Hiboux Nomade Notes
★ Passez un bon été sur Mana Wyrd ★
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


Infirmerie

Page: <--  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 ... 20  -->
   Répondre au sujet   Forum >> Les Étages
Auteur Message
July Andrews

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mar. 14 Juin 2011, 12:59  Répondre en citant

- Qui es tu ? Qui es tu venue chercher ? Rend ce qui est à moi.

// Qui elle était ? Non mais de qui se fichait il ? Bon sang ! Elle aurait deux mots à dire à Amarel quand elle le verrait... Alors comme ça ses petits serpents ne savaient pas le nom des autres préfets ? Peuh ! Typiquement Serpentard ça ! Qui est elle venue chercher ? Il lui semblait pourtant avoir prononcé le nom de Prince à l'instant... Les Serpentards n'écoutaient ils jamais rien ou simplement ce qui leurs intéresse ? Rendre ce qui est à lui ? Euh... A ce moment là elle ne comprit pas. //

- Qui suis-je ? Je suis July Andrews, élève de 6 ème année et préfète de Gryffondor... Qui suis-je venue chercher ? Et bien je cherche Amarel Prince, ton préfet... Il est aussi en 6 ème année, quant à toi euh... Bah j'ai rien à toi qu'est ce que tu racontes ?

// July sortit un morceau de tissu en soie et enveloppa doucement et tendrement la petite statuette de cristal, qu'elle rangea délicatement dans son sac, pour ne pas la casser. Puis, soudain comme nerveuse, elle se remit une de ses boucles redevenus châtain en place, et fixa de ses grands yeux bleus le petit bonhomme de 1 ère année qui ne devait mesurer qu'un petit mètre quarante... Quelque chose comme ça. Peut-être que lui il saurait ? //

- Alors petit serpent... Qu'est ce qui t’amènes à l'infirmerie ? Tu t'es mordu la queue ? Ça doit faire mal... Au fait tu n'aurais vraiment pas vu Prince ?


// Elle s'approcha de l'élève histoire de le taquiner un peu ! Non pas méchamment... July n'est pas comme ça voyons... Et surtout pas avec les Serpentards (petit sourire diabolique) ! Elle le dévisagea un instant et .. Aperçu un petit papillon argenté autour du cou du petit, son papillon... SON PAPILLON A ELLE ! Celui qu'elle avait donné à Amarel le soir où il l'a quitté... //

- Mais qu'est ce que ça fiche autour de ton cou ? Où est ce que tu l'as pris !!

// Nom d'un scroutt à pétard ambulant ! Voilà qu'il voulait reprendre la statuette qui soit disant lui appartenait et maintenant voilà qu'il portait le pendentif de July ! Vraiment ce n'était pas très clair. Mais qui était ce garçon ? //


Couleurs utilisées dans ce message : #200050, darkred

Joueuse


Messages : 3710
Guilde : Les Marchombres
Maison : Serpentard
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Mar. 21 Juin 2011, 19:21  Répondre en citant

- Alors petit serpent... Qu'est ce qui t’amènes à l'infirmerie ? Tu t'es mordu la queue ? Ça doit faire mal... Au fait tu n'aurais vraiment pas vu Prince ? Mais qu'est ce que ça fiche autour de ton cou ? Où est ce que tu l'as pris !!

// Amarel écarquilla davantage les yeux, si c'était possible. Déjà elle proclamait qu'elle le connaissait, et vu la manière avec laquelle il avait réagi en la voyant, il ne pouvait pas songer une seule seconde qu'elle mentait. Et elle avait sa statuette, celle là même dont il ne se séparait jamais. Et elle avait remarqué qu'il avait un collier autour du cou dont il n'avait jusque là même pas conscience. Amarel leva la tête vers cette July Andrews qui l'intriguait. Elle avait masqué la statuette, mais il lorgnait discrètement sur la poche de sa robe de sorcière, cherchant déjà comment il allait pouvoir récupérer Méphisto. Même August n'avait pas réussi à l'en détacher... Amarel se demandait vraiment comment elle y avait eu accès. Maintenant toutefois, venait la question du collier qu'Amarel protégea négligemment de sa petite main nerveuse. Le jeune Serpentard fit un pas en arrière, se prit les pieds dans sa robe de sorcier et se ramassa superbement, faisant tourner la tête de tous ceux présents dans la pièce. Amarel tenta de se relever mais s'empêtra encore plus dans ses habits. Sa main droite d'ailleurs, se posa sur un objet en bois, assez étrange. Une baguette magique visiblement. Qui s'agita dès qu'il y eut un contact entre lui et elle. Entendez par là qu'elle illumina toute la pièce, blessant ainsi Amarel, malgré ses lunettes de soleil. //

- Cal'çon d'Merlin. C'est à qui cette chose !

// Certes, ce n'était pas très poli et encore moins aristocratique, mais Amarel s'était soudainement relevé, évitant une nouvelle chute, et avait jeté la baguette loin devant lui (autrement dit sur le lit qui était juste à côté, tout en se frottant ses yeux malmenés. Une voix qu'il lui sembla connaître, encore une, résonna alors non loin de là. Amarel chercha à tâtons autour de lui, les yeux toujours fermés, le lit qu'il savait peu loin. Sa main retomba sur la baguette qu'il écarta, avant de s'asseoir maladroitement. Il ne savait pas si July Andrews était encore là, mais il savait que ses yeux venaient d'en prendre un coup. Glacial, ou du moins tentant de l'être, il rétorqua finalement, ignorant la conversation que venaient d'engager Zougui et Sally. Sa voix s'amplifiait de plus en plus, et il acheva sa phrase presqu'en hurlant. //

- Je ne l'ai pris à personne. Je suis arrivé ici ce matin, je ne sais pas ce qui m'arrive. Il y a trois jours techniquement les Aurors se bougeaient enfin le derrière pour venir me sortir de l'enfer, alors si j'ai ce machin autour du cou, c'est qu'il est à moi. Alors maintenant tu me RENDS MEFISTO OU J'UTILISE MA BAGUETTE ET TU NE VAS PAS AIMER !

// Amarel n'avait pas tué August en lui soufflant dessus. Sa puissance, incontrôlée, était comme celle de tous les sorciers de moins de onze ans qui n'avaient pas encore appris à la contrôler: destructrice. D'ailleurs, sa baguette était venue toute seule dans sa main, et un fort vent commencer à poindre. Le contre coup de cette colère se fit malheureusement vite sentir puisqu'il eut le souffle coupé. Amarel rouvrit les yeux, ce qui ne se vit pas puisqu'il avait des lunettes teintées, et fixa les uns après les autres les occupants de la pièce. D'une voix fatiguée, un peu plus calme à cause de l'épuisement, Amarel reprit : //

- Je peux l'avoir ? C'est à moi.


Couleurs utilisées dans ce message : darkred, #200050
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur
Sally River

Ancien(ne)





MessageDate du message: Sam. 09 Juil 2011, 17:38  Répondre en citant

// Si Zougui avait voulu répondre aux interrogations de Sally, cette dernière ne put en entendre quoi que ce soit car une querelle éclata autour de l'un des lits de l'infirmerie. Debout, July Andrews, la préfète de Gryffondor qu'elle connaissait aussi en tant que premier amour de son fils adoptif. Couché, un frêle garçon qui ne pouvait être qu'en première année et semblait posséder un tempérament de feu. Esquissant un geste signifiant ''attends une minute'' à son amie, la directrice intriguée s'approcha doucement de l'endroit d'où provenaient ces éclats de voix s'intensifiant. Elle demeura quelques instants à l'écart de la dispute. Cette conversation sans queue ni tête semblait mystifier les deux jeunes sorciers autant que ceux qui les écoutaient sans dire un mot. Mais Sally, elle, commençait à se former sa propre hypothèse sans réellement y croire. Horrifiée par cette révélation, elle recula d'un pas, sa bouche rouge sombre couverte de sa main. //

** Attends un instant, tu n'as même pas vérifier s'il était... là... ** se dit-elle avant de sauter trop vite aux conclusions.

// Autour de la directrice se trouvaient deux élèves endormis, une d'une teinte verdâtre prononcé, un couvert de pustules rouges et un cinquième qui recevait un traitement de cette chère Mlle Dawon. Aucune trace du principal intéressé. Pour répondre à l'air incrédule de la fille verte devant cette situation, la directrice lui sourit froidement mais en elle, les neurones s'agitaient furieusement. Elle allait en avoir le cœur net dans pas plus de trois secondes et quart car elle avait décidé de mettre un terme à la conversation criée. //

- Dis-moi, mon petit, comment t'appelles-tu?
demanda-t-elle au garçon.

** Pitié, par Merlin, faite que j'aie tort et que tout ce ci ne soit qu'un mal-entendu. Faite qu'Amarel ait été... je ne sais pas moi... transporté à Sainte-Mangouste?! **


Couleurs utilisées dans ce message : #610E24
July Andrews

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mer. 24 Aoû 2011, 20:29  Répondre en citant

- Cal'çon d'Merlin. C'est à qui cette chose !

- Espèce de nul ! Elle est à toi pardi ! Je savais que les Serpentards étaient pour la plupart des ... Idiots mais quand même ! J'imaginais pas à ce point là !

// July se cacha les yeux avec son bras droit. Et bah ! La baguette magique avait vraiment un lien puissant avec ce petit sorcier ! C'était comme si... Comme si elle venait de le choisir.. Un peu comme chez Ollivander... Oui c'est ça ! Étonnant n'est ce pas ? Puis l'obscurité normale de la pièce revint, July toujours aveuglée. //

- Je ne l'ai pris à personne. Je suis arrivé ici ce matin, je ne sais pas ce qui m'arrive. Il y a trois jours techniquement les Aurors se bougeaient enfin le derrière pour venir me sortir de l'enfer, alors si j'ai ce machin autour du cou, c'est qu'il est à moi. Alors maintenant tu me RENDS MEFISTO OU J'UTILISE MA BAGUETTE ET TU NE VAS PAS AIMER !

- M'enfin ! C'est le MIEN ! Tu l'as volé à Amarel ! MON AMAREL ! Rends le moi ou rends le lui immédiatement ! Sinon tu vas finir en pâté pour scroutt à pétard ! Et c'est toi qui va pas aimer et puis... Quel enfer ?

// La Gryffondor s'avança d'un pas ferme et décidé, elle le lui reprendrait de force, peu importe son histoire, peu importe ce qu'il ait vécu. Il n'avait pas le droit de posséder ce qu'elle avait de plus précieux et qu'elle avait donné, en gage d'amour, au fils Prince. Non il n'en avait pas le droit. Le serpentard reprit, pas de plus belle cette fois mais au contrairement plus calmement, avec épuisement. //

- Je peux l'avoir ? C'est à moi.

- Je ne peux pas je suis désolée, Méphisto appartient à une personne chère à mon coeur et si je le donnais à une main étrangère, il m'en voudrait et alors... Toute la confiance qu'il a placé en moi s'envolerait aussitôt. Je ne veux pas le perdre, s'il... Si jamais c'était le cas alors... Je m'arrangerai pour quitter cette terre immédiatement. Je ne peux plus vivre sans lui.

// Et c'est alors que la directrice de Poudlard elle même interrompue son dialogue, elle était bizarre tout à coup comme si.. Quelque chose de grave c'était passé, " Dis-moi, mon petit, comment t'appelles-tu? " Bizarre ! Pour une directrice, ne pas connaître le nom de ses élèves est une faute grave ! Après tout il était avant dans SA maison, et pourtant... Une inquiétude la gagnait lorsqu'elle s'approcha de ce garçon qui ressemblait tant à Amarel. Ce petit corps si frêle, mais ses yeux si... Posés, calmes et pourtant si haineux à la fois, si oxydes, si hautain et sa cicatrice passant près de son oeil droit, ses cheveux d'un noir de jais... Se pourrait t'il que ... ?
July tomba à genoux, les larmes lui coulant sur son doux visage, Amarel c'était Lui et ça, elle venait enfin de le comprendre. //


Couleurs utilisées dans ce message : #200050, darkred
Ancien(ne)

Ancien(ne)





MessageDate du message: Jeu. 19 Avr 2012, 18:34  Répondre en citant

// C'était la première fois que Céline se retrouvait à l'infirmerie. La raison de sa présence était que pendant un duel, elle était tombé et avait fait une mauvaise chute. Elle se retrouvait donc avec une jambe cassé. L'infirmière lui avait donné quelque chose d'infecte qui lui avait fait passé une ou deux heures terriblement atroces. Elle avait eu tellement mal qu'elle avait crié à s'en arracher la gorge. La douleur commençait tout juste à s'estomper. Elle s'était enfin endormie. Lorsque d'un coup, elle se réveilla de sa sieste en sursaut. Elle avait eu l'impression d'entendre quelqu'un. Pourtant, depuis qu'elle était ici, personne ne lui avait rendu visite. Elle détailla la pièce mais personne. Elle avait pourtant bien entendu quelqu'un, elle en était sûre. Elle essaya alors de se lever mais une douleur dans sa jambe la fît se rallonger. //

- Aïe ! Saleté de douleur ! Quand est-ce que tu vas enfin arrêter de me faire souffrir autant ?!

// Elle s'assit et vit que l'infirmière s'approcher. //

- Que se passe t-il Mademoiselle ? demanda l'infirmière.

- Oh, euh, rien du tout, j'ai entendu du bruit alors je me suis relevée un peu vite alors j'ai eu mal à ma jambe...

// L'infirmière lui redonna alors encore un peu de son remède dégoûtant et retourna dans son bureau. Puis, lorsque l'infirmière eut bien fermée la porte, une silhouette sortit de l'ombre de la porte d'entrée. //


Couleurs utilisées dans ce message : #003399, #A0522D
Eona

Ancien(ne)





MessageDate du message: Ven. 20 Avr 2012, 12:49  Répondre en citant

// Eona Loor parcourait les corridors avec résignation, elle tendait son bras mou et égratigné, une douleur intense la saisissait au niveau de la main. De petites coupures de sang séchées zébraient son avant-bras, quant à sa main une ouverture sanguinolente se situait sur sa paume. Eona observait sa blessure, comme si celle-ci ne lui appartenait pas. Comme tous les matins elle marchait en direction de la bibliothèque, mais sur le chemin elle croisa une porte légèrement entrouverte qui habituellement était toujours fermé à clé... Curieuse comme elle était, la jeune lectrice ne pu s'empêcher de s'en approcher. Par manque d'attention elle dévala les escaliers, et sa main n'a pas survécu à cette petite escapade...

En y repensant la Serdaigle s'en voulait énormément, car c'était sa main gauche qui avait été atteinte. L'idée de ne plus pouvoir écrire, ne serait-ce que pour une journée lui était insupportable, plus que la douleur qui lui lançait toutes les trois secondes. La jeune fille ferma délicatement les paupières et pensa à la clairière... Celle où elle fit la rencontre d'une merveilleuse jeune fille, - d'ailleurs ce lieu portait bien son nom - pensa-t-elle tout haut. Eona se ressaisit tout en se donnant pleins de remords, elle ne pouvait plus recommencer à rêvasser de la sorte ! Si elle continuait ainsi, les accidents deviendraient beaucoup trop quotidiens ! Il fallait absolument qu'elle y remédie le moment venu. Eona Loor secoua la tête en tout sens, c'était-elle perdue ? La malchance lui tournait autour ces temps-ci... Après quelques minutes de raisonnement, elle en déduit que ce devait être ici la fameuse infirmerie... A pas prudents elle s'approcha de la porte et perçut du bruit, elle écouta attentivement : //

- Aïe ! Saleté de douleur ! Quand est-ce que tu vas enfin arrêter de me faire souffrir autant ?!

// Eona colla son oreille contre la serrure pour mieux discerner la voix. Il lui sembla que celle-ci provenait d'une jeune fille. //

- Que se passe t-il Mademoiselle ?

// La Serdaigle reconnut celle d'une adulte. Eona se doutait que c'était l'infirmière. //

- Oh, euh, rien du tout, j'ai entendu du bruit alors je me suis relevée un peu vite alors j'ai eu mal à ma jambe...

// Cette voix était très agréable à entendre, si mélodieuse et douce... Déterminée à franchir cette porte imposante, de sa main encore valide Eona Loor empoigna la poignée et poussa. Il s'émit un grincement strident, la jeune Serdaigle marcha avec assurance, puis observant cette pièce vit la jeune personne qu'elle avait entendu à la porte. Avec une voix assurée, elle articula à la jeune fille sur le lit : //

- Excusez-moi, savez-vous où se trouve l'infirmière ?

// Eona vit s'approcher une femme au visage riant et à l'air gentillet. Elle détourna la tête de la jeune adolescente allongée dans le lit pour mieux dévisager l'infirmière. Cette dernière était vêtue d'une blouse blanche. Un bonnet ornait le haut de son crâne et de gros sabots en caoutchouc blanc - comme on le voit dans les hôpitaux - lui servaient de chaussures. Une belle chevelure blonde lui cascadait le dos. //

- Bonjour, je viens pour soigner ma main...

// D'un geste elle lui exposa sa main devenue cramoisi et enflée. L'adulte la lui prit délicatement et l'examina sur tous les recoins. A présent elle la tira doucement par le bras afin de l'emmener vers un siège. D'un air inquiet elle leva son regard dans ses prunelles vertes. //

- Ma pauvre enfant, comment t'es-tu fait cela ?

// Sans attendre de réponse elle continua : //

- Je vais bien m'occuper de toi tu verras ! Mais je te préviens, tu ne pourras plus l'utiliser durant une semaine au moins, et je tiens à ce que tu restes ici le restant de la journée !

// Eona écarquilla ses yeux, ses pupilles se dilatèrent . Une semaine ?! C'était déjà hélas bien trop long, mais à la vue de cette fille plâtrée et à l'air de s'ennuyer gravement, elle dû refouler ses pensées. C'était bien trop égoïste de sa part de se plaindre, alors que cette dernière ne pourrait plus circuler tout à fait librement pendant plus d'un mois sûrement. Maintenant en panique, la jeune lectrice lança des mots parfois incompréhensibles, car les larmes commençant à lui monter aux yeux lui embrouillaient les idées : //

- Une semaine... mais c'est bien trop long ! Je ne pourrai... plus écrire, je suis gauchère !

// Désormais Eona produisait l'intention générale, elle tremblait littéralement d'énervement, mais elle se reprit à temps. L'infirmière ne lui prêtait plus aucune attention maintenant, trop absorbée par son travail. Elle ressentit des picotements aigus, comme des épines de ronces. D'une main experte l'adulte lui désinfectait sa blessure à l'aide de produits, dont la Serdaigle n'avait pas connaissance. La jeune femme maintint son index et son majeur collés l'un à l'autre et lui confectionna une sorte de plâtre. L'infirmière recousu sa paume, et l'enroba d'un bandage de couleur blanc-neige de l'avant-bras à sa main fébrile. //

- Ne t'inquiète pas, une ordonnance sera à ta disposition pour t'excuser de ne plus pouvoir maintenir un stylo.

// Eona Loor la remercia. La femme lui désigna un lit dans lequel lui attendait de longues heures de solitudes, ce qui était plutôt habituel chez Eona d'en être accompagnées... A la présence de la jeune fille à sa gauche, elle lâcha tout de même un soupir de soulagement. //

** Au moins je serai utile à quelque chose, tenir compagnie à une camarade qui devra sûrement en endurer plus que moi. **

// La lectrice lui lança un sourire discret, mais plein de compassion : //

- Je m'appelle Eona Loor, et toi ? Autant faire connaissance maintenant...

// La Serdaigle la dévisageait curieusement, ses cheveux étaient d'une couleur inhabituelle entre le châtain et le roux, ses yeux marrons l'observaient avec intensité et tout cela se composait d'un joli petit minois. Maintenant un peu plus à l'aise celle-ci s'installa confortablement sur son nouveau lit et attendit patiemment sa réponse. //


Couleurs utilisées dans ce message : #003399, #A0522D, #370028
Ancien(ne)

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mer. 25 Avr 2012, 13:04  Répondre en citant

// C'est alors qu'une jeune fille s'avança vers Céline. //

- Excusez-moi, savez-vous où se trouve l'infirmière ?

// Céline n'eut même pas le temps de lui répondre car l'infirmière s'avançait déjà vers la nouvelle blessée. Elle lui expliqua qu'elle venait pour soigner sa main alors l'infirmière pris délicatement le bras de la jeune fille et l'examina avec attention. Puis elle l'emmena vers un siège. //

- Ma pauvre enfant, comment t'es-tu fait cela ?

// Puis, sans attendre de réponse, elle continua. //

-Je vais bien m'occuper de toi tu verras ! Mais je te préviens, tu ne pourras plus l'utiliser durant une semaine au moins, et je tiens à ce que tu restes ici le restant de la journée !

//La jeune fille sembla choqué de la durée pendant laquelle elle ne pourrait plus utiliser sa main car elle écarquilla les yeux et les larmes lui montèrent. //

- Une semaine... mais c'est bien trop long ! Je ne pourrai... plus écrire, je suis gauchère !

// Mais l'infirmière resta indifférente à la plainte de la jeune élève. Elle commença alors à guérir la blessure. La jeune fille tremblait d'énervement mais elle se reprit et se calma. //

** Mince, vu sa réaction à l'idée de ne plus pouvoir se servir de sa main pendant autant de temps, elle doit beaucoup écrire. J'aimerais beaucoup l'aider mais que faire ? ** se demanda alors la jeune Serdaigle.

- Ne t'inquiète pas, une ordonnance sera à ta disposition pour t'excuser de ne plus pouvoir maintenir un stylo, la rassura l'adulte.

// La jeune fille la remercia et s'installa dans un lit. Elle lâcha alors un soupir de soupir de soulagement et lança un sourire plein de compassion à Céline. //

- Je m'appelle Eona Loor, et toi ? Autant faire connaissance maintenant...

// Puis, attendant sa réponse, elle la dévisagea. Pour la mettre un peu plus à l'aise, Céline l'observa avec intensité et gentillesse. //

- Enchantée, quel joli prénom. Je m'appelle Céline Bloom et je suis à Serdaigle. Et toi ?

// Mais la jeune fille n'eut pas le temps de répondre car Lalwende, l'elfe de Céline, fit son apparition. //

- Bonjour Miss. Je vous ai apporté quelques friandises et des parchemins pour vous occuper et vous changer les idées lors de votre séjour à l'infirmerie Miss. Puis elle se rendit compte de la présence d'Eona. Oh, bonjour Miss, pardonnez l'inattention de Lalwende, elle ne vous avez pas vu.

// Elle avait dit tout cela avec un sourire qu'elle ne cherchait même pas à dissimuler mais Céline ne lui en voulait pas le moins du monde car cela faisait parti de son caractère et c'est pour cela qu'elle l'avait choisie. //

- Bonjour Lalwende, je suis très heureuse de te voir. Merci pour ce que tu m'as apporter. Veux-tu bien me le poser sur ma table de chevet s'il te plaît car comme tu le vois, je ne suis pas en état de me lever. Ensuite elle entreprit de la présenter à Eona. Eona, je te présente Lalwende, c'est l'elfe que j'ai parrainé au club de la S.A.L.E. Comme tu as surement pu le voir grâce à son sourire, elle est rieuse et c'est pour cela que je l'ai choisie.

// Elle adressa ensuite un sourire à son elfe et à Eona. //


Couleurs utilisées dans ce message : #370028, #A0522D, #003399, #FFD700
Eona

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mer. 25 Avr 2012, 16:02  Répondre en citant

- Enchantée, quel joli prénom. Je m'appelle Céline Bloom et je suis à Serdaigle. Et toi ?

// Eona Loor fixa d'un oeil surpris le visage de cette jeune Serdaigle. Après réflexion, il lui semblait bien que ce nom avait déjà pris part dans plusieurs conversations qu'elle avait surprises. Cela lui semblait d'un peu plus intéressant, car elle ne devait pas faire grande allure tout à l'heure, lorsqu'elle faillit exploser de rage tellement l'obsession de ne plus pouvoir continuer son roman était inacceptable. La jeune lectrice pensait désormais que Céline Bloom pouvait ressentir plus au moins la même chose vu qu'elles étaient toutes les deux des érudits et dans ce cas comprendre sa réaction d'il y a quelques instants. Peut-être qu'en faisant partie de la même communauté elle pourrait paraître moins étrange qu'elle le prétendait. Même si la différence qu'elle produisait par rapport aux élèves de Poudlard ne la gênait pas tellement, parfois Eona souhaitait intérieurement être comprise.

Décidément elle pensait tellement de choses à la fois, qu' une migraine atroce vint s'installer à l'intérieur de son crâne. Elle se rendit compte toutefois qu'elle rêvassait encore. Pour soulager la douleur, elle posa sa tête sur un oreiller moelleux et très confortable, elle en faillit pousser un cri d'extase. Ses cheveux d'un brun presque noir s'éparpillaient sur le tissu albâtre et épais. A présent sur terre, elle vit apparaître un elfe qui lui fit immédiatement penser à Iniga.

Eona ayant presque oublié la question de Céline Bloom, voulut y répondre lorsque cette petite créature émit quelques paroles à sa maîtresse : //

- Bonjour Miss. Je vous ai apporté quelques friandises et des parchemins pour vous occuper et vous changer les idées lors de votre séjour à l'infirmerie Miss.

// Alors que la jeune adolescente fixait d'envie les parchemins que l'elfe déposa à sa camarade de maison, la petite créature aux yeux globuleux dévisagea avec inquiétude Eona et s'excusa rapidement : //

- Oh, bonjour Miss, pardonnez l'inattention de Lalwende, elle ne vous avez pas vu.

// Prise au dépourvu, les lèvres d'Eona Loor formèrent tout de même, instantanément un sourire éclatant, puis alors même qu'elle pensait à son elfe des idées lui fusèrent de l'esprit. Son livre prenait enfin forme, des bribes d'images défilaient devant ses yeux verts ! A présent elle paniquait, il lui fallait à tout pris écrire, ne serait-ce qu'un mot ! Elle avait peur de ne plus se souvenir de cette inspiration soudaine, celle qui lui manquait depuis une semaine déjà ! Elle dû se contenir et refouler ses pensées, son excitation se reflétait à ses yeux qui brillaient d'une lueur presque inquiétante. Eona ressentait à la fois la joie qui lui picotait de tout son corps et qui ne cessait de grandir et à la fois la sueur froide qui perlait à son front. Mais Céline Bloom intérrompit ses pensées : //

- Bonjour Lalwende, je suis très heureuse de te voir. Merci pour ce que tu m'as apporter. Veux-tu bien me le poser sur ma table de chevet s'il te plaît car comme tu le vois, je ne suis pas en état de me lever.

// Après une courte pose elle continua : //

- Eona, je te présente Lalwende, c'est l'elfe que j'ai parrainé au club de la S.A.L.E. Comme tu as surement pu le voir grâce à son sourire, elle est rieuse et c'est pour cela que je l'ai choisie.

// Eona Loor devait fournir un effort pour ne pas se montrer impolie - même si cela était intentionnelle -, déjà que cette dernière avait dû mal à se faire accepter il ne fallait pas en plus qu'elle se fasse passer pour une de ces élèves imbus de leurs personnes et sans aucun scrupule ! Elle répondit donc, courtoisement : //

- Contente de te rencontrer Lalwende !

// De son bras valide elle serra la petite main frêle et râpeuse de l'elfe, et son visage s'éclaira de gentillesse et d'intelligence. Elle détourna son regard pour adresser un sourire timide à Céline : //

- Moi aussi je fais partie de Serdaigle, j'ai beaucoup entendu parler de toi !

// Alors que toute élève aurait plutôt voulu engloutir les bonbons qui se présentaient sur la petite table en bois de chêne, Eona, elle, voulait à tout prix ces vieux parchemins. Ils étaient d'une couleur jaune, travaillés par le temps. Certaine d'elle, elle aurait parié qu'ils auraient été doux au touché. A ses yeux ils tenaient tellement d'importance pour la finition de son livre ! Pourtant elle hésita, mais avec un courage indécis elle lui demanda : //

- Ça te dérangerait si je t'empruntais un de tes parchemins ? Bien sûr, je te rembourserai... Je peux le faire maintenant si tu le désires !

// Eona fouillait dans les poches de son slim noir, elle lançait des regards paniqués quand elle s'aperçut que ses Myrins étaient logés dans son coffre de Gringotts. On pouvait lire se dessiner sur son visage une supplication silencieuse. Résignée et impuissante elle lui dit un peu confuse : //

- Je suis désolée mais je n'ai pas d'argent sur moi, je comprendrai que tu ne me fasses pas confiance.

// Honteuse, ses joues commencèrent à rosir légèrement, on aurait pu croire que cela venait de la chaleur qui se serait dégagé de la pièce mais ce n'en fut rien. Gênée de s'être emportée de la sorte, elle ramena de ses mains - dont l'une d'elle bandée - tremblotantes les draps d'un blanc léger. On devinait facilement par le tissu rêche, qu'ils avaient été de nombreuses fois lavés dû à leurs utilisations.

Eona ressentit une vague de froideur, pour se réchauffer elle plia ses genoux vers sa poitrine de façon à ce que ses mollets forment une barrière protectrice contre... le vent ? Une fenêtre était grande ouverte au fond de la salle. Voilà ce qui lui causait la chaire de poule !

Un pétale de fleur atterrit sur son matelas fragile, d'un bras tremblant elle s'en saisit et le garda précieusement dans sa main, dont les doigts se refermaient délicatement sur ce dernier. Son visage à présent pâle se focalisa sur les traits de Céline, prête à connaître le sort de son audace. //

[RP suspendu]


Dernière édition effectuée par un ancien joueur (Mer. 30 Mai 2012, 19:20) ; édité 1 fois

Couleurs utilisées dans ce message : #003399, #FFD700, #370028
Adhara

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mer. 30 Mai 2012, 16:56  Répondre en citant

// Adhara arriva toute essoufflée à l'infirmerie. Il s'était passé une heure entre la pulvérisation du parfum empoisonné par son frère et son arrivée ici. Son désir de vengeance avait été plus grand que celui de guérison. Le seul hic était que les furoncles violets, qui jusque là ne s'étendaient qu'à son cou, avaient commencé à proliférer sur son visage, ses bras et ses mains. Elle n'en pouvait plus et à cause de cela, elle pria très fort que l'infirmière arrive au plus vite. Merlin devait être de son côté car Mademoiselle Dawon se posta devant elle seulement trois secondes plus tard. //

- Oh par tous les saints du monde magique ! Miss O'Callaghan, quelle est la chose qui vous a provoqué ça ? Et ne me dites pas que c'est encore l'une des farces et attrapes des frères Weasley ! Leurs produits sont marrants pour les farceurs mais pas pour les pauvres infirmières qui doivent guérir des élèves malchanceux comme vous ?

- Non, je vous stoppe immédiatement ! Les inventions des jumeaux n'y sont pour rien. C'est tout simplement mon... Glurps... Frère qui a mis je ne sais quoi dans une bouteille de parfum. Sauf que plus le temps passe et plus ça s'aggrave. S'il vous plait, faites quelque chose, je ne tiendrais pas une heure de plus !

// La 7ème année se retenait à grand peine d'ordonner à la soignante de se dépêcher. Elle savait que la pauvre femme n'y était pour rien dans son malheur mais à mesure que les furoncles prenaient du terrain, Addy avait l'impression d'étouffer. En plus, l'odeur de jasmin qui sortait des abcès commençait à lui coller des nausées et elle vomirait tout le contenu de son estomac sur le sol lustré de l'infirmerie si on ne les lui enlevait pas bientôt. Sans ambages, la Poufsouffle alla s'installer sur l'un des lits. Elle voulut s'allonger mais, à la dernière seconde, elle se ravisa. La jeune femme avait trop peur de faire exploser, avant l'heure dite, toutes ses pustules. //

- Surtout ne bougez pas et attendez-moi là. Je vais chercher le remède dans ma réserve et je reviens vous guérir. dit la garde-malade avec un sourire stressé.

** Comme si j'allais bouger d'ici. Non mais elle a bien vu ma tête ?! Moins on me verra, moins j'aurais la honte ! **

// Une poignée de minutes plus tard, Ashley Dawon revint avec, dans ses mains, ce qu'Adhara pensait être le remède à tous ses soucis. L'infirmière versa le contenu de la fiole dans un verre et le donna à la Jaune-et-Noire qui allait le porter à sa bouche. Quand la nurse l'interrompit. //

- NOOOON, STOOOOP ! hurla Mademoiselle Dawon. J'ai oublié de rajouter un ingrédient.

// La blonde reprit le verre des mains d'Addy, rajouta quelque chose et touilla le tout. //

- Voilà, maintenant, vous pouvez le boire. Le poil de nez d'un troll des montagnes est indispensable pour une guérisson-éclair !

** Hein ? De quoi ? Comment ? Alors là, elle peut toujours aller voir à Azkaban si j'y suis ! **

- Vous pensez tout de même pas sérieusement que je vais boire ça de mon plein gré ?! La seule manière de me donner ce médicament serait de me jeter un imperium. asséna l'élève sur le ton du défi.

// L'infirmière l'a pris presqu'au mot. A la place, elle se jeta sur la blairotte et tout en lui bouchant le nez, elle lui enfourna le liquide dans la bouche. Adhara n'eut d'autre choix que d'avaler. Certes, la boisson était insipide mais le fait qu'elle contienne un truc appartenant à un troll suffit à lui donner une envie monstre de regurgiter. Après une ou deux minutes, son haut-le-coeur passa. Et il fallut encore une vingtaine de minutes pour que le dernier furoncle disparaisse enfin. La 7ème année se sentit tout d'un coup revivre. Elle n'avait plus qu'une idée : quitter l'infirmerie et son adorable (mais effrayante) soignante. Chose qu'elle pu faire après une enième vérification d'Ashley Dawon. Et c'est tout sourire qu'Addy sortit de la salle aux malades. //

- Ô liberté chérie, comme je suis ravie de te retrouver. Je te promets de le faire payer encore plus que prévu à mon pitiponk de frère ! formula la Poufsouffle, plus comme une promesse à elle-même qu'autre chose.


Couleurs utilisées dans ce message : #A0522D, #7E3300
Ellanafly

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mer. 08 Aoû 2012, 19:01  Répondre en citant

[RP avec Izaac et torior]


// Sa petite baignade au parc lui avait valu une belle entorse . Elle avait bien évidemment essayé de dissimuler sa douleur ne voulant pas inquiéter son entourage mais elle devenait tout bonnement insupportable surtout qu'elle marchait curieusement ce qui n'avait pas échappé à un de ses professeurs qui lui avait suggéré d'aller à l'infirmerie au lieu d'être aussi buté , s'en suivit un duel de regard qui se termina par la résignation d'Ellana , satisfait, Siméon Garm était parti sans lui poser la moindre des questions ce qui était tout à fait normal venant de celui-ci, la laissant pantoise.
C'est ainsi qu'elle se retrouva à gravir les marches tout en tenant fermement la rampe. //

** Plus que quelques pas et c'est bon. **

// Arrivée à destination, elle ne put s’empêcher de lâcher un soupir de contentement . Essayant de trouver du regard celle qui la soulagerait de son mal, elle ne put que discerner que quelques silhouettes flous. Elle sentit quelqu'un lui prendre le bras et la tirait quelque part, secouant la tête elle retrouva enfin la vue.
Ashley Dawon l'avait amené jusqu'à un lit. //

- Vous avez une sacrée fièvre Miss ...

** Encore mon absence de nom de famille, c'est bien ma veine. **

- Ellana

- Alors Miss Ellana je doute que votre montée de température soit la raison de votre venue.

** Si elle le sait pourquoi elle me le demande ? **

// Lasse, elle retira sa chaussure et montra son pied gonflé à celle-ci qui l'examina sous toutes les coutures en appuyant sur certaines parties.//

- Heureusement que vous êtes venue, cette entorse aurait pu s'aggraver ! Quelques heures de plus et votre cheville n'aurait plus été la même !

// Ennuyée au plus au point , elle essaya de mettre ses idées au clair espérant qu'elle sortirait vite de cet endroit. Jamais elle n'avait eu le besoin de se faire soigner par quelqu'un d'autre qu'elle même auparavant , sa fierté en prenait un coup.
Quelques gouttes de sueur ruisselaient sur son dos suite à son escalade.
Suivant les conseils de sa soignante qui était parti chercher quelque chose pour la "soigner", elle enleva sa robe noire ne gardant que son uniforme bleu et bronze et retroussa les manches de sa chemise ce qui mettait bien en évidence son tatouage. Aucune explication n'avait pu lui être donnée suite au phénomène qui s'était produit à la librairie avec Synthia. Ne voulant pas se prendre la tête avec ça et ayant horreur de rester coucher sans rien faire , elle sautilla jusqu'à une fenêtre en quête d'une distraction quelconque. Discernant des pas, elle se remit à sa place. Ce n'était que Ashley revenant avec un pot d'une substance crémeuse dans une main. //

- Ceci soulagera la douleur...

// Marmonnant un merci à peine audible, elle prit celui-ci de ses mains et se l'appliqua elle-même. //

** Je n'ai pas besoin d'aide pour une simple crème quand même. **


Dernière édition effectuée par un ancien joueur (Mer. 08 Aoû 2012, 19:10) ; édité 1 fois

Couleurs utilisées dans ce message : #003399, #A0522D
Montrer les messages depuis:   
Page: <--  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 ... 20  -->
   Répondre au sujet    Forum >> Les Étages
Page 6 sur 20