Hiboux Nomade Notes
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


Infirmerie

Page: <--  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 20  -->
   Répondre au sujet   Forum >> Les Étages
Auteur Message
Ryo

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mer. 19 Jan 2011, 16:39  Répondre en citant

// Furieux, Ryô pestait mentalement contre lui-même. Comme toujours, il réagissait de manière souvent impulsive, du coup... là, avec un PEU de recul, il se rendit juste compte qu'il n'avait peut-être pas vraiment été très agréable avec Franck... alors que celui-ci n'avait rien dit de mal. Les gens qui connaissaient personnellement Ryô passaient souvent au-dessus de ce genre de réaction, même s'ils mettaient parfois les choses au clair après, mais là, Ryô craignait du coup sa réaction et n'osait plus le regarder, tant il était à la fois honteux et en colère contre lui-même. C'était parti tout seul, comme toujours, et dans cet état-là, il avait souvent du mal à se contenir.

Il réfléchissait du coup à une manière de s'excuser envers lui, car il était tellement replié sur lui-même qu'il n'osait jamais dire ouvertement un "pardonne-moi" devant la personne. Quand Ryô s'excusait, c'était souvent sous forme de geste, ou d'action envers la personne. Parce qu'en fait, ce qui lui faisait peur, là, c'était de se retourner affronter Franck dans le regard pour lui présenter des excuses et que celui-ci éclate et se mette en colère ou quelque chose dans le genre... enfin, dans un sens, il aurait raison, après tout, Ryô ne se privait pas, alors pourquoi pas Franck. Ce qui lui faisait plus peur, c'était un genre de "ne m'approche plus jamais". //

** Allez, trouve un moyen de réparer ta faute, CRÉTIN ! **

// Mais pour le moment, il ne savait quoi lui dire. Les deux filles d'à côté semblaient très bien s'entendre. A un moment, la première étudiante qu'il avait vue se leva et amena ce qui ressemblait à du chocolat à son amie. //

- Tes efforts bruyants sont vains, tu penses vraiment que ça va guérir plus vite comme ça ? Soit tu assumes la douleur, soit tu ne l'assumes pas. Mais dans le second cas, il vaut mieux rester assis et patienter tu ne crois ? Ça sera moins dérangeant pour les autres.

- Oh, ça va !

// Non, ça ne s'arrangeait pas, c'était parti, direct. Mais le ton de la jeune fille avait été étrange... il n'avait été ni moqueur, ni arrogant, enfin... sans expression. Ce qui lui fit dire : //

** Non, Ryô, tais-toi, n’envoie pas de remarque cinglante, ferme-la, tu as déjà fait suffisamment de dégât comme ça ! **

- La douleur, je l'assume. Ce que je n'assume pas, c'est de rester sans rien faire, c'est ce qui me dérange. J'ai bien parcouru le parc jusqu'ici sur un pied. Pourquoi je ne pourrais pas de nouveau le faire ?

** Et puis bon, je n'aime pas ce genre d'endroit. **


// Il s'était retenu, car bon, la fille n'avait pas parlé spécialement méchamment. Si ça avait été le cas, là, Ryô ne se serait pas privé pour lui envoyer froidement un "Si je te dérange autant que ça, tu n'as qu'à virer de là puisque tu peux te déplacer !". Et n'étant pas doué dans les mots, la preuve là avec Franck et sa première réponse à l'étudiante, du coup, Ryô préférait se taire. Mais bon, c'était systématique, il suffisait de se montrer froid pour qu'il le soit aussi.

Lâchant un soupir, déçu par lui-même, et s'emmura dans un silence, ne sachant vraiment pas quoi faire pour rattraper ses boulettes. Franck restait silencieux, Ryô aurait presque préféré qu'il se mette à lui hurler dessus au lieu de ne rien dire... car là, c'était encore pire, ça lui faisait encore plus redouter. Le silence... c'était la pire des choses. Pour Ryô en tout cas, qui en avait souvent fait de très mauvaises expériences.

Là, ça "allait" que c'était un silence de retranchement, mais avec ce qui était arrivé à Ryô, pour lui, le silence signifiait que tout lien était coupé, à jamais. Deux fois, ça lui était arrivé. Pas à cause de lui. Juste à cause de la mort qui passait par-là. D'abord sa petite amie, puis ses parents. Le point commun ? Chaque fois dans un hôpital.
L'aversion de Ryô pour ce genre d'endroit venait donc de là. Et là, il y était de nouveau, avec un ami à côté qui se taisait, qui ne disait plus rien. Bon, la différence, c'était qu'il allait bien, qu'il n'était pas en train de mourir, c'était déjà ça de gagné... //

** Parle-moi...cries-moi dessus, insulte-moi, ce que tu veux, ça serait mérité, mais je t'en prie, dis quelque chose, ne garde surtout pas le silence... ** commença-t-il un peu à s'affoler intérieurement, tant sa crainte montait, vu que chez lui, silence = adieu.

// Il se rappela alors le soulagement de Franck en l'ayant vu. Là, l'esprit de Ryô fit enfin le lien, si bien qu'il jeta un bref regard vers son poignet droit caché sous sa manche. Alors il finit par lui dire, n'osant pas encore le regarder, cette fois "calme", tentant de se maîtriser enfin même si ce n'était pas encore tout à fait ça : //

- Franck, je... tes blessures, c'est de ma faute. Même si je ne sais pas comment tu as fait pour me retrouver. ** Après tout, il ne m'a pas dit que ça servait aussi de détecteur, ces trucs ! ** Je ne veux plus que tu sois blessé à cause de moi, c'est clair ?

// Bon, okay, ce n'était pas top comme façon de s'excuser, mais Ryô n'avait rien trouvé de mieux. Surtout que cette ambiance venait de lui remonter des souvenirs affreux qui avaient contribué à son retranchement sur lui-même. Non, décidément, il ne supportait pas ce genre d'endroit... //


Couleurs utilisées dans ce message : indigo
July Andrews

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 30 Jan 2011, 20:57  Répondre en citant

// July déposa Amarel dans le premier lit qu'elle vit. Et c'était... Un soulagement ! Qu'est ce que ça pèse un garçon ! Bref c'était donc avec un grand soulagement qu'elle se dirigea vers l'infirmière qui était occupée à remplir de la paperasse. //

- Bonjour madame, je vous ai amené un élève qui n'a pas l'air très bien, vous m'excuserez mais je l'ai déjà déposé, c'est qu'il est lourd. Euh son nom c'est Amarel Prince, préfet de la maison Serpentard. On était en cours de sortilège et d'un coup euh ...

// Que pouvait elle lui dire ? La vérité ? Non, Amarel lui en voudrait trop, déjà qu'il l'a détestait... Malheureusement... Elle décida de raconter une bêtise, c'était mieux pour lui. Si elle pouvait un minimum lui éviter d'ennuis, elle le ferait. //

- Il s'est prit un sortilège, et il n'a pas tenu le choc, il s'est effondré par terre, comme ça... Mais il était déjà un peu pâle avant peut-être qu'il couvre quelque chose ? Euh après tout c'est votre métier... Je vous laisse juger par vous même ! Puis-je rester auprès de lui ? C'est juste que j'ai quelque chose à lui remettre, en main propre. Je n'ai plus cours de la journée...

// Elle voulait absolument rester auprès de lui, pourquoi ? Ça elle ne le savait pas, mais si elle ne restait pas là alors... Elle se sentirait mal toute la journée. Après accord, July s'éloigna le temps que l'infirmière fasse l'examen d'Amarel. Par chance il n'avait pas grand chose juste... Beaucoup de repos ! Une fois tout cela terminé, elle se rapprocha et s'assit sur le bord du lit d'Amarel. Elle voulait rester près de lui, jusqu'à ce qu'il reprenne conscience. Quant tout à coup quelque chose lui revint en tête : //

- La lettre !

// Elle l'a sortie et commença à lire à elle même. //

Monsieur Prince,

Nous venons de recevoir un hibou du Ministère de la Magie de Norvège concernant votre dossier d'orphelin, pupille de la Nation. Et nous avons la joie de vous annoncer qu'une demande a été faite concernant une adoption. En effet, le Ministère de Norvège a reçu une demande sincère de Monsieur Grégoire Lestranges, sorcier sans passé judiciaire et surtout, ancien ami de vos parents. Cette nouvelle était inespérée du fait de votre âge, et nous vous souhaitons tout le bonheur possible dans votre future famille.

Enfin, nous vous rappelons que tous renseignements supplémentaires doivent être demandés au Ministère de la Norvège, puisque vous serez, jusqu'à votre majorité (21ans), sous sa responsabilité directe. Ci-joint vous trouverez votre dossier complet et toutes les informations sur votre future famille.

Nous vous souhaitons un bel avenir, toutes les démarches ont été faites,

Miss... machin machin, Département de la Justice Magique.


- Amarel...

** Non Amarel ne pars pas ! Non... Ne... Ne me quittes pas pitié ! Je t'en prie reste... Amarel je... Je t'... **

// Elle lui prit la main, ce contact... Ce contact la fit sursauter, il avait la peau si froide... Quelques larmes perlèrent sur ses joues, elle les essuya avec sa manche quant tout à coup... //


Dernière édition effectuée par un ancien joueur (Dim. 30 Jan 2011, 23:13) ; édité 1 fois

Couleurs utilisées dans ce message : darkred
Ryo

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 30 Jan 2011, 21:15  Répondre en citant

// Ryô se sentait mal, mais il avait pu au moins évité aux deux autres de se massacrer... Durant le reste de la journée, il n'avait plus prononcé une seule parole, travaillant seul de son côté. Même s'il avait eu un peu de mal à se concentrer... Ce qu'il s'était passé se remuait dans sa tête, encore et encore. Et pire que tout, July avait été présente, il y avait donc de fortes chances à ce qu'elle ait tout vu... d'un coup, Ryô se revit l'agréable moment aux Trois Balais. Ce moment qu'il se voyait comme la dernière fois. Elle devait elle aussi le détester du coup... //

** Rah, mais pourquoi est-ce que je réagis comme ça ?! Elle...elle fait ce qu'elle veut après tout ! **

// Enfin, il disait ça, mais il se rendait compte que... enfin, il ne savait pas pourquoi, mais d'elle... il ne pourrait pas. Supporter le changement chez Amarel et Franck, pas au début, mais il finirait par s'y faire. Alors pourquoi il avait l'impression qu'avec July... il ne supporterait pas ? Peu importait. Il devait s'expliquer. Alors direction l'infirmerie. Il avait entendu dire qu'Amarel avait eu un gros problème. Ryô avait juré mentalement. S'il nétait pas parti avant, il l'aurait tout de suite aidé...

Il arriva à l'infirmerie, assez nerveux. Mais Ryô devait y aller, il devait rendre les lunettes d'Amarel après tout... alors ce fut après avoir respiré un bon coup qu'il poussa les portes de l'infirmerie. Et se planta là, devant l'entrée, sentant ses mains trembler légèrement. Ryô tenta de se maîtriser. Et se força à faire un pas. Puis un autre. Jusqu'au lit où était déposé Amarel. En le regardant, Ryô se sentit mal. Mais il n'allait pas reculer. Ça, pas question. Dommage qu'Amarel n'était pas conscient, car Ryô aurait tenté de s'expliquer, surtout s'ils avaient été seuls...

D'un geste lent, il plongea une main dans la poche où il avait mis les lunettes teintées, et de sa main libre, pris doucement celle d'Amarel, lui déposant l'objet dessous, murmurant : //

- Gomen... iie... "pardon"...

// Venant de se rappeler qu'il devait parler anglais, il avait utilisé le mot après. Disons que dans cet état-là, Ryô y allait comme ça partait, du coup, au début, il ne s'en rendait pas tout à fait compte.

Là, il relâcha la main d'Amarel, et là, il aperçut July. Là, son coeur s’arrêta pendant un moment. Elle tenait la main d'Amarel et pire encore... elle semblait éplorée... ça, ce fut le pire. Ryô aurait voulu savoir quoi dire pour lui remonter le moral, la voir ainsi lui faisait énormément de peine, il aurait voulu la prendre dans ses bras dans l'espoir de la consoler au moins un peu... mais il n'en fit rien. Il se sentait tellement coupable... elle devait avoir changé complètement son opinion depuis cet incident...

Du coup, il n'osa pas demander un "Pourquoi pleures-tu ?". En fait, c'était parce qu'il avait peur. Peur que cela ne puisse allumer la mèche. Qu'elle lui dise des choses du genre "oublie-moi". Il était peiné de la voir dans cet état, il se demandait d'ailleurs bien pourquoi il se sentait aussi... déchiré de la voir dans cet état. Et peur en même temps. Tout en étant partagé sur cette voix qui lui disait "il faut que je l'aide". Sentant sa gorge commencer à se serrer, il contourna de nouveau le lit et commença à se diriger vers la sortie... qui ne lui avait jamais parue aussi loin... il n'y était d'ailleurs pas encore arrivé que... //

** Pourquoi... pourquoi ai-je si mal quand je la vois comme ça, qui tient la main d'Amarel et qui... pleure ? Est-ce que je... **


Couleurs utilisées dans ce message : indigo

Joueuse


Messages : 3706
Guilde : Les Marchombres
Maison : Serpentard
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Dim. 30 Jan 2011, 23:26  Répondre en citant

// Amarel était bien. Mais épuisé. Physiquement et mentalement. Alors il dormait et n'en était même plus conscient. Il dormait et il rêvait. Il était au bord de la mer, de l'Océan Glacial Arctique très précisément. Au Nord de la Norvège, de Vadso, il regardait la mer et les vagues se briser sur les rochers dans des explosions d'écumes blanches. Les mouettes tournoient dans le ciel, et le vent semblait vouloir l'arracher à la terre.

Amarel sentait les rafales de vent s'engouffrer dans ses cheveux noirs qui devaient voltiger dans un ballet sûrement artistique mais qu'il ne pouvait qu'imaginer. Soudain, Amarel sentit une présence à ses côtés. Ce n'était pas sa mère. Ce n'était pas son père. Le jeune Norvégien ne voulait pas se retourner, mais meut par un instinct jusque là inconnu, il tendit le bras à la personne. Les deux mains se cherchèrent. Se trouvèrent. Se caressèrent. Se lièrent. Amarel ferma les yeux et frémit. De bonheur. Il était bien tout simplement. Malheureusement le ciel se couvrit en un clin d'oeil et Amarel se surprit à penser que ce n'était pas réel. La tempête se leva et au vent se mêla la pluie. Intense. Amarel fut rapidement trempé et la présence disparut. Le garçon fit volte face, ses cheveux trempés étaient planqués dans sa nuque et sur son visage. Il n'avait pas ses lunettes mais il s'en fichait. Il était seul, au milieu des éléments déchaînés. Une vague haute de trois mètres se dressa devant lui et Amarel voulut lui échapper. Il fit demi-tour et se retrouva devant August Lestranges, qui était suivi de près par un double. Son inconscient lui hurla qu'il était en train de rêver mais Amarel en l'entendit pas, le vent lui sifflant dans les oreilles. Amarel vit les deux frères s'approcher de lui et il voulut tendre sa baguette, qui n'était plus qu'un vulgaire crin de sombral privé de magie. August sembla grandir et Amarel se sentit d'un coup écrasé par l'ombre du Géant. Il ne se sentait maintenant pas plus grand qu'un Botruc devant un demi géant. Amarel se débattit pour se réveiller.

Amarel se débattait dans le lit blanc immaculé de l'infirmerie. Il transpirait à grosses gouttes et sa respiration s'était accélérée. La main chaude de July devint glaçon. Amarel murmura, angoissé : //

- Non, non, pas ça ! Non ! Maman... s'il te plaît... Maman... pas ça.

// August riait. Riait en s'approchant de lui. Puis se transforma en Ryo se moquant de lui parce qu'il était faible. Puis en Sally River qui lui disait qu'il n'avait pas sa place à Serpentard. Il n'avait plus sa place à Poudlard. Qu'il était indigne de porter le nom des Prince. Le nom de Sorcier. Amarel paniquait, l'atmosphère devint oppressant et le paysage calme de la Mer qui l'apaisait devint celui d'une cave remplie de souvenirs. Amarel chercha un point de repère; Une ancre pour se fixer. Se réveiller. Ça ne pouvait être qu'un cauchemar. Qu'un cauchemar. August revint, toujours riant de ce rire glacial, monstrueux. Tonitruant. Amarel recula contre le mur décrépi. Il avait besoin d'aide. Que quelqu'un soit là. Quelqu'un qui ne l'aimait pas mais qui le réveillait. Quelqu'un... ou quelqu'une... Il devait sortir de ce cauchemar. Un nom s'imposa à son esprit. Un prénom plutôt. Une présence. Une ancre lumineuse dans un océan de ténèbres.

Amarel se redressa en sursaut et fondit en larmes. Il ne savait pas ou il était. Il savait juste qu'il ne voulait plus dormir, il ne voulait pas retourner là-bas. Ses yeux hagards cherchèrent un visage connu et se fixèrent sur Ryo. Et Ju... Andrews. Il était en sécurité. Alors il fondit en larmes. Ce n'était plus le Préfet qui n'aime personne. Ce n'était plus l'insensible Serpentard qui ne ressentait aucunes émotions et qui prenait un malin plaisir à faire souffrir. C'était simplement un jeune garçon de seize ans qui ne pouvait pas dormir parce que quelqu'un lui avait lancé un sort. C'était juste un garçon amoureux qui ne voulait pas, qui ne pouvait pas le reconnaître. C'était juste un garçon qui avait besoin d'aide. Juste lui. Sans masque. Sans voile. Sans mascarade. Lui. //


Couleurs utilisées dans ce message : #200050
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur
July Andrews

Ancien(ne)





MessageDate du message: Lun. 31 Jan 2011, 15:10  Répondre en citant

// July caressa la main du Serpentard alité, toujours en pleurs, et soupira. Non elle ne pouvait pas, elle ne devait pas s'attacher plus, elle en souffrirait et elle le savait parfaitement. Elle ne devait pas l'aimer ! Et pourtant... Et pourtant, il était si... Fragile, si sensible, elle ne pouvait faire autrement que de tomber sur son charme... Malheureusement. C'est alors qu'elle vit Ryo Masaki, se tenir près d'Amarel, ce qui l'a fit sursauter d'ailleurs, elle ne pensait pas qu'il viendrait si vite ! Elle savait aussi parfaitement bien que Ryo le tenait en grande estime. C'est alors qu'il l'a vit enfin, mais au lieu de venir lui parler, il la regarda tristement et chercha à s'enfuir. //

- Ryo ? Quelque chose ne va pas ? Euh tu voulais voir Ama... Euh je veux dire Prince, seul à seul ? Je peux partir si tu veux... Je voulais juste lui remettre euh.. une lettre .. YOUHOU Ryo ! Tu m'entends ? Oui c'est à...

// Elle n'eut pas le temps de finir car l'héritier Prince venait de se redresser en faisant un sursaut, July sauta du lit en vitesse, elle ne voulait pas être rejetée ! Pas par lui... Elle ne fait pas attention, mais sa main resta dans celle de Prince qui était en larmes. //

- Ama... Euh Prince ! Hmm... Hmmm...

// Cherchant une excuse pour son comportement elle rajouta, mauvaise comédienne. //

- Euh franchement Prince ! Tu es vraiment très très désespérant euh... Tu peux pas faire attention ? Et euuh... Euuuh... Tu t'es évanoui alors le prof m'a demandé de te ramener ici...
La corvée ! La prochaine fois que ça se passe, je ferais comme si je n'avais pas vu d'accord ? Oh et t'as fait tomber ça en chemin !


// Elle détacha en douceur sa main de celle du Serpentard, la quittant avec regret tellement elle était agréable, rougit car elle n'avait pas fait attention à ce détail, la rendant encore plus incrédule. Elle jeta la lettre du Ministère de la Magie sur les genoux de Prince. //

- Enfin Ryo ! Dis lui qu'il craint ce gars... Soutiens moi ! Prince, t'es vraiment qu'une goule !

** Si tu savais à quel point je t'aime... Mais malheureusement tu ne le sauras jamais, c'est peut-être mieux finalement. Oui je t'oublierais. **

// Et dans un moment de solitude, elle sortit de son sac une petite boite violette prit le contenu de la boite et la fourra dans la bouche de Prince. Le chocolat avait de bonnes propriétés, surtout après un combat. La chocogrenouille lui ferait beaucoup de bien. En ce moment, elle n'avait qu'une envie, se jeter dans ses bras. //


Couleurs utilisées dans ce message : darkred
Ryo

Ancien(ne)





MessageDate du message: Lun. 31 Jan 2011, 18:16  Répondre en citant

// Ryô en avait vu plein. Et jusque-là, il avait surmonté. Mais là... il avait l'impression qu'une nouvelle épreuve lui barrait le chemin, juste pour le faire flancher de nouveau... tous ces malheurs ne s'arrêteraient donc jamais ?? Pourquoi, chaque fois qu'il se prenait d'affection pour quelqu'un, ça... ne durait jamais ? C'était tellement douloureux... //

- Ryo ? Quelque chose ne va pas ? Euh tu voulais voir Ama... Euh je veux dire Prince, seul à seul ? Je peux partir si tu veux... Je voulais juste lui remettre euh... une lettre... YOUHOU Ryo ! Tu m'entends ? Oui c'est à...

- Je t'ai entendue, July... répondit-il sans parvenir à dissimuler une voix sombre, n'osant pas encore se retourner.

// Il entendit Amarel gémir, Ryô fit le lien, quand ils avaient parlé, Amarel lui avait dit : "Mon père était versé dans la Magie Noire. Très doué. Il a offensé un ami. Comme mes parents sont morts, ce... Lestranges m'a retrouvé. Il s'est vengé. Je l'ai tué. Froidement". Ryô s'en souvenait parfaitement. Seulement, par respect pour Amarel, il s'était bien gardé de le divulguer à qui que ce soit, sauf si Amarel lui en donnait l'autorisation. Parce que ce genre de chose... non, on ne pouvait pas le dévoiler à n'importe qui. Alors il ignorait ce qui arrivait vraiment, mais il se disait que les soucis d'Amarel étaient certainement liés à ce "Lestrange".

Il aurait voulu se retourner pour s'expliquer, parler, mais là, il n'y arriva pas pour l'instant, quelque chose le bloquait. La main sur la porte, il s'apercevait que son poing tremblait légèrement... et se sentait tomber. De nouveau dans ce gouffre sombre, sans fin. En arrivant ici, il avait eu enfin l'impression de revoir quelques couleurs, finalement, là, tout se teintait de nouveau de noir...il allait craquer. C'était trop. //

** Finalement... c'est peut-être... mieux comme ça... qu'elle soit avec lui... **

// "Tu devrais plus t'ouvrir aux autres" qu'elle lui avait dit, d'ailleurs. Elle n'avait pas été la seule. Et au moment où il essayait justement d'en faire l'effort... là, d'un seul coup, il n'en avait plus envie. Il en avait assez de souffrir... Finalement, il se lança, il se força à se retourner, affichant ce qui était censé être un sourire, "censé" car dans le fond, il se sentait de nouveau déchiré, mais il ne voulait pas en rajouter. Sauf qu'il était très expressif et qu'il avait beau faire, Ryô était incapable de réellement mentir... alors en tentant de se composer un air de "tout va parfaitement bien, la vie est belle !" qui n'était malheureusement pas convainquant du tout, surtout avec le coin des yeux humides, il envoya, essayant tout de même de se maîtriser au mieux : //

- Tu l'aimes, et Amarel est assailli depuis longtemps par de graves problèmes ! Rends-moi service, essaie de lui rendre un véritable sourire, tu en es capable, j'en suis certain ! Il semble pas mal t'apprécier, en plus, alors... alors...

// La gorge serrée, il se tut pendant un moment, détournant le regard vers le sol, ça tombait bien, ses longues mèches pouvaient ainsi dissimuler une bonne partie de son visage, ce qui l'arrangeait dans ce douloureux instant. Avant de finir, plus "calmement", malgré sa voix qui le trahissait : //

- S'il te plait... soit heureuse. Je ne supporte pas de te voir pleurer.

// Le pire, c'était qu'il était sincère, même si on aurait pu croire le contraire. Il était à la fois horriblement peiné, mais aussi... il se disait aussi "tant mieux pour eux". Disons que Ryô avait une façon plutôt particulière de voir les choses.

Ce qu'il avait dit, malgré tout, il le pensait sincèrement. Même à propos d'Amarel. Enfin, au moins, pour l'instant, July avait continué à lui adresser la parole... elle avait bien voulu... peut-être que ça ne durerait pas... et cela, dans le fond, lui faisait peur. //

** Finalement, je me suis mis à l'aimer... alors je t'en prie, souris, July... c'est plutôt à moi de partir de toute façon... **

// Il serait bien parti, là, mais il fut comme paralysé par quelque chose, ce qu'il ressentait là était malheureusement si fort... qu'il n'arrivait plus à faire le moindre geste. //


Couleurs utilisées dans ce message : darkred, indigo

Joueuse


Messages : 3706
Guilde : Les Marchombres
Maison : Serpentard
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Mar. 01 Fév 2011, 00:05  Répondre en citant

- Tu l'aimes, et Amarel est assailli depuis longtemps par de graves problèmes ! Rends-moi service, essaie de lui rendre un véritable sourire, tu en es capable, j'en suis certain ! Il semble pas mal t'apprécier, en plus, alors...alors... S'il te plait...soit heureuse. Je ne supporte pas de te voir pleurer.

- Enfin Ryo ! Dis lui qu'il craint ce gars... Soutiens moi ! Prince, t'es vraiment qu'une goule !

// L'échange de paroles entre July et Ryo ne parvenait que par bribes à Amarel qui n'arrivait pas vraiment à suivre la conversation. Il suçotait la chocogrenouille donnée par July tout en essayant de comprendre. Il ne savait pas vraiment ce qu'il se passait mais savait pertinemment qu'il était plus ou moins au centre du débat. Puisque c'en était un. Et le pire c'était qu'il n'aimait pas ca. Mais alors, pas du tout. Amarel papillonna des yeux puis s'appuya contre le mur. Il était épuisé. La quiétude du sommeil l'appelait, plus envoûtante que le chant des Sirènes, mais il voulait tout mettre au clair entre les deux Gryffondor. Bon sang, pourquoi ressentait il ce besoin étrange de tout éclaircir ? Pourquoi, d'un coup, se sentait il coupable de ce qu'il se passait. Il n'était responsable de rien et ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer, par le caleçon de Merlin !

Le Préfet de Serpentard se passa une main lasse sur le visage, faisant disparaître les quelques vestiges de larmes salées de ses joues. Ses yeux hagards de fatigue se posèrent alors sur la lettre du Ministère qui était sur ses genoux. Elle n'était pas sensée être dans sa poche ? Alors qu'il était déjà bien pâle, Amarel blanchit davantage. Il était certain que c'était July qui l'avait déposée là. Ce ne pouvait être qu'elle. L'avait elle déjà lue ? Avait elle eu de l'honneur et l'avait elle juste posée là sans y toucher ? Amarel était las de se battre, de hurler, de s'énerver. Il n'était pas courageux, il n'était pas particulièrement extraverti, et plus le temps passait, plus il se demandait s'il n'aurait pas mieux fait de retrouver ses parents. Ou de perdre la mémoire. Amarel cependant était volontaire. Sa détermination lui avait permis jusque là de vivre et d'aller toujours plus loin. Peut être, aussi, de s'enfoncer dans les Ténèbres mais de ça, il s'en fichait pour l'instant. D'une voix fatiguée mais ferme de volonté, Amarel murmura : //

- Ryo, reste. Andrews, c'est quoi ça ? Est ce que tu y as touché ?

// Sa main gauche serrait la lettre violette du Ministère. Et tremblait. Il était nerveux et seule sa volonté de fer lui permettait de ne pas s'effondrer en hurlant ou de partir en courant. Amarel croisa les yeux bleu vert de Ju... Andrews et son coeur arrêta un instant de battre. Avant de repartir dans un rythme effréné, et affolé. Comme lui. Pendant un court instant il avait été happé par ces yeux. Et il y avait lu beaucoup de choses. Comme la réponse à sa question. Et pendant ce court instant quelque chose qui était a peu près intact en lui s'était brisé. Il se sentait trahi et pire encore, il se sentait trahi de se sentir trahi. Pourquoi avait il placé une infime part de confiance en Andrews ? Il la détestait bon sang ! Il détestait ces adorables yeux à la couleur changeante, il détestait ces mèches bouclées qui se rebellaient contre l'ordre en frôlant un bout de ses paupières, en tombant avec légèreté dans la nuque de la jeune fille. Il détestait le sursaut d'énergie qu'elle animait en lui en le provoquant. Il détestait l'idée d'avoir envie de lui faire confiance. Il détestait l'idée qu'elle prenait dans son coeur une place trop importante. Et pire que tout, il détestait l'idée que quelqu'un l'apprécie.

D'une voix glaciale, il poursuivit. //

- Bien sûr. Bien sûr que tu ne pouvais pas en rester là. Tu es obligée de fouiller partout, histoire de connaître la vie privée de ceux que tu détestes. Tes insultes, tes piètres insultes, et tes misérables tentatives pour m'amadouer, ne servent à rien. Strictement à rien Andrews. Parce que je te déteste. Je te déteste tant que...

// Amarel croisa le regard de Ryo et s'arrêta un instant sur les yeux humides du Gryffondor. Mais pourquoi il chialait celui là ? Par les sept baguettes de Grindelwald, pourquoi ils étaient là, en train de l'embêter toujours un peu plus. Bon sang, ils avaient fait un pari ? Celui qui allait lui redonner une sensibilité poufsoufflienne ? Dans un soupir, Amarel murmura, d'une voix plus calme et surtout moins acide. //

- Merlin Ryo, qu'est ce qui t'es passé par la tête ! Tu aurais pu être blessé ! Je... salazar... Je... Andrews, tu racontes ça à quelqu'un je te tue. Ryo, merci d'être intervenu. Je ne sais pas ce que j'aurai fait si tu n'avais pas fait avorter ce combat et... Par le caleçon de Merlin, je suis pathétique. Si faible.

// Sa voix ne devint qu'un souffle lorsqu'il ajouta : //

- Je ne sais pas si je serais un jour capable de me battre en duel. Je suis si... pitoyable. Incapable de voir quelqu'un envoyer un sort vers un mannequin sans m'identifier...

// Soudain, dans les yeux noirs d'Amarel qui réfléchissait à toute vitesse, s'illumina une lueur de détermination. Il avait une idée. Une fichtrement bonne idée. Il allait fuguer. Tout simplement. S'il ne valait rien en tant que sorcier, et si son avenir était toujours incertain, alors pourquoi ne pas fuir. Tout simplement. Fuir avec Endo, acheter enfin un chien, et devenir autodidacte. Le plan parfait. Ses lèvres formèrent à mi-voix ce qui allait devenir son objectif premier : partir... //


Couleurs utilisées dans ce message : indigo, darkred, #200050
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur
July Andrews

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mar. 01 Fév 2011, 20:29  Répondre en citant

- Tu l'aimes, et Amarel est assailli depuis longtemps par de graves problèmes ! Rends-moi service, essaie de lui rendre un véritable sourire, tu en es capable, j'en suis certain ! Il semble pas mal t'apprécier, en plus, alors... alors... S'il te plait...soit heureuse. Je ne supporte pas de te voir pleurer.

// July eut un mouvement de recul, comment savait il ? Est ce que son comportement laissait croire qu'effectivement... Elle était amoureuse de lui ? Pourtant... Elle avait toujours fait en sorte de ne pas le montrer, devant les autres du moins. //

- S'il te plait...soit heureuse. Je ne supporte pas de te voir pleurer.

// La préfète ressentit alors toute la tristesse que Ryo avait émise, en se forçant à parler. Elle s'en sentait tellement coupable, mais elle ne pouvait pas faire autrement. Malheureusement. Elle aurait tant voulu le prendre dans ses bras pour le réconforter... Mais elle comprit que cela lui ferait plus de mal que de bien... //

- Ryo ... Oui c'est vrai je ...je l'aime mais ce n'est pas réciproque. Il me déteste plus que tout ! Il ne m'aime pas, jamais je ne pourrais le rendre heureux... Je préfère l'oublier c'est bien mieux et par dessus tout j'espère qu'il ne le saura jamais. Ryo, c'est vraiment gentil de te préoccuper de moi, tu es tellement généreux... tellement protecteur ! Comme un frère pour moi en fait ! J'espère qu'on restera amis pour longtemps... Pour toujours !

// Elle le regarda droit dans les yeux, avec ses grands yeux bleus baignés de larmes, lui fit un petit sourire, son cœur était trop occupé à saigner. Quant elle se retourna vers Amarel qui semblait enfin sortit de son " absence ". July ne vit pas la réaction qu'il eut quand il découvrit sur ses genoux, par contre elle l'entendit très bien : //

- Ryo, reste. Andrews, c'est quoi ça ? Est ce que tu y as touché ?

- Euh...

// Elle n'osa pas affronter son regard préférant regarder ses pieds et ayant trop peur de se faire rejeter encore et encore. Par malchance, il continua à l'assassiner, trouant à grand coup le cœur de la jeune fille. //

- Bien sûr. Bien sûr que tu ne pouvais pas en rester là. Tu es obligée de fouiller partout, histoire de connaître la vie privée de ceux que tu détestes. Tes insultes, tes piètres insultes, et tes misérables tentatives pour m'amadouer, ne servent à rien. Strictement à rien Andrews. Parce que je te déteste. Je te déteste tant que...

** Il me dé... déteste... Amarel me dé... déteste... **

- Je... Je... Pardon... Je...

// July versa de grosses larmes tant son cœur était en morceau, elle voulait s'enfuir et s'enfermer dans son monde, là ou personne ne pourrait lui faire du mal, loin, très loin, loin de tout, loin de lui. Ne plus jamais le voir, ne plus jamais l'aimer. //

- Merlin Ryo, qu'est ce qui t'es passé par la tête ! Tu aurais pu être blessé ! Je... salazar... Je... Andrews, tu racontes ça à quelqu'un je te tue. Ryo, merci d'être intervenu. Je ne sais pas ce que j'aurai fait si tu n'avais pas fait avorter ce combat et... Par le caleçon de Merlin, je suis pathétique. Si faible.

// July était dans son monde, dans sa tristesse elle n'entendit pas la suite. Seul son nom cité par la bouche de Prince la fit réagir : " Andrews "... Comme si elle allait raconter ça à quelqu'un ! C'en fut trop July appuya ses mains aux pieds du lit et hurla : //

- TU CROIS QUE ÇA M'A FAIT QUOI DE TE VOIR DANS CET ÉTAT ? J'EN AI PLUS QU'ASSEZ DE TE VOIR SOUFFRIR ! SOIS HEUREUX POUR UNE FOIS ! DÉTESTES MOI SI TU VEUX, MAIS JE SERAIS TOUJOURS LA POUR TOI, QUOI QU'IL M'EN COÛTE ! ET POUR LA LETTRE... OUI JE L'AI LU ET... ET...

// Les larmes coulaient à présent à flot, elle ne put dire la suite à voix haute, c'est donc dans un murmure qu'elle délia son cœur, alors qu'elle s'était promis de ne jamais lui dire. //

- Ne pars pas Amarel, restes avec moi... Je t'en prie restes... Je... Je.. t'aime.


Couleurs utilisées dans ce message : indigo, darkred, #200050
Ryo

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mar. 01 Fév 2011, 21:44  Répondre en citant

- Ryo ... Oui c'est vrai je ...je l'aime mais ce n'est pas réciproque. Il me déteste plus que tout ! Il ne m'aime pas, jamais je ne pourrais le rendre heureux... Je préfère l'oublier c'est bien mieux et par dessus tout j'espère qu'il ne le saura jamais. Ryo, c'est vraiment gentil de te préoccuper de moi, tu es tellement généreux... tellement protecteur ! Comme un frère pour moi en fait ! J'espère qu'on restera amis pour longtemps... Pour toujours !

// Bon, pour le moment, il était un peu trop atteint pour réagir normalement de nouveau, mais néanmoins, même si... même si décidément ce n'était pas réciproque... elle voulait bien...continuer au moins à lui adresser la parole. Il avait tellement redouté que ça ne soit plus jamais le cas... //

- Un... frère...

// Cela le surprit certes, mais même si ce n'était pas ce que lui ressentait pour elle, ça parvenait quand même à le toucher. Voilà bien longtemps qu'il n'avait plus entendu ce mot-là... ou du moins, de se faire appeler ainsi. Chez lui, il avait un demi-frère qui avait dix ans de plus que lui, il ne l'avait appelé que très rarement par son prénom, l'appelant pratiquement tout le temps "Petit frère". La mère de son frère ayant décédé quand il avait 8 ans, son père s'était remarié, ayant non-seulement aimé une nouvelle femme, mais aussi pour que son fils puisse finir de grandir avec une mère à ses côtés, même si ce n'était pas vraiment le cas. Ryô était arrivé par la suite, amenant encore plus de vie dans le foyer. Ce frère avait très vite fait sa propre vie, il était même père de jumeaux aujourd'hui, un petit garçon et une petite fille, qui avaient eu 4 ans cette année. Que Ryô adorait, qu'il aurait bien voulu avoir le loisir de pouvoir les "martyriser" encore un peu comme son demi-frère lui faisait souvent.

Voilà longtemps qu'il n'avait donc plus entendu cette considération... Amarel se remit enfin, s'appuyant sur le mur. Ryô allait les laisser seul, mais des mots le retinrent : //

- Ryo, reste. Andrews, c'est quoi ça ? Est ce que tu y as touché ?

// Ça avait au moins le mérite d'être clair. Du coup, même s'il ne répondit rien sur le coup, surpris qu'on ne lui en veuille pas (en même temps...il n'aurait jamais utilisé la force si Franck et Amarel s'étaient arrêtés dès qu'il le leur avait intimé de le faire ! Et évidemment, comme par hasard, en réagissant par la manière forte, ça fonctionnait...). Enfin, il ne savait pas trop ce qu'il pouvait bien faire, là, tout de suite, maintenant, il ne voyait pas non-plus en quoi est-ce qu'il pouvait bien être utile, mais si ça pouvait aider Amarel à se remettre... il le ferait. Du coup, il resta, s'en prenant pour le coup plein la figure : //

- Merlin Ryo, qu'est ce qui t'es passé par la tête ! Tu aurais pu être blessé ! Je... salazar... Je... Andrews, tu racontes ça à quelqu'un je te tue. Ryo, merci d'être intervenu. Je ne sais pas ce que j'aurai fait si tu n'avais pas fait avorter ce combat et... Par le caleçon de Merlin, je suis pathétique. Si faible.

// Le "tu aurais pu être blessé", venant de la part d'Amarel, c'était plutôt surprenant. Enfin, pas si surprenant que ça, mais ce qui était surprenant, c'était qu'il soit pour la première fois... aussi direct. Franc. Enfin, au moins, ça le fit réagir. Pas trop, mais tout de même un peu, ainsi, Ryô répliqua, sans toutefois relever la tête, toujours dos appuyé contre les grandes portes pour le coup : //

- Tais-toi. Tu n'es pas faible. Si tu es arrivé jusqu'ici... avec tout ce qui t'es arrivé...il a fallu une certaine force. Alors tu n'es pas faible. Ce... je ne sais pas comment vous le prononcez... enfin, ton "patronus"... il avait l'air très important pour toi. Je ne pouvais tout simplement pas... le laisser plus longtemps sous l'image qu'il avait subie. Et je...ne voulais pas que vous vous blessiez, tous les deux.

// Il repensait à Franck. Est-ce qu'il allait lui en vouloir monstrueusement ou allait-il comprendre, exactement comme Amarel et July ? Une chose était certaine, il devrait lui reparler...pour au moins tenter de mettre les choses au clair. Si Ryô n'avait pas d'estime pour les deux garçons, il ne serait jamais intervenu. Enfin, si, peut-être, mais pas de la même manière. Pas de façon à ce qu'ils s'en prennent à lui pour ne plus se battre entre eux. Si ça avait été deux autres personnes... Ryô aurait joué la carte de l'arrogance, en prenant des airs bien hautains désagréables. ça provoquait souvent les gens à ça les faisait réagir, du coup.

Mais Amarel eut une mauvaise réaction. Une réaction que Ryô n'aima pas du tout. Okay, il ne savait peut-être pas vraiment ce qui arrivait à Amarel, il ignorait le contenu de la lettre, mais même s'il comprenait ses méfiances...non, ça, il ne supporta pas. July se mit à hurler, et continuait à pleurer, terminant tout de même par un "je t'aime" qui le déchirait.

Ryô ne savait que faire, de nouveau, pour ne pas les blesser. Mais là... non, il ne pouvait pas rester sans réaction. Alors il se redressa enfin. Et du coup, s'avança. Un peu raide, certes vu qu'il ne se sentait pas trop trop le moral, mais il s'avança quand même. Jusqu'à être à leur hauteur.

Jusqu'à se retrouver à la hauteur du lit où était assis Amarel, toujours la tête encore basse pour le moment. En passant, voir July ainsi...comme en arrivant, il aurait voulu pouvoir être capable de la consoler s'il le pouvait, avec une furieuse envie de la prendre dans ses bras...mais ce n'était pas à faire. Elle aimait Amarel. ça lui était réservé. Il redoutait tant de l'offenser...

Et au lieu de s'énerver, étrangement, il y alla... calmement, cherchant surtout à ne pas craquer de nouveau comme il y avait quelques instants plus tôt. Parce qu'il en avait envie, de nouveau. Il était humain, après tout. Alors certes, il résistait à pas mal de chose, mais il était loin d'être invincible aussi.

Il fit, essayant au mieux de maîtriser sa voix qui le trahissait malgré-tout, prenant le temps de trouver ses mots, en anglais : //

- Amarel...arrête ton char. J'ai bien vu... ton expression, tout à l'heure. Tu as... énormément de chance sur ce coup-là. C'est une chance... de pouvoir t'en sortir, enfin. Ne la gâche pas. Tu te fais mal, autant que tu fais du mal à July. Je ne supporte pas. Nous nous sommes tous inquiétés pour toi. Alors arrête de mentir. Vraiment. Personne ne t'en voudra d... d'aimer quelqu'un, bien au contraire !!

// Le mot "aimer" avait bien failli rester coincé dans sa gorge. Il se blessait, certes, mais... il avait ses raisons. Il n'allait certainement pas s'opposer. Quitte à le payer. Aux derniers mots, ses poings s'étaient un peu serrés à cause de ce qu'il ressentait, si fortement, mais avait même daigné de relever le regard, un peu froncé, tant il avait du mal...

Mais il se força à se calmer. Enfin, comme il le pouvait, vu son état. Et vu qu'il se sentait partir de nouveau, mais voulant se contenir, il pivota sur lui-même, très rapidement, tournant le dos du coup aux deux autres, croisant les bras, la tête basse de nouveau, il refusait de montrer son expression, là... et il fit, plus... "calme", et chercha même à jouer franc jeu pour une fois : //

- Amarel... tu... je... tu ne peux pas t'imaginer... à quel point j'envie ta place. Je n'y peux rien, je suis humain, après tout... je voudrais l'être... d'une part... parce que tu n'aurais comme ça... pas subi tout ce que tu as vécu, peut-être aurais-tu eu une vie bien plus belle. D'autre part... July te tend les bras... tu... n'as pas le droit de la blesser comme ça. Elle n'avait pas de mauvaises intentions, et... tu... ne devrais pas réagir comme ça. ça ne se fait pas. Mais je n'irai pas contre toi. ça serait... stupide. Égoïste. ça empirerait, même. Et parce que je te porte en estime. Et que je... j... j'apprécie énormément July. Et parce que je... que c'est comme ça, alors je respecterais tes décisions. July... je ne veux que ton bonheur. Te voir sourire. Alors si Amarel veut bien accepter ce qu'il ressent pour toi et que tu es heureuse avec lui... ça... me va.

Il s'arrêta un moment, il avait la gorge qui se serrait de nouveau, il fallait qu'il se reprenne. Évidemment, on pourrait croire au premier abord qu'il jouait l'hypocrite, mais pas du tout : il pensait réellement ce qu'il disait, le pire.

Comme il avait bien voulu le dire, si toutefois il avait bien interprété ses mots en anglais, vu que, dans ce genre de situation, il éprouvait chaque fois du mal. Il mentirait en disant qu'il n'enviait pas Amarel. Il se rendait compte qu'il aimait July, et contrairement à Amarel, là, à sa place, il aurait vaincu son embarras si jamais il en avait eu une et aurait enfin saisi l'occasion pour bien vouloir se dévoiler. Tout en faisant de son mieux pour rendre ce que July donnait. Mais Amarel ne le faisait pas...pourtant...son expression, tout à l'heure, semblait paisible, quand elle lui tenait la main...
Donc oui, évidemment, il l'enviait, prétendre le contraire aurait été mentir. Mais Ryô aimait trop July pour pouvoir la faire souffrir, et en plus, il tenait Amarel en grande estime. Ce dont il se souciait le plus, c'était du bonheur de July. Alors si elle pouvait être heureuse avec Amarel... eh bien il l'accepterait. Durement, mais il le ferait. Il préférait qu'elle soit heureuse dans les bras de quelqu'un d'autre tout en pouvant malgré-tout pouvoir continuer à lui parler, plutôt qu'elle puisse couper tout contact...

Concernant Amarel... oui, s'il en avait eu le pouvoir, il aurait bien échangé sa place avec lui. Si Ryô enlevait les tragédies qui lui étaient tombées dessus et qui l'avaient beaucoup blessé, si on ignorait ces douloureux événements, il avait eu une vie qu'on pourrait qualifier de chaleureuse. Si seulement Amarel avait eu cette chance... peut-être ne serait-il pas ainsi aujourd'hui, qu'il serait plus enclin à sourire.

C'était comme ça, qu'il voyait les choses... enfin, s'il devait réagir comme un "frère", il s'y ferait, au contraire, ça lui faisait tout de même plaisir d'être considéré ainsi, ça lui faisait un peu étrange, certes, mais... cela le touchait, tout de même, malgré tout. //


Couleurs utilisées dans ce message : darkred, indigo, #200050

Joueuse


Messages : 3706
Guilde : Les Marchombres
Maison : Serpentard
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Mar. 01 Fév 2011, 23:16  Répondre en citant

- TU CROIS QUE ÇA M'A FAIT QUOI DE TE VOIR DANS CET ÉTAT ? J'EN AI PLUS QU'ASSEZ DE TE VOIR SOUFFRIR ! SOIS HEUREUX POUR UNE FOIS ! DÉTESTES MOI SI TU VEUX, MAIS JE SERAIS TOUJOURS LA POUR TOI, QUOI QU'IL M'EN COÛTE ! ET POUR LA LETTRE... OUI JE L'AI LU ET... ET...

- Amarel... arrête ton char. J'ai bien vu... ton expression, tout à l'heure. Tu as... énormément de chance sur ce coup-là. C'est une chance... de pouvoir t'en sortir, enfin. Ne la gâche pas. Tu te fais mal, autant que tu fais du mal à July. Je ne supporte pas. Nous nous sommes tous inquiétés pour toi. Alors arrête de mentir. Vraiment. Personne ne t'en voudra d... d'aimer quelqu'un, bien au contraire !!

Ne pars pas Amarel, restes avec moi... Je t'en prie restes... Je... Je... t'aime.

- Amarel... tu... je... tu ne peux pas t'imaginer... à quel point j'envie ta place. Je n'y peux rien, je suis humain, après tout... je voudrais l'être... d'une part... parce que tu n'aurais comme ça... pas subi tout ce que tu as vécu, peut-être aurais-tu eu une vie bien plus belle. D'autre part... July te tend les bras... tu... n'as pas le droit de la blesser comme ça. Elle n'avait pas de mauvaises intentions, et... tu... ne devrais pas réagir comme ça. ça ne se fait pas. Mais je n'irai pas contre toi. ça serait... stupide. Egoïste. ça empirerait, même. Et parce que je te porte en estime. Et que je... j... j'apprécie énormément July. Et parce que je... que c'est comme ça, alors je respecterais tes décisions.

// Les tirades de Ryo et July frappèrent Amarel de face qui se braqua aussitôt. Le Serpentard vit July fondre en larmes et son orgueil bien trop bafoué ses derniers temps l'empêcha de se jeter sur elle pour la consoler. Il n'aimait pas la voir pleurer et ce simple fait le mettait en rage. Il était faible mais ne voulait pas l'être. Non. Non. Ce fut le mot qui s'imposa à son esprit, avec les couleurs même de l'évidence et de la bêtise. Non. Il n'allait pas obéir à quelqu'un. Il était libre de tout faire et de... d'aimer ? Non. "Je ne veux que ton bonheur". Non. Ce n'était que des sornettes. La dernière personne à avoir voulu son bonheur était sa mère et elle était morte. La dernière personne qui avait été sa Vie était morte. Il n'avait pas à s'attacher à quelqu'un. Pourquoi s'attacher aux gens, alors qu'ils peuvent à tout moment vous être arrachés ? Amarel se posait cette question à cet instant. Ryo avait appuyé la où ça faisait mal. Très mal. Car Amarel venait de comprendre qu'il en pouvait pas refuser l'offre de July, qu'il ne voulait pas décevoir Ryo et... qu'il s'était affaibli et avait beaucoup trop changé en quelques jours. Alors Amarel eut un mouvement de recul. Physiquement et verbalement, son âme trop souvent blessée repoussa Andrews. Amarel passa de l'autre côté du lit et ce fut chancelant qu'il cracha d'une voix acide, sèche, glaciale et surtout prête à se briser en sanglots retenus par la seule volonté : //

- Je. N'aime. Personne. Et je n'aimerai personne. Je...

// Si Amarel avait été un Gryffondor, il se serait justifié. Il aurait achevé ses phrases depuis longtemps. Il aurait dit à July qu'il avait rêvé d'elle, à l'instant, qu'il se promenait dans les couloirs sans savoir ce qu'il cherchait et que maintenant, il venait de découvrir que c'était elle qu'il cherchait. Qu'elle était comme un phare dans la nuit. Qu'il ne voulait pas que Lestranges l'attaque sous prétexte qu'il l'aimait. Qu'il n'avait pas le droit d'être heureux. Qu'il...
Si la bouche du Serpentard ne prononça mot, ses yeux, en revanche, parlèrent. Beaucoup. Perlèrent. Surtout. De larmes salées des regrets de la complexité du cerveau humain. Salées par ce qui l'accablait. Salées par les murs dressés par sa fierté, sa peur, son orgueil et tout ce qui faisait qu'il était lui. Amarel activa ses neurones d'analyste. Il était perdu et détestait cela. Il était perdu et ce depuis longtemps. Des pans entiers de voile se déchiraient et, à cet instant, il se comprenait mieux qu'il ne s'était compris depuis plus de dix ans. Sa voix se cassa lorsqu'il reprit dans un murmure, détournant les yeux de July.

- Je ne peux pas me permettre d'aimer. Je ne peux pas parce qu'il n'y aurait pas que moi en jeu. Parce que quelqu'un deviendrait aussi important, pour moi, que moi. Parce que... Et puis zut !

// Amarel musela la trouille qui lui donnait envie d'aller aux toilettes à l'instant. Il musela les vestiges de son père qui clamaient haut et fort: "Ne te fais pas de mal mon fils !", il musela les préceptes qui guidaient ses pas hésitants devenus confiants depuis une dizaine d'années, il musela l'égoïsme profond qui suintait de son âme. Et s'approcha d'Andrews. Toujours dans un murmure inaudible, inutile dans l'infirmerie désertique, il termina : //

- Je... Je ne peux t'offrir ce que tu attends de moi...

// Amarel musela la peur qui enserrait ses poumons, chamboulait son anatomie, l'empêchait de respirer. Ferma les yeux. Entendu son coeur battre dans sa poitrine telle la chevauchée des Walkyries, comme s'il souhaitait s'en aller au plus vite. Amarel se souvint de l'apaisement qu'il avait ressenti lorsqu'une main s'était liée à la sienne dans son rêve. Lorsqu'Andrews l'avait pris dans ses bras dans le cours de sortilège qui lui semblait bien lointain à présent. Il se remémora la colère d'Andrews lorsqu'il lui avait lancé un sort de magie noire dans les Toilettes de Mimi Geignarde, l'agacement profond qu'il avait eu dès le départ lorsqu'il voyait la Gryffondor. La jalousie, aussi, lorsqu'il avait vu Ryo être ami avec elle. Le soulagement lorsqu'il avait tenté de la taquiner, à la Bibliothèque. La tristesse et la colère qu'il ressentait lorsque tout dérapait. La peur qu'il ressentait à cet instant et l'appréhension, grandissante. Amarel oublia tout cela. Chassa de son esprit le rire de Lestranges, les larmes de Ryo, le visage des policiers Norvégiens, l'air, déçu des Aurors anglais, le visage de son père le grondant pour une énième bêtise...

Amarel se penchant, recula une mèche brun clair et embrassa July. //


Couleurs utilisées dans ce message : darkred, #4B0082, #200050
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur
Montrer les messages depuis:   
Page: <--  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 20  -->
   Répondre au sujet    Forum >> Les Étages
Page 3 sur 20