Hiboux Nomade Notes
★ Participez aux animations des 10 ans de Mana ! ★ Les Animaux Fantastiques arrivent sur Mana ! ★
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


Infirmerie

Page: <--  1, 2, 3, 4, 5 ... 20  -->
   Répondre au sujet   Forum >> Les Étages
Auteur Message
Emy Looney

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 16 Jan 2011, 13:15  Répondre en citant

    // Emy venait à peine de revenir de Londres, pendant tout le voyage retour, un sourire inhabituel avait éclairé son visage, attirant sur elle des regards curieux, voir intéressés qu'elle avait superbement ignoré à son habitude. Seul comptait le fait qu'elle ne reverrait plus jamais son tuteur ainsi que la maison de briques rouges. Et ce fut perdu dans ses pensées tournées vers le futur qu'elle franchit à nouveau les grilles de Poudlard, traînant derrière elle sa lourde valise. Elle se devait juste de renvoyer la lettre à l'orphelinat et elle serait alors en mesure de vivre comme bon lui semblait. Mais la bonne humeur fut de courte durée, car à peine fut-elle de retour qu'elle se prit les pieds dans un objet non identifié, et alors qu'Emy se ramassait superbement, un rire retentit plus loin, ainsi qu'un bruit de fuite. //

    ** J'espère pour toi que je ne découvrirais jamais qui tu es, sinon signe ton arrêt de mort de suite. **

    // Elle se releva tant bien que mal, lâchant un juron lorsque son genou lâcha sous son poids en même temps qu'une vague de douleur la submergeait. Emy se laissa tomber sur sa valise, et jeta un coup d'oeil à sa jambe. Elle grimaça en découvrant la tâche rouge qui s'élargissait sur son jean préféré. On pouvait dire que sa nouvelle vie commençait bien ! Elle se mordit la lèvre inférieur tandis que ses doigts cherchaient les bords de la plaie, à vrai dire, elle avait une forte envie de rire, pour une raison qui lui échappait. Une nouvelle grimace déforma son visage lorsqu'elle découvrit la profondeur de la blessure. Super ! Elle avait dut s'empaler sur un silex qui traînait par ici. Emy soupira tandis qu'elle sortait sa baguette de sa botte, seule endroit ou elle avait put la ranger sans risquer de la dégainer face aux gestes violents que son tuteur aurait put avoir à son encontre et se relevant tant bien que mal téléporta sa valise dans sa chambre. Débarrassée de ça, elle put se rendre à l'infirmerie, malgré le dégoût que lui inspirait ce lieu. //

    ** Mais oui, et si ça continue je vais finir par aller vivre à nouveau avec mon tuteur ! **

    // Elle frissonna à cette simple idée, et passa les portes du château en boitant, tentant tant bien que mal de garder une once de fierté en fusillant ceux qui osaient poser un regard curieux, ou même apitoyé sur elle. Emy était loin d'être de ceux qui se laissaient aider en souriant pour remercier le chevalier servant. Un spasme la parcourut rien qu'en imaginant la scène, et elle préféra se concentrer sur la montée des marches. Ce fut donc une bonne dizaine de minutes plus tard qu'elle passa les portes de l'infirmerie qu'elle trouva... Surpeuplée. Elle adressa un signe de la main ainsi qu'un vague sourire à sa meilleure amie, dont la présence ici l'inquiétait quelque peu, ainsi qu'un hochement de tête au garçon qu'elle n'avait encore jamais croisé qui se trouvait également ici. La préfète s'installa dans un lit encore vide à coté de Zougui, et releva la jambe du jean afin de dévoiler la blessure à l'infirmière qui c'était approchée. La PeC grimaça, c'était encore pire que ce qu'elle croyait, et le sang continuait à s'écouler rapidement. Lançant un regard d'avertissement lorsque cette dernière fit mine de la toucher, Emy replaça sa jambe loin de la main tendue. //

    - Je suis tombée sur une branche ou un silex, aucune idée, j'ai juste besoin d'un truc pour refermer... ça.

    - Et à ta main tu as fait quoi ?

    // Référence à la cicatrice blanche bien visible sur sa peau rosée. La Poufsouffle tira aussitôt sa manche pour la dissimuler. Ce n'était pas sa seule cicatrice, mais de loin celle qui la dérangeait le plus. Le regard noir qu'Emy lança à l'infirmière fut la seule réponse à sa question, et n'attendant pas son reste, cette dernière partit chercher ce qu'il fallait. Relevant alors la tête pour regarder les autres blessés, la jeune fille haussa les sourcils, perplexe. //

    ** On peut dire que ce n'est pas le jour de chance de tout le monde aujourd'hui... **


Couleurs utilisées dans ce message : #223645, #A0522D
Loukass

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 16 Jan 2011, 13:30  Répondre en citant

// Qui aurait cru que tant de marche séparait la salle commune de Serdaigle jusqu'au 7eme étages... Franck en aurait compté 5, son corps lui en a compté plus d'une vingtaine, lui qui était rarement en position de faiblesse cette chute ne l'avais pas épargné... Alors qu'il était tranquillement dans sa salle commune a lire un glossaire de sortilèges son bras se mis a chauffer, il le regarda, c'était le bracelet en lierre, il avait changer de couleur et chauffais de plus en plus fort... //

- Ryô... Il est en danger!


// Il se leva en trombe enfila sa cape trop grande et s'élança a sa recherche
mais il savait qu'il aurait du faire tailler sa cape sur mesure, s'élançant vers les escaliers, il se prit les pieds dedans et chuta lamentablement, son bras gauche avait pris un sacré choc et il lui faisait horriblement mal, sans parler de ses genoux ensanglanté et de sa cape déchirée en son milieu, si personne n'avais vu la scène on aurait pu prendre Franck pour un combattant qui avait perdu un duel, mais il avait servis d'attraction pour quelques Gryffondor au seuil du 7eme étage...

Franck tenta de se relever et de faire comme si de rien n'était mais une intense douleur dans le bras gauche lui arracha un gémissement... Il peina a se remettre debout s'aidant des rambardes et de son bras droit indemne... Il arriva au bout d'une dizaine de minute au premier étage et passa la lourde porte de l'infirmerie, son teint s’était assombris, ses cheveux en bataille qu'il n'avais pas pris la peine de recoiffer après sa chute, il ne pris pas le temps de regarder les lits, il s'assit sur un d'entre eux, l'infirmière arriva et pour le rassurer ne sut lui dire que : //

- Aaaah pour être cassé, il est cassé!


** Waah elle a fait combien d'année d'étude pour me dire une chose que je savais déjà... **


// Franck était incapable de bouger son bras depuis sa chute il avait bien compris que il y avais un problème! //

- Je vais aller vous chercher de la crème, elle devrait vous réparer en deux temps trois mouvements...

** Tant que l'on y est tu a qu'a me lancer un Reparo hein! **


// Franck se contentait de hocher la tête, il avait les nerfs a vif! Il avait mal et en plus avais honte de sa chute, il observa les lits a ses côtés, a sa gauche deux jeunes filles, il reconnu l'un d'entre elle, préfète de sa maison elle l'avait secouru lors d'une nuit hivernale et a sa droite il vit un visage légèrement brulé et reconnu. //

- Ryô?! Ça y est je t'ai trouvé...


// Franck était soulagé... //


Couleurs utilisées dans ce message : brown, #A0522D
Zougui Akane

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 16 Jan 2011, 14:45  Répondre en citant

// Zougui finit d'étaler la crème avec un soupir. Elle avait gaspillé du temps pour ça, et en plus si elle voulait que ça s'arrête il fallait qu'elle aille à l'hôpital Sainte Mangouste. Or, le seul hôpital dans lequel elle était jamais allée lui avait laissé un souvenir impérissable. Un très mauvais souvenir. Machinalement, sa main se crispa cette fois-ci sur la partie droite de son ventre, où zigzaguait une cicatrice qui s'étalait du haut de sa cuisse jusqu'au-dessous de sa poitrine. Les gens n'aiment pas ceux qui sont différents d'eux. Ils les appellent "les fous" et les rassemblent ensemble dans ces bâtiments que l'on appelle "hôpitaux" mais qui n'est qu'une simple porte pour l'Enfer. Elle n'aurait jamais du y atterrir mais pourtant ils avaient osé l'y envoyer. Zougui se souvint du sourire méprisant qu'elle avait arboré lorsqu'on lui avait annoncé. Ils avaient juste peur d'elle. Parce qu'ils ne la comprenaient pas.
Pensive, elle referma le tube de crème avant de le reposer sur la table de chevet. Elle leva alors la tête et aperçut la personne qui était entrée dans l'infirmerie juste après elle. Elle arqua brièvement un sourcil en apercevant son visage clairement asiatique... sous les brûlures et les bleus qui marbraient son corps. Visiblement, la journée avait mal commencé pour lui. Elle se souvint alors d'une discussion de deux filles dans la salle commune qui parlaient d'un étudiant japonais arrivé en cours d'année... La préfète avait tendu l'oreille : les élèves asiatiques n'étaient pas courant au château. Puis, à son habitude, elle s'était vite désintéressée de la conversation.
Tout en refermant sa chemise sur les hideuses blessures qu'elle cachait, elle repensait à sa mère. Bien que Zougui lui ressemblait beaucoup, ses origines japonaises n'étaient pas très visibles mis à part ses yeux légèrement en amande. De plus, elle n'avait jamais apprit le japonais, elle connaissait juste quelques mots par coïncidence. Parfois elle se demandait si elle pouvait avoir de la famille là-bas. Mais somme toute, ça ne l'intéressait pas vraiment. Alors qu'elle refermait le dernier bouton, et qu'elle avait complètement oublié la présence de l'autre étudiant, la porte s'ouvrit à nouveau, faisant bondir l'infirmière. //

** Ben c'est le défilé aujourd'hui, ils se sont tous donnés rendez-vous pour se casser la figure ou quoi ? **

// Mais cette pensée disparut vite à la vue de la nouvelle arrivante, qui n'était autre qu'Emy. Une vague lueur inquiète se lut dans le regard de celle-ci mais la serdaigloise lui adressa un sourire pour la rassurer. Après tout, sa situation n'était pas si grave. Du moins pour l'instant. Par contre, celle de la préfète-en-chef semblait l'être : son jean était tâché de sang à la hauteur du genou et la plaie paraissait profonde. Zougui se tourna vers elle et laissa échapper un ricanement qu'elle dissimula sous une toux factice quand son amie repoussa l'infirmière qui voulait tâter la blessure. Visiblement, c'était pas la journée de la jeune femme non plus. Alors que cette derrière repartait, la préfète prit la parole : //

- Toi aussi tu t'es sentie obligée de visiter l'infirmerie pour la première fois depuis ton entrée à Poudlard ? plaisanta-t-elle avant de désigner la valise posée à côté du lit d'Emy. Tu déménages ?

// La porte de l'infirmerie s'ouvrit une nouvelle fois (plus on est de fous plus on rit, c'est bien connu) sur un serdaiglois que Zougui avait déjà croisé une ou deux fois et qui ne semblait pas être en meilleur état que les autres. En fait, c'était Zougui qui paraissait la plus en forme. Son condisciple se fit lui aussi ausculter et il apostropha l'étudiant asiatique avec comme une pointe de soulagement dans la voix. Gardant un visage impassible devant ces effusions d'amitié, la jeune fille reporta son attention sur la préfète-en-chef. //


Couleurs utilisées dans ce message : #4B0082
Ryo

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 16 Jan 2011, 15:06  Répondre en citant

// Ryô n'était pas d'un naturel très patient. Du coup, il s'énervait vite, souvent. Ceux qui le connaissaient bien savaient passer sur ces choses, le laissant aller, mais sans pour autant se laisser marcher dessus. Et aujourd'hui, c'était le cas. Ryô était vraiment mécontent, les bras croisés sur le lit blanc, la mine renfrognée, attendant que ses quelques os brisés soient réparés. Et rapidement. Sinon, il allait exploser. Parce que Ryô avait horreur de rester assis sans rien faire. Il fallait toujours qu'il bouge, qu'il fasse quelque chose. Mais certainement pas rester... sans rien faire, et attendre, perdre son temps. Surtout qu'il aurait plutôt voulu passer deux heures de son temps sur tous les cours à traduire qu'il avait, en plus de se donner à ses entraînements quotidiens.

Soupirant de lassitude, il sortit de sa poche son petit traducteur, et se mit déjà à consulter toute la liste des sorts en anglais, en les mémorisant, se les imaginant, puisque pour le moment, il ne pouvait pas s'y entraîner. Au moins, ça l'occupait, ça lui faisait déjà UN PEU oublier qu'il était coincé là. En plus qu'il n'aimait pas tout ce qui était "centre médicaux". ça lui rappelait affreusement la dernière fois où il y avait été. Et sincèrement, se réveiller d'un coma dans un hôpital, ce n'était franchement pas très rassurant... car on y était forcément désorienté. Ce jour-là, Ryô s'en souvenait comme si c'était hier, encore, et il essayait de ne plus y penser, mais avec une ambiance pareille, c'était rude. Alors du coup, il se forçait à bosser encore à côté.

La porte grinça de nouveau, une jeune fille en mauvais état arriva. Elle envoya bouler l'infirmière, avant de s'installer à côté de l'étudiante qui était déjà là. Elles devaient se connaître, car aussitôt, la première se mit à parler à l'autre. Ryô se retrancha, n'osant pas dire un seul mot, se forçant à attendre son tour, se forçant aussi à se replonger dans son travail, mais la porte grinça de nouveau. N'osant pas lever le regard tant il avait honte, Ryô ne s'aperçut pas de l'identité du nouveau venu. Il sentit d'ailleurs cette présence se placer à côté de lui, et une voix lui faire : //

- Ryô ?! Ca y est je t'ai trouvé...

** Franck ??!! **

// Ryô se sentait tellement embarrassé que l'idée de savoir qu'une personne qu'il connaissait, à peine ou pas, puisse le voir dans cette situation qu'il trouvait absolument stupide, ça le faisait paniquer, n'arrangeant pas sa gêne. Là, de nouveau, il aurait bien voulu se rendre invisible. Remonter le temps. Pour tout recommencer. Sans bavure.

Mais ne pouvant laisser l'autre sans réponse, Ryô prit son courage à deux mains, et encore, se força à se redresser un peu, pour pouvoir tourner la tête vers Franck en lui offrant un large sourire que Ryô trouva parfaitement stupide tant il trouvait son nouvel air niais, en lui envoyant, d'une voix très mal assurée : //

- Oooh, tiens, Franck ! Comment ça va, depuis hier ? Pas trop de mal, j'espère, hein ?

// Là, il se sentit encore plus stupide, mais bon, dans ce genre de situation, Ryô ne contrôlait absolument PLUS RIEN, il improvisait maladroitement, mais dans ces cas-là, sa voixle trahissait toujours, il voulait vraiment devenir invisible, là. //


Couleurs utilisées dans ce message : brown, indigo
Emy Looney

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 16 Jan 2011, 16:11  Répondre en citant

    // Le regard de la jeune fille errait toujours dans la pièce, s'arrêtant parfois sur le garçon asiatique à l'autre bout de la pièce, mais toujours de manière discrète. Emy avait à peine était surprise en le découvrant, pourtant ce n'était pas tous les jours que l'on découvrait un étudiant étranger. On avait dut lui en parler, la concierge peut-être... Après plusieurs tentatives qui n'aboutirent à aucun résultat, la préfète abandonna finalement. Il était là, ça ne la surprenait pas, point final. Il n'y avait pas de quoi en faire un casse tête chinois. La porte de l'infirmerie s'ouvrit une nouvelle fois, faisant sursauter la jeune fille qui grimaça lorsque la douleur de son genou se fit à nouveau connaître. Tant que le membre était immobilisé il n'y avait pas de soucis, la Poufsouffle réussissait à gérer la douleur en l'acceptant, elle avait l'habitude, mais dés qu'il fallait le mobiliser... Là c'était une autre paire de manche. Ce fut la raison pour laquelle Emy lança un regard noir au nouvel arrivant, qui avait l'air de s'être fracturé le bras. C'était bien elle ça, se retrouver à l'infirmerie le jour ou la déveine s'abattait sur tout ceux qu'elle croisait. Heureusement que Zougui était là ! Cette dernière l'apostropha d'ailleurs tandis que l'infirmière cherchait de quoi soulager la préfète. //

    - Oui, quoique je m'en serais bien passé, mais apparemment, cette broutille mérite un minimum d'attention.

    // Elle désigna d'un signe de tête la blessure qu'elle compressait à l'aide de sa main. Si encore elle savait précisément ce qui en était la cause... Mais non bien sur, elle n'avait même pas put déterminer si c'était un caillou une branche ou autre... Elle soupira avant de porter son attention sur sa valise. Emy faillit porter sa main ensanglantée pour la passer dans ses cheveux avant de se rendre compte que cela serait une erreur. Elle se contenta donc de la reposer sur son genoux et de répondre dans un chuchotement. //

    - Oui, l'orphelinat m'a envoyée une lettre l'autre jour, tu vas donc être la première à savoir que je suis définitivement majeure, et débarrassé à jamais de mon tuteur !


    // Un réel sourire apparut sur les lèvres de Emy, qui n'en revenait toujours pas. Sourire qui disparu instantanément lorsque l'infirmière ôta la main de la jeune fille de sa plaie. Aussitôt Emy se recula, tandis que ses oreilles de chat se plaquaient sur son crâne. Oreilles de chat ?! La jeune fille réprima un cri et plaqua son bras sur sa tête pour les dissimuler. La majorité et les inconvénients qu'ils entrainaient sur son don. Elle adressa un énième regard noir à l'infirmière qui avait pâlit. //

    - Merci, je vais me débrouiller seule, cracha-t-elle furieuse.

    // La jeune femme ne ce fit pas prier pour aller consulter le dernier patient qui lui était parvenu. Avec un soupir qui avait pour but de lui faire reprendre son calme, Emy retira prudemment son bras de sa tête, s'assurant que ses oreilles de chat avaient disparues avant d'ouvrir la pommade que l'infirmière lui avait apporter. Un désinfectant. Super, et comment elle arrêtait le saignement à part ça ? Emy poussa un énième soupir avant d'appliquer la pommade sur sa blessure en réprimant une grimace, et interrogea son amie. //

    - Et toi alors, tu es venu pour quoi ?


Couleurs utilisées dans ce message : #223645
Loukass

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 16 Jan 2011, 21:56  Répondre en citant

// Franck attendais la fameuse crème, celle qui était censé le guérir sur le coup! celle qui allais réparer son bras en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire! Par contre une ambiance glaciale s'était installé dans l'infirmerie et Franck avec son tact naturel ne pu s'empêcher de dire haut et fort. //

- Sale journée pour vous aussi mesdemoiselles?


// Si une chose était sure c'est que Franck n'a jamais su quoi dire et comment le dire, il est écrit nulle part comment briser la glace dans une infirmerie, même dans le dernier tome de "La sociabilité pour les Nuls". En tout cas l'infirmière en a pris pour son grade... a voir de quelle façon les deux jeunes filles l'ont repoussé on a vite fais de comprendre que c'est pas son jour a elle non plus. //

- Oooh, tiens, Franck ! Comment ça va, depuis hier ? Pas trop de mal, j'espère, hein ?


- Noooon Ryô juste le bras cassé, la routine quoi! Et toi tu a quoi aujourd'hui? une rupture de la colonne vertébrale?


// Franck se mit a rire... Même si son humour était vraiment... Primaire. Le bras de Franck avait gonflé et c'était pas un bon signe pour son rétablissement, Et au moment ou il l'attendait le moins l'infirmière gambada gaiement vers son lit, un tube de crème en main. //

** Enfin la fin de ma souffrance! **


- Voila à appliquer tout les jours après chaque repas sur votre bras jusqu'à disparition de la douleur.

// Elle lui tendit le tube, il le prit en main et lut : //

- Arnicagel!

// C’était pas une formule magique miracle mais bien le nom de la crème a l'arnica que l'infirmière lui avait donné... //

** Super! pendant un an je vais me tartiner le bras après les repas! Youpi ! **


Couleurs utilisées dans ce message : brown, indigo, #A0522D
Zougui Akane

Ancien(ne)





MessageDate du message: Lun. 17 Jan 2011, 21:18  Répondre en citant

// Tandis que les deux garçons à l'autre bout de la pièce engageaient la conversation, Zougui afficha une grimace à la vue du genou ensanglanté d'Emy. Mais celle-ci lui annonça ensuite qu'elle était enfin libérée de son tuteur, ce qui remplaça la moue par un sourire lumineux. //

- Sérieux ?? Débarrassée à jamais ? Mais c'est super !

// La jeune fille se réjouissait sincèrement pour son amie : elle avait tellement subi d'injustices et de mauvais traitements chez lui que la nouvelle sonnait comme une délivrance inespérée. Son regard émeraude retomba sur la valise au pied du lit, avant de se reporter sur la Poufsouffle. //

- En tout cas, si tu herches où loger... tu sais où aller...

// Un fin sourire se dessina sur les lèvres de Zougui tandis que sa tête se remplissait de projets. Sa tante l'avait d'ores et déjà prévenue qu'elle serait absente une bonne partie des prochaines vacances, et la préfète se retrouverait une fois de plus seule. Non pas que la solitude la dérangeait, bien au contraire, mais la compagnie d'une de ses meilleures amies était toujours plus que la bienvenue. Profitant du retour de l'infirmière, qui ne tarda pas à se refaire envoyer dans les roses par Emy, la serdaigloise prit le tube de crème pour les brûlures et le rangea habilement dans son sac. Peut-être que ça l'aiderait à supporter la douleur et qu'elle n'aurait pas besoin d'aller à l'hôpital. Elle se retourna comme si de rien n'était vers la Préfète-en-Chef qui étalait une pommade sur son genou, arborant avec évidence une moue exaspérée. //

- Et toi alors, tu es venu pour quoi ?

// Le coeur de Zougui rata un battement tandis qu'elle réfléchissait à toute vitesse. Ses amies étaient les seules personnes avec qui elle partageait tout, et elle détestait leur mentir ou leur garder un secret. Mais si Emy venait à apprendre sa condition, l'obligerait-elle à se rendre à Sainte Mangouste ou comprendrait-elle son aversion pour les hôpitaux ? Son amie était bien sûr au courant des moindres détails de son histoire (sauf à propos de sa soeur jumelle) et concevait habituellement parfaitement ses sentiments mais si sa santé était en danger, comment réagirait-elle... //

- Sale journée pour vous aussi mesdemoiselles ?

// La voix qu'elle reconnut comme celle de son condisciple interrompit Zougui dans ses méditations, ce qui l'arrangeait bien d'ailleurs, et elle ne put s'empêcher de répliquer ironiquement en tournant vers lui son visage sans émotion. //

- Non pas du tout, on pète la forme, c'est pour ça qu'on est là !

//Elle attendit de se retourner vers Emy pour lever les yeux au ciel. Elle ne pouvait vraiment pas lui mentir. Rien que garder le secret à propos de sa soeur était insupportable. La jeune fille adopta donc une demi-vérité//

- Ma brûlure s'est irritée et j'avais des démangeaisons... murmura-t-elle en passant ses doigts sur l'ancienne blessure. S'apercevant du regard inquiet de son amie, elle rajouta avec un sourire. Mais t'inquiète pas, l'infirmière m'a passé une crème, ça devrait s'arranger.

// Elle ne voulait pas aller à l'hôpital. Et par-dessus tout, elle ne voulait pas inquiéter Emy. //


Couleurs utilisées dans ce message : #4B0082, #223645, #A0522D, indigo
Ryo

Ancien(ne)





MessageDate du message: Lun. 17 Jan 2011, 21:49  Répondre en citant

- Noooon Ryô juste le bras cassé, la routine quoi! Et toi tu a quoi aujourd'hui? une rupture de la colonne vertébrale?

- Ah ah, ah ah ! T'es fou ou quoi ? Si je me blesse là, je ne pourrais plus jamais pratiquer les arts martiaux ! Tu veux ma mort, ou quoi ? ironisa Ryô dont la sale humeur ressurgissait tout à coup, avant de répliquer, exaspéré : Sûrement pas ! Il est hors de question que je reste cloué là ! Je me sens SUPER bien ! D'toute façon, c'est déjà guéri, allez, j'ai autre chose à faire que de perdre mon temps ici !

// Il y avait un peu de vrai, mais bon, il appréhendait toujours ce genre d'endroit aussi. Et comme pour faire genre, Ryô... se leva carrément. De suite, il sauta à terre, mais au moment où son pied droit toucha le sol, un bruit sinistre se fit entendre pendant que le visage de Ryô se transformait en une magnifique grimace de douleur : //

- WAYAYAÏE !!! lâcha-t-il bien malgré-lui, avant de s'écraser lamentablement sur le sol avec fracas.

// Après quelques secondes, encore plus énervé, Ryô releva un bras vers le lit où il s'était installé, agrippa ce qu'il put pour pouvoir s'aider à se relever, défiant du regard quiconque à faire un commentaire, attitude qu'il avait toujours quand il avait honte, si bien qu'il envoya à Franck : //

- Et toi, rigole pas ! J't'ai dit la vérité, ça va...super bien ! Je n'ai jamais été aussi bien de ma vie !

// Énervé, il fut coupé par l'infirmière qui revenait avec une potion spécifique, et qui en gros le regardait du genre "si tu continues comme ça, ça guérira encore plus lentement". Ryô saisit le flacon et la vida d'un trait pendant que la bonne femme s'occupait des autres.

Reposant le flacon, Ryô prit un de ses faux grands airs et envoya : //

- Tss, tu parles, avec tous vos trucs magiques, c'est déjà guéri ! Maintenant, au boulot !

// Et, étant du genre testard en plus d'être borné, Ryô se leva de nouveau comme si de rien n'était, prêt à s'en aller de cet endroit dans lequel il n'avait aucune envie d'y passer la nuit parce que ça lui faisait remonter trop de mauvais souvenirs, chose qu'il dissimulait plutôt bien, se faisant du coup passer pour la tête brûlée de service, Ryô se remit de nouveau debout pour partir, sauf que la même scène recommença : visage soudainement déformé par un éclair de douleur tout en lâchant bien malgré-lui un : //

- WAYAÏE !!

// ... avant de trébucher de nouveau lourdement sur le sol. Et attirée par tout ce remue-ménage que Ryô était capable de faire à lui tout seul, lui ordonnait de rester un tant soi peu tranquille. Et parce qu'elle faisait partie de l'administration, Ryô se RETINT de lui dire ce qu'il pensait clairement. En refusant toute aide pour se relever (après tout, il était bien arrivé de la Volière à ici avec sa cheville cassée, hein !) et se poser de nouveau sur le lit blanc, évitant le moindre regard tant il se sentait honteux. Il jura, dans sa langue natale vu qu'il ne connaissait pas encore de juron en anglais approprié à sa situation. Enfin, vu la manière de le dire, inutile d'avoir la traduction, on comprenait immédiatement son agacement.

Croisant les bras, il n'avait plus qu'à attendre ce qu'il détestait faire...attendre. Patienter. Sans rien faire. Ryô étant souvent un nerveux de première, on put du coup distinguer au bout de ses bras croisés, la mine renfrognée, ses doigts bouger un peu malgré-lui, tapotant distraitement les manches de sa tenue du Sorcier.

Pendant que Franck s'adressait aux filles. L'une des deux répondit, Ryô constata alors qu'ils devaient se connaître au moins un peu. Et se demanda de nouveau ce qu'il pourrait bien faire, là, car il commençait déjà à s'ennuyer fermement, tel un animal qu'on aurait enfermé dans une cage. Ryô était comme ça. Dès que ses mouvements étaient entravés, il s'énervait pour tout et rien, il enrageait, n'arrivait pas à faire passer le temps, non, rester assis sans rien faire, surtout dans un lieu médical, non, ce n'était vraiment pas son truc. Et, vraiment borné, il était déjà en train de préparer mentalement dans sa tête un moyen de partir d'ici pendant la nuit... //

** Et Franck est blessé, en plus, alors non, RIEN NE VA PLUS !!! ** rumina-t-il dans ses sombres pensées.

// Dans on état, il était même en train d'aller jusqu'à se dire que si jamais il attrapait la personne qui lui avait fait du mal, cette personne avait tout intérêt à ne pas croiser son chemin... mais tout ça, Ryô se le garda pour lui. Idée idiote car à force de ne rien dire et de se retrancher, très souvent, forcément, ça amenait les gens à très mal interpréter ses différentes réactions... //

** Et puis c'est vrai, je vais PARFAITEMENT bien, le pire, je suis juste coincé, c'est tout, sinon, ça va super, alors pourquoi être bloqué ? Ce sont les autres qui ont besoin de soin, pas moi ! Surtout celle qui s'est blessée à la jambe... **

// Cela était idiot, mais Ryô se montrait parfois sous le masque de "froid", pourtant, niveau blessures, il s'était toujours préoccupé des autres avant..non, pas avant lui. Il s'était toujours préoccupé des autres tout court, son état à lui, il semblait s'y intéresser comme à sa première chaussette. Ce qui pouvait se révéler dangereux parce qu'un jour où il avait voulu protéger un gamin qu'il connaissait de racketteurs, Ryô avait subi des coups qu'il avait évidemment rendu, le gamin s'était inquiété mais Ryô lui avait offert un large sourire en lui disant carrément, et sincèrement le pire : "Oh, t'en fais pas, ce ne sont que des égratignures. Tant que toi tu vas bien, c'est tout ce qui compte. C'est le plus important". Mais bon, n'empêche que ces "égratignures" étaient restées pendant un bon moment, contrairement à ce qu'il prétendait chaque fois, ça n'était jamais des blessures superficielles. Mais Ryô était comme ça. Et ça n'allait pas être aujourd'hui qu'il allait changer. //


Couleurs utilisées dans ce message : brown, indigo
Emy Looney

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mar. 18 Jan 2011, 20:57  Répondre en citant

    // Emy avait renoncé à compresser sa plaie, les bras étendues derrière elle, et les doigts pianotant sur le lit, laissant à sa droite des tâches sanglantes, elle attendait que ce calvaire se termine. Elle n'avait heureusement, jamais eut la malchance de visiter un hôpital plus d'une fois, ou on avait déduit une tentative de suicide la ou on aurait dut voir une tentative de meurtre, la preuve était toujours bien là en évidence sur son poignet. Certes ce qui avait empêché une fréquente visite de ces lieux était peut-être pire, étant donné que c'était son tuteur qui la laissait panser ses plaies elle même. En effet, il ne fallait pas aller chercher loin le dégoût que lui imposait le touché des gens. C'était sans doute la raison qui l'empêcha de lever les yeux face à l'attitude de Zougui, car même si la Poufsouffle avait toujours fin de se contreficher de ce que son tuteur pouvait lui infliger, ce qui était en partie vrai, elle était elle même presque euphorique de savoir qu'elle ne le reverrait plus, et partager cette joie avec sa meilleure amie était en quelque sorte la cerise sur le gâteau. Mais cela ne l'empêchait pas pour autant d'elle même, c'est pourquoi elle répondit avec un sourire ironique : //

    - Mais non, je plaisante ! Attend tu crois quoi ? Je ne vais pas le quitter, il me manquerait trop !

    // Elle ponctua sa phase ironique d'une grimace qu'engendrait le simple fait d'envisager le reste de sa vie au coté de Joe... Mais oui ! Autant forcer un pingouin à vivre sous les tropiques ! Le regard saphir d'Emy suivit celui émeraude de son amie qui c'était posé sur sa valise. Ah oui le logement...Heureusement que les deux amies avaient prévu depuis bien longtemps ce moment, car sinon Emy se serait retrouvée à la rue, du moins un certain temps car ce n'était pas son genre de demander la moindre chose. Faisant mine de ne pas savoir de quoi parler la Serdaigle, la PeC fronça les sourcils, imitant une intense réflexion. //

    - Ah bon où ça ? Ah oui je sais ! Dans ce charmant petit hôtel à Londres, t'as raison ça serait pas mal !

    // Elle adressa ensuite un sourire angélique à son amie, qui à vrai dire était la seule à connaître d'autre sourire que le perpétuel rictus ironique qu'Emy ne manquait pas d'abhorrer continuellement en présence des autres. Quand Zougui dut à son tour répondre à une interrogation en règle, la Poufsouffle ne manqua pas de remarquer le temps que mit sont amie à répondre, elle ne put s'empêcher de se demander ce qui pouvait provoquer un tel blocage. Elle ne fut pas dupe non plus quand la bleue et bronze prit comme prétexte l'intervention de son condisciple pour gagner un peu de temps. Et, bien que la réponse de son amie soit largement suffisante, Emy se sentit obligée d'en rajouter une couche. //

    - C'est une superbe journée oui ! Je ne me sens pas heureuse tant que je ne perd pas moins d'un litre de sang.


    // Phrase des plus idiote, on était bien d'accord, mais la jeune fille commençait à sentir les effets de sa perte de sang: tête qui tourne, vision qui devient floue, oreilles qui bourdonnent, et en prime, elle devenait plus pâle encore qu'elle ne l'était à l'origine, presque cadavérique. Elle n'en tient pas compte lorsque son amie lui répondit, car derrière les paroles, la jeune Poufsouffle avait décelé un "elle ne savait quoi" qui n'était pas pour la rassuré, mais fit comme si de rien n'était. //

    - Je n'ai qu'une chose à te dire alors, soigne toi bien !

    // Bien qu'inquiète pour son amie pour une raison qu'elle ne connaissait pas, un pressentiment plus qu'autre chose, cela ne l'empêcha pas d'assister aux deux majestueuses chutes de l'étudiant asiatique, ponctuées à chaque fois d'un craquement sinistre. Emy ne se demanda même pas la raison qui le poussait à agir aussi stupidement, à vrai dire sa jambe commençait à la lancer grandement, mais car elle était encore plus butée qu'une mule elle se taisait, refermant un peu plus à chaque fois les doigts sur les draps en jurant mentalement. Et voyant que l'infirmière était du coup accaparée par la rébellion de son patient, la jeune fille agit machinalement, tirant sur le draps afin qu'il s'enlève d'un coté, et roula en boule le tissu avant de compresser à nouveau avec force en grimaçant. Cela ne faisait que la renforcer dans l'idée que l'infirmerie ne servait à rien du tout, hormis à lui faire perdre son temps. //


Couleurs utilisées dans ce message : #223645
Zougui Akane

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mer. 19 Jan 2011, 15:47  Répondre en citant

// Un sourire non moins ironique que celui de son amie se dessina sur les lèvres de Zougui. Il lui arrivait souvent de se demander comment elle aurait pu s'accrocher à la vie si elle ne l'avait pas rencontrée. Serait-elle encore capable de sourire ? Serait-elle encore en mesure de plaisanter ? Serait-elle encore... là ? Ces brefs moments qu'elles partageaient étaient comme une source d'eau pour elle : rafraichissante. Apaisante. Vitale. En réponse à la réflexion d'Emy sur son prochain lieu d'habitation, la serdaigloise laissa échapper un léger rire cristallin qui sembla illuminer et donner des émotions à son visage inexpressif. //

- C'est sûr que te connaissant, tu trouverais ton bonheur au Chaudron Baveur...

// La jeune fille s'interrompit, contemplant avec une inquiétude non-dissimulée le visage de la Préfète-en-Chef qui se faisait de plus en plus pâle. Le soulagement qu'elle éprouva lorsqu'Emy ne tiqua pas à sa "demi-vérité" ne parvint pas à submerger cette appréhension. Ce n'était pas comme si elle était fière de mentir à celle qui s'était déjà montrée maintes fois digne de sa confiance. Aquiesçant néanmoins à son souhait de bon rétablissement, Zougui se leva du lit sur lequel elle était assise pour se diriger vers le bureau de l'infirmière où étaient posées des tablettes de chocolat. Mais la préfète le savait, il ne s'agissait pas de n'importe quel chocolat : il permettait de reprendre des forces et serait sans doute d'une certaine utilité pour Emy. En tout cas, la serdaigloise devait avouer que la crème que l'infirmière lui avait donnée fonctionnait très bien : la brûlure la tiraillait un peu mais les démangeaisons étaient passées. L'infirmière étant parti à l'autre bout de la pièce dans le but de concocter une quelconque mixture, Zoug' s'empara tranquillement du chocolat tandis que l'étudiant asiatique qu'elle avait repérée un peu plus tôt faisait un boucan inimaginable en essayant de jouer inutilement les héros. Il finit par se rasseoir sur son lit en jurant dans une langue que la serdaigloise reconnut comme du japonais. Et à son avis, elle n'aurait pas eu besoin de traduction pour comprendre ses paroles. Fixant vers lui son visage rigoureusement impassible, elle éleva doucement sa voix neutre : //

- Tes efforts bruyants sont vains, tu penses vraiment que ça va guérir plus vite comme ça ? Soit tu assumes la douleur, soit tu ne l'assumes pas. Mais dans le second cas, il vaut mieux rester assis et patienter tu ne crois ? Ça sera moins dérangeant pour les autres.

// Aucune intonation dans cette voix passive. Aucune émotion dans ce regard hanté. Sans attendre une quelconque réponse, la jeune fille retourna auprès d'Emy et lui tendit la tablette de chocolat. //

- Ça devrait t'aider à reprendre des couleurs. A moins que tu aimes particulièrement ressembler à un cadavre annonça-t-elle avec une once d'ironie. //


Couleurs utilisées dans ce message : #4B0082
Montrer les messages depuis:   
Page: <--  1, 2, 3, 4, 5 ... 20  -->
   Répondre au sujet    Forum >> Les Étages
Page 2 sur 20