Hiboux Nomade Notes
❄ Très Bonne Année à toutes et tous ! ❂ Profitez-en pour compléter les Résolutions Défis de 2020 ! ☃ Venez répondre au sondage concernant le contexte RP ❄
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


Le bureau 914 du quatrième étage

   Répondre au sujet   Forum >> Les Étages
Auteur Message
Sam Rosenbach

Personnage
Non Joueur





MessageDate du message: Sam. 02 Nov 2019, 13:43  Répondre en citant



    // Le bureau 914 du quatrième étage fait partie de ces nombreuses pièces abandonnées de Poudlard, où araignées et épouvantards ont élu domicile pendant une cinquantaine d'années sans être dérangés. Mais c'était sans compter l'arrivée du détective Sam Rosenbach entre les murs du château ! Le directeur Lawford et Ricky Stimpton ont travaillé d'arrache-pied pour déloger tous les locataires de cette sombre pièce et retaper au mieux les étagères bancales et le bureau poussiéreux afin d'offrir à l'enquêteur un espace à son goût : //

      - Il me faut un espace exigu situé dans un secteur calme de l'école, pour me permettre de réfléchir et de me concentrer.


    // L'endroit empeste le renfermé. Des montagnes de poussières se soulèvent à chaque battement de cils. Une simple fenêtre permet à la lumière d'éclairer la table sur laquelle s'entassent déjà de nombreux dossiers sur le devant desquels est inscrit en lettres d'or le mot CONFIDENTIEL. Dans la bibliothèque, Sam a judicieusement entreposé tous les manuels que son mentor lui a légué après son départ en retraite : Comment obtenir des aveux sans la torture, Combattre le crime en période trouble, Encyclopédie des potions interdites et leurs antidotes, Débusquer les menteurs, ou l'art du décryptage de micro-expressions, La legilimencie pour les nuls... //


Couleurs utilisées dans ce message : #720F0F

Gagnante du jeu de l'oie


Messages : 3845
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Gryffondor
Poudlard : 6e année
MessageDate du message: Mar. 12 Nov 2019, 15:25  Répondre en citant

[Contexte : Meurtre en zone RP, formulaire - Katniss Pierce]



// Katniss toqua à la porte du bureau 914, au quatrième étage. Elle avait eu un peu de mal à le trouver, surtout que les escaliers avaient décider de lui faire un tour du château avant de l'autoriser à se rendre dans la salle qu'occupait désormais Sam Rosenbach. N'ayant pas reçue de réponse, et n'entendant pas le moindre bruit provenant de derrière le battant ; la blonde poussa doucement la porte pour laisser le temps à l'enquêteur, s'il était là, de la congédier. Mais il n'en fût rien, en effet la pièce était vide. Enfin, vide était un bien grand mot. L'air était saturé de poussières en suspension qui faisait comme un effet de brume, accentué par le peu de lumière naturelle qui rentrait dans la pièce. Souhaitant vraiment parler avec le détective, l'ancienne Gryffondor décida d'attendre le retour du nouvel occupant des lieux. Ce faisant, elle laissa traîner son regard sur le mobilier et le peu d'effets personnels qu'avait déballé Mr Rosenbach. Bien évidement, les titres des ouvrages sur la bibliothèque attirèrent son attention.//

** C'est pas très joyeux comme livres de chevet ... Mais "La legilimencie pour les nuls" à l'air pas mal. Je me demande si en plus de ça il fait de la mantique pour arrêter les criminels ... Ce n'est pas très fiable comme technique quand même, mais bon, les enquêteurs sont souvent originaux ...

// L'étudiante en droit aurait bien aimé s'asseoir pour patienter plus tranquillement mais manifestement l'inspecteur n'avait pas prévu de beaucoup recevoir dans son bureau, puisque le seul fauteuil présent était le sien. Étant obligée de patienter, elle regarda plus attentivement la pile de dossier présente sur le bureau avec écrit "CONFIDENTIEL" dessus. Miss Pierce se douta immédiatement que si le célèbre détective les avaient apporté c'était, soit pour tester les visiteurs, soit parce qu'ils étaient liés au meurtre sur lequel il enquêtait. Peut être contenaient-ils des informations sur la victime, et sur son passé plutôt trouble. Tout du moins de ce qu'elle en savait !//

** Quand même, il pourrait les ranger ailleurs ... Surtout s'il suspecte quelqu'un de Poudlard ! Son bureau n'est même pas protégé par des sorts. Il a beau être excellent, il se surestime peut être un peu trop. Sauf si tous les dossiers sont cryptés, ce qui serait quand même beaucoup plus sûr... **

// La jeune femme hésita, cela faisait longtemps qu'elle attendait et personne ne venait. Elle n'allait tout de même pas poiroter toute la journée dans cette pièce plutôt déprimante. Repensant à une des questions, elle sourit, heureusement que seul le pollen la rendait allergique et pas la poussière ! Ayant clairement autre chose à faire, comme prévenir sa meilleure amie de ce qu'il se passait au château pour lui demander son avis, Katniss choisit de quitter ce lieu pas des plus accueillant. Elle posa, bien en évidence, son formulaire sur le bureau, assorti d'une petite note, conseillant à Sam Rosenbach de ranger ses dossiers sensibles. Le mot était écrit de façon à laisser entendre au locataire des lieux que l'ingénuité faisait partie du caractère de l'ancienne Rouge et Or, et que c'était vraiment innocemment qu'elle le conseillait. Bien évidement ce n'était pas le cas, mais on se méfie rarement des petites poupées blondes qui ont l'air tout à fait inoffensives. D'un pas léger, ravie d'avoir apporté sa maigre contribution à l'enquête, l'héritière Pierce retourna a ses appartements, ayant envie de se faire un grand chocolat chaud en lisant le dernier tome de l’Épée de vérité.//

Spoiler :


[Fin RP]


Couleurs utilisées dans ce message : #665FCA, #CC0000
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueur


Messages : 228
Guilde : Aucune
Maison : Serdaigle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Jeu. 14 Nov 2019, 18:05  Répondre en citant

[RP Contexte Décès de Mr Powell partie 1 - Zlatz Roux]




// Un meurtre à Poudlard. Ce n'était pas la première fois que cela arrivait - l'école existait depuis trop longtemps pour ça - et certains étudiants affirmaient même que le dernier s'était déroulé pendant leur scolarité. Zlatz ne se souvenait pas de cela, mais il n'était que rarement à jour sur les nouvelles et si les choses n'avaient pas fait autant de bruit que cette fois, il n'était pas inenvisageable qu'il ait loupé la chose. La mort du professeur d'arithmancie - quel était son nom, déjà ? - ne risquait pas d'être oubliée. C'était même le sujet principal de conversation dans le château, et il semblait à Zlatz que trois comportements types se rependaient parmi les élèves. La majorité d'entre eux étaient effrayés, se rassemblaient entre eux, évitaient d'attirer l'attention sur eux et suivaient un rythme journalier plus sage que d'ordinaire. En réaction de cela, certains élèves faisaient part de leur absence de peur de façon visible, se vantant de leur courage et moquant ceux qui se laissaient aller à la peur - enfin, la plupart étaient plus subtils et moins vantard que ça. Enfin, il y en avait quelques uns qui se pensaient avoir une âme d'enquêteur et qui posaient des questions à droite à gauche, cherchant des indices et des réponses. C'était à ce groupe que le serdaigle appartenait. En vérité, il était excité par les événements, tout en se sentant coupable de sa propre réaction. Un homme était mort et la seule chose qui l’intéresse était la perspective d'être mêlé à une véritable enquête, ce qui lui permettrait de mieux concevoir ses enquêtes fictives. Son propre cynisme lui paraissait répugnant, d'autant qu'il était dans une phase où il examinait ses propres pensées et ressentis avec une suspicion aux portes de la paranoïa.
Peut-être était-il simplement satisfait de pouvoir concentrer ses sentiments négatifs sur quelque chose d'extérieur plutôt que sur lui-même. C'était plus sain. Dans tous les cas, le mort n'avait pas sa place dans les réflexions de Zlatz, qui restaient centrées autour de lui-même. Égocentrique un jour, égocentrique toujours. Mais au fond, était-ce important qu'il fasse les choses pour lui et pas pour les autres ? Le résultat était le même. Le serdaigle regardait le parchemin posé devant lui. C'était l'un des exemplaires du formulaire produit par l'enquêteur à destination des élèves de l'école. Il en avait pris un dès que possible par curiosité, mais n'avait pas encore commencé à le remplir, occupé qu'il était à disserter de ses motivations, de son comportement et de quelques autres sujets sans rapport avec le parchemin qu'il était censé remplir. A sa décharge, il fallait reconnaitre que le questionnaire n'était pas vraiment très glamour. Juste des questions assez évidentes accompagnées par quelques anomalies : comment le fait d'avoir un animal de compagnie ou pas pouvait-il être une information utile pour l'enquête ? Bon, en fait, c'était tout à fait possible si l'on avait trouvé des traces d'animaux sur le lieu du crime. Par exemple, s'il y avait des poils de chats alors que la victime n'avait pas de chat chez elle, les propriétaires de chats seraient plus suspects que les autres. Le coupable risquait cependant de mentir, mais s'il était découvert, cela le rendrait particulièrement louche. D'ailleurs, peut-être n'y avait-il aucune trace et ces questions servaient à faire commettre une erreur au coupable. Ou alors c'était tout simplement un leurre pour détourner l'attention d'autres questions.
Ou alors Zlatz se prenait la tête pour rien et n'avançait toujours pas dans sa tâche. C'était tout de même fou d'être à ce point incompétent ! Incapable de faire quoi que ce soit sans s'éparpiller dans tous les sens, minimisant efficacement sa productivité. Le serdaigle soupira, passa quelques secondes à se vider la tête, puis saisit sa plume et s'attaqua - enfin - à répondre aux questions du parchemin. //


Spoiler :


// En son fort intérieur, Zlatz était convaincu que ce que ce qu'il venait de faire était totalement inutile. Aucune de ses réponses n'apporterait quoi que ce soit. La seule qui pourrait sembler effleurer quelque chose - la dernière - était vidée de sa substance par l'imprécision de ses souvenirs. Lui n'avait pas différencié cette nuit des autres et n'avait pas prêté particulièrement attention à ce qu'il ce passait. Résultat des courses : dès le lendemain, sa mémoire flanchait et il était déjà incapable de dire avec certitude s'il avait rencontré quelqu'un ou pas.
Le serdaigle chassa ces pensées qui risquaient de lui plomber le moral sans rien lui apporter. Il n'y pouvait rien et de toute façon, c'était probablement les questions qui semblaient les plus saugrenues qui auraient le plus d'importance. Sans cela, elles n'auraient même pas été posées. L'adolescent se leva et rassembla les affaires qu'il avait laissé par terre autour de lui. Au final, vu le temps qu'il avait perdu, il aurait dû prendre le temps d'aller dans une salle avec des bureaux plutôt que de s'installer sur le sol en face de la porte du bureau réservé pour le détective. Cela aurait été plus confortable tout en lui épargnant les regards des élèves qui passaient par là. Surtout que d'après le règlement, il n'avait pas le droit de faire cela. Il l'avait oublié sur le coup. Heureusement, personne n'avait prit la peine de le lui faire remarquer. Un préfet pris en train de violer les règles de l'école n'était pas quelque chose qui pouvait inciter les élèves à se préoccuper du règlement. Bon, Zlatz n'avait pas l'influence nécessaire pour déclencher une vague de criminalité - terme déjà largement exagéré -, mais tout ce qui pouvait contribuer à l'augmentation de sa charge de travail était négatif.
Le serdaigle soupira en poussant la porte du bureau 914. Le détective n'était toujours pas là, mais bon, il l'aurai sans doute vu s'il était revenu, donc Zlatz n'était pas vraiment surpris. Il déposa le parchemin sur le bureau comme une offrande sur un autel sacré. Priant le divin ministère de la magie d'accorder aux mortels habitant le château sa justice divine via son envoyé sur terre, le haut-prêtre... Il faudrait vraiment qu'il mémorise le nom de l'enquêteur. Enfin, son envolée avait été brève, mais avait au moins amélioré son humeur. L'adolescent observa la pièce, qui portait déjà des marques de son nouvel occupant, mais quelque chose le mettait mal à l'aise sans qu'il n'arrive à mettre le doigt sur quoi. C'était sans importance. Il quitta les lieux en s'interrogeant sur ce sentiment. Après tout, c'était sa spécialité de perdre son temps à réfléchir à tout et n'importe quoi même s'il se rendait compte que cela ne lui apporterait rien. //


[RP fini]
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Joueuse


Messages : 1022
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Serpentard
Poudlard : 6e année
MessageDate du message: Sam. 14 Déc 2019, 18:35  Répondre en citant

[Début de RP: contexte du meurtre - Elerinna Calaelen]



// Le détective Rosenbach n'avait pas paru très amical aux yeux d'Elerinna, qui semblait presque plus s'inquiéter de le rencontrer en face à face que de la raison pour laquelle il était venu à Poudlard. Un meurtre ? Soit. Difficile d'assimiler toute la réalité d'une telle situation. Le professeur Powell, hier encore, enseignait, mangeait, marchait, dormait, et maintenant il ne foulait plus la surface de la Terre. Cette possibilité de la disparition n'arrivait pas à s'ancrer dans l'esprit de la rousse, pour qui tous ces évènements paraissaient encore n'être que des mots vides de sens, prononcés dans la grande salle. Et ce formulaire qu'elle s'apprêtait à rendre, une simple formalité administrative.

Devant elle, elle vit Zlatz sortir du bureau du quatrième étage. Elle leva la main pour tenter de l'appeler, mais il tourna dans l'autre direction sans l'apercevoir. Tant pis, elle discuterait avec lui de tout ce remue-ménage plus tard. Elle se prit presque à sourire en anticipant la réaction du Serdaigle, qui devait certainement pester d'avoir à remplir des papiers, se déplacer jusqu'au bureau, pour qu'au final rien de toutes ces démarches ne soit vraiment utile…
Mais elle effaça rapidement le rictus de son visage, traversée par l'idée que si Rosenbach sortait du bureau à ce moment et la voyait remplie de joie à la perspective d'un meurtre dans l'école, il ne la fasse interner pour folie ou pire, accuser dudit meurtre et envoyer à Azkaban.

Enfin … non ? Tout de même …. Ils ne pouvaient pas envoyer des mineurs à Azkaban, n'est-ce-pas ? Pas pour un simple sourire du moins. Depuis l'émergence de la justice magique, elle aurait droit à un juste procès. Et puis un mouvement des lèvres n'avait jamais représenté une preuve, non ? A quoi bon se torturer alors même qu'elle arrivait devant le bureau, et que la porte entrouverte le montrait entièrement vide.
Le détective avait dû s'absenter un instant, et laisser ouvert pour que les élèves puissent déposer leur questionnaire. //

Spoiler :


// Sans s'attarder, la rousse s'échappa du sombre bureau, ravie tout à la fois d'échapper aux coups de poing sur la table de monsieur Sam et de ne pas avoir à s'attarder dans son lieu de travail lugubre pour faire la discussion. Cooper Lawford avait vraiment exagéré en ne lui léguant que ce pauvre taudis comme bureau de travail … //

[Fin de RP]
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP
Montrer les messages depuis:   
   Répondre au sujet    Forum >> Les Étages
Page 1 sur 1