Hiboux Nomade Notes
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


Antre des Hiboux

Page: <--  1 ... 13, 14, 15, 16, 17  -->
   Répondre au sujet   Forum >> La Volière
Auteur Message

Joueuse


Messages : 1828
Guilde : Les Tourneurs de pages
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Jeu. 12 Fév 2015, 23:20  Répondre en citant

//Complètement ailleurs, Ethan serrait avec bonheur celle qu'il aimait contre lui. Sentir son corps contre le sien, l'odeur de ses cheveux qui lui avait tant manqué... Il soupira de contentement, et serra plus fort contre lui la jeune fille brune. Soudain, elle prononça des mots qui firent rater un battement à son cœur. //

- Je... je suis désolée, mais tu dois me confondre avec quelqu'un d'autre... je ne suis pas Elia...

//Non... Non ce n'était pas possible. C'était Élia, il la reconnaissait, la connaissait. Il eut un petit rire.//

- Je vois que tu n'as pas changé chérie, toujours cet humour particulier.

//Il contempla un instant les magnifiques yeux d'Élia, et se figea. Son cœur dévala à nouveau une pente. Peut-être que... Peut-être que la jeune fille n'avait pas menti. Peut-être qu'elle n'était réellement pas celle qu'il croyait ? Ethan se sentit faiblir. C'est vrai, Élia était morte, il l'avait vue mourir. Il l'avait tuée. Il lâcha la jeune fille et recula en précipitation, ses jambes se dérobèrent sous lui, et il se laissa glisser le long d'un mur.

Tremblant, il observa de nouveau la jeune fille, et nota quelques détails qu'il n'avaient pas encore remarqué. Ou qu'il n'avait pas voulu voir. L'absence de la petite étincelle dorée dans l’œil droit de la brune. Ses cheveux légèrement plus courts.

Anéanti, Ethan réalisa que la personne qu'il avait en face de lui n'était effectivement pas Élia.

Souffrance. Vide. Trou noir. Douleur. Manque. Souffrance. Souffrance, souffrance et encore souffrance, toujours cette souffrance, qui déchire le cœur, le corps, l'âme. Qui déchire la raison, déchire le cœur, encore et encore, qui fait mal, toujours plus mal. Vide.

Sans qu'il s'en fût rendu compte, les larmes avaient commencées à couler le long des joues du garçon, de plus en plus nombreuses, de plus en plus vite. Vide. Souffrance.

Il en avait oublié la présence de celle qu'il avait prise pour Élia à peine deux minutes plus tôt. Il se rendit compte qu'il venait de craquer devant une inconnue.

Son visage se ferma. Il sécha rageusement ses larmes et se releva, puis se dirigea jusqu'à la fenêtre. Sèchement, il donna des excuses à la jeune fille, comme on se débarrasse d'un pansement, douleur brève.//

- Excuse-moi.

//Tourmenté, Ethan tourna son regard encore rougi par les larmes vers la jeune fille, juste une seconde. Elle lui ressemblait tellement. Il détourna de nouveau le regard, fermant les yeux. Douleur. Vide.//

- Je m'en veux. Je l'ai tuée. Elle me manque.


Dernière édition effectuée par Nighty (Jeu. 12 Fév 2015, 23:23) ; édité 1 fois

Couleurs utilisées dans ce message : #990170, #463F32
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 2486
Guilde : Special Circumstances
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 1re année
MessageDate du message: Sam. 07 Mar 2015, 12:20  Répondre en citant

// Les nyctalopes (plus communément appelés hiboux ou chouettes) qui animaient la volière de leurs bruissements d'ailes étaient loin de se douter qu'une scène des plus pathétiques se déroulait en ce moment sous leurs yeux, et ils n'y prêtaient d'ailleurs aucune attention. Cheryl, elle, aurait tout donné pour être un hibou à ce moment-là. Elle était en effet face à un inconnu qui l'avait prise dans ses bras en répétant un prénom qui n'était pas le sien. Cette situation, pour le moins gênante, allait devenir bien pire encore.

Lorsque Cheryl dit au garçon qu'il devait se méprendre, il se mit à rire. //

- Je vois que tu n'as pas changé chérie, toujours cet humour particulier, répondit-il, ce qui mit la jeune fille encore plus mal à l'aise.

// C'est alors qu'il leva à nouveau les yeux vers elle. Et soudain, Cheryl lut dans ses yeux de l'incompréhension, puis de la détresse. C'était comme s'il était perdu, comme s'il réalisait enfin que la jeune fille en face de lui n'était pas Elia. Il recula soudainement et se laissa glisser contre le mur, regardant dans le vide, et des larmes commencèrent à couler de ses joues.

Cheryl ne savait pas comment réagir. Il semblait absent. Il venait probablement de se rendre compte de sa méprise. Mais ce n'était pas si grave, cela pouvait arriver. Pourquoi se mettait-il dans des états pareils ? Il y avait forcément une autre raison. Mais la Poufsouffle, ne sachant pas comment se comporter face à lui, jugea plus prudent de ne pas bouger et de le laisser reprendre ses esprits.

En effet, le garçon eut comme un regain d'énergie et essuya ses larmes avant de se lever précipitamment et de se tourner vers la fenêtre, tournant le dos à Cheryl. //

- Excuse-moi, dit-il sèchement.

// Cheryl ne bougeait toujours pas. Elle était raide comme un piquet et se sentait terriblement ridicule de ne pas réagir. Il faut dire qu'elle ne savait pas réconforter les gens... et était encore moins habituée à se retrouver dans ce genre de situation. C'est alors que le jeune homme reprit : //

- Je m'en veux. Je l'ai tuée. Elle me manque.

// Tuée. Tuée. Il avait tué sa petite amie. A ces mots, Cheryl se glaça. Heureusement qu'il ne la regardait pas. L'espace d'un instant, elle songea à s'enfuir en courant. C'était faisable, elle n'avait qu'à partir très vite et traverser la pièce, puis descendre les escaliers en espérant ne pas rater une marche. Mais quelque chose la retenait ici. Ce jeune homme n'allait pas bien, il avait besoin de réconfort, ou au moins besoin de parler et de laisser sortir ses émotions. Bien sûr, Cheryl n'avait pas la prétention d'être la personne la mieux placée pour cela, mais elle pouvait au moins essayer. En tout cas, elle ne le laisserait pas comme ça.

Tandis que le jeune homme était toujours tourné vers la fenêtre, Cheryl s'approcha doucement pour le rejoindre, et sortit un emballage de sa poche, qu'elle lui tendit. //

- Tu veux du chocolat ?


Dernière édition effectuée par Cheryl (Sam. 07 Mar 2015, 12:20) ; édité 1 fois

Couleurs utilisées dans ce message : #463F32, #990170
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 1828
Guilde : Les Tourneurs de pages
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Ven. 24 Juil 2015, 19:07  Répondre en citant

- Je m'en veux. Je l'ai tuée. Elle me manque.

//Ethan frappa le mur du poing, puis y posa la tête, contenant sa rage. Il ferma les yeux de toutes ses forces, espérant que les mots, qu'il avait l'impression d'entendre encore, ses mots, allaient arrêter de flotter devant ses yeux, dans son cœur, son âme et son être tout entier, et qu'ils allaient se dissoudre dans le vent qui agitait les arbres au-dehors.

Il rouvrit les yeux, et son regard se perdit dans le lac qu'il voyait de la Volière. Il ne pensait plus à rien. Il se sentait seulement... Incroyablement vide, perdu, errant sans fin et sans but. Il ne pensait à rien, et c'est pourquoi la voix de la jeune fille qu'il avait confondue avec Élia le surprit quand elle s'éleva dans le sombre silence, claire et un peu tremblotante.//

- Tu veux du chocolat ?

//Il observa d'abord le visage rond avec perplexité. Il venait de se conduire comme un parfait crétin, comme un paltoquet même, en enlaçant ainsi une inconnue, et en se rapprochant physiquement d'elle. Elle devait le prendre pour un fou. Ou un tourmenté. Ce qu'il était.

Il eut un maigre sourire. Du chocolat, pourquoi pas.//

-Merci, c'est gentil de ta part.

//Il saisit l'emballage qu'elle lui tendait de sa main délicate. Il eut un geste instinctif, comme pour la saisir, mais ses yeux tombèrent au même moment sur la peau lisse du dessus du pouce, et il se retint à temps. Élia avait une cicatrice à cette endroit. Pas la jeune fille qu'il avait en face de lui. Il cligna des yeux. Leur ressemblance le désorientait.//

-Comment tu t'appelles ? Je ne t'ai jamais croisée au château.

//Ethan grimaça légèrement.

**Ce n'est pas comme si tu faisais attention aux gens que tu croises Ethan. Tu n'as juste pas regardé autour de toi, sinon tu l'aurais sûrement vue. Et tu lui aurais sauté dessus plus tôt**

Il eut envie de se frapper, tant sa conduite avait été stupide. Il s'était emporté, il n'avait écouté que le manque qui le rongeait tant. Il ne devait plus faire d'erreur. Il se sentait de plus en plus.... Différent. Brisé. Son cœur n'était plus que morceaux, et son âme se fendillait. Il fallait qu'il fasse quelque chose avant de sombrer dans la folie.

Il se passa nerveusement la main dans les cheveux. Que pouvait-il faire ? Il n'avait personne à qui parler. Et il venait d'agresser, enfin plus ou moins, une jeune fille, timide apparemment, vu son air effaré. Il souffla doucement, désemparé, le regard perdu.//


Dernière édition effectuée par Nighty (Ven. 24 Juil 2015, 19:07) ; édité 1 fois

Couleurs utilisées dans ce message : #463F32, #990170
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 2486
Guilde : Special Circumstances
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 1re année
MessageDate du message: Ven. 02 Oct 2015, 12:20  Répondre en citant

// Le jeune homme semblait complètement ailleurs, perdu on ne sait où dans le labyrinthe de ses sombres pensées. Cependant, la proposition que venait de lui faire la jeune fille sembla le ramener à la réalité. Il regarda Cheryl d'un air perplexe, qui donna à celle-ci le sentiment d'être parfaitement ridicule. Pourquoi avait-elle fait ça, déjà ?

Mais à sa plus grande surprise, le jeune homme sourit légèrement et accepta ce maigre présent. //

- Merci, c'est gentil de ta part.

// Tandis qu'il prenait le chocolat, la Poufsouffle se demanda à quoi il pensait. Il devait être totalement désorienté. Peut-être même qu'il s'en voulait d'avoir agi de la sorte avec elle. Mais les Serpentard pouvaient-ils éprouver du remords ? Comme Cheryl ne les fréquentait pas, elle n'en savait rien. Mais elle persistait à croire que chaque être humain avait du bon en lui. Qu'il suffisait juste d'apprendre à le découvrir. En tout cas, elle aurait bien aimé avoir le don de légilimancie pour mieux comprendre les pensées qui hantaient l'esprit du jeune homme... dont elle ne connaissait toujours pas l'identité, d'ailleurs. Comme s'il avait lu dans ses pensées, celui-ci lui demanda : //

- Comment tu t'appelles ? Je ne t'ai jamais croisée au château.

// En guise de réaction, Cheryl émit un petit rire ironique. //

- Le château est assez peuplé, tu sais. Tu ne peux pas connaître tout le monde. Et je ne suis pas le genre de personne qu'on remarque, répondit-elle, avec une froideur qui la surprit elle-même.

// Mais pourquoi cette froideur ? Après tout, ce n'était pas sa faute à lui si la jeune fille avait un problème de manque de confiance en soi. C'était malvenu de lui parler sur ce ton alors qu'il n'avait rien à voir avec ça. Pleine de remords, elle se radoucit. //

- Je m'appelle Cheryl. Cheryl Fiennes.

// Voilà, il avait maintenant la preuve qu'elle n'était pas cette fameuse Elia. Au cas où son esprit serait encore confus à ce sujet. Ils restèrent un moment silencieux, et la Poufsouffle put sentir la nervosité du garçon. Que cela signifiait-il ? Elle brûlait de le découvrir, mais il ne fallait pas le brusquer. Elle préférait prendre son temps... mais peut-être lui n'en avait-il pas. Peut-être voulait-il simplement partir d'ici et oublier ce fâcheux événement. Mais ce n'était pas le cas de Cheryl : elle était désormais impliquée malgré elle dans une histoire sombre et complexe, dont elle ne se détacherait pas sans avoir tenté d'y voir plus clair... Et peut-être aurait-elle l'occasion d'y jouer un rôle. De servir à quelque chose.

Se rendant compte à son tour qu'elle s'était envolée un peu trop loin, elle revint à elle-même et brisa le silence : //

- ... et toi ?


Couleurs utilisées dans ce message : #463F32, #990170
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 1828
Guilde : Les Tourneurs de pages
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Mar. 20 Oct 2015, 18:55  Répondre en citant

//Suite à sa question, la jeune fille eut un rire ironique et empreint d'un autre sentiment qu'il ne parvint pas à identifier, et lui répondit avec une froideur qui parut l'étonner elle-même.//

- Le château est assez peuplé, tu sais. Tu ne peux pas connaître tout le monde. Et je ne suis pas le genre de personne qu'on remarque.

//C'était complètement faux. Il espéra qu'elle s'en rendrait compte un jour, mais la jeune fille était tout simplement très jolie, et devait attirer bien des regards, bien qu'on voyait plus ou moins qu'elle manquait de confiance en elle.

Alors qu'un petit sourire naissait sur les lèvres d'Ethan, la jeune inconnue reprit la parole, d'un air un peu plus chaleureux.//

- Je m'appelle Cheryl. Cheryl Fiennes.

- Cheryl...

//Cheryl. Ce prénom, doux et simple à retenir lui allait comme un gant. Il la regarda de nouveau, toujours déstabilisé par l'effroyable ressemblance qu'elle avait avec son ancienne aimée. Et cette ressemblance le tuait, lui mettait devant les yeux le spectre de celle qu'il aimait plus que tout, et de sa mort dont il était entièrement responsable.

Armé de sa carapace craquelée de partout, Ethan se sentait vulnérable, à la merci du moindre courant d'air qui viendrait lui chatouiller les nerfs. Il pria pour ne pas croiser Lindsey quand il rentrerait au château.

Il cligna des yeux, surprit par le silence qui s'était installé sans même qu'il s'en rende compte, et que son interlocutrice venait de briser.//

- ... et toi ?

- Mon nom n'a aucune importance. Mais je m'appelle Ethan Cooper.

//D'un pas tremblant, il se dirigea vers la fenêtre béante et laissa tomber son regard sur le paysage qui s'étalait devant lui. Calme, il se mit à parler, parler, sans même savoir ce qu'il racontait vraiment.//

- Tu sais, tu lui ressembles vraiment.... Énormément. J'ai cru que... J'ai cru que c'était elle. Je crois que je commence à perdre pieds. Elle me manque tellement ! Tout ce que je veux, c'est réussir à me pardonner, mais je n'arrive pas... Je n'y arrive pas.

//Il ferma les yeux, du plus fort de ses forces. Ses poings se crispèrent, et il sentit ses yeux devenir humide.//

- Je me déteste tellement.


Couleurs utilisées dans ce message : #990170, #463F32
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 2486
Guilde : Special Circumstances
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 1re année
MessageDate du message: Sam. 19 Déc 2015, 22:36  Répondre en citant

Désolée pour le retaaaaaard ><

- Je m'appelle Cheryl. Cheryl Fiennes.

- Cheryl...

// Pourquoi répétait-il son nom ainsi ? Cheryl fronça légèrement les sourcils, suffisamment légèrement pour ne pas que le garçon ne le remarque. La jeune fille se sentit soudain profondément troublée de se trouver si proche de lui ; elle pouvait presque sentir la chaleur de son haleine. Jusqu'ici, la surprise causée par le choc ne lui avait pas laissé le loisir de réfléchir beaucoup, mais à présent, elle venait d'être frappée par la réalité de la scène, qu'elle envisageait sous un tout autre angle. Un garçon, une fille... Il la prenait pour quelqu'un d'autre, quelqu'un qu'il avait aimé... //

- Mon nom n'a aucune importance. Mais je m'appelle Ethan Cooper.

// Le son de la voix du jeune homme fit légèrement tressaillir la Poufsouffle. Ethan Cooper. Cheryl frissonnait, à présent. Elle se sentait mal à l'aise d'être seule avec un charmant garçon - sans compter les hiboux - , mais aussi mal à l'aise de penser désormais à ces choses... ces choses qu'elles n'avait encore jamais connues. Cheryl avait une bonne connaissance d'elle-même et elle savait s'auto-analyser. Mais là, elle était incapable d'analyser ce qu'elle ressentait. Peut-être qu'elle mélangeait tout. Ce n'était qu'une erreur, il la prenait pour quelqu'un d'autre. Et il avait la réputation d'être arrogant. Et il s'était conduit avec elle d'une façon plus que condamnable. Et...

Mais Ethan prit à nouveau la parole et interrompit les pensées de la jeune fille. //

- Tu sais, tu lui ressembles vraiment.... Énormément. J'ai cru que... J'ai cru que c'était elle. Je crois que je commence à perdre pieds. Elle me manque tellement ! Tout ce que je veux, c'est réussir à me pardonner, mais je n'arrive pas... Je n'y arrive pas.

// Ces mots frappèrent Cheryl droit au coeur et lui ôtèrent toute volonté de résistance. Bon sang, ce garçon qui l'avait presque agressée quelques temps auparavant, voilà maintenant qu'il lui faisait pitié et qu'elle avait envie de l'aider. Comment cela était-il possible ? Peu importe. En cet instant, elle eut la conviction qu'elle ferait tout pour l'aider.... enfin, s'il le voulait, bien sûr. Frappée par sa détresse, la jeune fille oublia complètement ces idées d'attirance. Elle avait été stupide de croire qu'en cinq minutes, elle pouvait tomber amoureuse. Non. Elle voulait l'aider. //

- Je me déteste tellement.

// Ces derniers mots achevèrent de la convaincre. Surmontant sa timidité, Cheryl s'avança lentement en direction de la fenêtre et posa sa main sur l'épaule du jeune homme, tout doucement. //

- Que tu te détestes ou pas, ça n'y changera rien. J'ai envie de t'aider... est-ce que tu accepterais ?


Couleurs utilisées dans ce message : #990170, #463F32
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 1828
Guilde : Les Tourneurs de pages
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Sam. 05 Mar 2016, 14:01  Répondre en citant

//Il l'avait dit. C'était ça le problème. Il se détestait. Il ne parvenait pas à oublier, à se pardonner, et à passer à autre chose. Il avait ce poids sur la conscience, ou qu'il aille. Quoiqu'il fasse, quoiqu'il devienne, il aurait toujours ces souvenirs, ces souvenirs qui le détruisaient petit à petit. Alors qu'il sentait les larmes couler sur ses joues, impuissant, la voix de Cheryl s'éleva dans le silence.//

- Que tu te détestes ou pas, ça n'y changera rien. J'ai envie de t'aider... est-ce que tu accepterais ?

//Il plissa les paupières encore plus fort. Si seulement c'était si facile. Il s'était déjà dit ça. Toute sa culpabilité, tout ce poids qu'il portait sur les épaules étaient inutiles, ne changeraient rien à ce qui s'était passé. Mais il n'y pouvait rien. Et il coulait. D'une voix enrouée et tremblante, il tenta de répondre à la jeune fille.//

- Je ne vois pas ce que tu peux faire pour moi. Tu sais, enfin non justement tu ne sais pas. J'ai beau essayer, la douleur reste là. Le manque, le doute, la culpabilité, la souffrance, les images et les souvenirs restent. Les bons sont là aussi, et rendent le dernier souvenir encore plus douloureux.

//Ouvrant des yeux remplis de larmes, les joues ravagées par l'eau salée, assumant enfin sa souffrance, Ethan jeta son regard vers l'infini paysage qui s’étendait devant ses yeux, et se mit à raconter. Sans vraiment savoir pourquoi, il lui dit tout.//

- Je l'ai rencontrée quand on avait 13 ans. Élia. Elle était belle, magnifique même. Tu lui ressemble beaucoup, même si ses cheveux étaient plus longs et un peu plus foncés, et ses yeux différents. Bref, on s'est tout de suite bien entendu, plus que bien. On ne se quittait jamais, on ne faisait rien séparément. Ça en énervait, comme son frère, jaloux, mais on s'en fichait. On s'aimait tellement ! Tout ce qu'on voulait, c'était vivre nos vies ensemble. On parlait souvent de notre vie après Poudlard. Du métier qu'on ferait, de la maison qu'on aurait, de nos possibles enfants. Elle me disait souvent qu'elle voulait un garçon, un garçon qui serait aussi beau que moi, et qu'elle appellerait Callum. On avait 13 ans à notre rencontre, 15 quand c'est arrivé. On était jeunes, innocents, on voulait juste s'aimer, et rêver tous les deux. C'était tellement parfait, on s'aimait tellement. Elle était le centre de mon monde. Puis, un jour...

//La voix d'Ethan se brisa, et un sanglot vint se réfugier dans sa gorge, puis s'enfuit vers le ciel. Les larmes continuait de couler. Les images et les souvenirs fourmillaient dans l'esprit d'Ethan, qui, malgré la douleur, ne parvint pas à s'arrêter de parler, et déballa tout. Tout. Tout ce qu'il n'avait jamais osé dire. Tout ce qu'il n'avait jamais voulu se remémorer.

Ce fut la première fois où il revécut entièrement cette journée, sans s'interrompre parce que la souffrance était trop forte. Il lui semblait que Cheryl, qu'il avait presque oubliée sur le coup, absorbait toutes ces paroles et sa souffrance comme une éponge, et il parvint à tout lui dire, à tout sortir.//

- C'était un samedi. On passait la journée à Londres, tous les deux. Elle portait son manteau rouge, et une jolie robe noire. Elle avait relevé ses cheveux, et s'était un peu maquillée. Je revois encore comme elle était jolie. On sortait d'un parc où on avait passé la matinée. On cherchait où on pouvait manger. Elle grommelait parce que je lui avais acheté une peluche panda, et qu'elle la trouvait beaucoup trop grosse. Je me souviens avoir ri, puis nous sommes allés acheter un sachet de friandises à un marchand moldu, comme on ne trouvait pas d'endroits où manger et qu'elle commençait à avoir vraiment faim. Elle m'attendant contre un poteau, son panda dans les bras. Puis, alors qu'on passait dans une rue, elle à manger ses chichis, moi le panda dans les bras, on nous à interpellés. Cinq types, baraqués, avec des armes moldus, nous on demandé de leur donner tout ce qu'on avait. Élia ne savait pas trop quoi faire et leur à tendu ses chichis. Sur le coup j'ai ri, elle était tellement mignonne. Je ne voyais pas les cinq moldus comme dangereux. Je savais me battre, et nous étions sorciers. J'ai refusé de lâcher le panda, et j'ai attrapé la main d'Élia pour continuer à avancer. C'est mon arrogance qui les à énervés. Ils m'ont arraché le panda des mains, et Élia. Je n'ai pas eu le temps de réagir qu'ils se sont mis à me frapper. Je me suis débattu, j'ai tenté de résister, mais tandis qu'un tenait fermement Élia, deux autres me tenait chacun par un bras et le troisième me frappait, encore et encore. C'était moi qui avait nos deux baguettes, et j'étais dans l'incapacité de m'en servir. Quand ils ont estimé que c'était suffisant, ils m'ont laissé tomber au sol et se sont attaqués à Élia. J'ai tenté de me relever, de la défendre. Je n'ai rien pu faire. Je... Je... Ils l'ont... Quand je me suis réveillée elle ne respirait plus. Je n'ai rien pu... Je...

//Ethan se laissa tomber au sol, le cœur fendu en deux, la voix entrecoupée de sanglots. Tout était de sa faute. Il ne pouvait plus rien dire. Il avait la gorge tellement nouée qu'il doutait de pouvoir parler à nouveau un jour. Il se sentait faible, se détestait d'être faible. Il aurait voulu se relever, sécher ses larmes et être fort à nouveau, mais il n'y arrivait plus. Il n'y arriverait plus. Il n'avait plus la force.

Recroquevillé sur le sol, il ne pouvait rien faire d'autre que pleurer, ses bras entourés autour de son corps, se griffant, s'enfonçant ses ongles dans la peau, il s'efforça d'effacer ces images de son esprit. Peine perdue.//


Couleurs utilisées dans ce message : #990170, #463F32
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 2486
Guilde : Special Circumstances
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 1re année
MessageDate du message: Ven. 20 Mai 2016, 11:38  Répondre en citant

// Après avoir proposé son aide au jeune homme, Cheryl retint son souffle. Qu'avait-elle fait là ? Dans quoi s'était-elle embarquée ? Elle ne savait même pas ce qui s'était réellement passé. Elle n'était pas sûre de pouvoir trouver les mots pour soutenir quelqu'un qui avait tué sa petite-amie... Mais elle devait essayer. Ethan, de son côté, ne cessait de pleurer, et après un long moment, il parla enfin, avec difficulté : //

- Je ne vois pas ce que tu peux faire pour moi. Tu sais, enfin non justement tu ne sais pas. J'ai beau essayer, la douleur reste là. Le manque, le doute, la culpabilité, la souffrance, les images et les souvenirs restent. Les bons sont là aussi, et rendent le dernier souvenir encore plus douloureux.

// Le visage de Cheryl laissa exprimer toute la compassion qu'elle pouvait ressentir pour lui, même s'il lui tournait le dos. Ne sachant que dire, elle préféra garder le silence et le laisser exprimer son désespoir, ou se taire, ou même partir s'il le voulait. C'est alors qu'Ethan se mit à lui raconter toute l'histoire. De sa rencontre avec la dénommée Elia jusqu'à la mort tragique de celle-ci. Durant le récit, Cheryl sentit l'émotion monter en elle. A travers chacun de ses mots, on pouvait sentir qu'Ethan avait aimé, aimait Elia de toute son âme. C'était un amour adolescent, un amour naissant, brisé bien trop tôt et trop brutalement.

Au milieu de son récit, alors qu'il s'apprêtait à attaquer la partie la plus délicate de l'histoire, Ethan s'arrêta et étouffa un sanglot. En signe d'encouragement, Cheryl se rapprocha de lui et lui fit sentir sa présence en mettant sa main sur son épaule. Le jeune homme reprit alors son terrible récit et au fur et à mesure qu'il racontait, les larmes montaient aux yeux de la jeune Poufsouffle. Ethan semblait sortir cette histoire du plus profond de son être, accompagnée de tout le chagrin et le désespoir qu'il avait dû refouler pendant si longtemps.

Après avoir tout raconté, Ethan se laissa tomber au sol et pleura amèrement. Cependant, Cheryl ne s'était pas attendue à ce genre d'histoire : comme Ethan n'avait cessé de répéter depuis le début qu'il l'avait tuée, elle avait pris la chose au pied de la lettre, pensant qu'il avait commis un crime passionnel. Mais ce n'était pas le cas ! Ils avaient seulement été attaqués et il n'avait pas pu la défendre. C'était tragique, mais ce n'était pas sa faute.

La jeune fille se baissa doucement et s'assit à côté du jeune homme, ignorant les fientes de hiboux et la poussière qui s'amassaient sur le sol. Elle essuya légèrement les larmes qui perlaient aux coins de ses yeux, renifla et se décida enfin à parler : //

- Ecoute, ce n'est pas de ta faute. Je pensais que... que... mais non, tu n'as pas à te sentir coupable ! Tu t'es défendu bravement et tu n'as rien pu faire, n'importe qui se serait retrouvé paralysé dans une telle situation...

// Elle avait l'espoir d'alléger les souffrances du jeune homme en le déchargeant de cette responsabilité qu'il avait endossée lui-même alors qu'elle n'était pas légitime. //


Couleurs utilisées dans ce message : #463F32, #990170
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 1828
Guilde : Les Tourneurs de pages
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Lun. 22 Aoû 2016, 22:04  Répondre en citant

//Perdu dans sa douleur, les yeux brûlants et le visage ravagé de ses larmes qui goutte à goutte tombaient sur le sol, Ethan sentit cependant que la jeune fille brune, troublée, s'assit à ses côtés, dans la poussière et la saleté de la volière.

Il en fut surpris. Et ce qu'elle lui dit le surpris encore, interrompant presque ses larmes qu'il ne parvenait plus à retenir.//

- Écoute, ce n'est pas de ta faute. Je pensais que... que... mais non, tu n'as pas à te sentir coupable ! Tu t'es défendu bravement et tu n'as rien pu faire, n'importe qui se serait retrouvé paralysé dans une telle situation...


//Un instant il ne sut que dire. Son cerveau embrouillé par la souffrance finit par analyser les mots de Cheryl, et les larmes d'Ethan cessèrent de couler, ne laissant que la douleur. Il eut un rictus amer.//

- Je n'ai rien fait. Je n'ai rien pu faire. Je compte pourtant parmi les meilleurs en arts martiaux. Je suis sorcier et eux moldus. J'aimais cette fille plus que tout et eux la détestait. Mais j'avais plus d'arrogance et d'estime de moi qu'eux tous réunis. Et les deux seuls domaines où j'exellais vraiment m'ont perdu. Je les ai provoqués, je voulais montrer à Élia qu'on était plus forts qu'eux, plus forts que tout. Et qu'est-ce que j'ai gagné ? Elle est morte ! Morte, tuée, violée par ma faute, par la faute de mon arrogance. Et regarde-moi maintenant. Je ne suis plus qu'une loque, brisé de l'intérieur, seulement plus bon qu'à la douleur et à la colère. Elle a perdu sa vie et son avenie et à emporté tout ce que j'avais avec elle.

//Alors que le jeune homme lâchait enfin tout ce qu'il avait sur le cœur depuis tant de temps, il sentit encore la rage, cette nouvelle amie qu'il côtoyait si souvent désormais, monter en lui. Il tenta de la contenir, de se maîtriser. Mais la colère montait, la rage faisait gronder sa voix sans qu'il le veuille, il sentait ses entrailles bouillir. Il ne pouvait plus rien choisir, il ne se sentait plus maître de lui. Comme si Ethan, celui qu'il était, avait disparu, avalé par autre chose.

La vérité était qu'il n'en pouvait plus. Il n'en pouvait plus de cette souffrance, cette peine. Et cette douleur lui donnait tant de colère, une haine qui le dévorait, petit à petit. Et Ethan, malgré tous les coups qu'il avait appris, malgré son excellence en combat, ne savait battre cet ennemi là. Contre la colère, il perdait toutes les batailles.

Son incapacité à affronter ses sentiments, son incapacité à sauver Élia, sa fragilité, le fait qu'il ait tout raconté à une inconnue, qu'il se soit dévoilé de cette manière, pire laissé toucher ! Jamais personne ne le touchait. Jamais. Il avait horreur de ça. Jamais il ne disait plus d'une dizaine de mots d'affilé. Jamais il ne parlait de lui.

Et cette jeune fille, de par cette effrayante ressemblance avec Élia, avait abattu toutes les maigres barrières qu'il maintenait tant bien que mal depuis quelques temps. A présent il n'avait plus rien. Le cœur à nu, il se sentait plus vulnérable que jamais. Et il détestait ça, oh qu'il détestait cette sensation de fragilité, d'impuissance contre lui-même.

Comme il se détestait, lui, d'être si fragile, si incapable de se contrôler. Incapable d'oublier, de pardonner, de se calmer, de parler, de sourire. Incapable de ressentir autre chose que la colère, la souffrance, colère, souffrance. Amertume. Dégoût.//

- Tu pourra me dire tout ce que tu veux, rien ne pourra me pardonner. Je me hais. Moi. C'est à peine si j'en veux plus à ces moldus que je m'en veux à moi. Si tu savais cette haine, ce dégoût de moi-même. Et contre ça il n'y a pas de solutions.

//Il se remit debout, et regardant de nouveau vers l'horizon, se mit à réfléchir. Il avait compris qu'il était à un point de non retour. Et il réfléchissait. Il réfléchissait à une solution. Car il savait bien qu'il ne pouvait plus continuer à vivre comme cela, instable, sans rien contrôler, sans être lui-même. Et il savait également qu'il ne pourrait trouver sa solution que par lui-même, et que toute l'aide qu'on lui apporterait ne le ferait que se détester davantage.

Rageusement, il fit quelques pas, s'arrêta le temps de lancer un dernier regard à Cheryl, puis sortit de la Tour, sans saluer la jeune fille, et sans savoir où il irait ensuite. Il ne parvenait plus à rester là, face à cette réplique de celle qui lui causait tant de souffrances.

Il n'y parvenait plus.//

[RP terminé]


Dernière édition effectuée par Nighty (Mar. 27 Déc 2016, 21:17) ; édité 1 fois

Couleurs utilisées dans ce message : #990170, #463F32
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Team RP
Gagnante du jeu de l'oie


Messages : 7685
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Lun. 25 Juin 2018, 11:22  Répondre en citant

[RP unique de Katleen Makerley (Katleen Makerley) - participation event]




// Katleen n'était pas abonnée à la Gazette du Sorcier, mais avait toujours pris l'habitude depuis sa première année d'aller récupérer un exemplaire abandonné dans l'antre des hiboux. Les oiseaux avaient pour mission de livrer des journaux propres et non ou peu abîmés et devaient garder ceux qui étaient usés.

C'est ainsi que la Poufsouffle, adossée au mur intérieur de la volière et entourée d'hiboux et de chouettes en tous genres, fut offusquée en lisant une rumeur sur Zaac et elle. Qui avait donc bien pu la lancer ? Les faire croire séparés était très ingénieux, étant donné que le rouge et or ne laissait pas indifférente beaucoup de jeunes femmes au château. Ce n'était pas la première fois qu'elle découvrait des potins sur leur couple et elle était tout aussi énervée, voire plus, que cette fois où elle avait vu cela dans les locaux de la Gazette de Poudlard.

Cette fois, le monde sorcier britannique pouvait en apprendre plus sur son histoire d'amour avec Isaac et ça ne lui convenait pas du tout. Elle imaginait déjà ses frères en train de préparer un coup monté contre le Gryffondor alors que celui-ci n'avait rien fait.

Qui avait donc bien pu écrire ceci ? Une élève qui avait des vues sur l'aîné Tremblay ? Ou quelqu'un qui aimait tout simplement répandre des rumeurs ?

La préfète-en-chef décida d'écrire un courrier à la Gazette et de s'insurger. Non mais pour qui se prenaient-ils ?! C'était une chose de s'immiscer dans les histoires de cœur de personnages politiques, mais c'en était une autre de faire de même avec deux élèves de Poudlard qui n'avaient rien demandé à personne si ce n'était de les laisser tranquilles !

Elle fouilla dans son sac à la recherche de sa plume, d'encre et d'un bout de parchemin et commença la rédaction de sa plainte.

Citation :
Au rédacteur en chef de la Gazette du Sorcier


Je suis outrée par les propos que vous tenez dans votre rubrique Ragots sur les sorciers les moins connus du monde magique. Ne vous rendez-vous pas compte du mal que vous pourriez faire à ceux dont vous parlez ?

Vos rumeurs sont toutes plus fausses les unes que les autres et je ne comprends pas pourquoi vous avez lancé tout cela. Peut-être que votre misérable petite vie ne vous convient pas alors vous avez décidé de pourrir celle des autres.


Elle réfléchit un instant à ce qu'elle pourrait écrire ensuite, quand un garçon entra dans la volière. La pièce était assez étroite et il se retrouva face à Katleen sans l'avoir cherché. Celle-ci le détailla un instant : très petit, les yeux et cheveux bruns, il avait une bouille d'enfant malicieux. La jaune et noire le reconnut immédiatement. C'est lui qui vendait les exemplaires de la Gazette du Sorcier chaque matin dans la Grande Salle.

Elle se releva et le domina de toute sa hauteur. //

- Toi, l'accusa-t-elle en le pointant du doigt, tu sais qui as écrit ces débilités ?

// Elle était énervée contre le monde entier et elle avait beau savoir que ce n'était pas le gosse qui avait rédigé tout ça, elle ne pouvait s'empêcher de lui en vouloir pour avoir diffusé toutes ces rumeurs via la Gazette.

Elle inspira et expira profondément afin de se calmer et reprit d'un ton plus tranquille : //

- Qui te paie pour diffuser ces rumeurs ? Ça doit bien être quelqu'un de Poudlard qui fait le messager entre les locaux de la Gazette à Londres et la réception ici.

// Dans tous les cas, la Poufsouffle comptait bien aller régler son compte à la personne en question. Il ne servait à rien de se défouler sur Denis Stetson, il n'était qu'un distributeur de journaux après tout.

Elle le remercia succinctement pour ses réponses et finit d'écrire la fin de sa plainte.

Citation :
Je vais monter un groupe qui vous emmènera en justice si vous continuez de diffuser ses rumeurs contre notre bon-vouloir.

J'espère que vous comprendrez bien le message,

Une élève de Poudlard


La jaune et noire préférait garder son anonymat pour éviter d'essuyer de nouvelles rumeurs idiotes et fausses sur elle.

Elle choisit un hibou qui serait rapide pour déposer son courrier à la rédaction de cette presse nationale, puis attacha le parchemin à sa patte avant de quitter la volière, très remontée contre ce journal. //

[HRP : les deux conditions remplies sont : interagir avec Denis Stetson, et lui poser jusqu’à trois questions et s’insurger contre la Gazette du Sorcier]


Couleurs utilisées dans ce message : #FCD21C
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur
Montrer les messages depuis:   
Page: <--  1 ... 13, 14, 15, 16, 17  -->
   Répondre au sujet    Forum >> La Volière
Page 16 sur 17