amis, Timothy Seymour ?

    // Merlin merci, il était l’une des personnes les plus maîtres d’elles-mêmes qu’il connaissait. Il retint le soupir désabusé et les yeux levés aux cieux que tout ceci lui inspirait. Peut-être était-ce lui. Parce qu’il dégageait quelque chose qui braquait les gens. Peut-être était-ce tout simplement l’humanité qui avait oublié comment vivre et découvrir d’autres êtres humains sans les agresser. Toujours était-il qu’il était incapable de dire à quand remontait les dernières présentations « simples » qu’il avait vécu. //


**Je ne serai pas ton ennemi si le choix m’en est donné, Morgane Potter. Bien au contraire, j’aurai même préféré que l’amitié éclate sans que nous en passions par le rapport de force. Mais si tu tiens vraiment à voir ce que je vaux, je ne vais pas décevoir ceci…**

    //Tout en mesure, il posa son sac sur la chaise à côté de lui. Sa jambe gauche se déplia de sous sa jambe droite et d’un mouvement du bassin, il se retrouva non pas assis contre le mur et regardant Morgane de côté mais les jambes pendantes face à la jeune fille. Il finit de se lever et rajusta doucement ses habits sans la quitter du regard. Il réfléchissait à la meilleure manière de bien amener les choses et de briser le cercle vicieux du rapport de force…//


Je n’ai jamais prétendu que ce qu’il se passait ici était trépidant et haletant. Au contraire, nous sommes dans la seule salle où la tranquillité est à peu près garantie. Ma ronde est suffisamment finie pour que je puisse me permettre une pause et une lecture, je suis donc venu ici. Mais te voyant, je n’ai pas eu le cœur à te renvoyer aux dortoirs ou à te déranger de ta propre lecture. J’ai donc agi silencieusement et t’ai préservé un temps de calme. Je suis désolé si tu t’es sentie agressée par mon approche.

    //Il lui restait donc à expliciter le fait qu’il ne souhaitait absolument pas être son ennemi. D’une parce qu’il n’avait pas envie de tester son vice. De deux parce qu’il n’avait rien contre elle. Et enfin parce qu’il n’aimait pas la dernière extrémité des inimitiés, et que s’il pouvait attendre avant de tuer quelqu’un il s’en passerait. Et même sans aller jusqu’à là, il ne voulait pas engager l’Amafia dans un tel combat.

    Une impulsion le saisit et il la retint. Non, il ne pouvait pas juste faire …. ça. Ce serait complètement fou, insensé, non calculé… Tout ce qu’il n’aimait pas faire. Mais en même temps, c’était justement ce qu’il essayait de faire avancer chez lui. Se faire comprendre que tout ne peut pas être calculé, que parfois, il faut juste faire les choses parce qu’elles doivent être faite ainsi, et qu’un message rapide et sincère peut valoir mieux qu’une longue lettre… Il sourit doucement et prit une courte inspiration bien qu’un peu plus marquée que les précédentes. D'autant plus que si elle voulait jouer avec lui, il était temps de lui rappeler que contrairement à la moyenne des étudiants, il n'était pas sans défense et que lui aussi maîtrisait le jeu, et notamment la capacité à briser les règles//


Quant à être ton ennemi …

    //Il ne finit pas sa phrase. Il franchit simplement le pas qui le séparait d’elle, prêt à reculer juste après son action à venir. Et avec douceur, presque tendresse, il posa un doux baiser sur les lèvres de la descendante Potter //


Couleurs utilisées dans ce message : #872387, #046380
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Auror
Animatrice


Messages : 1734
Guilde : Les Tourneurs de pages
Maison : Gryffondor
Poudlard : 4e année
MessageDate du message: Mar. 28 Nov 2017, 23:14  Répondre en citant

    // Morgane ne s'y attendait pas. Pas du tout même. Elle aurait pu s'attendre à bien des choses de la part de Timothy Seymour, mais un baiser... Non. Définitivement, elle ne s'y attendait pas. Elle resta un moment stoïque, sentant les lèvres du Serdaigle contre les siennes. Son coeur battait la chamade alors qu'elle répondait à ce baiser inattendu.

    Son cerveau dût se remettre en marche puis qu'elle s'écarta brusquement, choquée de son propre geste. Portant ses doigts à ses lèvres, elle semblait soudainement déconnectée de la réalité.
    En 8 ans à Poudlard, jamais ça ne lui était arrivée. D'être dans une telle situation. D'être embarrassée, gênée...
    La Gryffondor mit un moment à se resaisir, les mots se frayant difficilement un chemin, ses pensées l'empêchant de se concentrer pour former une phrase correcte. //

** Il est devenu complètement fou. Et moi aussi. Répondre à son baiser. Quelle folie. Seymour ne va pas chercher loin, ce n'était pas voulu. Je ne peux pas songer sérieusement à un baiser entre Seymour et moi, si ? Non c'est une blague. Je dois être dans mon dortoir, emprise à un très fort somnifère qui me fait complètement disjoncter. Voilà ça ne peut être que ça. **

    // Et pourtant, ô malheur. La jeune femme avait beau tenté de se pincer, elle çe se réveillait pas en sursaut dans la tour Gryffondor, se giflant mentalement d'un tel rêve biscornu. Non, elle restait bien là, debout comme une demeurée à chercher quoi répliquer au préfet de Serdaigle. Un mot, une phrase, n'importe quoi. Elle qui ne manquait jamais de réparties se retouvait bien silencieuse face à cette situation.//

-À quoi... est-ce que... tu joues, Timothy Seymour ?


** T'as vraiment pas intérêt que ce soit un jeu Seymour. Je ne suis pas un jeu. On ne s'amuse pas à m'embrasser comme ça. Non. Ah ça, non ! Je refuse. Et je refuse d'autant plus d'être une sorte de rat des laboratoires sur lequel tu testes une nouvelle stratégie. **

    //La voix de Morgane s'était élevée sur un ton intrigué, brisant le silence qui s'était installé entre eux. Loin de la colère, de l'indignation même, qu'elle pensait ressentir face à ce retournement de situation, elle semblait relativement... calme. Une réaction peu habituelle pour la lionne, connue pour son caractère de feu. Pire, une pointe de curiosité étincellait dans son regard si singulier.//

-Quel pion tentes-tu de déplacer en ta faveur ?

    // Elle entreprit de faire le tour, se posant sur le bureau le plus proche, tentant de voir clair dans le jeu dans lequel Timothy tentait de l'entraîner.
    Elle en savait bien assez sur le préfet de Serdaigle pour savoir qu'elle devait se méfier. Elle ne pensait pas réellement qu'elle ait matière à le craindre, mais dans cette situation précise, elle ne pouvait lui accorder le bénéfice du doute.
    L'embrasser. Non mais quelle idée.
    D'accord, c'était agréable. Mais c'était une idée folle.
    Elle aurait pu le frapper. Elle aurait pu lui lancer un sort ou que sais-je. Il savait qu'elle était impulsive. Pourtant il l'a fait.
    Et de source sûre, elle pouvait affirmer qu'impulsif il ne l'était pas. //

-Dois-je être flattée ou offusquée ?

    // La couleur de ses yeux changea de manière quasi imperceptible. Leur mauve devint plus foncé, plus dur, reflétant son humeur, oscillant entre sympathie et froideur. Elle ne savait pas sur quel pied dansé.
    Un véritable exploit. Il avait réussi à la mettre mal à l'aise.
    Il en fallait beaucoup pour en arriver à ce point. La jeune "je m'enfoutiste" n'était pas facile à déstabiliser. Et pourtant, à cet instant, elle l'était complètement.

    Un rire finit par s'échapper de ses lèvres alors qu'elle décidait que ça n'en valait pas le coup. Se tourmenter l'esprit pour si peu ? Un baiser volé au milieu de la nuit? Ça ne voulait rien dire. Ça ne voudrait jamais rien dire.//

**Tout ceci est ridicule. Demain tout sera oublié. Ça n'en vaut vraiment pas le coup.**


Couleurs utilisées dans ce message : #872387
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Envoyer un e-mail Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur
Montrer les messages depuis:   
Page: <--  1 ... 8, 9, 10, 11, 12  -->
   Répondre au sujet    Forum >> Les Étages
Page 11 sur 12