Hiboux Nomade Notes
☆ Début de la centième période de l'Académie ! ☆ Des questions ? Des remarques ? Envoyez vos hiboux à la Voix du Wyrd !
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


Balade sur le Chemin de Traverse

Page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  -->
   Répondre au sujet   Forum >> Chemin de Traverse
Auteur Message
Miss RP

Personnage
Non Joueur





MessageDate du message: Jeu. 07 Mar 2013, 22:18  Répondre en citant

Balade sur le Chemin de Traverse



    // Le Chemin de Traverse n'est, ni plus ni moins, que la plus grande rue commerçante d'Angleterre et se trouve, plus précisément, à Londres. De plus, c'est un passage obligatoire pour tout jeune sorcier devant faire sa rentrée à Poudlard.

    L'endroit est invisible aux yeux des moldus, à part s'ils sont accompagnés d'un sorcier. Pour y accéder, vous n'aurez que peu de moyens pour vous y rendre : le Chaudron Baveur, la Poudre de Cheminette ou le Transplanage.

    Tout en vous baladant sur la rue principale, vous pourrez découvrir un choix immense de magasins et admirer leurs vitrines toujours magnifiquement agencées.
    Bien sûr, il vous est fortement déconseillé de vous rendre dans la petite rue annexe de Florian Fortarôme. En effet, vous risqueriez de vous perdre au coeur des bas-fonds de l'Allée des Embrumes.

    Vous remarquerez que, là où il est ennuyeux de faire du lèche-vitrine dans le monde moldu, ce n'est véritablement pas le cas sur le Chemin de Traverse. Alors ouvrez grand vos yeux et admirez ! //

Citation :
Liste de tous les magasins se trouvant sur le Chemin de Traverse


  • Chaudron Baveur
  • Eeylops, Au Royaume du Hibou
  • Ménagerie Magique
  • Glaces Florian Fortarôme
  • Fleury et Bott
  • Weasley & Weasley, Farces pour Sorciers Facétieux
  • Pirouette et Badin
  • Banque des sorciers Gringotts
  • Ollivander
  • Whizz Hard Books
  • Obscurus Books
  • Madame Guipure, Prêt-à-Porter pour Mages et Sorciers
  • Tissard et Brodette
  • Magasin de Robes d'Occasion
  • Apothicaire
  • Magasin de Chaudrons
  • Boutique de Brocante
  • Magasin d'accessoires de Quidditch


Lieu de Adhara


Dernière édition effectuée par Katleen Makerley (Mer. 28 Nov 2018, 15:15) ; édité 8 fois
Adhara

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 05 Jan 2014, 02:18  Répondre en citant

// Alors même qu'elle laissait son frère et sa meilleure amie, Adhara réalisa que si elle restait sur le Chemin de Traverse, elle prenait le risque de les recroiser à un moment ou un autre.
Or, bien qu'elle les adorait, elle avait de plus en plus de mal à supporter l'alacrité qui semblait animer les deux jeunes gens. La Poufsouffle n'en pouvait de les voir se tourner autour sans jamais s'avouer leurs sentiments.

Addy, pour en avoir parler avec Luke savait qu'il aimait bien Cassiopee et après avoir un peu farfouiller dans l'esprit de cette dernière, elle pouvait dire que son frère ne laissait pas indifférente la Serdaigle. //

** Alors qu'est-ce qu'ils attendent, ces deux Snargaloufs en pot, pour se mettre ensemble ? C'est pourtant pas compliqué de dire : j'te trouve canon. Et si on formait un couple ?! Ok, y a plus romantique comme façon de procéder, mais bon... **

// La cadette des O'Callaghan en était au point qu'elle avait une forte envie de les dydysquer à coups de batte de Quidditch. //

** Ehhhh ! Et si je leur trouvais un truc pour les aider ? **

//Bien qu'elle soit la Préfète des Poufsouffles, une idée digne des Serpentards lui traversa l'esprit. Ainsi, elle pourra faire d'une pierre deux coups. Il fallait qu'elle mette la main sur une potion ou autre qui lui permettrait de faire en sorte que ses deux comparses savouent leur amour. Comme ça, d'une part, elle pourrait continuer son activité favorite : le shopping. Et d'autre part, elle n'aurait plus à supporter les regards de merlans frits en mal de tendresse que se jetaient l'ancien Serpentard et la Serdy.

Malheureusement, Weasley & Weasley avait été pris d'assaut et à travers les vitrines, on pouvait voir que c'était noir de monde. //

** A croire que tous les sorciers du Royaume-Uni se sont donnés le mot pour venir faire leurs courses aujourd'hui. Grrr ! C'est pas pour m'aider ça ! **

// Puis, après quelques minutes à cogiter, elle réalisa qu'il existait un autre endroit qui pourrait lui fournir ce dont elle avait besoin : Zonko.

Sans plus attendre, elle se concentra et transplana jusqu'à Pré-au-Lard. //


Couleurs utilisées dans ce message : #7E3300
Lilawenn

Ancien(ne)





MessageDate du message: Lun. 30 Juin 2014, 22:21  Répondre en citant

//Lilawenn, accompagnée de sa mère Anwenn, a une nouvelle fois les yeux qui brillent en regardant tout autour d'elle. Après tout, ce n'est que la seconde fois qu'elle vient sur le chemin de traverse !!

La première fois, elle s'en souvient comme si c'était hier ; c'était pour acheter tout son matériel de première année. Mais comme ils venaient du Pays de Galles, elle et ses parents, ils avaient optimisé leur trajet, et étaient donc passés sur le chemin de traverse juste avant d'aller à la gare King's Cross... Pas l'idéal pour se détendre en faisant du lèche vitrine !

Mais cette fois, Lilawenn avait convaincue sa mère de venir en dilettantes, et c'était tellement plus agréable !
Après avoir acheté le matériel nécessaire à la seconde année de sa fille, Anwenn avait accepté de traîner longtemps dans les rayons de Whizz Hard Books, puis de prendre une bonne glace chez Florian Fortarôme. Elles avaient toutes deux été fort surprises par les boules de glaces pétillantes qu'il leur avait conseillées !

Lilawenn désirait plus que tout une dernière chose : elle apercevait la Ménagerie Magique juste à côté de l'endroit où elles se prélassaient depuis un bon quart d'heure...//

"S'il te plais, on peut aller y faire un tour ? S'il te plaaaiis... Promis, je ne te demanderais pas de m'acheter quelque chose !"

//Bien que n'ayant que 13 ans et adorant les animaux, Lilawenn comprenait bien que sa mère, après tout ce qu'elle avait déjà dû dépenser aujourd'hui, n'était pas enchantée à l'idée de lui mettre sous les yeux des pégases ou autres griffons que ces fous de sorciers devaient vendre là-dedans (c'est en tout cas ce que s'imaginait la jeune fille avant de connaître deux-trois trucs sur les sorciers !)
En échange de sa promesse donc, elles entrèrent dans la boutique.

Une petite dame à l'air affable les accueillit, mais elles l'esquivèrent rapidement. Lilawenn s'extasia devant les cages des hamsters, et fini par convaincre sa mère que l'animal le plus dangereux de la boutique était sans doute le putois sur sa gauche.//
"Par quel miracle sent-il la groseille, j'avoue que je n'en sais rien..."

//Après avoir fait le tour de tous les chats, rats (ce qui ne plut pas beaucoup à Anwenn) et autres hiboux, elles sortirent toutes les deux, Lilawenn ayant visiblement de plus en plus de mal à se retenir de supplier sa mère de lui acheter un animal !

Elles finirent leur visite du Chemin de Traverse chez Weasley et Weasley, ce qui amusa et effraya la maman de Lilawenn tout à la fois ; cette dernière trouva donc sage d'arrêter les découvertes pour la journée.
Elles se rendirent donc à l'hôtel moldu qu'elles avaient réservé, ne poussant pas "le vice" jusqu'à dormir chez les sorciers (comme avait dit Yves, le père de Lilawenn).//


Couleurs utilisées dans ce message : #BB0B0B

Joueuse


Messages : 760
Guilde : Aucune
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Mar. 23 Sep 2014, 02:49  Répondre en citant

[Début Rp avec Meredith Woods (Millena Robinsky) et Nathanael Hamilton]


// Merveilleuse journée d'août. L'une des dernières avant la rentrée et Nate devait faire ses achats pour sa sixième année ainsi que ceux de sa cousine Ella qui entrait - enfin! - en première année. D'ailleurs, la petite fille trottait à côté de lui, un sourire resplendissant ornant son visage. Sa tante Natalia lui avait demandé de l'emmener faire des courses, ayant beaucoup à faire avec le Clan. Ses grands yeux bleus, encore plus bleus que les siens, regardaient partout d'un air curieux, comme si elle voyait le Chemin de Traverse pour la première fois. D'un oeil neuf. ** Qu'est-ce que j'adore cette gamine. **

Maintenant qu'elle entrait enfin à Poudlard, Ella avait retrouvé toute sa joie de vivre. Cela rassurait grandement son cousin qui s'était beaucoup trop inquiété pendant la dernière année. La petite fille dépérissait sur le ranch familial alors que sa grande soeur Calleigh était entrée à l'école de sorcellerie. Mais maintenant, ça irait mieux pour elle, elle pourrait enfin développer son extraordinaire imagination. D'ailleurs... //

- Regarde Nate!

// Ella s'était précipitée vers le marchand de crème glacée, sourire malicieux aux lèvres alors qu'elle se retournait vivement vers lui en faisant glisser ses talons sur le sol de façon gracieuse. « Y'a pas à dire, elle ressemble vraiment à Caya! » Les liens familiaux qui les unissaient étaient indéniables. Les mêmes joues rouges, le même petit nez... Même dans leur façon de se déplacer, on pouvait voir les ressemblances. Si les yeux de Caya tiraient plus facilement vers le vert, ceux d'Ella étaient d'un bleu profond, le plus profond de leur famille. Pur.

Il approcha de sa cousine, un air tout aussi malicieux sur le visage. //

- D'accord Ella, mais n'en parle pas à ta mère surtout!

// Toute heureuse, elle sautilla sur place avant de lui sauter dans les bras. //

- Merci Nate!

// Il paya la glace au chocolat d'Ella et s'en prit une à l'érable avant de continuer de vagabonder sur le Chemin de Traverse. Ils n'allèrent pas bien loin cependant, parce qu'Ella bouscula quelqu'un sans faire attention (si maladroite!) et dû s'arrêter pour s'excuser. //

- Oh! Désolée, vraiment!

// Nate la rejoignit vite fait pour se poster à côté d'elle et jeta un regard à la personne que sa cousine venait de heurter. Une Serdaigle, si sa mémoire ne lui faisait pas défaut. Par contre, il ne pourrait pas dire son nom, elle était pas mal plus jeune que lui.

Il posa gentiment sa main sur la tête d'Ella et prit la parole à son tour. //

- Excuse ma cousine, elle est très maladroite!

// Vaguement vexée, Ella se retourna vers lui et lui tira la langue, sans autre commentaire. Nate répliqua en souriant seulement. //

- Tu ne t'es pas fait mal, au moins?


Couleurs utilisées dans ce message : #24445C
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou
Riverelle

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mar. 13 Jan 2015, 00:29  Répondre en citant

[Début de RP entre Amaury Pianzi (Mira) et Aïleen Camdell-Liannem (Riverelle)]


    // S'il y avait quelque chose qu'Aïleen détestait, c'était l'incompréhension de la situation. Dans ses relations avec le monde, elle fonctionnait d'une certaine manière : comprendre, puis se jeter à l'eau, pour ne pas recommencer. Et pour ne pas subir les dégâts de plusieurs essais au lieu d'un. Sans pour autant être particulièrement réfléchie, elle avait toutefois cette instinct de survie, animal. Et c'est pour cela qu'elle détestait être mise devant un fait sans lui laisser le choix. En la forçant à faire quelque chose qui ne lui plaisait pas.

    Et, hélas, ses nerfs étaient mis à rude épreuve. Car ce genre de situation, justement, ne lui avait pas laissé le temps de comprendre. //


    (...)


    // Cela faisait maintenant une bonne semaine qu'Aïleen entendait parler de ce sujet étrange, qu'elle n'avait pas encore bien comprit. Au cœur de la Citadelle, les murmures pressants et impressionnants couraient de toute part, et la jeune femme ne se souvenait même plus de comment elle avait été mise au courant. De cette Convergence... Aïleen n'en avait jamais entendu parler. D'après ce qu'elle avait entendu, elle avait lieu tous les cinq siècles environ. Et elle permettait de passer d'un monde à l'autre.

    La Frontalière n'était pas très curieuse de nature. Et elle avait vu Al-Jeit, ainsi que l'Arche. Après cela, on était difficilement impressionnable. Plus grand chose ne l'étonnait vraiment depuis. Alors elle y avait d'abord prêté attention, avant de s'en détourner.

    ...

    Aïleen avait quitté la Citadelle à pied, au petit matin. Une promenade sans but réel, où elle avait longé la Chaîne du Poll, dans la caillasse tranchante des montagnes. Il était maintenant presque dix-huit heures, le crépuscule était presque couché. Elle n'était pas inquiète du fait qu'elle allait sûrement regagner la Citadelle vers trois heures du matin - et donc se retrouver confrontée aux dangers de nuit, mais elle craignait surtout de tomber de fatigue avant d'être revenue. Elle pesta intérieurement. Mais pourquoi était-elle allée si loin ? ...


    (...)



    La jeune femme se retrouva aveuglée par une lumière étincelante. Elle cligna des yeux, effarée par le bruit soudain, totalement inexistant une seconde auparavant. Que se passait-il ?

    Sa vue s'habitua à la clarté effrayante du lieu après la presque-obscurité qui baignait les alentours du sentier de la Chaine du Poll, et elle distingua une ruelle bordée de boutiques et grouillante de zigotos. Elle écarquilla les yeux, stupéfaite, devant leurs accoutrements. Des robes. Pour les hommes comme pour les femmes. De longues robes violettes, noires, turquoises ou vert émeraude, dans une avalanche de couleurs tape-à-l'œil et criardes. Ils portaient pour la plupart des sortes de capes, et même des chapeaux pointus. Une odeur indéfinissable régnait dans la ruelle. Par ailleurs, on était en plein jour, par contraste au moment précédent où la nuit tombait presque.

    Bouche bée, elle regarda les gens se presser autour des boutiques. Son regard se porta sur les enseignes à l'ancienne qui se balançait au vent : Fleury et Bott, Magasin d'accessoires de Quidditch - elle bloqua un instant sur le mot. Quidditch ? - Florian Fortarôme...
    Il y avait tellement de chose à décrire que son propre esprit ne parvenait pas à tout emmagasiner. Ici, des piles de chaudrons rouillés, là, une vitrine exposant des flacons et des boîtes remplis de substance gluantes et inconnues aux couleurs parfois renversantes.
    Ses yeux se posèrent alors sur une femme vieille comme le monde, qui tenait de sa main droite un sac à main, et de l'autre, un long bout de bois ciré.

    C'est à ce moment qu'elle se rendit compte que presque toutes les personnes présentes tenaient le même genre de bâton. La jeune femme se dit un instant qu'il s'agissait peut-être d'épée factices, lorsqu'elle vit un homme en robe violet flashy émettre des étincelles dorés de l'extrémité de son bout de bois. Sa mâchoire se décrocha.

    Elle était certaine d'une chose. Aucun de ces gens bizarres n'était Marchombre, ou Frontalier, ou Dessinateur, ou Rêveur, ni rien d'autre. Aucun n'était Alavarien. Pas l'aura de puissance, mais plutôt une aura de faiblesse, une aura qui lui empêchait d'avoir peur. Il paraissait incroyablement fragiles. Mais Aïleen savait par expérience que, s'ils paraissaient faibles, ils ne l'étaient pas forcément.

    Au milieu de ses interrogations et de sa stupéfaction, elle se rendit compte qu'elle était différente de autres, de par ses vêtements, mais aussi par son armement. Un rapide balayage des yeux de la place et vérification fut faite, elle était la seule à porter une épée, des poignards et un arc dans le dos. Aussitôt, elle se fit la réflexion que, pour éviter les ennuis, elle devait rester discrète, et trouver quelqu'un pour l'aider. Comment était elle arrivée ici ? Comment allait elle rentrer chez elle ? Et surtout, pourquoi n'avait elle pas écouté les autres parler de la Convergence, à la Citadelle, pourquoi était elle aussi idiote ?

    Car Aïleen était persuadée que si elle se retrouvait dans cette situation, c'était de la faute de cette saleté de Convergence. Qu'avait-elle fait pour cela ?

    Elle accéléra le pas, et, au détour d'une ruelle, elle se heurta brutalement à un jeune homme.
    Plutôt grand, les yeux très bleus et les cheveux châtains, pas plus de dix-huit ans. Un rapide coup d'œil au reste de son visage : des traits intelligents, des yeux curieux et une attitude peu assurée.
    Elle voyait déjà le regard azur du jeune garçon descendre jusqu'à son attirail, ses lèvres s'entrouvrir sous l'effet de la surprise...

    Comportement dicté par l'instinct sauvage et violent des Alavariens, elle décida de réagir, sentant les gros ennuis monter si elle n'interrompait pas ce jeune homme. La Frontalière attrapa la tignasse bouclée de la main, de sorte à l'immobiliser, et l'autre main posée contre la carotide dans la menace d'un geste mortel, elle l'entraîna à sa suite avec fermeté, bien qu'elle se sentit à la limite de la panique. Elle sentait déjà des regards se tourner vers eux, mais elle n'avait pas le choix. Et de toute façon, ils paraissaient bien trop occupés pour se mêler à leurs histoires.

    Elle repéra une allée déserte et s'y engagea. Dès qu'ils furent à l'abris des indiscrets, la jeune femme le relâcha, mais le bloqua par le poignet pour l'empêcher de s'enfuir. //


- Je suis vraiment désolée pour tout ça, mais je ne pouvais pas faire autrement. Donc, bonjour. Quel est ton nom ? Et surtout, ou sommes nous ?


Dernière édition effectuée par un ancien joueur (Sam. 17 Jan 2015, 17:46) ; édité 4 fois

Couleurs utilisées dans ce message : #AFEEEE

Joueuse


Messages : 5896
Guilde : Aucune
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Mar. 13 Jan 2015, 15:19  Répondre en citant

// Il était 16h. Amaury avait passé des heures à faire ses devoirs, assis sur un chaise. Il avait vraiment besoin de se dégourdir les jambes. Il avait aussi besoin de s'acheter de l'encre et des parchemins. Le début d'année avait été si intense qu'il ne lui restait déjà presque plus de fournitures. Il avait donc décidé de sortir de Poudlard et de transplanner jusqu'au Chemin de Traverse pour se réapprovisionner. C'était le moyen le plus rapide pour faire ce déplacement. Il était donc arrivé tout proche du magasin Scribbulus.

Il allait atteindre la porte du magasin lorsqu'une jeune fille le heurta violemment. Elle était plutôt grande, les cheveux courts et blonds, la peau pâle, mince mais semblait plutôt athlétique. Ce qui étonna beaucoup Amaury, c'était son accoutrement. Elle ne portait ni robe de sorcier, ni habits moldus et avait tout un attirail d'armes sur elle. Il sentit sa mâchoire inférieur tomber sans pouvoir se contrôler.

Au lieu de s'excuser, la jeune et étrange fille empoigna les cheveux d'Amaury avec violence et posa son autre main contre sa gorge d'un air menaçant. Elle le tira jusqu'à une rue déserte. Amaury était sonné et assez effrayé en même temps. Il n'osa pas se défendre de crainte d'empirer la situation. La blondinette lui faisait déjà assez mal comme ça. Il se demanda se qu'il avait bien pu faire pour en arriver là.

Enfin, arrivé dans la rue déserte, elle le lâcha mais le bloqua tout de même. //

- Je suis vraiment désolée pour tout ça, mais je ne pouvais pas faire autrement. Donc, bonjour. Quel est ton nom ? Et surtout, ou sommes nous ?

** Celle-là a vraiment besoin d'un médicomage, je crains que ce cas soit grave. Je sens que je suis plutôt en mauvaise posture essayons de coopérer un minimum tout en lui rappelant quelques règles de politesse. **

// Amaury pris une grande bouffé d'air pour reprendre son calme et réfléchir à une tournure de phrase lui permettant d’apaiser les tensions tout en réclamant un meilleur sort que ce qu'elle lui faisait passer. //

- Bonjour. Je m'appelle Amaury Pianzi et nous sommes sur le Chemin de Traverse. Si tu as besoin de moi, je serais plus coopératif si tu arrêtes de m'agresser comme tu le fais depuis le début. Tu pouvais tout simplement me demander poliment ta route lorsque nous nous sommes heurté, je te l'aurais tout aussi bien expliqué après un "pardon", voir même mieux. Par ailleurs, puis-je connaitre le nom de ma tortionnaire ?

// Amaury rit avec sa dernière phrase espérant apaisait la jeune fille qui, de plus prêt, semblait très troublée par quelque chose.

Amaury avait beaucoup de mal à parler aux filles à cause de sa timidité maladive, surtout lorsqu'il voulait essayé d'être apprécié. Heureusement, dans ce cas là, il voulait simplement survivre à une folle furieuse, pas forcement faire d'elle une amie. Il n'avait jamais eu ce genre de proximité avec une demoiselle, même si ce n'avait pas été pour l'égorger. Toujours est-il qu'il se sentait mal à l'aise. //


Couleurs utilisées dans ce message : #AFEEEE, #5D837E
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP
Riverelle

Ancien(ne)





MessageDate du message: Jeu. 15 Jan 2015, 00:05  Répondre en citant

    // Le jeune homme aux yeux turquoises inspira un bon coup avant de lui répondre : //



- Bonjour. Je m'appelle Amaury Pianzi et nous sommes sur le Chemin de Traverse. Si tu as besoin de moi, je serais plus coopératif si tu arrêtes de m'agresser comme tu le fais depuis le début. Tu pouvais tout simplement me demander poliment ta route lorsque nous nous sommes heurté, je te l'aurais tout aussi bien expliqué après un "pardon", voir même mieux. Par ailleurs, puis-je connaitre le nom de ma tortionnaire ?


    // Cette tirade était tellement surprenante qu'Aïleen dût en décrypter chaque mot comme s'il s'agissait d'une langue donc elle ne connaissait presque rien.

    Ce nom étrange la fit tiquer tout d'abord. Amaury Pianzi ? La jeune femme n'en avait jamais entendu de pareil. Et cet Amaury avait prétendu qu'elle se trouvait sur un certain Chemin de Traverse.
    Même si elle savait pertinemment que cela ne lui rappèlerait rien, elle farfouilla dans sa mémoire, à la recherche d'un quelconque souvenir, ou même d'un éclair flou, n'importe quoi qui lui ferait simplement signe que ce lieu ne lui était pas inconnu... Mais non. Jamais Aïleen n'avait entendu quelqu'un évoquer un "Chemin de Traverse", et elle y avait encore moins déjà mît les pieds. Ce qui n'était pas pour la rassurer.

    La phrase suivante la fit cligner des yeux. Généralement, quand un Frontalier posait les questions de cette manière, les gens avaient tendance à y répondre avec moins d'effronterie. Elle se fit cette réflexion avant de se souvenir qu'elle n'était plus en Gwendalavir. Et que Amaury n'avait certainement aucune idée de ce qu'était un Frontalier.

    La jeune femme, habituellement si sûre d'elle et si impassible, découvrait les joies de la Convergence, ou comment changer de monde sans avoir aucune idée de comment revenir au foyer. C'était extrêmement désagréable comme sensation. Elle haïssait dela profondément, tout autant qu'elle invectivait cette abrutie de Convergence verbalement et moralement.
    Elle déglutit donc avec difficulté en jetant un regard paranoïaque autour d'eux, pour s'assurer ils étaient toujours bien seuls. //



- Je m'excuse encore une fois, j'ai cru que tu allais avertir tout le monde qu'une bretteuse timbrée était en ville. Je ne peux pas me faire repérer pour le moment... Je m'appelle Aïleen. Aïleen Camdell-Liannem.

    // La Frontalière savait qu'il allait trouver le nom aussi bizarre qu'elle avait trouvé le sien étrange, aussi enchaîna t-elle rapidement, d'une voix un peu trop tendue : //


- Hrrm, aurais-tu, par hasard, entendu parler de la Convergence ?


Couleurs utilisées dans ce message : #5D837E, #AFEEEE

Joueuse


Messages : 5896
Guilde : Aucune
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Jeu. 15 Jan 2015, 14:32  Répondre en citant

// La jeune femme avait l'air mal à l'aise, comme si elle était complétement perdu. Elle lançait des regards paniqués autour d'elle, comme si elle essayait de se souvenir du lieu sans y parvenir. //

- Je m'excuse encore une fois, j'ai cru que tu allais avertir tout le monde qu'une bretteuse timbrée était en ville. Je ne peux pas me faire repérer pour le moment... Je m'appelle Aïleen. Aïleen Camdell-Liannem.

// Avant qu'Amaury n'ai pu décrocher un mot, cette Aïleen continua d'un ton très stressé. //

- Hrrm, aurais-tu, par hasard, entendu parler de la Convergence ?

// Amaury n'avait jamais entendu de prénom si... Spécial. Non pas qu'il soit laid, mais il n'avait pas du tout les consonances des prénom de ses camarade de Poudlard ou des amis qu'il pouvait avoir. Et cette "convergence" lui rappelait vaguement des cours de mathématique. //

- Enchanté Aïleen. Je n'allait pas hurler "Hé ho, regardez les gens, une bretteuse est en ville". Quand à timbré... Après réflexion j'ai plutôt l'impression que le mot qui conviendrait le mieux est "perdu". Par contre, ne le prend pas mal, mais avec cette tenue, tu te fait repérer. Et la convergence, c'est pas une histoire avec des courbes en mathématique ? La courbe qui s'approche d'une valeur y lorsqu'on se place à une valeur sur x dans un repaire bidimensionnel ?

// Aïleen le regardait d'un air perplexe. Amaury, qui voulait être arrangent, décida donc de lui expliquer où elle était exactement, et voir comment l'aider. //

- Tu n'as pas l'air de connaitre le Chemin de Traverse. Nous sommes dans un rue cachée des moldus à Londres, en Angleterre.

// Aïleen ne semblait pas connaitre ce haut lieu de la magie, alors Amaury poursuit. //

- Nous sommes dans le Monde Certain... Tu viens de quel monde ?

// Vu les regards que Aïleen lançait, Amaury commençait vraiment à se demander d'où elle venait. Tout le monde sorcier connaissait Londres et son Chemin de Traverse. Elle était peut-être une moldu qui ne connaissait rien au monde sorcier. Le jeune homme commença à se demander ce qu'il allait faire de cette fille si elle s’avérait être vraiment moldu. Il devrait envoyer un hibou en douce (pour ne pas se faire égorger) au ministère de la magie pour qu'ils s'en occupent. De plus, les réponses qu'avaient donné Amaury ne semblait pas convenir à Aïleen qui semblait de plus en plus agitée.

Amaury commençait à s'inquiéter pour la jeune fille. Elle semblait avoir peur. Il décida donc qu'il ferait tout pour l'aider, quoi qu'elle puisse avoir, même si c'était une folle sortit tout droit de l'hôpital pour sorciers déséquilibrés Sainte Marie. //


Couleurs utilisées dans ce message : #AFEEEE, #5D837E
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP
Riverelle

Ancien(ne)





MessageDate du message: Ven. 16 Jan 2015, 22:41  Répondre en citant

- Enchanté Aïleen. Je n'allait pas hurler "Hé ho, regardez les gens, une bretteuse est en ville". Quand à timbré... Après réflexion j'ai plutôt l'impression que le mot qui conviendrait le mieux est "perdu". Par contre, ne le prend pas mal, mais avec cette tenue, tu te fait repérer. Et la convergence, c'est pas une histoire avec des courbes en mathématique ? La courbe qui s'approche d'une valeur y lorsqu'on se place à une valeur sur x dans un repaire bidimensionnel ?


    // Pendant plusieurs secondes, Aïleen ne put articuler un mot. Elle entendait les paroles qui sortait de la bouche du jeune homme, mais elle n'en comprenait absolument pas le sens. Elle le scruta d'un œil suspicieux. Essayait-il de l'embrouiller et de lui faire perdre ses moyens, déjà bien peu nombreux ?
    Elle chassa sa méfiance de son esprit. Si elle partait de ce pas, en se disant que n'importe qui pourrait lui porter un coup de poignard dès qu'elle aurait le dos tourné, elle était mal partie pour se faire aider.

    La suite des dires d'Amaury ne lui parla pas plus. //



- Tu n'as pas l'air de connaitre le Chemin de Traverse. Nous sommes dans un rue cachée des moldus à Londres, en Angleterre.


    // La jeune femme le regarda de travers. Il employait un vocabulaire... Qu'elle n'avait jamais entendu, qu'elle n'arrivait même pas à comparer à ses mots pour en déchiffrer la signification tellement ils lui étaient étrangers.
    Aïleen fut tentée de lui demander ce qu'était "Londres", ou "l'Angleterre", ou encore des "moldus", mais Amaury en parlait comme s'il s'agissait une telle évidence qu'elle paraîtrait sûrement ridicule. Le fait ne la gênait pas ; en Gwendalavir, les moqueries et les remarques blessantes sur le physique, le savoir ou les origines n'existaient pas. À part dans les "grandes" villes, comme Al-Jeit. Lors de son voyage, la Frontalière avait bien remarqué la saleté et la pauvreté noyées, masquées, sous des couches et des couches de satin ou de velours. Ces villes cachaient l'aspect peu reluisant qui infectait les ruelles par la beauté de l'or ou des pierres précieuses. Elle avait trouvé ça triste.

    Ce qui la travaillait sérieusement, c'était qu'en ayant l'air inculte à ce point, elle s'attirerait les questions d'Amaury, qui lui demanderait sûrement comment pouvait-elle ne pas être au courant de l'existence de lieux aussi connus. La jeune femme se verrait forcée de lui dire qu'elle venait de Gwendalavir. Et elle ne se sentait pas encore en confiance totale avec lui ; mais, en même temps, elle venait d'atterrir dans un endroit qu'elle ne connaissait absolument sans savoir comment retourner chez elle.

    Bien sûr, elle pourrait mentir, mais Aïleen savait qu'obtenir l'aide de quelqu'un après lui avoir menti était particulièrement ardu. Et l'idée d'aller voir une autre personne ne lui plaisait pas beaucoup ; d'une part parce qu'elle avait engagé la conversation avec un de ces gens et que jusque là, il n'y avait eu aucun mort donc ça se déroulait plutôt bien, d'autre part car Amaury pourrait très bien dévoiler sa présence à n'importe qui. Et il fallait à tout prix que personne d'autre que celui qui allait l'aider à rentrer ne sache qu'elle était ici.
    Le souci du détail est que, visiblement, le jeune homme n'avait aucune idée de ce qu'était la Convergence, de plus, elle n'en savait pas beaucoup plus que lui. La partie était difficilement jouable, mais maintenant, elle ne pouvait plus reculer. //



- Nous sommes dans le Monde Certain... Tu viens de quel monde ?


    // Il avait donc finit par deviner. Zut. Ou peut-être n'étaient-ce que pures hypothèses ?
    Aïleen avait l'habitude d'envisager toutes les possibilités avec le monde. Elle réfléchit donc un instant à ses paroles.
    Le "Monde Certain"... Il était possible que ces mots lui aient déjà parvenus aux oreilles lors de ces dernières semaines. Mais elle avait dût y prêter si peu d'attention qu'elle n'arrivait pas à se rappeler concrètement des informations qui l'accompagnaient. La Frontalière n'avait pour aide qu'un éclair flou mettant en relief un bout de phrase, et encore, elle n'en était même pas sûre. Mais le mot ne lui était pas totalement inconnu, comme si elle l'avait déjà entendu un jour. Hélas, c'était tout. //



- Je viens de Gwendalavir. J'ai été expédiée sur cette... Planète par la Convergence ; je crois que c'est une série de portails qui te jettent dans un autre univers au hasard, quelque chose comme ça.


    // C'est au moment où ces mots sortirent de sa bouche qu'Aïleen se rendit compte à quel point elle était seule au monde, et c'était le cas de le dire. Elle ne connaissait personne, ils étaient tous tellement différents d'elle ! D'habitude, c'était une des choses qu'elle aimait le plus. La différence. Elle trouvait ça passionnant. Mais là, elle était dans un autre univers, sans rien pour s'accrocher.

    La jeune femme s'en voulut de laisser ainsi l'angoisse la submerger de cette façon. Les Frontaliers savaient maîtriser leurs émotions, jusqu'à en annihiler certaines. Cependant, Aïleen ne s'était jamais retrouvée en aussi mauvaise posture. Elle était dans le purin jusqu'au cou.
    Elle inspira profondément pour chasser - du moins cacher - sa détresse. Et reprit : //



- J'espérais que tu saches comment ça fonctionne... Je ne sais pas comment faire pour rentrer chez moi.


Dernière édition effectuée par un ancien joueur (Ven. 16 Jan 2015, 22:44) ; édité 3 fois

Couleurs utilisées dans ce message : #5D837E, #AFEEEE

Joueuse


Messages : 5896
Guilde : Aucune
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Sam. 17 Jan 2015, 19:04  Répondre en citant

// Amaury était face à cette jeune fille qui semblait terriblement stressée et perdu. A la vue de son regard, il semblait que Aïleen venait vraiment d'un autre monde, ce qui étonna beaucoup le jeun homme. //

- Je viens de Gwendalavir. J'ai été expédiée sur cette... Planète par la Convergence ; je crois que c'est une série de portails qui te jettent dans un autre univers au hasard, quelque chose comme ça. J'espérais que tu saches comment ça fonctionne... Je ne sais pas comment faire pour rentrer chez moi.


// Ainsi Aïleen était vraiment dans un sacré pétrin. Pas étonnant qu'elle soit aussi angoissée et perdu ici. Amaury ne pouvait décemment laisser cette personne dans le besoin. C'était contre tous ses principes.

Il réfléchit longuement. Avec ces précisions, la Convergence lui rappelait vaguement quelque chose. Il avait dû en entre parler ou le lire dans un livre. Il essayait de se souvenir d'où il avait pu entre parler de ça. Si ça ne lui était pas totalement inconnu, c'était qu'il y avait des informations quelque part. Il se dit alors qu'il devait très certainement y avoir un livre chez Fleury et Bott parlant de ça.

Aïleen commençait à regarder Amaury comme si elle attendait quelque chose de sa part. Il se rendit compte qu'il était dans ses pensées depuis un moment. //

- Désolé. J'étais dans mes pensées. La Convergence ça me dit quelque chose, mais c'est très flou, je ne m'en souviens pas du tout. J'étais en train de penser à comment t'aider, mais il va falloir que tu me fasses confiance. Déjà, je vais aller t'acheter une robe de sorcier pour que tu passes inaperçue. En attendant tu vas rester ici, j'en ai pas pour longtemps. Ensuite nous irons ensemble chez Fleury et Bott. C'est une librairie. Si j'ai entendu parlé de la Convergence, ils doivent forcément en parler dans un livre.


// Amaury attendait que Aïleen lui réponde. Il espérait qu'elle lui fasse assez confiance pour le laisser faire au mieux. Il ne savait pas comment faire autrement. Il pensait que c'était la meilleur solution possible compte tenu de la situation. Il était hors de question de l’amener à la bibliothèque de Poudlard. Il aurait fallu qu'il l'a fasse transplanner, et vu le choc qu'elle avait déjà eu, ce n'était pas la peine de l'amener ailleurs. En plus il doutait qu'elle puisse passer inaperçu dans l'école. Elle ne semblait pas assez jeune pour être élèves, et tout le monde connaissait les adultes du château. Amaury sourit pour faire comprendre à la jeune fille qu'il était sérieux et qu'il voulait sincèrement l'aider.

Il était aussi en train d'examiner Aïleen pour voir quelle taille de robe il lui faudrait. Il se rendit compte qu'il devrait aussi cacher ses armes, et qu'il devrait acheter un sac à ensorceler pour cela. Il tâta sa bourse de pièces pour estimer combien d'argent il avait à disposition. Elle était assez lourde. Il aurait très certainement assez pour tout payer, ce qui était une excellente nouvelle.

Amaury s'imaginait s'il avait été à la place d'Aïleen comment il aurait réagit. Il se dit qu'il aurait très certainement été très effrayé et qu'il aurait demandé de l'aide autour de lui en espérant se faire comprendre et que quelqu'un vienne à son secourt. Il aurait été très déboussolé dans un autre monde, sans point de repère auquel se fixer. Il aurait aimé que quelqu'un lui porte secourt comme lui allait le faire pour Aïleen, et retourner chez lui. //


Couleurs utilisées dans ce message : #AFEEEE, #5D837E
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP
Montrer les messages depuis:   
Page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  -->
   Répondre au sujet    Forum >> Chemin de Traverse
Page 1 sur 7