Hiboux Nomade Notes
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


Infirmerie

Page: <--  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ... 20  -->
   Répondre au sujet   Forum >> Les Étages
Auteur Message
July Andrews

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mer. 02 Fév 2011, 13:03  Répondre en citant

- Amarel... tu... je... tu ne peux pas t'imaginer... à quel point j'envie ta place. Je n'y peux rien, je suis humain, après tout... je voudrais l'être... d'une part... parce que tu n'aurais comme ça...pas subi tout ce que tu as vécu, peut-être aurais-tu eu une vie bien plus belle. D'autre part... July te tend les bras... tu... n'as pas le droit de la blesser comme ça. Elle n'avait pas de mauvaises intentions, et... tu... ne devrais pas réagir comme ça. ça ne se fait pas. Mais je n'irai pas contre toi. ça serait... stupide. Égoïste. ça empirerait, même. Et parce que je te porte en estime. Et que je... j... j'apprécie énormément July. Et parce que je...que c'est comme ça, alors je respecterais tes décisions. July... je ne veux que ton bonheur. Te voir sourire. Alors si Amarel veut bien accepter ce qu'il ressent pour toi et que tu es heureuse avec lui... ça... me va.

- Je.. Je t'en prie arrêtes ! Ryo ne dis pas ça !

// Tentant de s'essuyer les yeux à cause des larmes qui perlaient, elle se rendit compte qu'elle lui faisait beaucoup de mal, plus Ryo parlait plus elle était sûre que lui aussi l'aimait. S'en était de trop, July était prise entre deux, son cœur ne pouvait pas le supporter. Ce qui était sûr c'est qu'elle était amoureuse d'Amarel Prince, mais d'un autre côté elle ne voulait pas faire de mal à Ryo... Elle n'avait qu'une seule autre option : s'enfuir loin d'ici. Ce n'était pas ce qu'elle faisait d'habitude mais elle n'avait pas le choix. //

- Je. N'aime. Personne. Et je n'aimerai personne. Je... Je ne peux pas me permettre d'aimer. Je ne peux pas parce qu'il n'y aurait pas que moi en jeu. Parce que quelqu'un deviendrait aussi important, pour moi, que moi. Parce que... Et puis zut !

// Amarel se rapprocha dangereusement de July qui pleurait encore et toujours. Il était près trop près même. La jeune fille recula et se trouva coincé contre le mur. Aucun échappatoire était possible, elle se retrouvait prisonnière de son prince charmant. Il avança.. Encore et encore... //

- Je... Je ne peux t'offrir ce que tu attends de moi...

- N... Non ne t'approches pas ! Va..va t'en ! Recules !

// Elle le regarda et se perdit dans ses yeux, il était si envoutant... Il se pencha, recula une des mèches brune qui tombait sur son visage et l'embrassa. July tremblait c'était un véritable cauchemar mais en même temps, elle le désirait par dessus tout. Ses lèvres étaient d'une douceur exquise elle ne put résister bien longtemps. Elle s'agrippa contre lui, le serrant de toute ses forces contre elle, et lui rendit son baiser tout en douceur. Son cœur était aux anges, son corps voulait s'enfuir et par dessous tout son âme et sa conscience l'avertissait que Ryo était toujours là et qu'elle ne devait PAS lui faire de mal, surtout pas. Ils l'emportèrent haut la main, July lâcha Amarel, honteuse de son comportement regarda Ryo et murmura : //

- Je... Je suis désolée Ryo... Je ... Je

** FUIS ! **


Couleurs utilisées dans ce message : indigo, darkred, #200050
Ryo

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mer. 02 Fév 2011, 14:42  Répondre en citant

** Pourquoi m'a-t-il demandé de rester... **

// Il se le demandait bien. Le problème, c'était qu'il ne se sentait pas à sa place, là. Mais alors, vraiment pas du tout. Pendant un instant, en jouant sur le plan de l'honnêteté comme July lui avait recommandé aux Trois balais... il craint pendant un instant qu'à cause de ça, Amarel ne puisse s'emporter, violemment, comme pendant le cours. Ryô avait oublié depuis bien longtemps le coup qu'il s'était reçu, il ne lui en tenait même pas rigueur.

Mais il ne s'emporta pas. Bien au contraire. Même s'il parla d'une manière glaciale tout d'abord. Il était troublé, cela se sentait, mais Ryô ne pouvait pas le laisser blesser July encore plus... après tout, se recevoir ce genre de remarques blessantes de la part de gens qu'on aimait, ça pouvait faire très mal, Ryô en savait quelque chose. July riposta, il lui répliqua seulement, toujours cherchant à se contenir, parlant du coup d'une façon anormalement calme : //

- July... ne pleure pas... oneg... s'il te plait.

** Finalement, je crois qu'il vaut mieux que je ne dise pas ce que je pense, si c'est pour avoir ce genre de réaction... **


// Partagé. Ryô savait qu'il n'était pas doué dans ce domaine, il était soit trop direct, soit pas assez, soit il se taisait. On lui disait de s'ouvrir, mais il redoutait chaque fois de dire le fond de sa pensée, justement pour ça. Il s'en voulait. D'être là. Il se sentait de trop. Il se demandait encore pourquoi est-ce qu'Amarel lui avait demandé de rester.

D'ailleurs, celui-ci, au lieu de s'emporter, il... oui, pour une fois, il fut honnête avec lui-même, et s'approcha de July. Ryô recula, préférant les laisser entre eux, tournant le dos, commençant à s'orienter de nouveau vers l'entrée qui était plus loin tant la salle était grande...

Puis un silence. Inutile de se retourner, Ryô se le refusait. Il ressentait plutôt un grand froid, là. Comme s'il venait presque de subir le châtiment des détraqueurs. Ce froid, qui donnait la nausée, ce froid qui s'installait dans le coeur et qui dévorait tout entier chaque fois qu'on avait l'impression... de perdre un être cher.
Ce froid, Ryô le connaissait, malheureusement. C'était la troisième fois que ça lui arrivait. Ce froid qui lui donnait la nausée, quand on avait l'impression que la vie s'arrêtait. Et chaque fois, ça s'était passé dans un hôpital. Et là... ils étaient dans l'infirmerie. Décidément. Ces lieux, Ryô les maudissait de toute son âme. A chaque fois qu'il y mettait les pieds, il vivait d'atroces moments. La seule différence avec aujourd'hui, c'était qu'il n'y avait pas de mort. Pour une fois. Ce qui était déjà ça de gagné.

"Mieux vaut rire qu'en pleurer ! Un sourire, ça ne fait jamais de mal, tu sais !" comme "elle" lui disait autrefois. Bon, là, Ryô ne pouvait pas vraiment rire, il n'en avait pas l'humeur. Mais... il ne s'effondrerait pas. Pas maintenant en tout cas. Ce précepte, il le respectait à sa façon... Alors à mi-chemin, il força un sourire, assez faible, mais bon, tout de même un. //

** C'est peut-être mieux ainsi. Je n'ai pas à me plaindre, ils veulent bien continuer à me parler, alors...finalement...j'ai de nouveau perdu quelqu'un... **

// Évidemment qu'il en était déchiré. Mais comme il l'avait dit, ce qui était plus important à ses yeux, c'était le bonheur des deux autres. Alors s'ils étaient bien ensemble... tant mieux pour eux. Dans le fond, il se traitait d'imbécile. Il se disait qu'il devrait en être tout joyeux, mais là, que dalle... enfin, si, dans le fond pour les deux autres, seulement, il n'avait pas prévu à quel point cela le toucherait... enfin. Peu importait. Sa porte leur serait toujours ouverte. Qu'importe ce qui arriverait.

Quand il entendit July, il voulut bien se retourner (une dernière fois...?), affichant sa mine de tout à l'heure, celle avec un "sourire", envoyant, se voulant le plus rassurant possible même s'il se doutait qu'il n'était pas spécialement très convainquant ! //

- Ne sois pas désolée ! Je serais capable de m'en vouloir pour ça... je... tu vois... je t'avais dit... qu'Amarel ne te détestait pas ! Vous avez... beaucoup de chose à vous offrir ! July... sois heureuse, c'est tout ce que je te demande. Ne te soucie pas du reste... Amarel... des personnes comme July... c'est unique. Tu n'en trouveras pas ailleurs. Alors ne la blesse pas. Souris. C'est comme ça... que tu t'en sortiras. Je... refuse de vous gâcher ça. ça ne se fait pas. Alors... je crois que... je vais vous laisser. J'ai... du travail à faire, de toute façon. Soyez heureux.

// Il tentait, de se montrer genre "tout va bien la vie est belle !" car effectivement, il commençait à se reprocher sa présence... n'empêche qu'il pensait tout de même ce qu'il disait, même si ça n'en pouvait pas avoir l'air vu son état contre lequel il luttait, difficilement. Amarel tenait enfin la chance de pouvoir s'en sortir, de pouvoir voir la vie autrement, et les sentiments de July étaient enfin comblés. //

** De toute façon... qu'est-ce que j'espérais ? Pouvoir faire vraiment parti d'ici ? Tu rêves, Ryô... tu n'es ni plus ni moins qu'un étranger pathétique qui recherche sa place dans un "monde" qui n'est pas le sien... enfin... je survivrais... comme d'habitude... **

// Enfin, "étranger", Amarel l'était aussi. Il était européen aussi, certes, mais n'avait pas des traits anglais... A force de côtoyer les anglais, Ryô avait un petit peu mémorisé tout naturellement le type général du pays, à peu près. Mais bon, la différence, c'était que lui avait plus ou moins réussi à se la faire, sa place... après tout, il était préfet, ça ne devait pas être pour rien. Et là... il allait pouvoir "remonter la pente", comme Ryô le disait.

Être borné lui sauvait souvent la mise, sinon, ça ferait depuis bien longtemps, depuis plusieurs mois, qu'il aurait baissé le bras. Mais là, il était vrai que c'était une accumulation de beaucoup de chose difficile alors au bout d'un moment, quand la coupe était pleine... ben Ryô avait beau faire tout ce qu'il pouvait pour faire en sorte à ce que ça ne déborde pas, mais c'était chose futile, car au bout d'un moment... ben ça débordait, tout simplement. A nouveau, son ancienne vie, tout du moins celle dont il se souvenait, recommençait d'un seul coup à lui manquer de façon atroce...

Là, il espérait juste que July cesse de pleurer... parce qu'au final, il se pensait assez gonflé de défier Amarel de la blesser mais au final, c'était peut-être lui qui le faisait... sans le vouloir... sa main derrière son dos cherchait déjà la poignée de la porte de sortie, pendant qu'il essayait toujours de garder cette mine qui se voulait "rassurante", genre "ne t'en fais pas pour moi, ça va aller". //


Couleurs utilisées dans ce message : indigo

Joueuse


Messages : 3706
Guilde : Les Marchombres
Maison : Serpentard
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Mer. 02 Fév 2011, 15:34  Répondre en citant

// Amarel vit July se reculer mais il s'en doutait. Il l'avait lu dans les yeux de la Gryffondor. Il savait qu'elle hésitait. Qu'elle doutait, comme lui, sauf que lui, il avait fait un choix, il s'était fait plaisir et souffrir et il lui avait offert un cadeau. Du coin de l'oeil il vit Ryo qui souffrait. Génial. Tout le monde allait chialer dans son coin, voulant le bonheur de tout au dépend du sien et... Amarel secoua la tête. Fit un pas en arrière. Tenta de graver dans sa tête l'instant magique qu'il venait de vivre, et espéra que July faisait la même chose de son côté. Dans une seconde il allait blesser tout le monde. Il allait se planter un couteau dans le coeur, allait s'attirer les foudres de Ryo qui était, pour le coup, bien trop gentil pour son propre bien, et allait écraser, piétiner, fait éclater en mille morceaux le coeur de July Andrews. Il savait qu'il allait faire cela, le redoutait mais, comme à son habitude, contrairement aux autres, il pensait à lui. Et pour une fois, un peu aux deux autres.

Amarel se mordilla la lèvre inférieure, nerveusement. Puis il se passa une main dans ses cheveux noirs, les ébouriffant un peu plus. Replaça une mèche sur sa cicatrice. Se passa une main crispée dans la nuque. Resserra sa cravate et... refusa de se lancer. Et puis zut. Il n'était pas courageux, en avait conscience et espérait que July aussi. Le moment n'était pas encore venu de lui dire qu'il allait fuguer. Après tout, il ne comptait pas lui dire. Il comptait le dire à personne. Une fois sa forme d'animagus maîtrisée, ce qui n'allait pas tarder à arriver, il ferait ses bagages, transformerait ses parchemins de cours en billets moldus et sortirait de Poudlard, droit, fier. Lâche aussi. Il ne devait pas tarder. Il n'avait pas confiance en River pour l'aider à rester à Poudlard, n'avait pas confiance en ses professeurs et supérieurs pour contrer Lestranges. En fait, il avait seulement confiance en Lestranges, ou plus savait exactement ce que le sorcier allait faire. Il était tellement prévisible...

Amarel sentait sa statuette de cristal peser dans sa poche. Il sentait la lame glaciale de son poignard plaquée sur sa cuisse. Et il sentait dans son cou un fin médaillon représentant Un disque argenté frappé d'une baguette croisée avec une épée. Il sentait son coeur battre comme un fou dans sa poitrine. Dardant ses yeux onyx dans les océans qu'étaient ceux de July, il murmura finalement, après un temps de silence : //

- Je n'ai rien à t'offrir si ce n'est la douleur. Rejoins Ryo. De suite.

// Plus fort, plus ferme et peut être plus blessant, il cracha de nouveau : //

- Je n'ai rien à t'offrir Andrews alors... grandis un peu.

// Puis, sans laisser à la jeune fille le temps de répliquer, il se précipita hors de l'infirmerie, dans un tourbillon de cape, son écusson Vert et Argent de Préfet réverbérant la lumière du soleil qui pointait dans le ciel sans nuages. Il était un beau... il était un gros.... Bref. Ce qu'il faisait à l'instant était tout simplement dégueulasse pour les deux Gryffondors mais il savait aussi qu'ils seraient l'un pour l'autre pour se soutenir. Et lui, comme lui avait dit Ryo, était suffisamment fort pour se soutenir lui même. Passant à côté de Ryo, il lança, d'une voix audible seulement pour le Gryffondor, d'une voix calme, autoritaire, ferme et à la limite de la glace. //

- Console là. Moi, j'ai autre chose à faire.

// D'un pas assuré en apparence, Amarel franchit la double porte de l'infirmerie. Fier. Altier. Hautain. Sûr. Et Lâche. Prince. Le Préfet des Serpentard rejoignit les Sous Sols, s'enfonça dans un méandre de couloirs que peu d'élèves connaissaient, et s'adossa à un mur humide et froid. La fatigue, intense, revint au grand galop et Amarel se laissa glisser. Il avait fait le bon choix. Et étrangement, ce choix réveillait en lui un écho. Trois noms virent flotter à son esprit et Amarel les balaya d'un revers de la main. Après tout, aucune histoire ne se répète n'est ce pas ? A présent, il allait s'entraîner. S'entraîner. Éviter Ryo et July. Se faire oublier de ses professeurs. Rester le même en apparence. Et fuir le plus tôt possible. Amarel se laissa glisser dans la quiétude du sommeil réparateur, sa cape d'hiver le protégeant suffisamment pour ne pas avoir froid. //


Couleurs utilisées dans ce message : #200050
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur
July Andrews

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mer. 02 Fév 2011, 23:15  Répondre en citant

// Elle l'aimait, ce baiser serait gravé en elle à tout jamais et personne ne pourrait lui enlever, même si une partie d'elle regrettait que cet instant de bonheur soit une vraie souffrance pour quelqu'un qu'elle appréciait beaucoup : Ryo //

- July...ne pleure pas... oneg... s'il te plait. Ne sois pas désolée ! Je serais capable de m'en vouloir pour ça... je... tu vois... je t'avais dit... qu'Amarel ne te détestait pas ! Vous avez... beaucoup de chose à vous offrir ! July... sois heureuse, c'est tout ce que je te demande. Ne te soucie pas du reste... Amarel... des personnes comme July... c'est unique. Tu n'en trouveras pas ailleurs. Alors ne la blesse pas. Souris. C'est comme ça... que tu t'en sortiras. Je... refuse de vous gâcher ça. ça ne se fait pas. Alors... je crois que... je vais vous laisser. J'ai... du travail à faire, de toute façon. Soyez heureux.

- Qu'est ce que tu racontes ? Tu ne seras coupable de rien du tout tu m'entends ?

// Amarel rajouta par la suite, comme si il répondait à la fois au besoin de July, négativement malheureusement et à la réplique de Ryo. //

- Je n'ai rien à t'offrir si ce n'est la douleur. Rejoint Ryo. De suite. Je n'ai rien à t'offrir Andrews alors... grandis un peu.

- Je t'aime Amarel, je ne pourrais pas grandir si tu n'es pas là..

// Grandir ? Grandir ? SEULE ? Comment osait il... Lui qui venait à l'instant de l'embrasser, mais qu'est ce qu'il voulait ? Pourquoi ? Pourquoi refusait il tout l'amour que July pouvait lui donner ! Elle ne serait certainement pas radine sur ce cas là. Elle l'aimait et elle allait tout faire pour garder cet amour vif, comme un buisson ardent. Elle ne l'abandonnerait pas. //

- Console là. Moi, j'ai autre chose à faire.

- Tu vas te barrer ? Comme ça ? Et tes sentiments tu en fais quoi abruti ? Tu les laisses de côté ? Tu as le droit à ta part de bonheur aussi !

// Alors comme ça, il laissait à un autre, l'obligation de la consoler ? Non. Hors de question, July ne se ferait consoler par personne ! Elle était forte, courageuse, c'est une Gryffondor nom d'un scroutt à pétard ! Elle lui ferait changer d'avis coute que coute ! Puis il partit, il s'enfuit comme un lâche, comme un serpent qui se croupit dans son nid. Quant a elle, elle n'allait certainement pas fuir. Elle l'aimait. Elle ne le lâcherait pas. July regarda Ryo, déterminée : //

- Je suis désolée Ryo, mais je vais le suivre. Il ne se libèrera pas de moi si facilement, merci pour ce que tu m'as dis tout à l'heure ! Si tu veux venir avec moi alors n'hésite pas ! Rejoins moi si tu en as envie, je pense qu'il se dirige vers sa salle commune.

// Puis elle quitta l'infirmerie et fonça droit vers les noirceurs du château, les cachots, attendre qu'il pointe le bout de son nez. //


Couleurs utilisées dans ce message : indigo, darkred, #200050
Ryo

Ancien(ne)





MessageDate du message: Jeu. 03 Fév 2011, 00:23  Répondre en citant

// Il allait partir, simplement, se faisant une raison. Il s'y ferait, comme tout. Il avait eu pire, après tout. Sur le coup, forcément, c'était fort, il était humain, après tout, il ne pouvait quand même pas résister à tout. Mais après... ça finissait par s'atténuer... normalement... après tout, quand il avait découvert ses parents morts, une fois qu'il s'était réveillé... il avait littéralement pété un câble, il avait même réussi à en coller une énorme à cet homme qu'il qualifiait "d'assassin" encore aujourd'hui. Alors que d'habitude, quand Ryô attaquait, c'était la plupart du temps pour se défendre, et il se contentait souvent d’assommer ses adversaires bien fort plutôt que de les blesser. Mais ce jour-là... ça avait été la première fois qu'il attaquait réellement. Dans le but de faire mal. Aussi mal que ce que lui avait. Avant qu'on ne puisse l'arrêter tant il avait été rapide, il avait tout de même réussi à briser le nez et quelques dents encore à cet homme qui avait brisé sa vie en un seul instant...
Sauf que Ryô avait lui-même subi de grosses blessures, qui n'avaient pas guéri en trois jours, alors en s'énervant ainsi, ses blessures s'étaient réouvertes, ayant réussi à faire sauter quelques-uns des nombreux points qu'il avait à ce moment-là. Ce fut vraiment la première fois qu'il avait réagi comme ça. ça n'avait plus recommencé, depuis, et heureusement. Et aujourd'hui... bon, sûr qu'il les pleurait encore, mais... le temps réussissait tout de même à calmer un peu les tensions.

Alors pour cette histoire... ça serait pareil. ça lui serait un peu difficile, mais il s'y ferait, il affronterait comme souvent. Les autres n'avaient pas à s'inquiéter... il survivrait, comme toujours. En même temps, Ryô n'avait jamais aimé qu'on puisse s'inquiéter pour lui, pour quoi que ce soit, ce qui expliquait un peu son comportement à chaque fois dans ce cas, quand soit il s'affolait, soit il s'excusait, soit il répliquait. Amarel et July n'étaient pas des exceptions là-dessus, Ryô faisait pareil avec chaque personne qu'il appréciait. Chaque fois...ça le mettait mal à l'aise. Parce que pour lui, c'était une forme de blessure pour les autres...provoquée par une énième boulette de sa part. Non. Vraiment, il n'aimait pas.
Une fois, on lui avait d'ailleurs répliqué "Alors toi, tu as le droit de t'en faire pour ceux que tu aimes, mais nous, nous n'avons pas le droit ?", auquel Ryô avait... assumé, le pire, répliquant abruptement un "oui, exactement, et alors ?! C'est normal, non ?! Si vous allez mal, je ne peux pas l'ignorer, c'est impossible !". Évidemment, on l'avait de nouveau coincé puis bien cassé, Ryô avait un peu fait la tête au début mais ça lui était très vite passé, tout simplement parce qu'il s'agissait d'une dispute stupide.

Dans n'importe quelle situation, c'était comme ça. Ryô était de nature réagir vivement dans un premier temps, et après, ça se calmait. Attendre que l'orage passe, quoi. C'était ainsi que Ryô allait se retourner pour les laisser tranquille, bien content tout de même qu'Amarel puisse retrouver enfin un véritable sourire, et que July devienne du coup de plus en plus radieuse. Ce fut ce qu'il pensait. Réellement, malgré-tout. Sauf qu'il se glaça quand il entendit la réaction d'Amarel. Froide. De nouveau. //

- Je n'ai rien à t'offrir si ce n'est la douleur. Rejoins Ryo. De suite. Je n'ai rien à t'offrir Andrews alors... grandis un peu.

- AMAREL, tu joues à quoi, là ?! lâcha-t-il presque malgré-lui en se retournant vivement, le regard dur.

// Là, non, il craquait. Et réagissait comme souvent : fortement au début. Non, là, ça le choquait pas mal. Amarel avait semblé si bien quand July lui tenait la main tout à l'heure, Ryô l'avait vu, il n'avait pas rêvé ! Il avait même eu le courage de faire quelque chose dont Ryô n'avait jamais eu le courage de faire : faire le premier pas, se déclarer en premier, il avait embrassé July... avant qu'elle ne le fasse. Dans ce genre de relation... non, Ryô n'y était jamais arrivé. Il ne s'ouvrait en fait après et osait seulement dès qu'il était certain de là où il avançait, pour être certain de ne pas commettre de bourde.

Alors pourquoi cette réaction ? Alors que cela lui donnait enfin l'occasion de vivre un peu mieux ? July répliqua aussi, aussitôt. Amarel se leva, et se dirigea vers la sortie. Ryô aurait voulu le saisir d'une manière ferme pour le retenir et lui mettre les "points sur les i" comme on dit mais il ne put le faire, manquant surtout de se prendre la porte dans la face vu qu'il se trouvait là...

Silence. Trop tendu pour lui. Il redoutait la réaction de July. Qui n'eut finalement pas la réaction qu'il aurait pensé. Tant mieux dans un sens, même si sa réaction était assez... enfin, rude, quoi. Une fois qu'elle passa à sa hauteur, elle lui balança : //

- Je suis désolée Ryo, mais je vais le suivre. Il ne se libèrera pas de moi si facilement, merci pour ce que tu m'as dis tout à l'heure ! Si tu veux venir avec moi alors n'hésite pas ! Rejoins moi si tu en as envie, je pense qu'il se dirige vers sa salle commune.

- Ne t'excuse pas pour ça. Tu as raison de le suivre. Je suis de toute façon convaincu... qu'il t'aime, ce qu'il vient de dire... il ne le pensait pas vraiment. Là, il essaie juste de se faire détester de toi pour te protéger... de quelque chose, j'ignore quoi ** certainement avec ce "Lestrange", je pense **. Je le sais, j'ai parfois eu ce comportement. Tu en as eu une démonstration dans le cours. Et pour ce que je t'ai dit... je le pense, vraiment. Parce que j'essaie de suivre ton conseil, tout simplement. Mais concernant Amarel pour le moment... non, mieux vaut que tu ailles le voir seule, je pense. Je serais de trop, comme maintenant. C'est à moi d'être désolé. J'aurais dû savoir me maîtriser.

// Elle paraissait si forte, en cet instant, avec ce regard si déterminé, ce regard à la couleur si particulière... avec une étrange tâche dorée sur la pupille droite, Ryô ne le remarqua qu'en cet instant. Là, ainsi, elle semblait... forte, comme invincible. Décidément, elle parvenait à le surprendre toujours un peu, tout en ne le surprenant pas, car ce genre de réaction, au final, il s'y attendait. Comme il l'avait constaté. Elle était à la fois pareille... et différente. Elle était elle. Une fille qu'il admirait beaucoup, mais qui malheureusement ne partageait pas son point de vue... malgré-tout, là, avec cette façon si déterminée, cette lueur de défi dans le regard... elle brillait, de nouveau, à ses yeux. Mais cette lueur appartenait désormais à quelqu'un d'autre... certainement plus méritant, peut-être plus digne d'elle, qui sait...

Ce fut sur ces mots qu'ils quittèrent l'infirmerie, qu'il se sépara d'elle, prenant une direction opposée, marchant étrangement plus vite que d'habitude. Non. Évidemment que sa première idée était de convaincre Amarel de sa bêtise. Mais là... il était achevé. Il n'avait plus envie de rien, pour le moment. Juste... être au calme, avoir le temps de se poser, de prendre si possible un peu du recul. Et surtout, ne pas gêner Amarel et July, sans le vouloir. Ce genre d'instant n'appartenait qu'à eux, alors... qu'ils en profitent.
De toute façon, comme à chaque fois, réagissant de manière souvent impulsive, Ryô préférait se poser pour avoir l'occasion de remettre un peu d'ordre dans ses idées. Et faire disparaître cette horrible douleur et cette nausée dont il s'était pris tant ça l'avait secoué... mais il les respectait trop tous les deux pour pouvoir prendre le risque de les blesser sans le vouloir...non, il n'avait plus la force de rien, là. Il lui fallait un peu de temps... pour pouvoir se faire une raison...

Et tout en chemin, la conversation ne cessait de lui tourner dans l'esprit... ce fut ainsi qu'une fois vers le quatrième étage, il pensa, retournant tout naturellement dans sa propre langue puisque de toute façon il ne parlait à personne, là, mais pensait : //

** "Kyôdai no yôna"...est-ce qu'elle le pensait vraiment ? Me considère-t-elle vraiment comme ça ? Et est-ce que c'est toujours le cas ? Je me le demande... **

// Il lâcha un faible soupir, las. Non, pour aujourd'hui, il avait sa dose. Il n'en pouvait plus. Il espérait juste que July parviendrait à faire comprendre à Amarel la bêtise qu'il faisait... et que tout irait bien pour eux... pensant de nouveau plus au bonheur des autres, se fichant plutôt pas mal de lui-même, tant il avait très peu de considération pour sa personne... et encore s'il en avait... //


Couleurs utilisées dans ce message : #200050, indigo, darkred
Meliane

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 13 Fév 2011, 19:07  Répondre en citant

// La nuit avait été difficile, pour elle comme pour les autres filles de sont dortoir. Elle n'avait pas réussit à s'endormir. Le début de nuit s'était fait avec une petite toux, sans gravité. Mais pendant la nuit elle avait commencer à entendre sa propre respiration, avec un léger sifflement. Et la toux c'était aggraver. Le pire c'est que c'était une toux sèche, le genre de toux qui vous racle la gorge et la passe au verre pilé.
Au bout d'un moment, pour éviter de continuer de réveiller ses collègue, elle descendit dans la salle commune. Elle avait garder sa couverture et se mit près du feu. Mais rien à faire, elle toussait toujours autant et impossible de dormir. Pour rajouter à tout cela, un mal de tête commençait à se faire sentir. Elle n'avait pas le choix, elle devait aller à l'infirmerie.

Elle remonta s'habiller rapidement et descendit dans le calme des couloirs. Teintant sa marche de toux. Elle arriva au deuxième étage essouffler et prit par un quinte de toux douloureuse. Il avait beau être 4h du matin, l'infirmière était à son poste. Elle sortit voir ce qui faisait autant de bruit. //

- Rentrez vite mon enfant.

// La poussant à l'intérieure, elle l'a fit assoir sur l'un des premier lit. //

- J'arrivais pas à dormir.... toux... et je réveillais tout le monde.

// L'infirmière prit un stéthoscope pour voir. //

- Essaye de respirer à fond.

// Ni une ni deux, elle tenta d'inspirer à fond mais rien n'y fit, la toux revint aussi sec et lui tira une grimace de douleur. //

- Je vois, ça ressemble bien à une pleurésie. Voyons voir si tu as de la fièvre.

// Elle lui donna un thermomètre à mettre dans la bouche et partie fouiller dans son armoire. Elle en sortit une potion, mais aussi quelques plantes. Puis revint voir le résultat. //

- 39, c'est bien ce que je pensais, bon tu as de la chance, quand j'étudiais la médicomagie, on m'appelait La Panacée, c'est une déesse de la guérison. Je vais te remettre sur pied rapidement. Tu vas commencer par me boire cette potion, pour aider tes poumons se vider, puis tu prendra une petite tisane de cette plante, elle t'aidera à dormir, le repos est souvent le meilleur remède. Avec un peu de miel ça adoucira ta gorge qui doit être bien abimé.

// Méliane s'exécuta, avalant la potion, dont le gout sentait fortement la menthe puis attendit la tisane. L'effet fut très rapide, elle se sentit partir presque instantanément. Son sommeil fut sans rêve, mais surement très réparateur.

Elle se réveilla lorsqu'un une porte s'ouvrit. Elle ne savait pas l'heure qu'il était, mais un autre élève venait réclamer les bons soins de l'infirmière. Elle voulu se relevé pour voir de qui il s'agissait, mais la tête lui tourna et elle retomba sur ses coussins. Ceci déclencha une quinte de toux, mais elle était maintenant grasse. //


Couleurs utilisées dans ce message : #A0522D, #FFD700, #CC0000, #336600
Thorkil Dovahkiin

Ancien(ne)





MessageDate du message: Lun. 14 Fév 2011, 23:09  Répondre en citant

// Elyo descendit à l'infirmerie,il avait perdu un duel face à Angels, il alla donc se faire rafistoler. Il se mit donc à méditer. //

** N'empêche ces filles quelles bande de pedzouille, même les mec a côté on est des tendres, va falloir remédier à cela. **

// Arrivé à la porte de l'infirmerie, Elyo frappa et entra. Il expliqua ce qu'il lui était arrivé. //

- Bonjour Madame, j'ai très mal fini un duel et là j'ai mal partout, déjà j'ai eu du mal pour venir, je crois que j'ai le genoux gauche comme en miette, car je suis arrivé a cloche pied.

// L'infirmière écoutait attentivement ce que lui disait Elyo, et l'ausculta. Diagnostique : un genoux tordu et deux côtes cassées. Des blessure digne d'un Plébeien au temps Gallo-romains. Elyo but la potion de l'infirmière et s'installa dans un lit pour passer la nuit, afin qu'elle vérifie le lendemain si tout était en ordre. C'est alors qu'il vit Méliane, sa colègue de maison. //

- Salut toi que fais tu ici?


Couleurs utilisées dans ce message : darkred
Meliane

Ancien(ne)





MessageDate du message: Jeu. 17 Fév 2011, 22:03  Répondre en citant

// Même si elle ne put voir qui était là, elle entendit la voie masculine parler d'un duel. Lorsqu'il se retrouva à coté d'elle, elle put enfin voir qu'il s'agissait d'un de ses camarades de maison. Enfin camarade, elle n'avait pas encore eut à lui parler même si elle savait très bien qui il était, et honnêtement il lui faisait un peu peur. Il était très grand, toujours habillé dans un style gothique. Elle le regarda et se retrouva à la fixer droit dans les yeux, comme attiré par leur gris profond. Elle réussit à se détacher lorsqu'il tourna la tête vers l'infirmière.

Il boitait et l'infirmière diagnostiqua un genou en vrac et deux cotes cassés, le duel avait du être violent, Méliane eut une pensée pour l'autre duelliste, qui ne devait surement pas être mieux. Même si elle sentait une pointe d'appréhension d'être si proche de lui, elle était heureuse de ne plus être seule dans l'infirmerie. Et puis l'onde de sympathie qu'il dégageait lorsqu'il lui adressa la parole, la mit plus à l'aise. //

- Salut, je suis là pour une mauvaise toux, je me rappelle pas vraiment le nom, c'était assez compliqué et j'étais un peu fatigué quand elle l'a dit.


// Elle lui sourit et regarda son genou. //

- Et toi c'était en duel loyale, que tu t'es fait ça ?


// Méliane doutait que le club de duelliste renvoi leur adhérent dans cet état, il avait surement du faire un duel dans un coin du château, ou tomber dans une embuscade. Les duels de règlement de compte était fréquent, surtout lorsqu'on mettais un serpentard et un gryffondor dans une même salle, c'était étincelles assurées. //


Couleurs utilisées dans ce message : #FFD700
Thorkil Dovahkiin

Ancien(ne)





MessageDate du message: Dim. 27 Fév 2011, 20:52  Répondre en citant

// Elyopathe vit la tête un peu terrifié de Meliane, cela lui fit sourire, un sourire entacher par un gigantesque cicatrice qui lui tailladait le visage. //

- N'ai pas peur je ne vais pas te manger.

// Il écoute alors ce qu'elle lui disait sur son état de santer, puis répondit à sa question. //

- Oh oui très loyale, le problème c'est qu'on ne sait pas rendu compte ni de notre fore, ni de notre puissance magique, donc on y est alé assez fort, déjà mes origines démoniaque augmente ma force et ma puissance magique, mais je doit dire que mon adversaire était très fort aussi. On s'est laissé emporter.

// Il s'allongea dans le lit, ses jambes dépassaient. //

- Oh crotte, Augmento!

// Il s'était levé pour augmenter la taille du lit, regarda de nouveau Meliane et dit. //

- T'en as pour combien de temps?


Couleurs utilisées dans ce message : darkred
Meliane

Ancien(ne)





MessageDate du message: Jeu. 17 Mar 2011, 08:54  Répondre en citant

// Méliane ne put que sourire gênée de sa propre bêtise, avoir peur d'un de ses collègue de classe. Elle était vraiment une grande trouillarde. De plus visiblement leur combat avait été loyale, mais elle n'aimerais pas se retrouver face à un adversaire comme lui. Elle ne faisait de toutes façon pas de duel trop poltronne pour ça, elle préférait nettement les échec et le club de bavbulle. Pour le moment celui ci était fermé mais elle attendait avec impatience ça réouverture. Elle aimait bien voler, mais leQuidditch était un peu violent et de toute façon elle n'avait jamais réussit à se faire sélectionner.
Lorsque Elyopathe voulu s'allonger il se retrouva à dépasser de partout, ce qui fit rire Méliane, il ne devait pas passer partout avec un tel taille. Mais se fut une erreur, une quinte de tous la prit et elle toussa cracha pendant au moins 5 minutes. Lorsqu'enfin elle s'arrêta elle se reposa la tête sur l'oreiller exténué. //

- Je pense que je vais encore rester une bonne journée si ce n'est deux.
Et toi tu ne devrais pas en avoir pour plus d'une journée, les os casser sont la spécialité de Mlle Dawon.


// Elle sentait à chaque raclement une sorte de gêne dans sa poitrine, visiblement tout n'étais pas encore passer. //


Couleurs utilisées dans ce message : #FFD700
Montrer les messages depuis:   
Page: <--  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ... 20  -->
   Répondre au sujet    Forum >> Les Étages
Page 4 sur 20