Hiboux Nomade Notes
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


Ruines Incas

   Répondre au sujet   Forum >> À l'étranger
Auteur Message
Miss RP

Personnage
Non Joueur





MessageDate du message: Lun. 01 Mai 2017, 15:12  Répondre en citant

Ruines incas




De nombreuses ruines incas se trouvent au Pérou. La plus célèbre d'entre elles est le Machu Picchu. Sac sur le dos, vous gravissez les marches qui mènent au plus grand temple de l'ancienne cité. De votre perchoir, vous pouvez observer la forêt amazonienne à l'horizon. Les vieilles habitations incas vous laissent désireux de plus d'aventures et vous vous empressez de rejoindre la cité la plus proche à la recherche de nouveaux souvenirs.

Team RP


Messages : 3002
Guilde : Aucune
Maison : Serpentard
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Jeu. 14 Juin 2018, 19:37  Répondre en citant

[RP Unique Ambros Fadraig (Jade O'Greaney)]





// Ambros fronça les sourcils. Il s’essuya le front du dos de sa main, il était totalement perdu dans la jungle. Il était seul, livré à lui-même, il avait perdu son formateur depuis ce qu’il pensait être quelques jours, il n’avait plus la notion du temps. Les deux hommes s’étaient faits attaqués par un léopard tandis qu’ils exploraient les alentours d’une ruine incas, ils n’avaient pas entendu la bête derrière eux et la blessure du vieil homme étaient trop profonde pour qu’il s’en sorte. Dans un élan de lucidité, son formateur avait planté son canif dans la gorge de la bête mais quelques heures plus tard il succombait de ses blessures.

A présent, le jeune homme se trouvait sur un petit espace enherbé, au beau milieu de ce qui ressemblait à une jungle, sa magie ne fonctionnait pas et devant lui, un pont de singe en corde, tellement long qu'il n'en voyait pas le bout. Il surplombait une vallée en forme de crevasse, qui paraissait être très profonde. Le pont était constitué de deux grosses cordes, de la largeur d'un pied seulement, formant le tablier du pont. Deux autres cordes, moins épaisses, de chaque côté et à hauteur de main, créaient une main courante. Et enfin, de nombreuses cordes encore plus fines reliaient les deux parties pour former une barrière, une protection contre le vide juste en dessous. Il regardait ce pont, le point où il disparaissait. Les deux pieds plantés dans le sol, comme paralysé.

Il laissa son regard balayer l'espace autour de lui. La jungle s'élevait tout autour de lui, ne laissant qu'une petite partie de quelques mètres carrés à l'entrée du pont où rien ne poussait à part de l'herbe. Les arbres et les plantes autour de lui semblaient le dominer, et former comme une voûte au-dessus de lui. L'endroit était sombre. Il n'aimait pas ça. Et puis ce calme était déconcertant. Pas le moindre souffle de vent ne faisait frémir les feuilles, pas le moindre bruit d'oiseaux ou d'animaux ne troublait le silence.
Il n’avait aucune envie de traverser mais il ne pouvait décemment pas rester ici. Il réajusta son sac de randonnée, vérifia qu’il avait bien son couteau accroché à son pantalon, il soupira pour se donner du courage et posa un pied sur un des cordes du pont. //

***************


// Le brun s’accroupit dans les hautes herbes de la jungle, silencieux, il banda l’arc de fortune qui lui permettait de se nourrir depuis plusieurs semaines. Sa chemise autrefois blanche était à présent beige foncé à cause de la terre, déchirée, elle dévoilait des cicatrices nouvelles sur le corps du jeune homme, elle lui collait à la peau tant la température dans la jungle était étouffante. Ses muscles étaient tendus à l’extrême, attendant le bon moment pour lâcher sa flèche. Un bruissement, lui fit perdre le contact avec sa proie qui partit en courant plus profondément dans la jungle. //

-Bordel !


*****************



// Abrité par les grandes feuilles de la forêt amazonienne, Ambros était en train de savourer son repas à base de chauve-souris. Il était tout près d’un temple abandonné depuis un bon bout de temps et il avait déniché son repas au fond d’une pièce, c’était ça ou manger des insectes.
Depuis combien de temps il était là, il n’en avait aucune idée, il ne pouvait pas prévenir les secours, sa magie ne semblait pas fonctionner ici, il n’avait qu’à espérer que ses proches se posent des questions sur le silence du jeune homme.
Demain il faudrait qu’il change d’endroit, essayer de trouver un endroit en hauteur, voir si il pouvait se repérer. Il avait une boussole, il avait décidé de suivre le nord, il s’était dit qu’au bout d’un moment il verrait bien la fin de cette forêt. Mais depuis quelques nuits, il avait la sale impression d’être épié. //


***********************



// Le souffle court, les membres endoloris, Ambros avançait péniblement dans la jungle amazonienne. Jetant sans cesse des regards furtifs par-dessus son épaule, son couteau à la main, il tentait à grande peine de maintenir une distance avec la chose qui le traquait inlassablement depuis quelques nuits. Au loin, il arrivait à entendre le rythme des pas qui s’accéléraient, le jeune homme ne savait même pas si il arriverait à attendre les ruines du temple qu’il avait aperçus en grimpant à un arbre la veille. Bientôt, il crut y arriver, voyant les arbres s’espacer de plus en plus, mais il se retrouva rapidement face à un autre obstacle. Essuyant un filet de sueur qui coulait sur son front, il se retourna en entendant à nouveau les pas s’accélérer derrière lui. Il était venu le moment de faire un choix. Mourir ou sauter du haut de la crête. Il se pencha rapidement, le fleuve avait un débit rapide mais il ne savait pas la profondeur. Les bruissements des feuilles s’accentuaient. Vite, il fallait qu’il fasse un choix. Se retournant une dernière fois, il prit sa décision quand il croisa le regard de l’énorme puma face à lui. Il sauta.

L’eau lui glaça instantanément les poumons. Bien, il n’était pas mort. Mais la douleur lancinante qui lui martelait la jambe lui donna un indice sur l’endroit où il avait été blessé. Il n’avait plus son sac, seulement son couteau et son arc, bien accroché à son dos. Il tenta de nager tant bien que mal vers le rivage mais le courant était trop fort, il se fit embarquer par le fleuve, à bout de force le jeune homme le laissa porter, n’arrivant plus à lutter. //


*********************



// Le brun se réveilla douloureusement sur le rivage de ce qui ressemblait à un lac. Il grimaça lâchant un râle de douleur en bougeant sa jambe. Réussissant à s’assoir il déchira son pantalon jusqu’au genou pour voir l’ampleur des dégâts. //

-Nom d’un…. Lâcha-t-il en serrant les dents.

// Il avait dû réaligner les os de sa jambe, il s’était évanoui juste après, il ne savait pas combien de temps. Longtemps. Le soleil était bas dans le ciel à présent. Il fallait qu’il fasse un feu pour ne pas mourir d’hypothermie, la mort par infection était tellement plus agréable songea-t-il ironiquement. Sa jambe avait doublé de volume, légèrement violacée, emprisonné dans une attelle de fortune : deux morceau de bois de chaque côté, tenu par un morceau de tissus arraché de sa chemise.

Le jeune homme ne ressemblait plus grand-chose, ses cheveux avaient énormément poussé, sa barbe aussi et il avait maigri. Les dernières forces qu’il lui restait, il les gardait pour manger, il avait même construit des pièges, réussi à emprisonner quelques iguanes. Il ne savait pas combien de temps il allait encore tenir, il s’endormit près de son feu de camps.
Quelques nuits plus tard, il fut réveillé en sursaut par des bruits de pas. Il tourna son visage vers les profondeurs de la forêt, cherchant la source du bruit. Soudain, il ne vit que des petites lueurs bleutées, il en fut bientôt aveuglé. Sous le poids de la fatigue, il s’évanouit, son couteau à la main, il crut seulement distinguer des mots d’espagnol…. //

_________________
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP Visiter le site web du joueur

Championne d'Hexalis


Messages : 3749
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Poufsouffle
Poudlard : 7e année
MessageDate du message: Jeu. 04 Juin 2020, 20:11  Répondre en citant

[RP unique Sarah Fyrell]



    // Après avoir survolé la forêt colombienne en suivant l'Amazone, ayant quitté le parc naturel national d'Amacayacu, Sarah s'aventurait à présent dans la partie brésilienne de la forêt la plus sauvage et mystérieuse du monde, juchée sur son balai. La mer impénétrable de feuillage qui défilait sous ses yeux était d'une incroyable beauté. La rouquine ne regrettait pour l'instant pas du tout de s'être lancée dans ce périple.

    Au Ministère, tout allait bien. Tout était calme. Rien ne venait agiter le monde sorcier, si ce n'est un peu cette histoire d'enquête à Poudlard. On était loin de toutes les excitantes périodes d'incertitude telles que l'évasion de Wakefield, le kidnapping du père Noël ou la menace de la faille temporelle de l'été dernier. Du coup, Sarah s'ennuyait. elle avait besoin d'un peu d'aventure, pour changer du bureau. Où était passée l'époque bénie où elle partait seule à l'aventure dans le Monde Incertain pendant les vacances d'été ? Elle était encore jeune, et la fibre d'aventurière ne l'avait pas encore quittée. Alors, quand cette mission de chasse à la nouveauté pour le Magic Museum s'était libérée - le précédent détenteur du poste avait du cesser son activité à cause d'ennuis judiciaires, quelque chose comme ça - la rouquine avait sauté sur l'occasion.

    Son objectif : retrouver les ruines d'un temple maya à l'existence incertaine. Apparemment, un professeur moldu, considéré comme un songe-creux par ses semblables, était parti à la recherche de cette cité avec son équipe il y a des années, afin de prouver sa théorie, mais il n'en était jamais revenu. Cette affaire était assez excitante. Sur quoi allait-elle tomber ? Une vieille malédiction jetée par les sorciers de l'époque ? La prudence était de mise, mais sa curiosité surpassait le reste.

    Si ce temple existait, il avait certainement été construit à la jonction de courants telluriques, là où l'Önd était le plus puissant. C'est donc vers le nœud tellurique le plus proche que Sarah se rendait.

    La rouquine jubila en apercevant une pointe de pierre dépasser des feuillages.
    Elle effectua un plongeon pour percer la canopée, et se posa au sol, au pied du temple. L'atmosphère était humide, et le vacarme de la faune assourdissant. Sarah grimpa au pas de course l'unique escalier, impatiente de trouver quelque relique saugrenue à exposer au musée. L'entrée était condamnée par un épais rideau de lierre. //


- Diffindo !

    // Le rideau de lianes se trancha, permettant à la sorcière de pénétrer à l'intérieur du temple, non sans avoir invoqué un Lumos pour s'éclairer. //


- Revelio, tenta-t-elle au cas-où.

    // Comme rien ne se produisit, Sarah considéra que la voie était libre. Ignorant les gravures présentes sur les murs, elle longea le couloir tapissé de racines et de poussière, jusqu'à déboucher sur une grande salle. Le visage de la rouquine s'illumina d'un grand sourire. Enfin, les choses devenaient intéressantes.

    Au centre de la salle flottait un gigantesque cube noir de jais. Si ça, ce n'était pas l'oeuvre d'un sorcier, alors elle voulait bien se faire transformer en poireau.

    Dans son sac, une petite chose s'agita. Sarah libéra Bjorn, son fidèle crapaud violet, qu'elle avait décidé d'emmener à l'aventure avec elle afin qu'il puisse se dégourdir les pattes. Peut-être avait-il senti la présence de magie, lui aussi. //


- Tu as vu ça Bjorn ? Ce cube est peut-être un peu gros pour être ramené au musée, tu ne crois pas ?

    // Le cube dégageait une aura étonnante. Quelle pouvait être sa fonction ? La civilisation maya avait-elle pris le rite d'incubation un peu trop à la lettre, en supposant qu'ils auraient davantage de visions en plaçant un véritable cube dans le sanctuaire où il faisaient leur sieste ? L'idée était amusante.

    La sorcière fit quelques pas vers le cube pour mieux l'observer, mais trébucha sur quelque chose au sol. Elle baissa sa lumière, et découvrit avec une moue de dégoût un os piégé entre les racines. Os animal ? Os humain ? Qui sait. Celui sur lequel elle avait trébuché n'était pas le seul, il y en avait plusieurs autres éparpillés sur le sol de la salle. En fin de compte, cet endroit n'était peut-être pas le vestige d'un sanctuaire, mais plutôt celui d'un autel de sacrifices.

    Mis à part le cube et les os, la salle était vide. Pas une statuette, pas un petit trésor qui trainait, rien. Le temple avait déjà du être pillé. Peut-être que le professeur et son équipe avaient trouvé ce temple, finalement ; mais qu'ils avaient emmené tout ce qu'ils avaient pu, et avaient ensuite disparu de la circulation.

    Mais Sarah ne baissa pas les bras. Un cube de cette taille n'avait aucun intérêt à être plein : il était forcément creux. Et il y avait certainement des choses très intéressantes à l'intérieur. Alors, patiemment, elle entreprit de l'ouvrir, en testant la petite panoplie de sortilèges qu'elle connaissait. Mais au bout d'un quart d'heure, elle dut se rendre à l'évidence : aucun de ses sorts n'avait d'effet sur le cube.

    Ne sachant plus quoi essayer, Sarah se résolut à observer les fresques qui ornaient les murs. Peut-être y apprendrait-elle quelque chose d'utile ?

    Après avoir un peu essuyé la poussière collée aux murs, elle parvint à distinguer des gravures. Il y avait sept groupes. Chaque groupe avait l'air d'avoir une sorte de... pouvoir. Par exemple, certains avaient l'air de pouvoir se transformer en animaux. Les Mayas de l'époque avaient-ils leur propre clan d'animagi ?

    Et puis, au centre des sept groupes, il y avait un cube. Semblable à celui du temple. Mais celui-ci était ouvert selon une ligne de partage courbe. Et si... ?

    Sarah revint au coube, et se mit à la recherche d'une fissure, d'un sillon, qu'importe, à l'endroit où le cube de la fresque était fendu. Et elle en trouva un. Un fin sillon, serpentant sur les 4 faces verticales du cube. Très difficile à distinguer. Mais ça y est, elle avait trouvé le point faible.

    La rouquine recula, et pointa sa baguette droit sur la fissure. //


- Flipendo !

    // Avec un craquement sec, le cube se fendit.
    Ses deux moitiés s'écrasèrent au sol dans un vacarme assourdissant.
    Et au même instant, une puanteur ignoble se répandit dans la salle. Une odeur infecte, putride et écœurante.

    Bjorn croassa, apeuré.

    Se retenant de vomir, Sarah observa avec incrédulité la jungle contenue à l'intérieur du cube. Une jungle aux lianes grasses, à la végétation proliférante, et emplie de bruits inquiétants. Quel genre de sorcellerie permettait de faire apparaître toute une jungle à l'intérieur d'un simple cube ?

    Alors, elle comprit. Le cube n'était pas un contenant. Le cube était un portail. Un portail vers cette jungle inhospitalière et repoussante. Ce qui ne l'empêchait pas d'être... Profondément captivante.

    Sarah n'avait sans doute jamais ressenti de sa vie un appel vers l'inconnu aussi puissant. Alors que tout de la jungle qui lui faisait face semblait créé pour la repousser, paradoxalement, toute son âme lui criait de s'y aventurer. Être la pionnière de cette dimension inconnue. Découvrir les mystères qu'elle recelait. Braver les risques pour suivre un chemin sans repère, sans nulle idée de où elle pourrait déboucher. N'était-ce pas mortellement attirant ?

    Guidée par un mystérieux instinct, la rouquine ramassa Bjorn, qui se blottit contre elle. Lui avait un instinct de survie fonctionnel, et n'avait aucune envie d'entrer volontairement dans la Bouche de la Mort. //


- Tu resteras toujours avec moi, pas vrai ?

    // Le crapaud adressa à sa maîtresse un regard suppliant, espérant de tout son petit cœur qu'elle renonce à ce projet fou. Il abandonna. La rouquine était déterminée. Elle ne reculerait pas. Quant à lui, il ne pouvait pas abandonner sa partenaire. Alors, il l'accompagnerait. Jusqu'au bout des mondes.

    Sarah engagea un pied à l'intérieur du cube. Traversa la frontière invisible séparant les deux mondes. Passa d'une jungle à une autre. Hésita.

    Une petit voix lui chantait qu'elle ne reviendrait pas. Était-elle vraiment prête à foncer comme ça dans l'inconnu, sans préparation, laissant derrière elle sa mère, son père, sa sœur ? Son petit frère avec lequel elle n'avait jamais eu l'occasion de se réconcilier ? Ses amis ? La totalité de son ancienne vie ?

    Mais elle n'écouta pas cette petit voix. Son cerveau n'avait rien à lui dicter. Elle reviendrait, si elle le voulait. Elle reviendrait.

    Mais en effet, s'aventurer sans armes et sans guide dans cet univers inconnu était insensé. Alors, elle ramassa des os qui traînaient au sol, et les métamorphosa en arc et en flèches. Puis elle se concentra, et appela son souvenir le plus heureux.
    Le souvenir d'un Noël avec sa famille, réunie et joyeuse, lorsqu'ils étaient encore tous ensemble. Avant le divorce de ses parents. Avant l'ignorance de Zack. Quand elle avait 10 ans. //


- Spero Patronum.

    // Un filin argenté s'échappa du bout de sa baguette, se transformant bientôt en un majestueux Patronus en forme de dragon. Le superbe animal s'enfonça dans la jungle, éclairant le chemin. Sereine et confiante, Sarah lui emboîta le pas. //


[Fin.]

_________________


Dernière édition effectuée par Thalia Gilsayan (Jeu. 04 Juin 2020, 20:23) ; édité 9 fois
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP
Montrer les messages depuis:   
   Répondre au sujet    Forum >> À l'étranger
Page 1 sur 1