Hiboux Nomade Notes
✩ Très joyeuse et bonne année 2021 ! ★ Résultats des Étoiles du Wyrd 2020
 Joueur :    Mot de passe :    Automatique :         Inscription  


Cachot de Serpentard

Page: <--  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
   Répondre au sujet   Forum >> Sous-Sols
Auteur Message

Joueuse


Messages : 1627
Guilde : Les Tourneurs de pages
Maison : Serdaigle
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Mer. 30 Aoû 2017, 00:09  Répondre en citant

[Début de RP unique - Charlen Di Marzio]




// Elle était assise sur son lit impeccablement fait, regardant d'un œil nostalgique Izmie assoupie sur sa valise. Valise qui, elle aussi, était rangée, bouclée, fermée. Les rideaux tirés, seule la petite ampoule de sa lampe de chevet était encore allumée. Elle avait les yeux vitreux sans oser faire couler la moindre larme. Ce n'était que le fruit de l'émotion...

Elle partait, définitivement. Elle s'envolait vers d'autres horizons, ceux des adultes, du monde des études supérieurs, celui du monde du travail, et surtout, ceux d'autres libertés et de nouvelles opportunités. Quitte à être jetée aux lions, Charlen Di Marzio essayait d'être optimiste. Après tout, être coupée du lieu qui avait bercé son adolescence, ces premiers amours, ces premières expériences et amitiés, ces premiers regrets, mais aussi exploits, émois, ce n'était pas une tâche facile mais c'était aussi synonyme d'un nouveau départ.

Elle aimait à penser que ce n'était que le début de sa grande carrière de vétomage, d'exploratrice, ou encore, que sais-je, d'écrivaine.

Au pied de son lit, une lettre ouverte avec excitation et appréhension. Une lettre qui tout d'abord la félicitait pour avoir obtenu ses ASPICS avec comme mention "Efforts Exceptionnels". Certes, elle avait raté de peu la mention maximum, celle juste au-dessus, mais cela ne la décevait pas le moins du monde. Elle était fière d'elle, fière de son parcours, et fière d'avoir saisit les bonnes occasions pour s'offrir un avenir dont elle rêve. Cette même-lettre contenait le détail de ses notes, ainsi qu'une lettre de recommandation de Mr Lawford lui-même.

Citation de Diplôme décerné à Miss C. Di Marzio :
Défense Contre les Forces du Mal : 17/20 - Mention Efforts Exceptionnels
Divination : 18/20 Mention Optimal
Étude des Graphèmes : 14/20 - Mention Acceptable
Arts du Combat : 19/20 - Mention Optimal
Métamorphose : 20/20 - Mention Optimal
Potions : 17/20 - Mention Efforts Exceptionnels
Sortilèges : 19/20 - Mention Optimal
Astronomie : 18/20 - Mention Optimal
Quidditch - 20/20 - Mention Optimal
Botanique - 17/20 - Mention Efforts Exceptionnels


Elle repensait à chaque instant, chaque personne rencontrée. Cela faisait un paquet de choses à penser. Mais cela faisait bientôt une heure de la brune était assise sur ses draps immaculés, occupée à dire au revoir à la célèbre école de sorcellerie à sa manière. Pourtant, le temps lui était compté. L'école avait beau être quasiment vide, elle savait bien qu'elle ne pouvait pas rester indéfiniment. Alors elle eu une idée pour faire ses adieux. Elle pensa à un poème qu'elle avait lu avec Elizabeth, un certain soir où les étoiles avaient intensément brillé. "Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage."

Elle se saisit d'une plume d'aigle, d'un parchemin et griffonna les premiers vers du poème. Ils parlaient du périple du demi-dieu grec, qui finissait par rentrer sur ses terres. Étudier à Poudlard était un voyage enrichissant. A vrai dire, ça façonnait grandement les élèves qui, un jour, foulaient le sol du château. Du coup, elle trouvait ça symbolique et pur. Une fois son œuvre achevée, elle déposa le papier sur l'oreiller qu'elle avait utilisé pendant sept longues années, et se leva.

Charlen prit énergétiquement sa lourde valise et quitta le dortoir des septièmes années de Serpentard, Izmie sur les talons. Il fallait encore qu'elle rende son insigne de préfète et qu'elle dise au revoir au couple Lawford, avant que la nuit ne finisse vraiment par tomber.

Elle jeta juste avant un dernier regard à sa salle commune. Se rendait-elle compte à quel point cet endroit allait lui manquer ? //


Dernière édition effectuée par Liara (Mer. 30 Aoû 2017, 00:12) ; édité 2 fois

Couleurs utilisées dans ce message : #57006C
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP

Direction
Auror
Animatrice


Messages : 3344
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Serpentard
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Lun. 14 Mai 2018, 18:53  Répondre en citant

[RP unique - Syndra Frutto (Aquilea) - Suite de ce RP]

    // Il était très tard le soir - ou plutôt, très tôt le matin - quand la porte du dortoir des filles s'ouvrit lentement, et, miracle, sans grincer. A la réflexion, c'était peut-être la seule porte bien huilée de tout le château : encore un des privilèges qu'il y avait à être une Serpentarde. Syndra Frutto pénétra dans la vaste pièce, le regard dans le vide, comme traversée par un élan de néant absolu. Tel un automate, elle obliqua sur sa droite pour rejoindre son éternel lit à baldaquin, sur lequel elle s'affala sur le dos, sans prendre la peine de se déshabiller. Elle comptait sur sa lassitude et sur l'heure bien avancée pour réussir à s'endormir rapidement... Néanmoins, la scène tournait et retournait dans sa tête sans s'arrêter ; les yeux rivés sur le plafond, elle comprit rapidement qu'un débrief intérieur n'était pas optionnel si elle comptait trouver le sommeil avant le lever du jour. //


** Reprenons depuis le début... **

    // Depuis leur premier échange houleux qui leur avait permis de jauger ce qu'ils valaient mutuellement, Timothy et Syndra avait développé et entretenu une relation dans laquelle la défiance avait peu à peu laissé place à la confiance. Chacun de leurs rendez-vous avait apporté sa pierre à l'édifice, bâtissant une cathédrale de respect, malgré les conflits qui pouvaient parfois les opposer. Ils étaient devenus amis ; grande première pour la Serpentarde, qui n'avait jamais eu le moindre regard pour quiconque ne portant pas le nom de Frutto.

    Machinalement, Syndra tourna la tête vers le lit voisin, vide et froid, qui avait été celui de Liberty... //


** Non, ne pense pas à elle. Ne pense pas à eux. C'est une autre histoire... **

    // Balayant mentalement la tragédie qui l'avait laissée orpheline quelques semaines plus tôt, elle dirigea ses pensées vers Tim sans la moindre difficulté. Revenant de sa thérapie au beau milieu de la nuit, elle avait été tellement contente de le revoir. Cet heureux hasard qui les avait réunis sur le pont couvert avait engendré une discussion pendant laquelle le jeune homme s'était ouvert, pour la plus grande joie de sa camarade. Puis tout était parti en freestyle complet lorsque le sujet de la parentalité était arrivé sur le tapis.

    Factuellement, sa réaction face au discours de Tim avait été disproportionnée. En se repassant mentalement la scène, elle se rendait bien compte qu'il n'avait pas dit ça pour la blesser ! Il semblait plutôt réfléchir à voix haute... Elle aurait cependant préféré qu'il garde de telles pensées pour lui ; par ailleurs, malgré toute la volonté dont elle faisait preuve pour essayer de relativiser sur les paroles de Tim, Syndra ressentait toujours cette douleur au cœur à chaque fois qu'elle se répétait ses mots. Et ensuite, au paroxysme de la bizarrerie et de l'incompréhensibilité, il l'avait embrassée. Avant de s'enfuir lâchement.

    Sur le coup, la première émotion qui lui était venue lorsqu'elle avait constaté qu'il ne s'arrêtait pas était de la colère. Elle estimait qu'il lui devait des explications. Elle s'était même faite violence pour ne pas lui lancer un sortilège qui l'aurait obligé à assumer ses actes et expliquer le fond de sa pensée. Mais finalement, la fougue primaire était retombée, et un savant mélange de tristesse et d'incompréhension avait surgit, accompagné de larmes acides. Elle s'était alors dirigée vers le château d'un pas traînant.

    Le souvenir du baiser volé s'imposa de force dans la tête de Syndra. Son coeur commença à s'emballer, son corps à trembler, son souffle à s'accélérer. Elle s'extirpa de son matelas et s'assit sur la chaise de bois devant sa coiffeuse. Le petit miroir ornementé renvoyait l'image d'une adolescente aux traits tirés, le visage pâle et les joues rouges. Ses cheveux, habituellement bien peignés, étaient ébouriffés et quelques extraits de mousses et de feuilles s'y étaient emmêlés, vestiges de son allongement sur le toit du pont. Ses yeux rencontrèrent ceux de son reflet ; au fond de ces pupilles violettes flottait un éclat de désir qu'il n'était pas habituel de retrouver chez elle...

    La scène se répétait à l'infini ; d'abord fidèle aux faits, elle revoyait ses lèvres s'approcher des siennes ; puis l'imagination de la jeune fille transforma ses souvenirs de plus en plus, et la scène se répétait encore, plus longtemps, et encore, plus doucement, et encore, plus intensément, et encore, plus sensuellement... Alors qu'elle se sentait imploser, Syndra s'arracha des griffes de son imaginaire avec violence. Elle secoua la tête et ferma les yeux le temps de reprendre contenance. Puis elle les rouvrit quelques instants après, déterminée, défiant son reflet du regard.

    Elle l'avait toujours su. //


** Je suis amoureuse de Timothy Seymour. **

    // Pour la première fois, elle n'allait pas fuir face aux signaux que son coeur et son corps lui envoyaient. Son instinct, qui l'avait toujours poussée à se protéger, n'avait eu de cesse de maquiller la vérité depuis le début de leur rapprochement. Mais ses sentiments envers le jeune homme étaient devenus de plus en plus aigus, incisifs, puissants ; elle avait eu tout le temps d'en prendre conscience pendant sa petite excursion en psychiatrie. Et les événements de la soirée n'avaient qu'accentué tout ce brouhaha intérieur, qu'il était pourtant si facile d'expliquer... Il lui suffisait simplement d'arrêter de se cacher derrière de fausses excuses, et d'enfin voir la vérité en face. //


** Je suis amoureuse de Timothy Seymour ! **

    // Ses épaules se dénouèrent tout à coup, comme si le poids de cette vérité cachée venait de disparaître. La Serpentarde se répéta cette phrase, jusqu'à accepter - et assumer - entièrement ce qu'elle impliquait. //


** Ça explique pourquoi j'ai vrillé quand j'ai appris qu'il avait emballé Potter. **

    // Ça... et tout le reste. Toutes ses réactions bizarres, son coeur qui s'emballait, sa joie systématique de le voir, les petits picotements cutanés à chaque fois qu'ils s'effleuraient, ses rougissements incessants sans aucune raison... L'agitation dont elle avait fait preuve toute la soirée s'estompait tandis qu'elle prenait conscience de tout ça, laissant place à un sentiment de plénitude qu'elle n'avait jamais ressenti auparavant. Son reflet lui souriait d'un air presque niais.

    Syndra se détourna du miroir et retourna s'installer sur son lit, allongée sur le ventre cette fois-ci. Elle se sentait plus légère qu'une plume, et ne put retenir un soupir de soulagement. Vraiment, ce petit tête-à-tête avec elle-même avait porté ses fruits.

    Restait maintenant à savoir ce qu'il en était de Tim. Les messages qu'il lui avait envoyés pendant la soirée avaient été tellement contradictoires... L'avait-il embrassée juste sur un coup de panique inexplicable (**qui a donc pour réflexe de rouler des galoches pour s'excuser de sa maladresse ?**) ? Si c'était le cas, elle allait devoir se blinder de nouveau et mettre les distances nécessaires avec son ami pour ne pas en souffrir... Mais si ce n'était pas le cas... Alors elle le connaissait suffisamment bien pour imaginer à quel point il devait être déboussolé, au moins autant qu'elle ne l'avait été. Dans un sens, la douche froide qu'elle avait pris lorsqu'il avait refusé de s'arrêter avait enclenché toute la réflexion derrière sa prise de conscience, menant à son envie pressente d'aller le rejoindre sur le champ. Mais pour Timothy Seymour, pro du self-control à la tête froide, perdre pied de cette manière allait sûrement lui causer pas mal de questionnement.

    De toutes manières, une chose était sûre : elle lui laisserait le temps qu'il faudrait. Et quel que fût le cas de figure, il pourrait compter sur elle pour adapter son attitude de manière à ce que tout se passe pour le mieux.

    Ce fût sur cette dernière pensée que Syndra Frutto sombra dans le sommeil. //


[Fin du RP unique]


Couleurs utilisées dans ce message : #5C0060
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Envoyer un e-mail Fiche de personnage RP

Direction
Auror
Animatrice


Messages : 3344
Guilde : Les Dragons d'Opale
Maison : Serpentard
Poudlard : 5e année
MessageDate du message: Jeu. 26 Juil 2018, 17:58  Répondre en citant

[RP Event unique - troisième étape - Syndra Frutto]



    // Syndra Frutto était assise en tailleurs sur son lit, potassant ses cours de potion en vue des ASPIC qui se rapprochaient toujours plus, lorsqu'un craquement bien particulier retentit dans le dortoir. Elle leva à peine les yeux de sa montagne de parchemins : //


- Alors Falco, du nouveau ?

- Beaucoup de bruits de couloirs, Maîtresse. J'ai passé trois semaines à épier les personnes que vous m'avez cité, en vain. Ce n'était que de mauvaises pistes. Tous ces élèves sont blancs comme neige, si je puis dire... tout du moins, dans cette affaire-ci...

    // La Serpentarde grogna de mécontentement et reporta son attention sur ses cours. Mais l'elfe de maison n'avait pas terminé. //


- N'avez-vous pas envisagé qu'un adulte puisse être impliqué, Maîtresse ?

    // La voix nasillarde de la créature s'était légèrement tintée d'ironie, et Syndra releva immédiatement la tête pour lui demander d'une voix autoritaire : //


- Qu'as-tu découvert, Falco ? Cesse de me faire perdre mon temps, elfe de malheur !

- L'on dit qu'un professeur serait à l'origine de ces histoires fourbes, Miss Frutto. Aucun nom n'a été explicité, mais l'on parle d'une personne étrange, vieillissante, qui fait peur autant aux élèves qu'aux autres enseignants...

    // La jeune fille se désintéressa totalement de ses parchemins. Les cours de potion pouvaient attendre. D'un geste de la main, elle congédia l'elfe, qui disparut dans un craquement. Les informations que ce dernier venait de lui transmettre tournaient en boucle dans sa tête, comme dans une ronde incessante. Et au fur et à mesure, certains noms lui apparaissaient comme évidents. Jack Spire, Simoshesha Hy, Davin Marshall, et le couple Lawford. Tous au minimum quarantenaires, bizarres dans leurs agissements, et qui ne faisaient pas l'unanimité, ni parmi les élèves, ni parmi les adultes...

    Syndra élimina d'office Cooper et Eilis Lawford. S'il s'était amusé à faire circuler les rumeurs, nuls doutes possibles que sa femme l'aurait découvert rapidement et aurai réagi instantanément. Quant à elle, la Serpentarde ne l'imaginait pas se venger des flirts constants de son mari sur de pauvres élèves innocents. Non, Eilis était beaucoup trop gentille pour faire une chose pareille.

    Restait encore le trio d'ancêtres, duquel la jeune Frutto ne tarda pas à retirer mentalement Jake Spire. Le professeur de botanique était beaucoup trop solitaire pour se lancer dans une collaboration de la sorte avec la Gazette du Sorcier. Et il sortait tellement rarement de ses serres que certains le soupçonnaient même d'y dormir. Par contre, entre Hy et Marshall, difficile de trancher. Syndra se creusa la tête un moment, comparant tout ce qu'elle pouvait savoir des deux enseignants. Les deux étaient parfaitement capables d'avoir rédigé ces articles médisants - le premier pour s'amuser, le second parce qu'il était de notoriété publique qu'il aimait alimenter les ragots. Mais elle ne pouvait pas croire que Davin Marshall était derrière tout cela. Encore aurait-il fallu qu'il connaisse le nom des élèves qui fréquentaient l'école...

    Non, c'était évident : le vieux Hy avait sniffé la potion de trop. Ces années à respirer des vapeurs douteuses lui étaient sûrement monté à la tête, et il en payait le prix à présent. Ce qui expliquait pourquoi il était absent depuis plusieurs semaines. Le professeur avait quand même eu la présence d'esprit d'écrire un ragot sur lui-même, histoire de brouiller les pistes ! C'était brillant.

    La jeune fille hésitait maintenant à la conduite à adopter. Devait-elle garder le silence et attendre que quelqu'un de responsable agisse ? Finalement, elle opta pour une deuxième option : elle prit une plume et un parchemin vierge, et rédigea la lettre suivante, en prenant bien soin de modifier son écriture : //


Citation de Lettre anonyme à la Gazette du Sorcier :
Madame, Monsieur,

Je trouve scandaleux que vous vous permettiez d'abuser du mental vieillissant de notre Maître potionniste. Le Professeur Hy est quelqu'un de respectable et de respecté au sein de l'école de Poudlard, et le faire se compromettre en le poussant d'une manière ou d'une autre à écrire des ragots diffamatoires sur ses collègues et ses élèves est inhumain. Le pauvre homme n'a plus toute sa tête, alors laissez le tranquille ! Et soyez assuré que si vous ne mettez pas mes injonctions à exécution, les représailles à votre encontre seront terribles.


    // Syndra scella sa lettre de menace à l'aide d'un sortilège de sa composition qui la ferait exploser si quelqu'un cherchait à l'ouvrir avant qu'elle ne soit parvenue au siège du journal sorcier, et l'attacha à la patte de la chouette d'une de ses condisciples. Elle ouvrit ensuite la trappe spéciale qui avait été aménagée pour les allées et venues des hiboux, et l'oiseau disparut aussitôt dans le conduit. La Serpentarde retourna aussitôt à ses révisions, comme si rien ne s'était passé. //


[Fin du RP]


Couleurs utilisées dans ce message : #5C0060, #CC5500, #003399
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Envoyer un e-mail Fiche de personnage RP
Ellana Gil'sayan

Ancien(ne)





MessageDate du message: Mer. 15 Aoû 2018, 12:16  Répondre en citant

[RP unique Arya Tintaniel]
Premier jour de sa première année à Poudlard, après la Répartition et le Banquet


// Arya se tenait derrière tous les Serpentards qui patientaient devant l'entrée de la Salle Commune. Les préfets tout devant, essayant désespérément de se faire entendre partis tout le vacarme que produisaient les vert et argent, pour la plupart occupés à discuter tranquillement avec des amis.
La première année s'était adossée contre un mur, un peu à l'écart. Pour le moment, elle en venait presque à regretter d'avoir été envoyée dans cette maison, qui lui correspondait plutôt bien. En effet, la plupart de ses camarades étaient bruyants, même si certains restaient dans leur coin comme elle, et la fillette détestait le bruit. Mais surtout, les cachots étaient humides et visqueux - du moins les couloirs l'étaient - et surtout, surtout, extrêmement étroits. Et ça, la jeune fille ne pouvait pas le supporter.
Il faut dire qu'Arya était claustrophobe, et qu'elle était presque en train de paniquer en cet instant.
//

** Au secours ! Taisez vous, taisez vous, taisez vous... Je veux de l'air ! **


// Elle se recroquevilla par terre, les mains sur les oreilles, ne supportant plus ce bruit et cet endroit aussi étroit. Au moment où elle allait se mettre à hurler, la porte de la Salle commune s'ouvrit enfin. Priant pour que cet endroit ne soit pas comme les couloirs, elle y entra précipitamment, à la suite des autres.
A son grand étonnement, l'endroit était chaleureux et confortable. Des canapés, des tapis, une cheminée, etc. Seul détail qui rappelait que les vert et argent étaient censés être froids et étranges : la lueur verte qui venait de partout. La cause de celle ci ? La salle commune se trouvait sous le lac. Tout était donc nimbé d'un halo vert luisant, mais s'était joli. Et, pour son plus grand bonheur, spacieux.
Arya suivit les autres filles vers leur dortoir, choisit un des lits restants pour les premières années, et installa toutes ses affaires, en défaisant sa valise. Elle jeta un coup d'oeil à la photo de sa famille, celle où sa mère était encore là, et essuya une larme qui coulait sur sa joue. Sa mère serait fière d'elle. Elle avait été à Serdaigle, comme sa mère avant elle, mais le grand père de la fillette était allé à Serpentard. Et de toute façon, sa famille n'avait heureusement pas de préjugés sur les maisons.
Elle s'efforça de reprendre une expression neutre, trouvant qu'elle montrait trop ses sentiments, et se mit au lit, touchant d'une main son collier de cuir qu'elle gardait toujours autour du cou.
//

- 11 perles... 11 perles de bois, de terre, ou de métal. 9 accrochées par Maman, deux autres par moi parce qu'elle n'est plus là. 1 perle pour chaque année qui passe, avec une gravure dessus. Bientôt, il y en aura une douzième. Comme le temps passe vite... Mais pour le moment, je suis à Poudlard. Et je dois profiter de cet endroit.


// Murmura t-elle, avant de continuer à parler, toujours dans un murmure inaudible pour les autres. //

- Tu me vois Maman ? Tu es fière de moi ? Moi, je suis heureuse. Heureuse d'être à Poudlard, heureuse d'être à Serpentard. Heureuse d'être une sorcière !


// Elle s'endormit rapidement, faisant des rêves d'avenir et de magie. //


Couleurs utilisées dans ce message : #ECF4F3

Joueuse


Messages : 911
Guilde : Les Maraudeurs
Maison : Serdaigle
Poudlard : 4e année
MessageDate du message: Mer. 29 Aoû 2018, 14:20  Répondre en citant

[RP unique de Eva Holdein]


// Eva s'affala sur son lit. Aujourd'hui, elle avait fait un cours de botanique horrible. Elle avait dû rempoter un arbuste feuillu qui, au grand désespoir d'Eva, gesticulait dans tous les sens. Il envoyait de la terre mouillée partout et ses gants en pots de dragons ne suffisaient pas pour empêcher la terre de salir ses bras. Cette terre remplie d'eau avait effacé au passage les sortilèges qu'elle avait lancé sur ses bras pour qu'ils soit bronzés et fins. Dégoûtée, elle apprit alors que ce cours était en réalité un double cours de botanique quand, l'heure achevée, ils continuèrent de rempoter d'autres plants.

Le professeur remarquant que toutes les plantes avait trouvées un pot, elle dit aux élèves de les amener aux soleil, les plantes manquant de chlorophylle.

Après tout ça, Eva était exténuée et elle ne se sentit pas la force de jeter les sortilèges sur ses bras pâles. Elle savait qu'elle devait se rendre dans dix minutes à son cours de défense contre les forces du mal, mais elle ne s'en sentait pas encore capable. Elle marmonna pour elle-même : //

- Ressaisis-toi, Eva.

// Malheureusement, ses paroles ne l'avait pas revigorée. Elle geignit et se leva quand même de son lit en direction de son cours de DCFM. //

[RP terminé]


Couleurs utilisées dans ce message : #9E0B01
Voir le profil du joueur Envoyer un Hibou Fiche de personnage RP
Ellana Gil'sayan

Ancien(ne)





MessageDate du message: Ven. 31 Aoû 2018, 19:20  Répondre en citant

[RP unique de Sky Blackwood]




// Cette journée de cours t'avais définitivement épuisé, et tu traversais ta salle commune sans t'y arrêter ne serait ce qu'une seconde, avant d'arriver au dortoir des garçons et de t'affaler enfin sur ton lit. Une fois allongé, tu dois prendre sur toi pour te redresser et te changer avant de poser ton sac par terre, de préparer rapidement tes affaires de cours et tes vêtements du lendemain et te te coucher à nouveau, cette fois ci pour de bon.

Mais même si tu es épuisé, tu ne vas pas t'endormir tout de suite, et tu ne te fais pas d'illusions. Ce soir, ce sera comme tous les autres soirs, tu ne vas pas t'endormir avant pas d'heure et tu iras peut être même faire un tour dans la tour d'astronomie ou dans le parc, et résultat, demain, tu seras tellement fatigué que tu t'endormiras peut être en cours. Mais ce n'est pas grave, après tout tu as deux heures de métamorphose et tu es irrécupérable dans cette matière. Peut être que tu arriveras à faire en sorte que ces deux heures te servent à quelque chose, plus particulièrement à reprendre quelques forces.

Caché sous la couette, tu tends le bras hors de tes couvertures et tu tâtonnes pour essayer de trouver ce que tu cherches. Après avoir fait tomber quelque chose par terre, surement ton livre de défense contre les forces du mal vu le bruit que ça a fait, tu finis par attraper un objet rectangulaire et à le ramener sous les draps.

Tu attrapes ta baguette, que tu gardes toujours sur toi même quand tu dors - c'est l'effet que ça fait, avoir des cauchemars horribles toutes les nuits, ça rend parano - et tu murmures un petit "
Lumos" avant d'observer la photo ainsi éclairée, et d'en toucher du doigt le cadre en xylème.

Spoiler :


Em. Ta soeur. La personne qui compte le plus pour toi. Sans elle, tu aurais surement abandonné depuis longtemps. Tu aurais plié aux volontés de ton père et tu aurais accepté ses coups. Tu aurais laissé tes camarades d'écoles et les autres orphelins vous insulter. Tu te serais peut être même tué, dans les moments où tu n'en pouvais plus et que tu te sentais tellement impuissant. Mais il y a toujours eu Em, et tu as toujours du veiller sur elle. Alors tu es resté pour elle, et tu t'es battu pour elle. Elle a neuf ans maintenant. Son tempérament de feu et sa maitrise parfaite des sports de combats - comme toi - en ont fait une des enfants qui trainent dans les rues avant que l'orphelinat ferme. Elle est forte, elle ne se laisse pas faire, et elle n'abandonne jamais. C'est une battante. Tu es fière de ta soeur. Et elle te manque. Trois ans à Poudlard. Encore deux, et elle te rejoindra.

Em, c'est aussi, quand tu es seul avec elle, une fille drôle et joyeuse. Elle ne le montre pas en public, devant les autres, elle adopte une attitude fière, décontractée et forte, mais dès que vous êtes tous les deux, elle sait te faire rire, que ce soit en imitant un primate - elle le fait comme personne - ou en racontant des anecdotes marrantes de sa journée.

Elle te manque. Mais tu sais qu'elle est là, et tu parles avec elle le plus souvent possible. Dès que tu peux, tu sors de Poudlard pour l'appeler avec ton portable. Le reste du temps, vous communiquez par lettres.

Allez. Assez de mélancolie pour ce soir. Tu remets la photo à sa place habituelle - sur ta table de nuit, et tu attrapes un livre. Toujours sous la couette, avec ta baguette pour seul éclairage, tu lis en secret bien après le couvre feu.

Un peu plus tard, tu refermes ton livre et tu essayes de dormir. C'est dur. Tu n'y arrives pas. Au bout d'un moment, tu sombre dans le sommeil, mais un quart d'heure après, tu te réveilles. Les cauchemars. Tout le temps, tous les soirs. Ils peuplent tes nuits et t'empêchent de dormir. Toujours les mêmes, ou presque.

Après quelques essais inutiles de te rendormir, tu te lèves discrètement, enfiles un pantalon et un tee-shirt, et t'enroules dans ta cape sombre comme la nuit.

Et tu sors du dortoir, tu fais ce que tu fais toujours quand tu n'arrives vraiment pas à dormir : tu sors explorer le château.
//


Couleurs utilisées dans ce message : #0E6024
Montrer les messages depuis:   
Page: <--  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
   Répondre au sujet    Forum >> Sous-Sols
Page 7 sur 7