Hiboux Nomade Notes
☆ Bonne année sur Mana Wyrd ! ☆
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


Les Grandes Plaines

Page: <--  1, 2, 3, 4  -->
   Répondre au sujet   Forum >> Autres lieux
Auteur Message

Team RP


Messages : 7639
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Dim. 03 Déc 2017, 11:57  Répondre en citant

// La petite troupe avait quitté la capitale récemment. Ils avançaient doucement, mais sûrement. A chaque seconde, Yaaleen était sur ses gardes, l'oreille à l’affût du moindre bruit, l’œil aux aguets de n'importe quel mouvement suspect. Elle n'aimait pas trop la compagnie qu'elle avait, mais elle faisait avec. Les enfants Tintallë se méfiaient d'elle, comme si c'était elle la traîtresse. Elle ne savait comment les convaincre qu'elle était de leur côté, plus que n'importe qui, encore plus qu'Aksel. Tant pis pour eux. Tant qu'elle menait sa mission à bien, c'était le principal. Elle faisait souvent des missions de reconnaissance seule. La nuit, elle ne dormait que très peu. Elle cherchait des mercenaires à exterminer. Son esprit était assez vengeur ces derniers temps. Elle ne supportait pas les personnes ennemies à la Guilde. Et encore moins les traîtres marchombres. Elle trouverait qui ils étaient. Coûte que coûte.

On aurait pu croire en voyant les cinq personnes qu'ils étaient une bande de zannis, prêts à se donner en spectacle pour récolter quelques pièces. Pourtant, c'était tout le contraire.
La marchombre marchait parfois et montait son cheval le reste du temps. Mitrahli était sage, mais n'était pas rassuré dans ces grandes plaines, là où les prédateurs étaient nombreux. La nuit, il dormait peu, tout comme sa maîtresse. Les loups lui faisaient peur et il y avait encore pires prédateurs dans ces contrées.

Le soleil se coucherait dans quelques heures et ils n'avaient toujours pas d'endroit pour dormir. Yaaleen décida de partir en éclaireuse à la recherche d'un abri pour la nuit. Elle avait emmené Aliya avec elle. Aksel n'aurait pas été capable de protéger trois personnes à la fois avec un danger pareil dans les plaines.

Le temps passait sans aucune discussion de la part des deux filles. La marchombre guettait le moindre recoin qui serait possiblement intéressant pour dormir. //

- Jusqu'où veux-tu qu'on aille ?

// Yaaleen se tourna vers Aliya. C'était une question dont la réponse était évidente à vrai dire. Mais il semblait normal que la jeune fille ne sache pas quelle cachette serait idéale pour eux. //

- Nous marcherons jusqu'à ce que nous trouvons un refuge sûr. Cela peut durer des heures dans ces plaines. Une chance que Mitrahli soit resté avec Aksel et les enfants. Ils pourront nous rejoindre plus facilement.


// La marchombre avait laissé des consignes à l'apprenti. Dès qu'une certaine heure serait passée, ils prendraient la route, tous les trois sur le cheval, à la suite de Yaaleen et Aliya.

Celle-ci semblait inquiète constamment. C'était compréhensible, mais elle devait essayer de trouver des moments de bonheur éphémères parmi ces journées difficiles. //

- Aliya, veux-tu me parler de tes inquiétudes ?

// La jeune femme se surprenait. Jamais elle ne parlait de ce genre de choses avec des presqu'inconnus. Déjà qu'avec son frère c'était difficile... //


Couleurs utilisées dans ce message : #7B0A0A, #0038D2
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur

Joueur


Messages : 273
Guilde : Aucune
Maison : Serdaigle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Ven. 08 Déc 2017, 22:45  Répondre en citant

// Laïln marchait le long de la route, fixant des yeux la butte qu’il avait repéré. Le dessinateur venait d’Al-Jeit où il avait surpris à l’académie de Merwyn une conversation entre les parents de l’un de ses anciens camarades de classe de l’époque où il étudiait là. Ce dernier était parti à Al-Vor pour porter quelque chose au célèbre analyste de la ville mais n’avait pas donné de nouvelles depuis son départ, provoquant l’inquiétude de sa famille. Les deux jeunes Dessinateurs ne s’étaient jamais vraiment entendus, mais le disparu appartenait à la petite noblesse, ce pourquoi Laïln espérait gagner sur une éventuelle récompense, ses économies étant loin d’être infinies. Sur le trajet, il s’était arrêté pour faire se reposer son poney, avait aperçu au loin un éclat dans les hautes herbes et il revenait sur ses pas afin d’en découvrir l’origine. Arrivé à l’endroit qu’il avait repéré, le voyageur blond quitta la route et fouilla l’endroit. Il finit par trouver l’objet qui l’avait attiré là : une sphère graphe traînant par terre, reflétant la lumière du soleil de manière aveuglante alors qu’il la faisait tourner entre ses mains. Un mauvais pressentiment envahi le Dessinateur qui regarda à la base de l’objet et y lut la phrase qui y était gravée : "Puisse la Dame pardonner au juste", confirmant ainsi qu’il s’agissait bien de la sphère graphe dont son ancien camarade avait si souvent vanté la qualité. Laïln bloqua un instant, fixant les mots gravés dans le minéral qui semblaient se moquer de lui. Il se remit à fouiller les lieux, plus attentif que la fois d’avant, dans le but de trouver d’autres traces du disparu. Au bout d’un long moment, il finit par s’arrêter, perplexe. Il n’avait rien trouvé d’autre et ne pouvaient se l’expliquer. S’il avait été tué par un animal, le jeune noble aurait dû laisser plus traces derrière lui, d’autres objets, voir même des os s’il avait été consommé sur place. Des bandits n’auraient jamais laissé derrière eux une sphère graphe venant d’un dessinateur aussi talentueux, ayant été l’un des élèves favoris des enseignants de l’académie malgré un manque de Pouvoir assez handicapant. Et eux aussi auraient laissé derrière eux sa carcasse, sinon une tombe. Logiquement, Ril’Ahän serait donc vivant, mais jamais il n’aurait abandonné son précieux héritage de famille sans lequel le surplus de bleu sur le test de son Don serait inutile. Il y avait forcément une explication, mais comme elle lui échappait, Laïln passa à quelque chose qu’il avait voulu faire pendant des années : utiliser la fameuse sphère graphe de la famille Ril’Ahän. L’alavirois serra l’objet dans ses mains et se lança dans les Spires pour en ressortir aussitôt. Il n’y avait aucune différence par rapport à d’habitude. Le Dessinateur fit quelques essais supplémentaires avant de se rendre à l’évidence : la sphère graphe était inutile. Il la jeta par terre de rage avant de la frapper plusieurs fois du pied pour se passer les nerfs. Dans les mains de son légitime propriétaire, elle avait permit à ce dernier de presque rivaliser avec Laïln en matière de Pouvoir et maintenant que c’était son tour de s’en servir, tous ses espoirs de pouvoir enfin effectuer un Pas sur le Coté se ravivant dans son cœur, elle cessait de fonctionner. Se reprenant, le blond ramassa la pierre, peut-être le problème n’était-il que temporaire. Au pire, ce serait utile de l’avoir pour aller à la rencontre des parents Ril’Ahän, qui d’ailleurs pourrait peut-être le payer pour leur avoir ramené leur précieux héritage. Laïln se demanda si la sphère graphe n’avait pas été jetée après avoir cessée de fonctionner. Ce serait étrange de jeter un objet ayant été passé de génération en génération dans sa famille, mais après tout, s’il avait bien compris la discussion qui l’avait lancé dans ce voyage, le disparu avait été adopté, il pouvait ne pas s’être senti concerné par l’héritage de gens avec lesquels il n’avait aucun lien de parenté… Et connaissant l’individu, si une fille était impliquée… C’était possible. Il faudrait malheureusement qu’il aille à Al-Vor pour vérifier avant de retourner à la capitale. N’ayant plus rien à faire, le jeune homme s’apprêtait à repartir lorsqu’il entendit des voix de l’autre coté de la butte. Espérant qu’il s’agisse de marchands, ce qui lui permettrait d’avoir de la compagnie pour le reste de la route, ce serai plus agréable que de voyager seul avec un poney pour seul interlocuteur. S’il s’agissait d’une caravane, il y aurait forcément un joueur dans le tas, ce qui rendrait le trajet infiniment plus plaisant, et plus rentable s’il n’y avait personne parmi les marchands qui soit plus doué que lui en matière de tricherie. Malheureusement, en atteignant le sommet de la montée, tout ce qu’il vis fut deux femmes sans montures, marchandises ni armes apparentes. Elles n’avaient cependant pas l’air en détresse de gens ayant été détroussés. Trouvant cela étrange, Laïln plaça la sphère graphe dans l’une de ses bourses avant d’aller à leur rencontre. Il doutait qu’elles l’attaquent, mais la situation ressemblait fortement à l’arnaque consistant en se présenter aux voyageurs comme d’innocentes victimes d’une bande de voleurs afin d’être intégrés aux groupes rencontrés pour ensuite dérober leurs possessions durant la nuit. Mais même si c’était le cas, le Dessinateur ferait une piètre cible, voyageant seul et sans fortune comme il le faisait. Et puis, si l’une des deux était une joueuse, sa journée n’aurait pas été totalement gâchée. Il était cependant assez pessimiste : il avait la poisse cet après-midi là, comme le prouvait les déceptions qui commençaient à s’accumuler, de l’inutilité de la sphère graphe qu’il venait de trouver à la réalité de la rencontre qu’il venait de faire, Laïln sentait que le destin s’amusait à lui donner des espoirs pour mieux pouvoir briser son optimisme. Il se força malgré tout à sourire en allant à la rencontre des deux femmes. //

- Bonjour mesdemoiselles, je me nomme Laïln, ne suis pas un criminel, n’ai pas de compères dissimulés prêts à vous attaquer et n’en ai ni après votre vie, ni après votre bourse, ni après votre vertu. Il semblerait que nous allions dans la même direction, aussi ne pourrions-nous pas faire un bout de chemin ensemble ? N’ayez crainte, je vous quitterez bien vite, mon campement m’attends non loin d’ici et je compte y rester pour la nuit, je ne connais pas d’autre refuge assez proche pour pouvoir l’atteindre avant le coucher du soleil. Par contre, celui où je me suis installé est trop petit pour nous trois et ma monture, il vous faudra trouver un autre endroit pour vous poser, sauf si vous compter voyager à la lumière de la lune, bien sûr. Il y a bien l’endroit où les caravanes s’arrêtaient à quoi… vingt mètres de distances, mais sans chariot, vous n’aurez ni abri ni défense en cas d’attaque nocturne. Plus important, l’une de vous deux serait-elle amatrice de jeux de dés ou de cartes ?


Couleurs utilisées dans ce message : #005000
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 1033
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Serpentard
Poudlard : 6e année
MessageDate du message: Mer. 13 Déc 2017, 20:29  Répondre en citant

- Nous marcherons jusqu'à ce que nous trouvions un refuge sûr. Cela peut durer des heures dans ces plaines. Une chance que Mitrahli soit resté avec Aksel et les enfants. Ils pourront nous rejoindre plus facilement.

// Pourquoi diable se sentait-elle obligée d'adopter cet air supérieur chaque fois qu'elle s'adressait à Aliya ? La brune, malgré ses efforts, n'avait plus ni la force d'essayer de comprendre la marchombre, ni même de la contredire. Elle regrettait presque d'avoir posé la question, préférant mille fois le silence au ton froid et à la conversation vide de sens. Il leur faudrait marcher. Soit. Dans la solitude de son cœur et de son esprit, elle marcherai, suivrai les consignes de Yaaleen, acquiescerai à ses mots, et puis quoi ? Quand ce cauchemar prendra-t-il fin ? //

- Aliya, veux-tu me parler de tes inquiétudes ?

// Elle faillit faire répéter sa question à la marchombre. Comment ça ? Se confier ? La froideur faisait-elle place à la compassion ? Pourquoi Yaaleen s'en souciait-elle ? Presque qu'agréablement étonnée, Aliya ne pouvait cependant rien lui répondre. Jamais. Ne jamais mettre des mots dessus, sinon les fantômes deviendront réels. Ils envahissaient déjà ses rêves, mais il ne fallait jamais, au grand jamais, leur accorder leur pesant de réalité. //

- Je suis désolée Yaaleen mais je crois ... je crois que tu ne comprendrais pas ...

// Le ton était fébrile, mais l'intention réelle. La jeune fille des rues, impulsive et imprévisible, paraissait désormais bien loin. Sa voix ne se faisait plus entendre comme avant, et des excuses ponctuaient son langage comme jamais dans sa vie de voleuse à l'étalage. Que cette période était lointaine maintenant ! //

- Bonjour mesdemoiselles, je me nomme Laïln, ne suis pas un criminel, n’ai pas de compères dissimulés prêts à vous attaquer et n’en ai ni après votre vie, ni après votre bourse, ni après votre vertu. Il semblerait que nous allions dans la même direction, aussi ne pourrions-nous pas faire un bout de chemin ensemble ? N’ayez crainte, je vous quitterais bien vite, mon campement m’attends non loin d’ici et je compte y rester pour la nuit, je ne connais pas d’autre refuge assez proche pour pouvoir l’atteindre avant le coucher du soleil. Par contre, celui où je me suis installé est trop petit pour nous trois et ma monture, il vous faudra trouver un autre endroit pour vous poser, sauf si vous compter voyager à la lumière de la lune, bien sûr. Il y a bien l’endroit où les caravanes s’arrêtaient à quoi… vingt mètres de distances, mais sans chariot, vous n’aurez ni abri ni défense en cas d’attaque nocturne. Plus important, l’une de vous deux serait-elle amatrice de jeux de dés ou de cartes ?

// La voix les surplombait, sur une colline en hauteur, et les surprit dans leur conversation - ou leur absence de conversation. Un jeune homme leur apparut et Aliya, bien loin de se soucier de sa physionomie, fronça les sourcils d'inquiétude. Elles étaient seules depuis si longtemps, enfin, elles et leur groupe en fuite, qu'ils leur semblaient presque impossible de croiser de nouveaux visages sur cette route d'un calme effrayant. Qui pouvait bien être ce Laïln ? Bien prompt à leur énumérer ce qu'il n'était pas, il n'en devenait pas pour autant digne de confiance. Un voyageur solitaire, un barnum itinérant ? La brune jeta un regard à Yaaleen, puis prit l'initiative de lui répondre elle-même, dans une voix qui avait retrouvé un regain d'énergie, pour mieux tromper le potentiel ennemi sur son état de fatigue. //

- Il ne suffit pas de dire ce que vous n'êtes pas, nous aurions plutôt besoin de savoir ce que vous êtes monsieur Laïln.


Couleurs utilisées dans ce message : #0038D2, #7B0A0A, #005000
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Team RP


Messages : 7639
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Lun. 01 Jan 2018, 20:36  Répondre en citant

- Je suis désolée Yaaleen mais je crois... je crois que tu ne comprendrais pas...

// La marchombre ne se tourna même pas vers la jeune fille. Au fond, elle comprenait qu'elle ne veuille pas se confier à une adulte. Surtout que la brune n'était pas la meilleure confidente de Gwendalavir. Elle laissa donc couler et elles continuèrent de marcher en silence.

Tout à coup, Yaaleen entendit un bruit de pas glissant sur l'herbe des grandes plaines. Elle tendit l'oreille et tourna la tête pour observer un jeune homme perché sur une colline. Elle mit une main sur le manche de son poignard et attendit que l'inconnu leur fasse part de ses intentions. //

- Bonjour mesdemoiselles, je me nomme Laïln, ne suis pas un criminel, n’ai pas de compères dissimulés prêts à vous attaquer et n’en ai ni après votre vie, ni après votre bourse, ni après votre vertu. Il semblerait que nous allions dans la même direction, aussi ne pourrions-nous pas faire un bout de chemin ensemble ? N’ayez crainte, je vous quitterai bien vite, mon campement m’attend non loin d’ici et je compte y rester pour la nuit, je ne connais pas d’autre refuge assez proche pour pouvoir l’atteindre avant le coucher du soleil. Par contre, celui où je me suis installé est trop petit pour nous trois et ma monture, il vous faudra trouver un autre endroit pour vous poser, sauf si vous compter voyager à la lumière de la lune, bien sûr. Il y a bien l’endroit où les caravanes s’arrêtaient à quoi… vingt mètres de distance, mais sans chariot, vous n’aurez ni abri ni défense en cas d’attaque nocturne. Plus important, l’une de vous deux serait-elle amatrice de jeux de dés ou de cartes ?


// Il parlait beaucoup trop pour la marchombre. Bavarder n'était pas le passe-temps favori de la jeune femme. Mais il n'avait en effet pas l'air d'être un bandit des grandes routes, ou alors il cachait vraiment bien son jeu. Yaaleen s'apprêtait à gravir la colline, mais elle fut interrompue par Aliya qui décida de répondre au prénommé Laïln. //

- Il ne suffit pas de dire ce que vous n'êtes pas, nous aurions plutôt besoin de savoir ce que vous êtes monsieur Laïln.


// Elle marquait un point. Néanmoins, la marchombre n'ajouta pas un mot et entreprit plutôt de grimper la grande butte verte. Arrivée à la hauteur de l'inconnu, elle le toisa un instant sans rien dire. Il semblait avoir son âge. Il était blond et avait les yeux bleus. Il ne disait vraiment rien à la brune. Pourtant, elle était souvent sur la route à traverser la jungle, le désert, les montagnes, la forêt, les plaines... //

- Bonjour Laïln, quelle est ta profession à Gwendalavir ?

// Autant aller droit à but, elle pourrait voir s'il mentait, elle détectait facilement les tromperies chez la plupart des gens, ce qui était un avantage considérable. //


Couleurs utilisées dans ce message : #7B0A0A, #005000, #0038D2
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur

Joueur


Messages : 273
Guilde : Aucune
Maison : Serdaigle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Mer. 03 Jan 2018, 22:11  Répondre en citant

- Il ne suffit pas de dire ce que vous n'êtes pas, nous aurions plutôt besoin de savoir ce que vous êtes monsieur Laïln.

// De la méfiance et de la prudence. Il semblait que les deux inconnues ne désiraient pas avoir plus de contact que nécessaire avec lui, ce qui mena Laïln à penser qu’il s’agissait effectivement de voyageuses sans mauvaise intention à son égard. Cela le rassura mais ne l’empêcha pas de se crisper lorsque l’une des deux femmes prit de l’avance sur l’autre, gravissant la butte jusqu’à arriver au niveau du dessinateur. Il se demanda enfin comment répondre à la question qui lui avait été posé, hésitant encore à le faire sérieusement, l’envie de dire n’importe quoi étant forte, quoique tempérée par la proximité nouvelle de l’une de ses interlocutrice, qui pourrait bien l’attaquer si elle n’avait ni patience, ni scrupule, ni sens de l’humour. Il n’eut pas à prendre de décision car la deuxième voyageuse pris à son tour. //

- Bonjour Laïln, quelle est ta profession à Gwendalavir ?

// Elle était moins formelle, plus détendue, plus sûre d’elle que son amie et donc probablement plus dangereuse et plus habituée aux voyages. Peut-être même était-elle trop détendue. Les marchands auprès desquels le Dessinateur avait passé son enfance avaient coutume de dire que quelqu’un qui voyageait seul sans craindre les brigands ne pouvait être qu’un brigand lui-même, ou, évidemment, un frontalier. N’ayant pas d’arme visible, l’inconnue ne pouvait appartenir à la deuxième catégorie, ce qui inquiétait Laïln. Une frontalière ne pouvait être gérée au combat, mais les guerriers de la Citadelle comptaient pour la plupart parmi les habitants les plus honorables de l’empire, ce qui les rendaient de bonne compagnie en toute circonstance, sauf à la table de jeux, les gens honorables tendant à réagir de façon excessive face aux tricheurs. //

- Je suis joueur professionnel. Je fait aussi ce que je peut pour aider les gens dans le besoin contre rémunération, mais honnêtement, je vis plus du jeu que du reste. Si vous avez un jour besoin d’aide pensez à moi ! Je précise que je n’accepte ni les requêtes illégales ni celles qui me mettrait en danger au delà des risques usuels de la route. Petite précision, ma limite concernant le franchissement de la loi n’est pas absolue, mais j’ai quand même des principes. D’ailleurs, je suis actuellement à la recherche d’une connaissance à moi, Meÿap Ril’Ahän, l’auriez-vous rencontré ? C’est un homme d’à peu près mon age, cheveux châtains, vous ayant probablement dragué toute les deux, s’il n’avait pas déjà une ou plusieurs filles à ses cotés. Rectification : s’il n’avait qu’une seule fille avec lui, il aurait définitivement essayé de vous approcher. Au fait, je parle, je parle, mais puisque vous savez qui je suis, ne serait-il pas de circonstance de vous présenter à votre tour ?

// Il était toujours utile de connaître un maximum de choses sur les gens croisés. Laïln se demanda également s’il n’avait pas trop parlé, alors qu’il doutait encore des deux jeunes femmes. Au moins avait-il fait sa propre promotion, ce qui pourrait un jour s’avérer une bonne chose, s’il s’agissait bien de voyageuses ordinaires. Sinon, peut-être qu’elles le croirai plus compétant qu’il ne l’était réellement et le laisserai tranquille pour cela. Un frisson parcourut le Dessinateur en se demandant si les inconnues pouvaient être au service de l’empereur, sur les routes pour une raison quelconque, auquel cas son explication sur la manière dont la loi le concernais moins qu’elle n’aurait dû ne leur plairait pas. Il faudrait qu’il fasse plus attention à ce qu’il dirai durant la suite de la conversation. //


Couleurs utilisées dans ce message : #7B0A0A, #0038D2, #005000
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 1033
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Serpentard
Poudlard : 6e année
MessageDate du message: Mar. 13 Fév 2018, 22:12  Répondre en citant

// Aliya ne pu masquer un froncement de sourcils inquiet en voyant Yaaleen escalader la colline. Son imprévisibilité devait être une qualité, mais l'état actuel des choses ne permettait pas à la jeune fille de la reconnaître comme telle. Allait-elle saluer le voyageur, le clouer au sol ou bien le dévisager sans un mot ? //

- Bonjour Laïln, quelle est ta profession à Gwendalavir ?

// La première option donc. Aliya se détendit. //

- Je suis joueur professionnel. Je fait aussi ce que je peut pour aider les gens dans le besoin contre rémunération, mais honnêtement, je vis plus du jeu que du reste. Si vous avez un jour besoin d’aide pensez à moi ! Je précise que je n’accepte ni les requêtes illégales ni celles qui me mettrait en danger au delà des risques usuels de la route. Petite précision, ma limite concernant le franchissement de la loi n’est pas absolue, mais j’ai quand même des principes. D’ailleurs, je suis actuellement à la recherche d’une connaissance à moi, Meÿap Ril’Ahän, l’auriez-vous rencontré ? C’est un homme d’à peu près mon age, cheveux châtains, vous ayant probablement dragué toute les deux, s’il n’avait pas déjà une ou plusieurs filles à ses cotés. Rectification : s’il n’avait qu’une seule fille avec lui, il aurait définitivement essayé de vous approcher. Au fait, je parle, je parle, mais puisque vous savez qui je suis, ne serait-il pas de circonstance de vous présenter à votre tour ?

// Elles avaient affaire à un bavard. Pendant qu'il se présentait, Aliya avait à son tour monté la petite butte pour les rejoindre, restant cependant toujours en retrait. Les deux jeunes filles laissèrent un léger blanc s'installer. //

- Désolée monsieur mais nous n'avons pas vu votre ami. Nous n'avons croisé personne sur la route depuis plusieurs jours, fit-elle timidement pour briser la glace.

// Elle hésita avant de continuer. Fallait-il donner son nom ? Parfaitement consciente des risques que cela impliquait, elle était également trop futée pour ignorer les dangers de son silence. Ne rien dire les ferait paraître trop suspectes, d'autant plus que si Laïln avait menti sur son identité et s'il était en réalité un proche du milieu des mercenaires, alors avec ou sans nom il devait déjà les avoir reconnues. Peine perdue d'avance donc. Si au contraire on supposait qu'il avait été honnête, la solution la plus pertinente semblait être ... //

- Je m'appelle Aliya, dit-elle avec une confiance de façade. Je suis danseuse.

// Quant à savoir s'il pouvait voyager avec elles, Aliya laissait la décision à Yaaleen. Encore une fois, un refus paraîtrait louche, car personne ne rejette une compagnie de voyage inoffensive, à moins d'être soi-même un criminel. Ce double-jeu d'apparences et de faux semblait fatiguait l'esprit déjà affaibli de la brune, mais elle arrivait à la triste réalisation que ceci serait à présent son quotidien si elle voulait survivre. Se méfier de tout et de tout le monde. Ne pas trop en dire mais ne pas trop se taire. Etre naturelle en mentant constamment. Et supporter le poids de chaque mensonge accumulé, éternellement. //


Couleurs utilisées dans ce message : #0038D2, #005000, #7B0A0A
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Team RP


Messages : 7639
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Ven. 09 Mar 2018, 18:22  Répondre en citant

- Je suis joueur professionnel. Je fais aussi ce que je peux pour aider les gens dans le besoin contre rémunération, mais honnêtement, je vis plus du jeu que du reste. Si vous avez un jour besoin d’aide pensez à moi ! Je précise que je n’accepte ni les requêtes illégales ni celles qui me mettrait en danger au delà des risques usuels de la route. Petite précision, ma limite concernant le franchissement de la loi n’est pas absolue, mais j’ai quand même des principes. D’ailleurs, je suis actuellement à la recherche d’une connaissance à moi, Meÿap Ril’Ahän, l’auriez-vous rencontré ? C’est un homme d’à peu près mon age, cheveux châtains, vous ayant probablement dragué toute les deux, s’il n’avait pas déjà une ou plusieurs filles à ses cotés. Rectification : s’il n’avait qu’une seule fille avec lui, il aurait définitivement essayé de vous approcher. Au fait, je parle, je parle, mais puisque vous savez qui je suis, ne serait-il pas de circonstance de vous présenter à votre tour ?

// Le dénommé Laïln semblait bien trop bavard pour être tout à fait honnête. La marchombre ne prendrait pas le risque de dévoiler son identité ou de lui dire quoi que ce soit sur leur présence ici même, dans ces plaines. Elle laissa donc sa cadette répondre. Elle semblait être d'ailleurs prête à le faire, contrairement à la brune qui restait silencieuse.

- Désolée monsieur mais nous n'avons pas vu votre ami. Nous n'avons croisé personne sur la route depuis plusieurs jours.

// Jusque là tout allait bien, Yaaleen félicita mentalement la jeune fille qui s'en sortait très bien, après avoir traversé tout ce qu'elle avait vécu. C'est après que ça se gâta. //

- Je m'appelle Aliya. Je suis danseuse.

// La marchombre ne laissa rien paraître, mais elle espérait vraiment que l'homme qui se trouvait face à elles était réellement inoffensif, sinon elles étaient faites comme des rats. Elle avait failli lever les yeux au ciel, faire un entropion même, mais s'était retint. Ne jamais laisser montrer ses émotions, ses pensées. Une des règles de Aïden. Et jamais elle n'y dérogerait. //

- Je suis Vayila, la grande soeur d'Aliya. Je suis danseuse également la plupart du temps et équilibriste quand l'occasion se présente.

// Bon. Au moins si les mercenaires du Chaos l'interrogeait, il ne pourrait dire qu'il avait rencontré une Aliya accompagnée d'une marchombre, enfin ça restait quand même suspect. Aliya n'était pas un prénom très répandu. //

- Comme vous l'a dit Aliya, nous n'avons croisé personne, désolée de vous l'apprendre. Et pour vous répondre, je ne suis pas une amatrice de jeux de cartes, mais peut-être qu'Aliya aimerait faire une partie avec vous ? demanda-t-elle en se tournant vers l'adolescente.

// Elle espérait qu'elle dirait non, mais il ne fallait pas non plus qu'elles semblent suspectes aux yeux du marcheur. Il fallait vite qu'elles rejoignent Aksel. //


Couleurs utilisées dans ce message : #005000, #7B0A0A, #0038D2
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur

Joueur


Messages : 273
Guilde : Aucune
Maison : Serdaigle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Ven. 23 Mar 2018, 23:14  Répondre en citant

- Désolée monsieur mais nous n'avons pas vu votre ami. Nous n'avons croisé personne sur la route depuis plusieurs jours. Je m'appelle Aliya. Je suis danseuse.

// Laïln fronça les sourcils, le nom de l’adolescente lui était familier sans qu’il puisse mettre le doigt sur ce qu’il lui rappelai. Il ne voyait pas où il aurait pu la rencontrer, et encore moins entendre parler d’elle. Etant danseuse, elle aurait pu être célèbre et il aurait pu plus ou moins la connaître de réputation, mais une artiste à succès ne voyagerait pas sans plus de compagnie. A moins qu’elles n’aient été séparées de leur groupe, mais dans ce cas, elles l’auraient questionner comme lui l’avait fait. //

- Je suis Vayila, la grande sœur d'Aliya. Je suis danseuse également la plupart du temps et équilibriste quand l'occasion se présente. Comme vous l'a dit Aliya, nous n'avons croisé personne, désolée de vous l'apprendre. Et pour vous répondre, je ne suis pas une amatrice de jeux de cartes, mais peut-être qu'Aliya aimerait faire une partie avec vous ?

// Des sœurs ? Elles ne se ressemblaient pas tant que ça, mais rien ne permettait au Dessinateur de douter de douter de leurs dires. Il était plutôt surpris qu’aucune d’entre elles ne se présente comme capable de se défendre, ne serai-ce que pour l’intimider. Laïln ne voyait à cela que deux explications possibles : soit elles cachaient quelque chose, ce qui était tout à fait possible, soit elles étaient complètement à la masse, ce qui était également possible, mais moins crédible. Elles avaient été trop sur la défensives lorsqu’il les avaient abordées pour être inconscientes des dangers de la route. Elles devaient être comme lui, voyageant dans les étendues sauvages pour une raison atypique. Laïln n’en avait cependant cure, s’intéressant uniquement à celle des deux alaviriennes n’ayant pas affirmé son désintérêt envers sa proposition de faire des jeux. //

- Auriez-vous travaillé dans une salle de jeu au cours des dernières années ? Ou voyagé au sein d’une plus grande troupe ? Et… J’imagines que vous n’avez pas étudié à l’académie d’Al-Jeit, si ? Ou alors, auriez-vous été pendant un temps…

// Laïln s’arrêta juste à temps, alors qu’il était sur le point de lui demander si elle avait jamais séjourné dans les prisons de la capitale impériale. Il valait mieux qu’il évite le sujet s’il voulait éviter que les deux jeunes femmes n’apprennent son passé criminel. Certaines personnes jugeaient les hors-la-loi, même presque repentis, comme s’ils ne s’agissait plus d’êtres humains. Un peu comme les xénophobes considéraient les faëls ou à peu près tout le monde les raïs. Si ses interlocutrices étaient aussi innocentes qu’elles le disaient, il valait mieux éviter de leur signaler que lui-même n’était pas innocent comme l’agneau qui vient de naître. Il se tourna vers Aliya pour s’expliquer sur ces paroles. //

- Pardon, votre nom m’est familier, je cherchais où et quand j’aurai pu vous croiser de façon peu mémorable. Dans tous les cas, si votre sœur n’a pas envie de faire de jeu, qu’en est-il de vous ?


Couleurs utilisées dans ce message : #7B0A0A, #0038D2, #005000
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 1033
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Serpentard
Poudlard : 6e année
MessageDate du message: Jeu. 24 Mai 2018, 13:01  Répondre en citant

- Je suis Vayila, la grande sœur d'Aliya. Je suis danseuse également la plupart du temps et équilibriste quand l'occasion se présente. Comme vous l'a dit Aliya, nous n'avons croisé personne, désolée de vous l'apprendre. Et pour vous répondre, je ne suis pas une amatrice de jeux de cartes, mais peut-être qu'Aliya aimerait faire une partie avec vous ?

// Aliya ne ressenti aucune difficulté à ne pas se laisser déstabiliser par le mensonge de Yaaleen, après tout, mentir avait toujours été l'une de ses spécialités. Elle aurait peut-être aimé que la marchombre vienne avec une autre explication que celle de leur parenté, mais l'improvisation avait ses raisons que la logique ignorait parfois. Les informations voyageaient dans sa tête à une vitesse folle, lui faisant presque oublier la situation de danger. Comme si se concentrer sur leur fausse identité lui permettait d'effacer la raison même de leurs mensonges. Elle pensait au moment où ils retrouveraient les autres, au regard d'Aksel quand il les apercevrait au loin, accompagnées. Leur nouveau compagnon de route - était-il correct de le considérer comme tel désormais ? - ne se doutait certainement pas de la troupe qui les suivait à quelques heures de marche de là. Elle pensait aussi au moment où Aksel dirait "Yaaleen, que se passe-t-il ?" alors qu'elle avait prétendu se nommer Vayila. Mais elle pensait trop, peut-être. //

- Auriez-vous travaillé dans une salle de jeu au cours des dernières années ? Ou voyagé au sein d’une plus grande troupe ? Et… J’imagines que vous n’avez pas étudié à l’académie d’Al-Jeit, si ? Ou alors, auriez-vous été pendant un temps… Pardon, votre nom m’est familier, je cherchais où et quand j’aurai pu vous croiser de façon peu mémorable. Dans tous les cas, si votre sœur n’a pas envie de faire de jeu, qu’en est-il de vous ?

// Un peu prise au dépourvu, la brune ne cilla pourtant pas. Elle savait que la question était critique, mais se retourner vers la marchombre avec un regard plein de doute ne ferait qu'accentuer l'impression de Laïln. Il lui fallait trouver une explication, et vite. //

- J'ai travaillé pour une petite troupe de rue à Al-Jeit, vous avez sûrement dû entendre mon nom au détour d'une place ou d'une ruelle. Prompte à détourner l'attention de ces faussetés, elle se sentit obligée d'ajouter, avec un enthousiasme qui semblait presque réel : Je serais ravie de faire un jeu avec vous, mais je crois que vous devrez m'en expliquer les règles.

// Puis elle sourit à Yaaleen, d'un sourire plus faux encore que tout ce qu'elle avait pu prononcer jusqu'à maintenant, mais d'un sourire qui semblait pourtant sincère. Ce geste lui sembla si soudain, si inconnu, que la commissure des lèvres lui fit presque un pincement douloureux lorsqu'elle les étira vers le haut. Pour Laïln, ce sourire voulait signifier un accord tacite, amical presque, une entente, une absence d'animosité. Pour Yaaleen au contraire, il voulait dire : "dans quoi nous embarquons-nous ? As-tu la moindre idée de ce que nous faisons ? S'il te plait, dis moi que tu as les choses en main".

L'odeur du soir tombant commençait à se faire sentir. Ces exhalaisons si particulières qui s'échappaient du sol lorsque le soleil s'étirait vers l'horizon. Ils avaient encore quelques heures devant eux avant la nuit, mais Aliya y voyait une excuse parfaite pour se remettre en marche. Vers où cependant ? Elle regarda à nouveau la marchombre. C'était elle qui donnait l'impulsion. Et puis, ça collerait mieux avec sa nouvelle personnalité de sœur aînée. //


Couleurs utilisées dans ce message : #0038D2, #005000, #7B0A0A
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Team RP


Messages : 7639
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Sam. 26 Mai 2018, 10:49  Répondre en citant

- Auriez-vous travaillé dans une salle de jeu au cours des dernières années ? Ou voyagé au sein d’une plus grande troupe ? Et… J’imagine que vous n’avez pas étudié à l’académie d’Al-Jeit, si ? Ou alors, auriez-vous été pendant un temps… Pardon, votre nom m’est familier, je cherchais où et quand j’aurai pu vous croiser de façon peu mémorable. Dans tous les cas, si votre sœur n’a pas envie de faire de jeu, qu’en est-il de vous ?

// Cet inconnu était bien trop curieux au goût de Yaaleen. Elle espérait vivement qu'Aliya ne répondrait pas à toutes ses questions ou, du moins, qu'elle mentirait. La marchombre avait du mal à croire que ce Laïln n'était qu'un simple troubadour qui se baladait dans Gwendalavir. //

- J'ai travaillé pour une petite troupe de rue à Al-Jeit, vous avez sûrement dû entendre mon nom au détour d'une place ou d'une ruelle. Je serais ravie de faire un jeu avec vous, mais je crois que vous devrez m'en expliquer les règles.

// Yaaleen fut plutôt étonnée du sourire que la jeune fille lui adressa. Devenait-elle gentille avec elle ou était-ce simplement un signe pour lui dire de se dépêcher de trouver une idée ? C'était sûrement la deuxième possibilité.

Il fallait qu'elle trouve une solution, et vite. Elles devaient se débarrasser de ce voyageur tout en ne paraissant pas suspectes. Si elles disaient qu'elles devaient rejoindre le reste de leur campement, il en déduirait qu'elles ne leur avaient pas révélé toute la vérité.

Si elles ne rentraient pas bientôt, Aksel finirait par les rejoindre, accompagné d'Olörin et sa petite sœur. La brune laissa Aliya et le joueur s'amusaient aux cartes pendant que son cerveau carburait pour trouver une solution. //

- Bien, finissez votre jeu de cartes. Ensuite, ma petite sœur et moi irons chercher un abri pour la nuit. Le soleil ne va pas tarder à se coucher.


// Cela semblait correct puisque Laïln ne pouvait pas les abriter. Il fallait juste espérer qu'Aksel et sa petite troupe ne le croise pas en les rejoignant.

La marchombre regarda les deux joueurs abattre des cartes devant eux. Elle n'avait pas du tout suivi l'explication des règles - cela ne l'intéressait pas après tout. Tout ce qui l'importait c'était de se sortir indemne de cette situation qui, elle l'espérait, n'allait pas s'envenimer. //


Couleurs utilisées dans ce message : #005000, #7B0A0A, #0038D2
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur
Montrer les messages depuis:   
Page: <--  1, 2, 3, 4  -->
   Répondre au sujet    Forum >> Autres lieux
Page 3 sur 4